Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 09:58
monument de la France libre à l'Île de Sein

monument de la France libre à l'Île de Sein

Audierne.Cap-Sizun

Tout ce qu'il ne faut

pas dire !!

Suite

 

Le livre écrit par le général de gendarmerie Soubelet est donc paru à la date prévue. Le blog konchennou a fait la présentation de l'ouvrage dès que la parution a été programmée,  et promis d'exprimer son point de vue après en avoir pris connaissance.

La lecture étant faite, nous allons donc utiliser notre liberté d'expression pour porter une modeste appréciation sur cet ouvrage.

Disons d'entrée: un ouvrage quelque peu dérangeant sans aucun doute !! D'autant qu'il a été écrit justement pour tenter de faire apparaître ce manque de liberté d'expression dans les forces armées, (dont la gendarmerie fait partie), qui contrairement aux forces de police ne disposent pas non plus de syndicats  pour défendre leurs intérêts professionnels. Au point de voir les épouses de gendarmes s'exprimer sur internet au lieu et place de leurs maris. Original non ?? Mais astucieux aussi et même cocasse !! Les retraités font leur possible par le biais des associations mais , pour autant,  ne remplacent pas l'active.

Les forces armées sont donc désavantagées dans certains domaines par rapport aux forces de police. C'est vraisemblablement ce que le Général a voulu démontrer, et la démonstration est faite de manière plutôt magistrale.

Disons tout de même pour que les choses soient claires que le syndicalisme dans les forces armées n'est pas envisageable pour de multiples raisons. On ne peut imaginer une décision d'engagement des forces armées soumise à une consultation voire autorisation préalable d'une quelconque instance syndicale. Les forces armées sont apolitiques et républicaines, ce qui les amène à exécuter les ordres gouvernementaux, quelle que soit la couleur de ces gouvernements. C'est le propre de la démocratie.

Mais les forces armées connaissent mieux que personne leurs points forts et bien entendu leurs faiblesses sans pour autant avoir le droit de les faire connaître autrement que par des rapports adressés à leur hiérarchie, donc sans diffusion ni information publique. 

 Il n'en reste pas moins que certains membres des forces armées acquièrent une expérience particulière dans certains domaines en raison des missions qui leur sont confiées. C'est le cas de la gendarmerie pour ce qui concerne la police judiciaire par exemple, tout comme la sécurité des citoyens dans la vie quotidienne, tant le jour que la nuit . Autre exemple: les contrôles de circulation automobile qui ne sont pas une mission de l'Armée qui a assez à faire par ailleurs, qu'elle soit de Terre, de Mer ou de l'Air., en métropole ou sur d'autres continents.

La gendarmerie qui appartient à l'Armée de terre est utilisée par le ministère de l'Intérieur pour exécuter ses missions du temps de paix, généralement en milieu rural puisque le milieu urbain est plutôt confié à la police. Situation pas très simple évidemment non ?? Deux ministères de tutelle, pourquoi ??? A notre avis, la question se pose. Un ministère unique pour les polices, pourquoi pas ???

La plus grande partie du territoire est donc actuellement sous la responsabilité de  la gendarmerie qui, en fonction de son organisation propre s'occupe des communes ( communautés de brigades, compagnies), des départements (groupements), des régions etc....Un officier de gendarmerie est donc amené à exercer sa fonction à plusieurs niveaux, sur le terrain, depuis la compagnie jusqu'à la région en passant par le groupement et les états majors, voire la direction. En conséquence,Il travaille  en proche collaboration avec les responsables locaux du découpage administratif : Maires, Préfets, Ministres etc...Un temps d'exercice de responsabilité peut durer plusieurs années dans la même fonction. L'expérience acquise est donc incontestable et ne peut se comparer à une expérience différente acquise par exemple dans la société civile qui n'est pas particulièrement confrontée aux risques de pertes en vies humaines. Les risques encourus dans les forces armées sont sans comparaison avec les risques professionnels de la société civile, même si ces derniers existent aussi dans certains domaines: mineur, marin-pêcheur, convoyeur de fonds etc... 

C'est sans doute ce qui a amené le Général Soubelet à écrire ce qui suit (page 207)

" le commandement dans l'armée implique d'affronter la mort , avec le devoir absolu de protéger la vie des subordonnés. Ainsi, tout ce qui vise à la diminution des moyens permettant d'assurer  la pérennité de notre défense nationale est considéré comme une atteinte à l'intérêt général.

Pour les politiques et ceux qui les entourent , les choses sont bien plus nuancées et les accommodements assez fréquents. L'intérêt général est un concept à géométrie variable, fonction du contexte ou du moment.

Il existe donc un réel décalage.........Il est dû aussi à la disparition du service national....

******

Le général Soubelet a exercé des responsabiliés à plusieurs niveaux, dont le département du Vaucluse qui ne doit pas manquer d'intérêt. Le Pont d'Avignon bien-sûr, le festival de la ville du même nom, le Palais des Papes et les chorégies d'Orange, sans oublier le voisinage avec  Marseille et  la mer Méditerranée ce qui implique la proximité avec le  nord de l'Afrique. Toutes les caractéristiques du midi par conséquent et donc tous les problèmes de ce type de région .

Il a également été patron des gendarmes  des 8 départements qui constituent le Midi-Pyrénées , (population de environ 2,5 milions d'habitants). Cette responsabilité concerne donc plusieurs groupements, plusieurs compagnies et encore un peu plus de communautés de brigades. A ce niveau de responsabilité on acquiert sans aucun doute une certaine expérience du terrain, qui permet d'exercer ensuite son talent dans les états-majors. Oser  parler d'affronter la mort ne peut se faire que si on a vécu des cas de situations dangereuses, ce que le Général a dû connaître. Tout le monde a entendu parler du GIGN, dirigé à une certaine époque par l'actuel numéro 1 de la gendarmerie. Mais le GIGN n'est pas un cas unique de confrontation au risque, qui peut concerner la plus modeste brigade dans la France profonde et le plus modeste gendarme dans un simple contrôle de circulation. 

Ceux qui ont connu la guerre d'Indochine sont de plus en plus rares, mais il reste encore des Anciens de la guerre d'Algérie, professionnels ou appelés du contingent, qui ont vécu des cas de combat dans lesquels ils exerçaient parfois des responsabilités: chef d'équipe, chef de groupe, chef de section, parfois commandants de compagnies etc...Ils peuvent encore témoigner et expliquer ce qu'est un échange de coups de feu, la réduction d'une résistance et les bilans dans lesquels il faut compter les morts et les blessés, sans oublier les héliportages, les commandos de chasse et les opérations de nuit comme les patrouilles et les embuscades.

Oui mon Général, le commandement dans l'Armée implique d'affronter la mort, ce qui est le cas des hommes de terrain qui commandent au feu. Laissons à leurs téléphones les stratèges de bureaux qui posent des questions tout en fumant une cigarette et buvant une bière, loin des évènements. En Algérie, les chefs de sections et commandants de compagnie avaient autre chose à faire sur le terrain pour remplir les missions et économiser les vies humaines, faisant ainsi honte au général Nivelle qui, au cours de la guerre 14-18 se flattait d'avoir

Consommé des Bretons .

Les officiers qui ont commandé au feu, qui ont embrassé des Mamans devant le cercueil de leur enfant, qui ont prononcé des oraisons funèbres, ne peuvent qu'être outrés par cette formule honteuse, et sont sans aucun doute heureux d'avoir pu lire ce qu'a osé écrire

Un Général Courage.

Ce qualificatif à lui seul vous donne raison d'avoir osé braver une interdiction qui se termine comme prévu par une sanction puisque vous êtes relevé de votre commandement. Mais ce n'est pas une surprise, ni pour vous ni pour vos lecteurs. Reste tout de même à attendre les prochaines échéances électorales (dans un an), pour mesurer l'impact de votre ouvrage sur les résultats, dans un contexte très  particulier puisqu'un Ministre du gouvernement vient de prendre une initiative comparable à la vôtre (sans sanction) en lançant un nouveau mouvement qui s'intitule "En Marche". Donc, deux situations différentes pour un civil qui a des droits  et un militaire  qui n'a pas le droit de s'exprimer. C'est peut-être une conséquence du statut des militaires qu'il faudrait peut-être revoir comme on a revu les anciens règlements définissant autrefois la discipline et que nous citons de mémoire:

" La discipline faisant la force principale des armées....etc"

Il semblerait si l'on en croit les sondages, que de plus en plus l'opinion publique soit  attirée par la recherche en priorité de l'intérêt général, mise en pratique par des responsables apolitiques. Dans l'hypothèse où cette orientation se manifesterait dans les urnes, "Tout ce qu'il ne faut pas dire" serait un des éléments à prendre en considération, loin du "politiquement correct" qui ne semble plus donner satisfaction à une majorité d'électeurs potentiels et versatiles puisque droite et gauche sont qualifiés des mêmes adjectifs concernant leurs résultats. 

Nous pourrions poursuivre sur beaucoup d'autres sujets traités dans votre ouvrage, comme le service national. Rappelons seulement que lorsqu'il fut question de le supprimer, un connaisseur en l'occurrence le Général Bigeard, ancien Secrétaire d'Etat, se prononça pour son maintien . Une durée de 6 mois lui paraissait convenable.

Il ne fut pas écouté malgré sa compétence incontestable et son expérience . Aujourd'hui, le terrorisme est d'actualité et certaines mesures ont déjà été prises. Reste à savoir si elles seront suffisantes en cas de ... 

******

Nous avons commencé cet article en nous référant quasiment à la fin de votre livre. Nous n'allons pas reprendre toutes vos propositions que chacun pourra étudier en lisant votre ouvrage. Pour conclure, nous allons donc revenir au début de votre texte. Voici ce que vous écrivez page 11:

"  Je voudrais contribuer à remettre au goût du jour des valeurs oubliées, nos valeurs fondatrices: l'intérêt général, la probité, l'honneur, la sincérité. ......Autant de vertus sans lesquelles il n'y a pas de grande nation ......

et page 13

" Enfin , j'ai le désir de faire sauter le verrou qui interdit à des responsables militaires de s'exprimer, afin qu'ils puissent  participer  de manière constructive au débat public...."

*****

L'opinion publique devrait  sans doute majoritairement partager votre point de vue, mais rien ne dit par avance ce que sera leur choix lors des prochaines élections. La France profonde est parfois difficile à cerner. Un exemple: la simple fonction de maire d'une petite commune est parfois convoitée par ceux qui sont davantage motivés par des intérêts personnels que par l'intérêt général. Que ne ferait-on pour obtenir une décoration, un titre, un strapontin pour se créer un rang social se situant par là même au dessus des autres, et avoir sa photo dans le journal local en affichant sa boutonnière municipalement et communalement décorée :

" Ma boutonnière !! Non mais alors, vous avez vu ??

C'est peut-être la raison ou une des raisons qui justifie le manque d'enthousiasme des militaires retraités pour s'investir dans les fonctions de base dans lesquelles il est difficiie d'émerger sans adhérer à un parti. (Exemple: actuellement aucun militaire retraité exerçant la fonction de maire dans une des 12 communes constituant le Cap-Sizun).

 Les listes ouvertes et apolitiques n'ont pas toujours le succès qu'elles devraient avoir . Les prochains scrutins diront si les changements sont à l'ordre du jour, ou si on continue, justifiant  par là-même le titre de votre ouvrage:

 

Tout ce qu'il ne faut pas dire !!

  

 

********

 

Ajoutons encore un mot pour dire que nous aurions pu conclure notre point de vue en empruntant  le titre d'un article paru dans "Le Figaro" à la date du 18-4-2016 (signé Alexandre Malafaye) qui pose une question:

 

Eviction du Général Soubelet.

Devoir de réserve ou droit de savoir ??

En voici un extrait:

{ La sanction infligée au Général Soubelet démontre combien le pouvoir exécutif tient à rester sourd à son environnement, prenant par là même le risque incroyable de stériliser la parole de ceux qui doivent justement l'éclairer......

On songe ici à ce proverbe:

"La maison brûle, Grand-Mère se peigne". }

 

 

Chacun pourra donner sa propre réponse à la question posée en titre.

Les Anciens d'une certaine école seront peut-être tentés par une formule traditionnelle qui leur rappellera leur jeune temps :

 

A genoux les hommes...

Debout......

 

 

 

 

Puy du Fou. Honneur à Jeanne d'Arc

Puy du Fou. Honneur à Jeanne d'Arc

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 08:47
1,2,3: Sculpture- 4,5,6: état des lieux après destruction
1,2,3: Sculpture- 4,5,6: état des lieux après destruction
1,2,3: Sculpture- 4,5,6: état des lieux après destruction
1,2,3: Sculpture- 4,5,6: état des lieux après destruction
1,2,3: Sculpture- 4,5,6: état des lieux après destruction
1,2,3: Sculpture- 4,5,6: état des lieux après destruction

1,2,3: Sculpture- 4,5,6: état des lieux après destruction

Audierne.Cap-Sizun.

Art contemporain

Editorial 3/2016

Références:Télégramme de Brest en date du

10-3-2016: Titre:

Audierne.Art.Une sculpture au Mât Fenoux.

 

******

"Le sculpteur allemand Robert Schad a notamment choisi le Cap-Sizun pour exposer certaines de ses oeuvres......l'une d'elles sur l'esplanade du Mât Fenoux à Audierne......L'endroit est idéal. Entouré par la mer, battu par les vents, il est aussi un lieu de promenade  pour de nombreux Capistes....."

******

On aime, ou on n'aime pas l'art contemporain. Chacun est libre de choisir et d'afficher ses goûts personnels. Mais, lorsqu'il s'agit de mettre une oeuvre en valeur, le choix du lieu d'exposition mérite une petite réflexion ce qui ne semble pas avoir été le cas à propos de l'esplanade du Mât Fenoux. Certes, l'endroit est grandiose et aurait pu être un site remarquable, si des décisions irresponsables n'avaient pas "massacré" les lieux qui sont aujourd'hui défigurés malgré la grotesque  tentative de camouflage des dégâts.

Les Audiernais, les "Grands Anciens", et même les visiteurs de passage ont connu en d'autres temps le Mât Fenoux en activité quand il était utilisé pour aider les marins à rejoindre le port d'Audierne. Ces temps sont révolus. Le Mât Fenoux n'est plus que le témoin d'une époque, avant le GPS. Il est donc resté longtemps désaffecté et sans utilisation.

Les temps ayant changé l'intérieur de ce Mât Fenoux avait été reconverti en blog sanitaire par une municipalité responsable et réaliste, celle de Jean Normant. Cette  transformation n'avait aucune incidence sur l'aspect extérieur de la construction et permettait aux vacanciers de disposer de sanitaires fonctionnels (et propres parce qu'on les nettoyait) à proximité immédiate de la "plage de sable fin" qui a fait la renommée d'Audierne.

Or la municipalité socialiste d'Audierne, dirigée par Madame Donval (décorée de la légion d'honneur durant son mandat),  de 2007 à 2014, n'a rien trouvé de mieux que de détruire ces sanitaires, (qu'on ne nettoyait d'ailleurs pas régulièrement .cf: photo), sans les remplacer, et sans prendre les précautions élémentaires qu'il aurait convenu de prendre pour respecter une construction séculaire. Les images pieusement conservées prouvent que les marteaux-piqueurs sont intervenus grossièrement et brutalement sur ce bâtiment fragile, aujourd'hui abandonné à son triste sort. On s'est contenté de faire participer ensuite les scouts de France pour masquer les ouvertures et dissimuler les dégâts en les camouflant par  des morceaux d'isorel. Le camouflage est réussi mais le bâtiment reste dans un triste état. Il relève pourtant du

Patrimoine Maritime ,

donc de l'association du même nom, (port d'intérêt patrimonial) 

présidée par l'Ancienne responsable de la destruction,ex-Mairesse

d'Audierne, Madame Donval, toujours présente

actuellement et occasionnellement, 

dans la presse locale, mais pour d'autres raisons,

 et hors Cap-Sizun.

Le Mât Fenoux se rappelle à

son bon souvenir.

 

****** 

Nous n'en dirons pas plus sur ce sujet en raison d'une actualité brûlante et très évolutive. En effet, le terrorisme vient de frapper à nouveau, en Belgique cette fois. Les enquêtes en cours font, semble-t'il, apparaître des ramifications un peu partout, y compris en France. Ceux qui ont vécu des évènements comparables, (par exemple de 1954 à 1962), savent qu'il faut s'attendre à tout dans la recherche de l'horrible pour frapper l'opinion. Le sujet a d'ailleurs été abordé par un officier Général de la gendarmerie qui vient de publier un livre intitulé:

"Tout ce qu'il ne faut pas dire".

Nous avons déjà fait part de ce projet d'édition. Nous exprimerons notre point de vue, après lecture. Mais, d'ores et déjà nous pouvons dire que ce livre fera certainement date parce qu'il contient des analyses irréfutables, et des propositions judicieuses.

Oui mais !!!..... à condition qu'il ne soit pas déjà trop tard !!! 

Exemple: On peut regretter et même déplorer la suppression du service militaire. En effet, dans une situation exceptionnelle comme celle qui peut-être se prépare, l'insuffisance des effectifs actuels chargés de la sécurité pourrait s'avérer dramatique. Soit.

Mais rétablir cette obligation nationale , impliquerait le rétablissement des moyens correspondants qui ont aussi disparu dans le système actuel (casernements, champs de tir etc...). La conscription nécessite des structures adaptées, tant du point technique que du point de vue administratif. 

Elles n'existent plus aujourd'hui. 

On dit que commander c'est prévoir !! Alors ??? 

A suivre par conséquent !!!   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1,2: Sculpture- 3:Après le marteau-piqueur- 4: Malpropreté- 5: remplacement des WC
1,2: Sculpture- 3:Après le marteau-piqueur- 4: Malpropreté- 5: remplacement des WC
1,2: Sculpture- 3:Après le marteau-piqueur- 4: Malpropreté- 5: remplacement des WC
1,2: Sculpture- 3:Après le marteau-piqueur- 4: Malpropreté- 5: remplacement des WC
1,2: Sculpture- 3:Après le marteau-piqueur- 4: Malpropreté- 5: remplacement des WC

1,2: Sculpture- 3:Après le marteau-piqueur- 4: Malpropreté- 5: remplacement des WC

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 16:26
Audierne.Cap-Sizun.Jeanne d'Arc au Puy du Fou

Audierne.Cap-Sizun

Jeanne d'Arc au Puy du Fou

Nous  avons tous lu dans la presse  le procès d'intention fait par une élue de Vendée au sujet de la présence de Saint-Cyriens à la cérémonie d'accueil de  l'anneau de Jeanne d'Arc au Puy du Fou. Les réactions n'ont pas tardé. Déjà deux camarades, anciens porteurs du Casoar. : " Le général Jacques  d..L.... et Jacques Le.... ont fait parvenir au webmaster du blog Konchennou leur point de vue exprimé par photo et texte . C'est avec joie que, du fond du Cap-Sizun, Spartacus se fait un honneur de leur donner la suite qui convient. Merci aux deux Jacques.

A genoux les hommes....!!!!

 

 

Jeanne d'arc au Puy du Fou

 24 mars 2016 Saint-cyriens au Puy-du-Fou : un général répond au député Sylviane Bulteau Le Général (2S) Marc Paitier a écrit au député Sylviane Bulteau, qui s'est interrogé sur la présence d'officiers saint-cyriens au Puy du Fou : "Madame le député, Unknown-29La présence de saint-cyriens en grand uniforme et de leur général à la cérémonie organisée au Puy du Fou pour accueillir l’anneau de Jeanne d’Arc, de retour en France, vous a choquée. Vous y voyez une atteinte à la neutralité des armées. Vous condamnez également le chant du poème de Charles Péguy : « Heureux ceux qui sont morts ». Vous y décelez une entorse à la laïcité. A mon tour d’être choqué par de telles considérations de la part d’une élue de la Nation. Les saint-cyriens sont venus rendre hommage à Jeanne d’Arc sans y être forcés, spontanément, naturellement, car pour eux la France, qu’ils ont fait le choix de défendre au péril de leur vie, n’est pas une idée abstraite mais une réalité charnelle qui s’incarne, notamment dans de grandes figures comme celle de la petite bergère de Domrémy devenue la plus belle et la plus pure héroïne de notre histoire. Le cœur d’un soldat français vibre au seul nom de Jeanne d’Arc. Le poème de Charles Péguy qui fait l’objet de votre réprobation est un hommage aux soldats français morts pour la France à travers les âges. Depuis des générations, les saint-cyriens le chérissent car il exprime merveilleusement le sens de leur vocation. Faut-il vous apprendre que Charles Péguy, fils d’ouvrier, poète majeur du XXe siècle fût un ardent défenseur de la justice sociale et des plus humbles. Il fût tué au combat dans les premiers de la Grande Guerre. En vous entendant, une de ses phrases m’est revenue en mémoire : « Il y a quelque chose de pire que d’avoir une mauvaise pensée. C’est d’avoir une pensée toute faite ». Dans un monde en péril, face au retour de la barbarie, les saint-cyriens sont venus manifester leur attachement aux vertus qui ont fait la force de notre Civilisation. Ce sont elles qu’il faut promouvoir et non une vision dévoyée de la laïcité et une neutralité qui s’apparente à la lâcheté et au nihilisme. Je vous prie de croire, Madame le député, à mes sentiments attristés." Posté le 24 mars 2016 à 07h32 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Politique en France , France : Société accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

Audierne.Cap-Sizun.Jeanne d'Arc au Puy du Fou
Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 16:48
Audierne.Cap-Sizun. Tout ce qu'il ne faut pas dire
Audierne.Cap-Sizun. Tout ce qu'il ne faut pas dire

 

Tout ce qu'il ne faut pas dire

 

******

Rappel d'articles précédents ici publiés:

 

12 janvier 2014: Audierne.Cap-Sizun.Gendarmerie et délinquance

18 février 2014: Audierne.Cap-Sizun.Gendarmerie: le moral se dégrade

13 août 2014: Audierne.Cap-Sizun.Gendarmerie suite

 

******

Un nouveau livre est en instance de parution aux éditions Plon. Son auteur est un officier Général de la gendarmerie, d'origine Saint-Cyrienne  [( 165 ème Promotion. 1978-1980- Baptisée Général Rollet). Saint-Cyr = école des Hommes d'Honneur [.

Il s'agit de l'ex numéro 3 de la gendarmerie nationale, le Général Bertrand Soubelet, dont nous avons déjà eu l'occasion de parler dans nos articles précédents. Nous n'en dirons pas plus pour l'instant car nous attendons avec grand intérêt la parution de cet ouvrage. 

(ci-dessous: un texte qui nous a été adressé pour information)

******

Objet : Le livre du général de Gendarmerie SOUBELET > > >

Chers amis > >

Certains d'entre vous le savent depuis un certain temps mais il me fallait préserver une certaine confidentialité malgré une bévue mi janvier de la société de distribution.  Le 24 mars prochain sera publié chez Plon un livre qui à la lumière de mon expérience et des responsabilités que j'ai exercées au sein de la gendarmerie dresse un constat sur l'état dans lequel se trouve notre pays avec quelques clefs de lecture et des pistes de réflexion.  Ce bilan ne se limite pas à la sécurité et à la justice et concerne plus généralement le fonctionnement de notre société et de nos institutions.  L'objectif de cet ouvrage est, dans le même esprit que celui qui m'animait lors de mon intervention devant les députés à l'Assemblée Nationale en décembre 2013 de dire les choses telles qu'elles sont et de sortir de la duplicité dans laquelle est plongé notre pays depuis bien longtemps.  Le constat est sans concession et probablement les réactions de celles et ceux qui se sentiront concernés provoqueront une certaine agitation.  C'est la raison pour laquelle j'ai besoin de votre soutien et je vous demande au titre de nos relations amicales de relayer, par vos réseaux, l'information de cette publication autour de vous.  Ma meilleure garantie et je risque d'en avoir besoin c'est la diffusion maximale de ce livre que je prépare depuis plus de deux ans.  Merci de m'accompagner sur ce chemin en espérant que son contenu trouvera un écho en chacune et chacun d'entre vous. 

"Tout ce qu'il ne faut pas dire" aux éditions Plon en pré-commande sur internet depuis quelques jours et dans les librairies le 24 mars . Avec toute mon amitié reconnaissante >

******

~14 c www.plon.fr Prix France TTC 

Couverture du livre avec photo de l'auteur

Le 18 décembre 2013, ma vie a basculé. Moi, Bertrand Soubelet, général de corps d’armée, directeur des Opérations et de l’Emploi de la gendarmerie, j’ai été écarté pour avoir dit la vérité : la sécurité dans notre pays n’est pas assurée comme elle le devrait. Que s’est-il passé ? Au Palais-Bourbon, devant les députés, ce jour-là, j’ai expliqué, en toute franchise, les difficultés que rencontre la gendarmerie : six mille emplois supprimés, une procédure trop complexe, une justice sans moyens, des délinquants dans la nature malgré l’engagement des gendarmes et des magistrats, des coupables mieux considérés que les victimes. Pour avoir fait ce constat, le Premier ministre a demandé ma tête. Je ne peux m’empêcher de penser aux attentats de janvier et au carnage de novembre 2015. C’est le résultat de plus de trente ans de mollesse dans la lutte contre l’insécurité. Des pressions ont été exercées sur moi pour me faire quitter la gendarmerie qui a été ma vie pendant trente-cinq ans. Désormais personne ne peut m’opposer un pseudo devoir de réserve. D’où ce livre. Mon diagnostic est simple : la sécurité est l’affaire de tous. Il est temps de réagir, grand temps. Il y a urgence. Notre société est en danger. Jamais le danger n’a été aussi menaçant. Je ne fais pas de polémique, je ne roule pas pour un parti politique. Simplement, j’alerte. Parce que j’aime mon pays. » Bertrand Soubelet.

Tout ce qu’il ne faut pas dire insécurité, justice :

un général de gendarmerie ose la vérité Bertrand Soubelet

Tout ce qu’il ne faut pas dire 25924909_000_CV_TOUT.indd Toutes les pages 12/02/2016 15:57

******

Audierne.Cap-Sizun. Tout ce qu'il ne faut pas dire
Audierne.Cap-Sizun. Tout ce qu'il ne faut pas dire
Repost 0
Published by spartacus - dans Actualités
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 17:12
Audierne.Beuzec.Cap-Sizun.Les temps capistes

Audierne.Beuzec.Cap-Sizun.

Les Temps Capistes

 

Le numéro "Hiver 2015-2016" de la revue trimestrielle 'Les temps Capistes" de l'association M13 éditée par Monsieur Jean-Pierre Griffon vient d'être publié. Les fidèles abonnés à cette revue "Beuzéco-Pontécrucienne" auront lu avec beaucoup d'intérêt l'article consacré à la création de la commune nouvelle d'Audierne.

Le blog "konchennou" a été un supporter inconditionnel de ce projet de nouvelle commune dès qu'il a été porté à la connaissance du public. A l'usage, il s'avère que l'idée avait déjà été lancée par un ancien maire (excellent maire) aujourd'hui disparu: Monsieur Jean Cabillic dont nous saluons la mémoire.

Le rédacteur des "Temps Capistes" ne cache d'ailleurs pas son enthousiasme, puisque les premiers mots de la première page de la revue sont sans équivoque:

Joseph Evenat est incontestablement

l'homme de l'année 2015 en Cap-Sizun .

******

L'avenir dira sans aucun doute, qu'il s'agit du bon choix.

Attendons la suite .

Audierne.Beuzec.Cap-Sizun.Les temps capistes
Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 08:46
Meilleurs voeux pour 2016

Meilleurs Voeux

pour 2016

 

 Bloavez Mat    

(bonne année) 

Levenez e-leiz an ti     

(de la joie plein la maison)

Erusted, c'hoarzh ha peoc'h   

du bonheur, des rires et la paix)

Setu va hetou deoc'h   

(Voilà ce que je vous souhaite)

Meilleurs voeux pour 2016
Meilleurs voeux pour 2016
Repost 0
Published by spartacus - dans Actualités
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 08:39
Audierne.Cap-Sizun.Noël 2015

Audierne.Cap-Sizun.Noël 2015

 

War ar Menez ar Bastored

 

( Sur la Montagne les Bergers )

 

******

 

War ar menez ar bastored  (Sur la montagne , les bergers )

A greiz diwall o denvedigou  (Alors qu'ils gardaient leurs agneaux )

Kerkent en noz sklerijennet  (Tout à  coup dans la nuit éclairée) 

O-deus klevet e barr an nenvou  (Ont entendu du haut des cieux) 

Nouel ! Nouel !......(Noël ! Noël !.....

 

 

 

 

 

*******

 

Joyeux Noël à tous les lecteurs

1- Crëche de Noël.   2 et 3 - Neige en Auvergne
1- Crëche de Noël.   2 et 3 - Neige en Auvergne
1- Crëche de Noël.   2 et 3 - Neige en Auvergne

1- Crëche de Noël. 2 et 3 - Neige en Auvergne

Repost 0
Published by spartacus - dans Actualités
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 09:06
Audierne.Cap-sizun.Terrorisme.Editorial 9/2015

Références:

Télégramme de Brest en date du

1). 14-11-2015; Série d'attaques à Paris

2). 15-11-2015: Terrorisme. L'effroyable réveil

Le Monde en date du

3).  15-11-2015: Les attentats de Paris font irruption dans la campagne américaine

Terrorisme !! Nous y sommes !! Les évènements du 13 novembre 2015 viennent de frapper la France en créant un horrible bilan de 129 morts et 352 blessés. (chiffres évolutifs).

Il y a plus d'un demi siècle, en 1962, l'armée française qui venait de combattre le terrorisme durant une dizaine d'années se repliait sur la métropole. Elle était à l'époque, constituée majoritairement de soldats appelés du contingent qui, au cours de leur service militaire apprenaient le maniement des armes et pouvaient donc être mobilisés à tout moment, comme ce fut le cas en 1956.

A cette époque on apprenait aussi dans les écoles militaires préparatoires, la célèbre phrase de Mao Tsé Toung:

"Le guérillero vit dans la population comme le poisson vit dans l'eau ".

Où en sommes-nous ???

Le statut des armées a changé; désormais, les soldats sont des professionnels qui utilisent des matériels parfois sophistiqués dans un contexte de préparation à la guerre classique et nucléaire . Mais, où sont les réserves qui permettaient dans l'ancien système de faire face à une situation exceptionnelle comme le terrorisme ??

La France vit en effet une situation exceptionnelle créée par sept terroristes puissamment armés par seulement quelques armes individuelles. Ces terroristes sont presque tous morts.

Quelle sera la suite ??

Nos responsables cherchent bien entendu des solutions. On en parle même aux Etats Unis puisque :

cf: Le Monde référence  3

" Les attentats de Paris ont fait irruption  dans les courses  à l'investiture .......Il faut agir.....Si les victimes avaient été armées, la situation aurait été très , très différente....un argument déjà avancé lors des attentats de janvier.....

On ne peut évidemment pas comparer la situation des Etats Unis où les armes sont en vente libre, avec celle de la France où il faut être autorisé pour détenir une arme. Or, nous savons que la réglementation actuelle impose l'adhésion à un club de tir pour être autorisé non pas à porter, mais simplement à détenir une arme. (Cas concret d'un refus d'autorisation  en 2003).

Certes, l'argument avancé par un candidat à l'investiture aux Etats-Unis ne manque pas d'intérêt mais ne semble pas transposable en France. On n'imagine pas dans une salle de spectacle des spectateurs armés, même pour le cas où ...??? 

Toutefois, certaines personnes, particulièrement qualifiées, ayant des références: anciens gendarmes, anciens policiers, anciens militaires expérimentés ayant exercé des responsabilités et volontaires etc...pourraient et devraient être autorisés à détenir, (voire à porter dans des situations très exceptionnelles), pour des durées limitées mais renouvelables, des armes légères (du type pistolet), leur permettant d'intervenir dans certains cas  précis. Ceci était vrai, jusqu'à l'obligation d'adhérer à un club de tir pour obtenir l'autorisation, mesure absurde inventée et mise en application par des "fonctionnaires naphtalinés", en mal de règlementation, et qui n'ont sans doute jamais chaussé une paire de pataugas pour participer à un ratissage au cours d'une opération anti terroriste, ni vécu une embuscade de nuit comme les soldats du contingent déjà cités.

Des armes contrôlées seraient moins dangereuses que celles qui ont causé aujourd'hui 129 victimes sans que le moindre témoin ou spectateur puisse réagir.  

Nous avions déjà traité le sujet des armes dans notre étude Cap-Sizun ici publiée le 22 juin 2006 qui s'intitule:

Ma Bro Ar C'hap gwech'all, suite 17

traitant des évènements de Plogoff . Et depuis, rien n'a changé.

Alors ???

Article dédié aux innocentes victimes des attentats du 13/11/2015.

 

*******

 

Aide toi, le ciel t'aidera !!

(Jean de La Fontaine: Le charretier embourbé)

 

 

 

*******    

Audierne.Cap-sizun.Terrorisme.Editorial 9/2015
Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:40
Audierne.Communiqué de l'ASAF. Copie

 ASAF COMMUNIQUE de l'ASAF DU 14 NOVEMBRE 2015

Au lendemain des attentats meurtriers survenus le vendredi 13 novembre 2015 à Paris et à Saint Denis, l’ASAF s’incline devant les morts, partage la souffrance des blessés et compatit à la douleur de nos compatriotes qui ont perdu un des leurs. Elle exprime aussi sa ferme détermination à participer au combat jusqu’à la victoire totale par le soutien sans faille qu’elle apportera aux forces armées, aux forces de Police et de Gendarmerie et aux formations de pompiers et de sécurité civile.

1- L’ASAF rappelle que la France a déclaré être en guerre et que ses armées sont effectivement engagées contre les terroristes islamistes en Afrique sahélienne, au Moyen-Orient et sur le sol français. Il en va de notre liberté et de notre sécurité. C’est une guerre longue et totale qui concerne la Nation tout entière.

2- L’ASAF estime que ce combat « à mort » implique une détermination et une cohésion sans faille de tous les Français. Aucune victoire ne pourra être obtenue si les forces armées, les forces de sécurité et les unités de secours ne disposent pas de tous les moyens humains et matériels nécessaires ainsi que du soutien moral de la Nation.

3- L’ASAF demande aux gouvernants et aux élus qu’un redéploiement important des ressources financières de l’Etat soit effectué en urgence vers ces fonctions régaliennes pour mettre en place les effectifs et les moyens indispensables qui s’avèrent insuffisants aujourd’hui. Elle sait que cet effort financier entraînera des privations et des souffrances, mais c’est seulement à ce prix que nous demeurerons libres. Dans ce combat pour la sauvegarde des valeurs de la France et la liberté des Français, chacun doit savoir que la victoire sur ces terroristes islamistes fanatisés ne s’obtiendra que par le courage, l’effort, l’acceptation de contraintes individuelles et collectives en matière de contrôle et de sécurité et une cohésion sans faille de la communauté nationale. LA REDACTION ASAF . Association de Soutien à l'Armée Française 18, rue de Vézelay - 75008 Paris Tél/Fax : 01 42 25 48 43 Site : www.asafrance.fr Courriel : secretariat@asafrance.fr facebook twitter Partenaires GMF La France Mutualiste Mutuelle Santé de l'UNC Cette lettre peut être diffusée sans réserve vers les autorités et élus de vos connaissances, les médias et relais d'opinion, dans votre entourage familial, professionnel et associatif. illicite

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 09:06
Audierne.Plouhinec.Pont-Croix.Plogoff.Editorial 7/2015

Malgré les fêtes de la Toussaint, et les vacances correspondantes, il ne faut pas perdre de vue les élections régionales qui auront lieu dans quelques semaines, au cours du mois de décembre 2015. D'ores et déjà plusieurs listes ont fait part de leur composition et de quelques uns de leurs projets. Curieusement, nous n'avons pas eu connaissance jusqu'à ce jour d'une quelconque allusion aux personnes âgées, généralement appelées "Tadou Kozh" dans notre beau Cap-Sizun. Certes, cette mission revient aux départements, mais tout de même !!! L'aménagement du territoire revient à l'assemblée régionale, donc....

Un petit mot concernant le vieillissement de la population par exemple .....!!!!!

A moins que ce soit pas un........ sujet d'actualité !!!!!

Attendons l'ouverture de la campagne pour savoir !!!!!

 Nous avons aussi noté que notre population locale n'avait pas de candidat pour la représenter à cette élection sur la liste de gauche, ce qui est également le cas pour Douarnenez. Dont acte !! Le Cap-sizun est tout de même représenté par une candidate élue locale de Pont-Croix en 21 ème position sur la liste Le Fur. Elle exerce par ailleurs la fonction d'adjointe chargée des affaires sociales dans sa commune. Cela tombe très bien puisque nous aurons l'occasion de  parler un peu  plus loin de Pont-Croix . Elle pourra donc faire

"passer le message" .

Autre candidate qui figure en tête sur la liste du front de gauche: Docteur Boudigou de Plouhinec ( Un sondage  attribue un score de 4% à cette liste). 

Si l'on ajoute que le mois de décembre est aussi le mois des fêtes de Noël qui font penser aux vacances et aux  réunions de famille, on peut aussi se poser des questions sur la participation.

 

Alors les sondages....????

Après la Bretagne .....

sans le château de la duchesse Anne....????


 

Quoi qu'il en soit, nous limiterons notre intervention à une étude objective et apolitique  de la situation des personnes âgées dans le Cap-Sizun, avec la présentation d'un cas concret concernant une structure d'accueil : la Résidence de La Fontaine à Pont-Croix. Puisse cette intervention se traduire par une prise de conscience de la situation de nos Anciens qui constituent  bien entendu un électorat et

une réserve de voix à ne pas négliger. 

******

 

Références:

Télégramme de Brest en date du 22-5-2015

Bruno Le Port: Mon seul parti c'est le Cap

*******

Dans l'article de presse cité en référence, Monsieur Le Port, Président de la communauté de communes et Maire de Plouhinec, a fait savoir que son seul parti politique  était le Cap-Sizun, et qu'il avait l'intention de se pencher sur la situation  des établissements accueillant des personnes âgées (EHPAD), qui sont au nombre de 5 dans notre presqu'île du bout du monde: Audierne (1); Cleden (1); Plouhinec (1); Pont-Croix (2).

Lisons l'article qui date déjà de plus de  5 mois :

- Quels sont les projets qui vous occupent ??.....

- Ils sont nombreux.....

- Les travaux importants à mener dans les maisons de retraite......

 

Et, depuis 5 mois il s'est passé quoi  dans les maisons de retraite ???

Quelle suite donnée aux déclarations d'intentions ????

 A chacun sa réponse !!!

 

L'intention n'est évidemment pas contestable, puisque la situation particulière du Cap fait que les personnes âgées sont souvent seules et isolées,  car les enfants sont condamnés à s'expatrier pour trouver du travail. Il convient donc de les accueillir dans des structures adaptées à ces situations particulières, d'autant que nous sommes au pays  du célèbre cantique écrit à Goulien au début du 20ème siècle  par l'Abbé Abjean:

Da Feiz Hon Tadou Kozh

Ni Paotred Breiz Isel

Ni Zalho Mad Atao......

Nous n'infligerons  pas à nos lecteurs l'affront d'une traduction puisque ce cantique est devenu un classique du genre, et que pratiquement tout le monde le connaît . Nos 5 maisons de retraite toutes classée EHPAD ( Etablissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes ) ne sont cependant pas  toutes soumises à la même tutelle puisque 2 d'entre elles (Audierne et Saint Yves à Pont-Croix) relèvent de la responsabilité de l'Hôpital de Douarnenez, alors que les 3 autres  dépendent de la communauté de communes. Monsieur Le Port ne pourra donc pas intervenir à Audierne ni à Saint Yves malgré le statut EHPAD précité, mais il aura suffisamment à faire dans les 3 autres, plus particulièrement à la Résidence de La Fontaine  à Pont-Croix.

C'est en 1976 que fut créé le foyer-logement   "Résidence de la Fontaine" qui a donc aujourd'hui presque 40 années d'ancienneté et dont certaines structures sont d'origine, plus particulièrement au niveau des pavillons. En effet le principe  de "Foyer-logement" consistait à fournir aux résidants un pavillon dans lequel chacun pouvait apporter son mobilier personnel. La formule a été abandonnée car les "Anciens " préfèrent rester chez eux  le plus tard possible et ne rejoignent les maisons de retraite que contraints et forcés, par exemple après une chûte ayant éventuellement entrainé une intervention chirurgicale. Ils ont alors besoin  plutôt de surveillance et de moyens para-médicaux, puisque souvent ils se déplacent mal, parfois assistés d'un déambulateur voire un fauteuil roulant. Les pavillons de "La Fontaine"  sont donc totalement inadaptés  à la situation actuelle des "handicapés assistés", et pour le confirmer nous avons recueilli le témoignage irréfutable d'un couple d'anciens résidants qui y a séjourné durant  plusieurs mois . A l'issue de ce séjour ce couple a choisi et bénéficié d'un hébergement à Audierne, dans un établissement de construction plus récente (inauguration officielle le  25-6-1991).

 Il ne s'agit pas ici de généraliser à partir d'un cas particulier, mais seulement de l'analyser pour en tirer des enseignements au profit de l'intérêt général . 

******

Les pensionnaires de l'ex-hospice situé en centre ville d'Audierne, ont rejoint leur nouvel établissement situé dans le quartier de "La Montagne"  le 10-8-1990. Actuellement cette structure accuse donc 25 années d'ancienneté, soit 15 années de moins que "La Fontaine" , ce qui la rend plus compétitive pour utiliser un terme commercial. Cette remarque laisse prévoir ce qui va suivre, en particulier l'aspect financier des choses, d'autant que nous sommes à l'époque des regroupements de communes dont l'exemple est donné par le projet de fusion Audierne-Esquibien.

Ceux qui ont connu l'ancienne maison de retraite d'Audierne située dans le bâtiment de l'ex-hospice  ("salle commune-dortoir", pas de prise électrique dans les quelques chambres individuelles existant, seau hygiénique sur trépied, sols de planchers en bois donc inflammables etc...), aujourd'hui occupé par le musée maritime, ne peuvent qu'exprimer leur reconnaissance  à la municipalité socialiste  de l'époque, dirigée par le regretté  Jean Normant, qui a eu le courage de traiter le problème malgré tous les obstacles rencontrés et les nombreuses oppositions  (politiques), même locales (Coatmeur). Ces opposants préconisaient un aménagement de l'hospice dont on sait aujourd'hui qu'il est attaqué par la Mérule .

Comme quoi, quand on veut, on peut, comme c'est encore le cas aujourd'hui pour le projet de fusion des 2 communes d'Audierne et d'Esquibien.

Mais pour ne pas tomber dans une critique stérile, nous nous contenterons de résumer les différentes observations faites par les anciens résidants précités de "La Fontaine". Ils n'ont sans doute pas tout vu, peut-être même pas tout dit, mais leur appréciation est irréfutable puisqu'ils ont partagé la vie des résidants durant plusieurs mois . Irréfutable donc ce témoignage, mais également concret comme point de vue,  ce qui devrait retenir l'attention des responsables, en l'occurrence la communauté de communes du Cap-Sizun  et son Président dont dépend la Résidence de la Fontaine à Pont-Croix comme nous l'avons déjà dit. Il ne reste plus qu'à aller sur le terrain pour vérifier le bien-fondé des arguments avancés par les témoins.

******

 

Remarques essentielles formulées par les témoins précités

 

 

*****

- Mauvais été général (à comparer avec une  résidence récente:  "Aolys" de Plogastel Saint Germain, qui offre salle de bains aux normes dans toutes les chambres etc...)

- 1 ascenseur vétuste et unique dans toute la structure ( insuffisant, surtout à l'heure des repas en raison du déplacement des invalides en fauteuil roulant )

- Hall d'entrée encombré par les résidants dont le comportement surprend et choque les visiteurs

- Manque de  locaux de séjour du type salon (cf: hall d'entrée)

- Parkings véhicules insuffisants

- Projet d'aménagement qui dort dans les tiroirs. Rien ne bouge !!

- Personnel employé: RAS; dévoué, courtois et sympathique

- Petit déjeuner distribué dans les pavillons par tous les temps (météo)

- Salles à manger insuffisantes pour fauteuils roulants ( déplacements laborieux dans des passages étriqués)

- Téléphone + internet  (borne WIFI) non réalisés

- Promenades extérieures difficiles pour fauteuils roulants et déambulateurs. A comparer avec l'environnement de l'EHPAD d' Audierne où tous les extérieurs et les abords sont plats et carrossables

- Pavillons totalement inadaptés pour héberger un couple (sanitaires). A fortiori si un des membres est handicapé. A revoir entièrement

- L'ensemble est dévalué par les pavillons. Appellation EHPAD discutable 

- Admissions dans les chambres de  résidants provenant de l'extérieur et non internes ( La priorité devrait être accordée aux résidants des pavillons pour rejoindre les chambres de la structure. Procédure des admissions à redéfinir)

- Pas de salon funéraire

- Plusieurs  pavillons sont mal orientés donc froids et humides

- Plomberie, électricité et sanitaires d'origine. à refaire dans les pavillons (bouchons de vidange des lavabos remplacés par des capsules en plastique etc...). Sanitaires hors normes, donc pas de pièces de rechange

- Mauvais état des sols qui , bénéficient  pourtant de l'aval de la commission de sécurité . Malgré cet aval, les chûtes sont nombreuses dans les pavillons (cas concret éventuellement)

- Locaux administratifs insuffisants

- Douches inutilisables sans assistance, et dangereuses dans les pavillons

 

 

******

Cette liste   non-exhaustive comme on dit, est un plaidoyer pour la Résidence de La Fontaine à Pont-Croix. On pourrait disserter sur chacune des 20 remarques énumérées ci-dessus mais nous préférons laisser le soin aux responsables de vérifier par eux-mêmes, sur le terrain. Nous dirons seulement qu'il y a urgence et qu'il serait temps de sortir des tiroirs un certain projet qui dort depuis trop longtemps. Il ne s'agit pas de créer ni d'alimenter une polémique, mais d'exprimer et  défendre l'intérêt général. Nous sommes tous potentiellement des "Tadou Kozh" non ??? !!!

Des projets oui, c'est bien, mais des actes et des initiatives c'est mieux puisqu'un projet ne risque pas d'aboutir, tant qu'un calendrier de travaux et le financement correspondant ne seront pas déterminés pour permettre le passage à l'acte. Les promesses comme chacun le sait n'engagent que ceux qui les reçoivent. ....Alors: ????? 

Place à l'action, à l'image du projet de fusion Audierne-Esquibien  et 

 

Evit Feiz hon Tadou Kozh.....
Ni Zalho Mad Atao.....!!!!!!

******

Comme par hasard, mais ce n'est sans doute qu'une simple coincidence, plusieurs articles écrits récemment viennent apporter de l'eau au moulin des arguments précédemment cités:

a)- 8-10-2015: Télégramme de Brest. Migrants. Polémique à Serent

b)- 9-10-2015: Télegramme de Brest. Pont-L'Abbé. Ty Deiz. Un accueil de jour face à l'isolement

c)- Octobre 2015. Revue Penn Ar Bed éditée par le conseil départemental du Finistère. N° 138, page 32: " Vieillir en établissement, à domicile ou être aidant.

******

L'article cité en référence a) peut paraître hors sujet. En effet, nous n'avons pas l'intention d'aborder ici le problème des migrants qui à lui tout seul, constitue un sujet particulier et différent. Nous noterons tout de même qu'un projet d'accueil de cette catégorie de personnes concernerait une ancienne maison de retraite nommée "Résidence Beaumanoir" dont une partie daterait de 1972. Il ne reste plus qu'à comparer cette date avec celle de la construction de "La Fontaine " à Pont-Croix, à savoir 1976. Si la  Résidence "Beaumanoir" n'est plus utilisée pour les personnes âgées, c'est sans doute parce qu'elle a été  désaffectée et remplacée, en raison de sa vétusté et sa non-conformité par rapport aux normes actuelles. (La presse plus récente confirme cette hypothèse qui devient donc une réalité).

Alors, La Fontaine .....?????

La référence b) concerne Pont-L'Abbé et l'accueil de jour. Nous prenons acte de cette initiative qui a pour but de tenter de briser l'isolement des personnes seules, de prévenir la perte d'autonomie et de prolonger le maintien à domicile. Quelle que soit la formule, toutes les solutions sont orientées vers l'encadrement des personnes âgées .

Et enfin, la référence c).:

"L''EHPAD est un lieu de vie, pas un hôpital"

Dans la tête des gens , nos établissements sont des mouroirs. Il faut changer les mentalités. Pour moi, seule l'ouverture vers l'extérieur le permet.....

*****

Cette phrase optimiste nous servira de conclusion. Nos "Tadous Kozh" sont parfois et même souvent confrontés à des situations d'isolement, parfois sans véhicule ou sans permis de conduire. Imaginez une personne seule demeurant quelque part dans le " C'hap Don" (Cap profond), veuve sans véhicule et sans permis de conduire, physiquement diminuée et disposant de maigres ressources. Les "voisins", quand ils existent, ne peuvent pas tout pour aider leur voisinage. Il faut aussi savoir anticiper, prendre les devants, ne pas attendre l'échéance fatale pour être dirigé vers "une place disponible".

Effectivement L'EHPAD est un lieu de vie. Bravo aux animatrices qui inventent, qui créent, qui amusent et qui de ce fait méritent des félicitations à partager avec les bénévoles qui s'investissent sans ménager leur temps, tout simplement pour être utiles. 

A chacun son rôle. Aux responsables l'organisation générale, les initiatives et les investissements, aux bénévoles  et aux "aidants", le traitement du moral et  le soutien de proximité.

Il n'y a pas que l'abattoir de Pont-Croix ou les offices de tourisme qui posent problème aujourd'hui dans le Cap-Sizun. Il y a aussi la situation (apolitique) des "Tadou kozh"

qui nous ont fait ce que nous sommes,

sans lesquels nous ne serions rien,

et dont le seul parti est aussi le Cap-Sizun.

Tous les responsables d'aujourd'hui, disons quinquagéraires, sont potentiellement les "Tadou Kozh" de demain. A méditer, en se rémémorant ce qui s'est passé pour l'ex-hospice d'Audierne, à propos duquel tout a commencé par une campagne de presse pour aboutir à ce qui existe aujourd'hui. Il ne tient qu'à la presse locale de s'investir dans une enquête apolitique concernant l'intérêt général du Cap-Sizun et de "La Fontaine" .

On dit que l'histoire est un "perpétuel recommencement" et on dit aussi que:

 

Commander c'est prévoir !!

 

 **********

 

 

D'an den kozh gwenn e benn, e korn an tan azezet

......................................................................
Ar vuhez zo bet tenn, d'an drubuilh Kenavo
    

 

*******

Kanaouenn Ar C'hap  (Chanson du Cap)

 

(Ecrit en 1871 par Monsieur L'Abbé Yves Kersaudy, natif de Landrer en Plogoff )

 

Treuzet e m'eus an oll moriou   (J'ai traversé toutes les mers)

Tremenet dre galz a vroïou   (passé dans beaucoup de pays)

 Guelet e meuz an Amerik  (J'ai vu l'Amérique)

Saïgon, Pékin ag an Afrik   (Saïgon, Pékin et L'Afrique)

Bet oun touez ar Morianed   (Eté parmi les Africains )

Evel ar C'hap n'eus Bro ebet   ( Il n'y a pas de pays comme le Cap.......) 

 

 

(Suite de ce chant  sur le blog "mouez ar vro" accessible par les liens )

   

 

 

*******

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 1-Audierne  2 Pont-Croix 1-Audierne  2 Pont-Croix

1-Audierne 2 Pont-Croix

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article