Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 17:23

 

Audierne, Esquibien, Plogoff et Thalassa: Editorial 5/2009

Références: 1-  Bulletin municipal d'Audierne (avril 2009)
2- Telegramme de Brest du 18-4-2009, page 10. Article de René Perez intitulé "déferlante"
3-Telegramme de Brest du 25-4-2009.  page 12. Article de René Perez intitulé "Euros-dépités"



*******   
Par son article intitulé "Déferlante"  et cité en référence 2, Monsieur René Perez, journaliste au "Télégramme de Brest" , nous fait savoir qu'il y a eu du "reuz sur le littoral" dans "une vague de protestations de niveau 8 sur l'échelle de Richmer", suite aux émissions de Thalassa consacrées à notre belle Bretagne. Je laisse au talentueux journaliste la responsabilité des expressions  utilisées, et je vais ici même lui faire une confidence, à savoir que j'ai envisagé d'adresser à  la direction de l'émission Thalassa, un CD Rom  contenant quelques photographies qui, par leur nature, défigurent notre si beau Cap-Sizun, et ce dans l'indifférence générale de certains élus soi-disant responsables, responsablité que pour ma part je considère certes comme légitime mais parfois discutable pour ne pas employer un mot trop fort. Je me suis abstenu, par respect pour mon pays natal mais si je l'avais fait, certaines images auraient pu être dérangeantes dans les conversations "nostalgico- passionnelles" et l'évocation de la "saga de l'hôtellerie"  accompagnée de souvenirs   exprimés à la télévision devant certains paysages grandioses de notre grand site national. Pour ma part , j'ai aussi quelques souvenirs  des débuts du tourisme et de l'hôtellerie, tant à la Pointe du Raz qu'à la Baie des Trépassés et même ailleurs. Avoir travaillé dans les hôtels à l'âge de 15 ans est certes une référence mais elle n'est pas exclusive. Je le sais d'autant mieux que j'y ai commencé à l'âge de 12 ans.  Passons mais,  .....à suivre car, il n'y a pas d'un côté la Pointe du Raz  et de l'autre côté les vilains paysages d'Audierne ou d' Esquibien. Il y a le Cap-Sizun, dans sa globalité et le Cap ne peut se contenter de ronronnements d'autosatisfaction sentimentale. Le Cap a des besoins, des droits, auquels correspondent bien entendu des devoirs  .!!!!!!
Certaines images présentées par Thalassa, n'auraient donc pas été très flatteuses pour notre région, à vocation touristique. Cela aurait pu être pire. Regardons à Esquibien par exemple:
 
La question qui se pose est  de savoir si ces images correspondent à une situation authentique du terrain, ou si elle sont le fruit d'une certaine imagination perverse. Utilisant  ici la bonne vieille méthode pédagogique qui consiste à
"montrer pour démontrer", 
méthode maintes fois utilisée dans la (ma) vie professionnelle, je persiste et signe en garantissant l'exactitude des photos publiées sur mes blogs. Elles ne sont ni retouchées ni trafiquées, se contentant de reproduire très exactement des situations du terrain. J'ajoute que je suis l'auteur de toutes les photos publiées, sauf précision du contraire (publication du nom de l'auteur ou son pseudo).
  La 2ème question qui se pose est de savoir quels sont les remèdes et qui sont les médecins et pharmaciens qui sont en possession du bon médicament pour traiter et guérir le mal et les maux. Le lecteur répondra sans doute avec moi que ce sont les responsables en activité de service, donc les élus locaux. Or.....

********
Le bulletin municipal d'Audierne cité en référence 1 nous fait part de ce qui suit.  Je cite:

"Cette démarche participative, réfléchie et passionnément voulue, a permis la création de deux grandes commissions extra-municipales qui regroupent chacune 80 volontaires L'une s'est donnée pour tâche, "l'environnement et le cadre de vie", l'autre "l'urbanisme, la voierie et la sécurité".
(Personnellement je participe à ma manière en m'exprimant sur et  par internet comme on peut le constater). 


Ne plagions pas davantage le bulletin municipal, et regardons les choses telles qu'elles sont sur le terrain, après une année d'exercice du pouvoir par la municipalité actuelle soit 1/6 de sa mandature;

exemple de voierie.







Il convient cependant de préciser, à propos des images ci-dessus, que les moyens municipaux viennent d'être engagés (le 22-4-09) pour tenter de   traiter le problème. C'est bon signe. Attendons pour voir et faire un nouvelle photo  de fin des travaux!!!  A condition que le terrain riverain concerné (parcelle AB 135), soit doté d'un statut définitif qui évitera toute tentative de privatisation voire d'annexion par fait accompli comme on peut  le voir ailleurs.

****** 







Les images ci-dessus ont été prises prise dans un embranchement (venelle) de la rue René Autret . La privatisation de cet embranchement avait été envisagée par la municipalité précédente qui avait tendance à confondre intérêt général et intérêt particulier dans un contexte électoraliste peut-être. (Exemple: la venelle Jean Jadé, aujourd'hui devenue un cul de sac). La remise en service de cette portion publique dans la rue Autret, objet  de certaines  convoitises, serait souhaitable pour accéder à certains terrains par ailleurs enclavés et dont les propriétaires sont condamnés à évacuer leurs déchets verts par l'intérieur de leurs locaux d'habitation. La situation ici créée, voire autorisée et laissée par la municipalité d'hier  ne peut perdurer et encore moins  être éternelle. Pour ma part, je la considère  comme étant "abusive". Il conviendrait d'y remédier le plus vite possible, et ce pour diverses raisons non exposées ici pour l'instant. Encore que l'on peut dire, en regardant les photos que des gravats et autres déchets  sont déposés sur le domaine public précité.  Alors ??? Y aurait-il, là encore une quelconque autorisation ?? Donnée par qui ??? J'ajoute ne pas être directement concerné mais seulement  solidaire de ceux   et celles qui le sont. Quant à la parcelle cadastrée AB 121 sise le long de la rue Charles le Goffic, dont la collectivité aurait l'emploi et l'usage (emplacement à poubelles ou élargissement de la chaussée), elle semble tout simplement absorbée (ou annexée) par le terrain voisin. A suivre ....

******   

          


Exemple de trottoir (détérioré en 1998, constat d'huissier faisant  preuve, et preuve s'il en est besoin, de ce qui ne s'est pas fait à Audierne lorsque l'actuel maire d'Esquibien s'occupait de l'environnement, et remplaçait l'adjoint chargé des travaux en cas d'absence. Trottoir détérioré depuis 11 ans ! Continuons !! 

*******  
 







(Dernière image prise le 24-4-2009)


exemple de ...cerise sur le gateau. 14 années que cela dure. Bientôt la prescription. Reconnaissance éternelle aux élus sortants. Mais au fait: il s'agit de la parcelle cadastrée AB 130. Comme toute parcelle, elle doit être soumise à l'impôt foncier. A moins que......Un oubli peut-être  ?????

On peut aussi consulter les liens qui suivent au sujet des questions posées à Audierne avant les élections municipales et les réponses données par les responsables d'aujourd'hui:

Municipales: Lettre ouverte 

sans oublier 



les pièces à conviction 


Après consultation, on peut  penser qu'il est temps de faire le point. Il ne serait  en effet pas convenable d'avoir à conclure qu'il s'agit d' un cas d'amnésie ou plus simplement de "promesses qui n'engagent que ceux qui les reçoivent". Le lecteur se fera son opinion et tirera lui même  les conclusions.

******  

Si l'on ajoute que la démocratie participative relève sans doute d'un voeu très pieux, on est en droit de se poser des questions. Inappliquée à la base, est-elle applicable à un plus haut niveau ? Exemple:  après avoir traité sans consultation préalable les problèmes de circulation à Audierne, on va réunir la commission compétente pour tenter de trouver des solutions.
  Il ne faut pas non plus se faire trop d'illusions au sujet  des réalisations éphémères que sont les décorations de Noël et les plantations de  fleurs qui absorbent de plus en plus de personnel. On peut construire une nouvelle serre à fleurs pour tenter d'obtenir un prix de ville fleurie qui ne flattera que quelques personnes et sans doute pas ceux qui attendent que l'on veuille bien s'occuper de leur quartier. On peut même créer de nouvelles variétés décoratives ou parfumées. Tiens : une suggestion pour baptiser une nouvelle fleur audiernaise: "Belle du Cap" par exemple.  Les élections à venir diront s'il s'agit d'une vision pessimiste. Mais rappelons nous l'historien grec Thucydide  qui a écrit  que
 
"l'histoire est un perpétuel recommencement".

lien:

Ma Bro : Ar C'hap- Gwechall-


Rappelons nous que, lors des dernières élections municipales à Audierne, pas un seul candidat de la majorité sortante ou apparenté  n'a sauvé sa tête. Ils ont tous, sans exception, été victimes d'un "tsunami " électoral. Battus  19 à zéro par les nouveaux élus. Aucun élu sur 38 postulants plus ou moins  sortants, à des degrés divers. De quoi faire réfléchir non ?? Les électeurs ont  été sans pitié. Il suffit de se projeter un peu dans l'avenir pour imaginer que cela pourrait se reproduire...A moins que ...!!!  Et rappelons nous encore que, jusqu'à preuve du contraire, les géraniums et les bégonias ne sont pas pour l'instant inscrits sur les listes électorales qui appartiennent aux seuls électeurs  chargés de prononcer le verdict;

 Et  la situation est similaire à Esquibien:


Esquibien "côté pile"



 

Esquibien "côté face"

Consulter les liens qui suivent:

ESQUIBIEN: ECHOS de la mer et de la terre

Le Cap-Sizun côté pile et côté face

*****  
 Il ressort tout de même  de ce qui précède que l'on ne peut totalement ignorer l'héritage, parce que très honnêtement, tout ne peut se faire en un jour. Voilà qui nous amène à la référence 3, l'article de René Perez intitulé "Euros-dépités". Je cite:
"Ah, qu'il semble loin le temps où la Bretagne décrochait au moins le ministère de la Mer, et où la députée Hélène Tanguy conseillait à son suppléant d'aller s'acheter un costume , au cas où".

Merci Monsieur Perez de vous intéresser au Cap-Sizun. Le suppléant  dites-vous ?? Vous voulez parler du, à l'époque, maire d'Audierne auquel quelques unes des images ci-dessus sont imputables. Très franchement, encore merci. Il est vrai que la rumeur avait dit que.....La rumeur....La réalité est différente puisqu'il n'y a pas eu de maroquin. Par contre costume il y a eu puisque les élections législatives suivantes ont désavoué les sortants. Même le Cap-Sizun, vous vous rendez compte, le Cap-Sizun n'a pas voulu du maire d'Audierne qui s'est plutôt fait

"tailler un costard"

selon l'expression argotique humoristique et populaire. On dit aussi "ramasser une veste". En fait Audierne aura connu 13 années de ce pouvoir, soit une décade + 3, selon un certain vocabulaire municipal qui aurait été totalement déplacé à un autre niveau. (cf: bulletin municipal Audierne février 2006- éditorial du maire). Le citoyen audiernais, Mathieu Guezno, autrefois député de la Convention et qui vota la mort de Louis XVI aurait  eu de quoi se retourner dans sa tombe (abandonnée au cimetière d'Audierne), en appréciant les déficiences de vocabulaire de l'un de ses successeurs et la confusion entre une décade (10 jours) et une décennie (10 ans) . Imaginez la rigolade devant un parterre représentatif au palais Bourbon:descendants des Girondins pour une fois unis aux descendants des Montagnards pour faire disjoncter l'applaudimètre.  De quoi nous renvoyer à notre
 "Bécassine" et à nos "boutous koad"
Pour ma part , je considère que les résultats ont été le reflet et la conséquence de certaines situations de terrain encore visibles actuellement. Les erreurs ne pardonnent pas . Continuons !!

****** 

Et même à Plogoff. On dit que certains anciens blockhauss contiendraient encore des résidus de mazout datant des marées noires, dont celle du "Torrey Canyon" en 1967. (plus de 40 ans). Thalassa a présenté la  côte de granit rose qui rappelle les superbes  plages de Trestel et Trestaou à Perros-Guirec, horriblement défigurées par le mazout à cette époque ( je l'ai vu) et pourtant livrées propres aux touristes avant l'été après nettoyage par les soldats du régiment d'Auvergne (92ème RI). Même remarque pour la réserve d'oiseaux des 7 îles. Certains de  ces soldats, appelés du contingent, n'avaient jamais vu la mer avant d'arriver à Perros ou Louannec et ignoraient tout du phénomène des marées qui les obligea à travailler de jour ou de nuit selon le coefficient. Même remarque pour la presqu'île de Crozon également livrée aux auvergnats (121ème RI), pendant qu'un détachement était cantonné à Audierne (chateau de Locquéran).  Donc, si on veut, on peut. Plogoff ne mérite pas une tache sur son grand site national, fut-elle dissimulée dans un ancien blockhauss. Notre Cap-Sizun est trop beau pour être livré à l'indifférence. Nous avons tous des devoirs envers lui et les responsables plus que le citoyen de base puisqu'ils sont en première ligne. Alors que l'on s'y mette, vite,  et qu'on le fasse vivre. !!!!










(ces 2 dernières photos réalisées le 13 avril 2009 se passent de commentaires, sauf à dire qu'elles sont incompatibles avec d'autres photos ici présentées
)



Evel ar C'hap, n'eus Bro ebed (il n'y a pas de pays comme le Cap)

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article

commentaires

pl29780 29/04/2009 17:27

Juste un petit mot pour vous dire qu'il semblerait que de l'autre côté du pont, les blogs "dérangeants" soient plus consultés et les conseils préconisés mis en application (lol comme disent les jeunes...). Continuez tout de même à dénoncer cela portera ses fruits un jour !!!

spartacus 30/04/2009 09:49


Merci pour ce commentaire. Je suis heureux de voir le blog de Plouhinec atteindre le but recherché. Et s'il est contesté, tant mieux. Cela veut dire qu'il dérange; Nous sommes sur la même
longueur d'onde. Amicalement. Spartacus 


Alain 28/04/2009 12:58

Cher ami,encore un éditorial d'une (im) pertinence dont on aimerait qu'elle soit plus partagée...Sans vouloir juger à priori, il semblerait que les municipalités émanant des dernières élections n'aient -pas plus que les précédentes- la mémoire de leurs promesses...mais est-ce vraiment une surprise? Les Capistes pourront juger sur pièces et se faire leur avis aux prochaines élections. Et personne ne pourra dire, grâce entre autres à vous, que " l'on ne savait pas".Quant à tous "pisse regrets" qui déplorent si fort la présentation "catastrophique" que Thalassa a fait de la Bretagne, qu'ils sortent de leur Landerneau, et aillent voir sur le terrain. La magificence de la Bretagne -et son attrait touristique- ne doit pas cacher les actions délétères de certains d'entre ses habitants.cordialementAlain

spartacus 28/04/2009 17:01


Merci l'ami fidèle. je suis sensible à votre commentaire qui, je l'espère, m'aidera à faire prendre conscience à certains responsables. Effectivement, en cas de ...ils ne pourront pas dire qu'ils
n'étaient pas au courant. Vous avez raison; il faut aller sur le terrain pour voir; Vous n'ignorez sans doute pas que la méthode que j'utilise a été reprise à Plouhinec par le blog Plouhinec circus
qui commence à être contesté lui aussi ce qui est bon signe. Plus nous serons nombreux à montrer, plus nous serons influents et pourquoi pas incontournables. Le but est d'obtenir des résultats
environnementaux compatibles avec toutes les plus belles images de notre magnifique Cap-Sizun que certains défigurent et dont d'autres  s'accommodent. Kenavo et amitiés.
Spartacus