Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 11:03

Souvienstoi

  C'est le nom d'un site sur lequel la poésie rencontre la mer, avec beaucoup de sensibilité.

Références:

 http://souvienstoi.mabulle.com

Titre:

L'âme mystérieuse d'un marin

(Poème dédié à ....

Avec toute l'amitié de l'auteur dont le pseudo est

 bleu-marine

******

 

  C'est dans la mer souveraine et divine....en onde de fièvre....comme un nomade...qu'un jour, Il a pris le large.

   Entre Vagues et murmures, sur un rythme bleu azur, tu es devenue sa terre d'asile...son seul exil. Sous le soupir des flots qui s'évaporaient, alors que le vent et les vagues ridaient ta face, sans se lasser de l'infini, il voguait sur son bateau.

   Entre terres et mers, histoire de coeur d'un capitaine dans l'onde étoilée..enfin il naviguait !

  Et même si la houle enflait et la tempête faisait rage...en aigue marine, il buvait à ta source: ivre d'ailleurs et de lointains profonds

  Il devenait alors ce marin égaré sur le puzzle du temps, les yeux rivés au large, et donnait sa fatigue aux requins, pour trouver la sirène qui lui ouvrirait son trésor.

  Coeur en naufrage, quand il partait pour une course lointaine, par une nuit sans lune...et qu'il avançait dans tes sombres étendues...priant l'étoile sainte de guider son navire

  Il t'a toujours chéri...Toi son seul miroir !!

  Il a sondé le fond de tes abîmes, pour connaître tes richesses les plus intimes. Il a lutté contre vagues et orages, en petit mousse, puis en vieux loup de mer...Toi sa déesse ...quand à la naissance du vent, ta fraîcheur exhalée lui rendait son âme !

  Mer de délires, et compagne de voyage...tu as marqué sa vie... et aujourd'hui en fantôme du souvenir, tu l'emportes sur tes flots pour l'engloutir dans ton éternité;

  Souvenir des pays et des rêves sur lesquels son destin ne voguera plus...Il écoute la murmure ensorceleur de tes flots...lui qui a trouvé son âme au coeur de ton écume

                                                                                      bleu-marine

( publié avec l'autorisation de l'auteur)

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus - dans poésie
commenter cet article
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 09:41

Les matelots

  Les marins font à nouveau la "une" de l'actualité. Personne ne peut rester indifférent aux problèmes de cette noble profession. J'ai déjà publié sur un autre blog (plijadur), un poème intitulé " les marins-pêcheurs", avec l'autorisation de l'auteur Symphonie qui diffuse ses oeuvres sur son site :

 http://www.reve-armoricain.com .

Je récidive ici, en publiant "les matelots", toujours avec l'autorisation de Symphonie. L'ensemble de ses poèmes peut être consulté sur son site, ou en cliquant sur le lien symphonie.

Les matelots 

Ils ont fait des voyages

navigué sur les eaux

Et au bord des rivages

Amarré leurs bateaux

Ils ont bravé les flots

Affronté des tempêtes

Fiers d'être matelots

Même les jours de fêtes

Ils ont par tous les temps

Gonflés leurs grosses veines

Au bord des continents

Aperçu des sirènes

Ils ont dans tous les ports

Lors de chaque escale

Trouvé du réconfort

Dans de obscures salles 

Ils ont frôlé la mort

Quitté leur femme, leurs enfants

Le cap vers le nord

Sous la force du vent

Ils reviendront bientôt

Les braves matelots

En chantant hisse et haut

En chantant Santiano

 

 

Repost 0
Published by spartacus - dans poésie
commenter cet article