Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 17:28

     Audierne. Cap-Sizun. Gendarmerie. Suite

Références:

30-7-2014: Le Parisien. Titre: Pour avoir critiqué la politique pénale, le N° 3 de la gendarmerie débarqué

31-7-2014: Le Figaro.Titre: Départ du N°3 de la gendarmerie

Le Figaro. Titre: La droite dénonce la "mise au placard" du N°3 de la gendarmerie

France info.Titre. Le N° 3 de la gendarmerie remplacé après des critiques sur la politique pénale

Télégramme de Brest: Titre:  Gendarmerie. Un général remplacé après avoir émis des réserves

1-8-2014. Le Parisien. Titre: Emoi à la gendarmerie après la mutation d'un général

 

ste_ev._lanzullien._tugen._castelmeur_028.jpg

 

 

Liens

 

Audierne.Cap-Sizun.Gendarmerie et Délinquance

 

Audierne-Cap-Sizun-Gendarmerie-Le moral se dégrade

 

******

Dans les deux articles accessibles par les liens ci-dessus, nous avons déjà informé nos lecteurs de certains aspects de l'actualité concernant la gendarmerie nationale. Rappelons que les gendarmes sont des militaires et que, à ce titre ils ne sont pas syndiqués et ne disposent donc  pas de la liberté d'expression contrairement aux forces de la police nationale. C'est la raison pour laquelle on voit parfois des épouses intervenir publiquement tout comme des retraités regroupés dans des associations. 

La défense des subordonnés est donc du ressort de la hiérarchie, tant pour ce qui concerne les problèmes de fonctionnement, (lorsqu'ils sont justifiés évidemment), que pour le moral.

Appelé à s'exprimer devant la

commission parlementaire "de lutte contre l'insécurité",

le général Soubelet avait déclaré que la "réponse pénale"était en décalage par rapport aux infractions constatées. 

Voici ce qui est écrit dans "Le Parisien" le 30-7-2014:

"Ses propos avaient fait l'effet d'une bombe......S'il avait gagné la sympathie de nombreux gendarmes de base qui, sur les réseaux sociaux avaient salué son "courage", le général s'était attiré les foudres de de sa hiérarchie et notamment celles du Ministre......

et dans le Figaro du 30-7-2014 

"Il s'était attiré les foudres de sa hiérarchie et du Ministre....mais avait gagné  la sympathie de nombreux gendarmes de base saluant sur les réseaux sociaux le

"Général Courage".

 

Nous mêmes , dans notre article en date du 12 janvier 2014 (Audierne.Cap-Sizun. Gendarmerie et délinquence)  accessible par le lien ci-dessus, nous avons écrit:

"Mon Général,

la récompense de votre courage

ne  sera pas une décoration, mais simplement ce que vous lirez dans les yeux de vos subordonnés qui désormais  vous salueront non par obligation, par devoir ou par habitude, mais par respect".

 

Simple anticipation !!

 

*******

Après l'affectation du général Soubelet au commandement de la gendarmerie d'outre- mer, fonction qualifiée de "placard" par plusieurs homme politiques, ce  qui a été  écrit en janvier 2014 (voir ci-dessus) semble donc avoir un peu anticipé les mesures et décisions  à venir. Nous y sommes !!!

Et après la démission de l'ancien Préfet du Finistère en Nouvelle Calédonie on peut se demander où se situe  la définition du "politiquement correct".

Si les fonctionnaires et les militaires sont assimilés à des robots exécutant les ordres "sans hésitation ni murmure" comme le prescrivaient autrefois les anciens règlements, il y a un décalage quelque part. Nous sommes au XXI ème siècle. Les vieux règlements ont évolué. Le Général Soubelet s'est exprimé à partir des éléments dont il disposait dans sa fonction. Si les chiffres de la gendarmerie  sont différents des chiffres officiels, bien que s'appuyant sur des évènements concrets (du type procès verbaux), nous sommes peut-être dans une certaine vérité, la "vérité vraie" comme on dit parfois,  qui est différente du politiquement correct. Le Général s'est exprimé selon sa conscience car la conscience existe aussi chez les serviteurs de l'état comme chez tout un chacun. C'est ainsi qu'elle peut par exemple amener certains maires à refuser de célébrer des mariages contraires à leur conception de la vie en couple . Et pourtant, la loi est la loi et elle est la même pour tous, mais dans les limites de la conscience évidemment .

Notre histoire est riche en problèmes de conscience. Rappelons la démission suivie du suicide du Général L.... désigné pour présider la cour militaire de justice après les évènements d'Algérie. Il fut remplacé par un autre Général. Rappelons encore la démission (à la même époque) et radiation des cadres de plusieurs oficiers subalternes désignés pour commander un peloton d'exécution et ayant refusé d'exécuter cet ordre.

La gendarmerie dont nous rappelons que les membres ne sont pas syndiqués a, à plusieurs reprises, servi de dernier rempart à notre République. On a encore vu son rôle à Marseille il n'y a pas si longtemps lors des évènement de la banlieue nord (BAC nord). A ce titre elle mérite donc quelques égards et considérations de la part de ceux qui certes exercent le pouvoir, mais pour une durée déterminée puisque le pouvoir est éphémère.

Et puisque les évènements nous mettent aujourd'hui devant un problème de drogue qui aurait disparu à un certain niveau de la police nationale, disons que des évènements de cet ordre sont inimaginables au sein de la gendarmerie . Celle-ci fonctionne selon des critères sécuritaires également appliqués dans l'armée française et plus particulièrement dans ce qui est qualifié de "point sensible". Ces derniers fonctionnent en appliquant certaines mesures de sécurité  à propos desquelles nous resterons silencieux après avoir été acteur dans ce domaine. Ceux qui ont exercé des responsabilités dans ce type de fonction savent de quoi il retourne. Ils savent aussi que la moindre faille peut être exploitée par des gens sans scrupules et mal intentionnés.

 

 

     

 

  Et pour conclure, il nous reste à vous souhaiter bonne chance dans vos nouvelles fonctions Mon Général !! 

Un jour viendra, le plus tard possible,  vous aurez, pourquoi pas, envie de faire  comme tout le monde, une sorte de bilan de vos activités dans l'exercice de vos responsabilités, autrement dit "donner un dernier coup d'oeil dans le rétroviseur". Et ce jour là, vous vous surprendrez peut-être à fredonner un air connu, popularisé par Edith Piaf  et chanté dans certaines circonstances de notre histoire:  

 

Non, rien de rien, non, je ne regrette rien....!!!!!

 

 

 

*********

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 09:22

        Audierne.Esquibien.Plouhinec.

Cap-Sizun.Editorial 7/2014

 

     

Références:

Télégramme de Brest en date du :

a)- 28-6-2014: Plouhinec

Conseil.Timides rapprochements avec Audierne

Aire de carénage: Une grosse bêtise

b)- 29-6-2014. Tourisme. Le Cap en clip

c)- 1-7-2014. Douarnenez. La ville obtient le label station de tourisme

d)- 4-7-2014. Audierne. Zones bleues jusqu'au 30 septembre

e)- 5-7-2014. Cap-Sizun. Territoire. 2014, l'année des renégociations

Esquibien. Mairie et DDTM. Au chevet du front de mer

f)- 6-7-2014. Plouhinec. Vol à l'arraché sur le parking d'un supermarché

Cap-Sizun. Maison médicale. Un projet qui fâche

g)- 8-7-2014. Mahalon. Elle avait dansé nue sur l'autel: l'artiste relaxée

h)- 9-7-2014. Audierne-Plouhinec. Un feu, deux communes

i)- 10-7-2014. Tourisme. La mutualisation des offices en débat

j)- 11-7-2014. Tourisme Le Cap, trois en un

i)- 12-7-2014. Cleden-Cap-Sizun. Vierges et saints en faïence

j)- 13-7-2014. Chapelles. L'heure de la reconversion

k)- 15-7-2014. Cambriolages. Des commerces visités dans le Cap-Sizun...Pays Bigouden

l)- 16-7-2014.Mali. Un légionnaire français tué dans une attaque suicide

m)-20-7-2014. Tchad. La force Barkhane opérationnelle le 1er août

n)- 22-7-2014. Plage de Trescadec. Des nouveaux sanitaires

o)- Patrimoine religieux. Nicole Le Gall réagit

p)-13-7-2014. Nouvelle Calédonie. Démission. Le coup d'éclat de l'ex-Préfet du Finistère

q)- 24-7-2014. Pont-Croix. La future mairie en débat

Goulien: Nécrologie: Christian  Pelras. L'ethnologue qui a produit une monographie de Goulien

 

 

*******

Au cours du mois de juillet 2014, généralement temps de relâche et  de vacances, l'actualité n'a pas manqué d'intérêt, tant au plan national qu'au plan local. La saison touristique n'a pas été très favorisée par la météo pendant la première quinzaine, mais le Cap a comme d'habitude accueilli ses fidèles qui savent apprécier une région pour la beauté de ses paysages et bien d'autres charmes que chacun découvre à sa guise.

 

     

     Conformémént à notre vocation, nous nous contenterons de citer les évènements internationaux et nationaux sans nous étendre sur ces sujets. La perte d'un avion du type Boeing en Ukraine ne sera pas commentée car une enquête est en cours et on ne peut accuser sans preuves. Disons simplement que les victimes sont une fois de plus des innocents, comme la plupart des victimes du terrorisme.

Nous ne commenterons pas non plus le crash d'un avion d'Air Algérie au Mali sauf pour dire que la force (française) Barkhane, basée au Tchad qui devait être opérationnelle le 1er août (référence m)  se trouve actuellement sur la zone du crash , prouvant ainsi la réactivité, le caractère et l'esprit opérationnels de l'armée française.

Quant au nouveau découpage administratif qui partage la France en 13 régions, dont la Bretagne qui est limitée à 4 départements (donc sans la Loire Atlantique), il est suffisamment traité par tous les quotidiens nationaux et régionaux. Disons  seulement que ce découpage est contraire à notre histoire ce qui pourrait avoir des incidences et même des conséquences sur les scrutins à venir puisqu'il s'agit d'une décision politique. Ce type de situation devrait d'ailleurs  faire l'objet d'une consultation pour être avalisée par les électeurs. 

Nous allons donc, malgré cette actualité chargée, revenir à notre beau Cap-Sizun dans lequel il se passe  aussi des choses, pas du même niveau heureusement. Pour essayer de ne rien oublier nous respecterons la chronologie des différents sujets , tels qu'ils ont été présentés dans la presse locale citée en référence.

C'est avec beaucoup de satisfaction que nous prenons acte d'un bon début de collaboration entre 2 communes voisines: Audierne et Plouhinec qui ont pour une fois, la première, laissé leurs rivalités au vestiaire. C'est ainsi que le feu d'artifice du 14 juillet a été effectué à frais partagés par les 2 communes. Ce n'est pas grand chose mais c'est un bon début. Espérons que cette entente continuera , pour le plus grand profit des 2 communes. Ceci permettrait peut-être d'éviter certaines "bourdes", sources de dépenses injustifiées puisque on peut lire aussi dans la presse, le même jour, ce qui suit:

Aire de carénage: une grosse bêtise.

C'est la question que nos responsables du conseil général se posent. Nous pouvons  aussi nous la poser à propos des moyens de levage inexistants. Autrement dit: comment fait-on pour déposer un bateau sur l'aire de carénage ?? Rappelons que le problème des plaisanciers n'est toujours pas réglé et qu'un carénage "sauvage"  sur les cales des quais peut être sanctionné par une amende de 900 €. Voilà donc déjà un problème qui se pose tant pour Audierne que pour Plouhinec, problème à résoudre par les nouvelles municipalités, et problème particulièrement crucial à Audierne, compte tenu de l'héritage dont nous reparlerons. 

Pendant ce temps, la ville de Douarnenez obtient le label Station de tourisme.[(cf référence c)].  Et Audierne alors ?? Evidemment avec ce que la municipalité précédente nous a laissé....!!!! 

     

    Les nouveaux élus audiernais ont dû traiter en urgence le problème des sanitaires à la plage d'Audierne puisque leurs prédécesseurs avaient tout détruit. Rappelons que les municipales avaient lieu en mars 2014 et qu'il convenait d'attendre  les décisions de justice avant de prendre de véritables initiatives. C'est fait et tant mieux car une plage sans toilettes nous aurait ramenés au moyen âge. Merci Madame Donval présidente de je ne sais quelle association du patrimoine maritime pour votre conception de l'environnement.  

 

     

Fort heureusement, nous ne reverrons pas en 2014 les beaux paysages de 2013. Les nouvelles toilettes (ci-dessous) sont tout de même plus présentables si on les compare à la représentation ci-dessus:

 

    PHTO0056.JPG 

  Les problèmes de circulation font aussi partie de l'héritage socialiste audiernais. Dans l'immédiat les peintures au sol ont été refaites en ville, et la zone bleue a été  réactualisée. Toutefois la future traversée de l'agglomération est restée à l'ancienne et la circulation descendante de la Pointe du Raz rencontre toujours des sens interdits qui la dirigent directement vers la sortie en direction de Quimper. Le problème devrait être résolu à l'automne et tranquillement puisqu'il faut aussi revoir les accès et sorties des parkings, donc tout réorganiser pour éviter les bévues . La municipalité précédente avait tout "chamboulé" dès son arrivée au pouvoir. On connait la suite et ses incohérences (remerciées par une décoration du plus haut niveau) .

Le conseil communautaire a aussi parlé d'avenir [(cf: référence e)] à propos de l'enclavement du Cap-Sizun. Le Président du conseil général a répondu :

"Ce sont des programmes sur lesquels les financements sont lourds. Je peux difficilement m'engager ici....."

Conclusion: La voie Quimper-Audierne est trop onéreuse !!

Dont acte !! On s'en souviendra, lorsque les futurs candidats aux futures élections locales viendront, une fois de plus et une fois encore, se faire photographier devant le tas de sable de Poulgoazec, ce qui est une manière polie de nous prendre pour.... et aussi de nous laisser dans notre.....Merci d'avance. Comptez sur nous et plus encore sur nos voix !!! Car nous avons aussi et tout de même des besoins. Regardez les dégâts des dernières tempêtes sur le front de mer et particulièrement à Esquibien [( cf: référence e)]. Une réunion avec la DDTM (direction départementale des territoires et de la mer) est prévue en septembre. Pour l'instant, les lieux sont tels que la mer nous les a laissés, avec pour conséquence la diminution des stationnements. A suivre donc.....et à comparer avec la réactivité de l'armée française au Mali.

On dirait aussi que les problèmes de délinquence  commencent à franchir les frontières de notre Cap. (cf référence f et k). Un vol à l'arraché sur un parking à Plouhinec, des cambriolages dans les commerces en Bigoudénie et dans le Cap. Enquêtes en cours !! Solutions ?? Les forces de police ne peuvent pas être partout en même temps. Donc, prudence, vigilence, observation et renseignement.

A la rentrée, il conviendra aussi de se pencher sur le projet esquibiennois de maison médicale ([cf référence f)]. Si l'on en croit ce qui est écrit dans la presse, il s'agirait

"d'un projet qui fâche".

Deux points de vue s'opposent: celui d'Esquibien qui s'appuierait sur une demande des professionnels et celui de Plogoff qui craint de voir partir son médecin. On croit savoir  aussi qu'un autre projet de maison médicale concernant 6 praticiens serait en préparation à Pont-Croix [(cf: référence q )] . Esquibien et Pont-Croix offrent des possibilités de stationnement qui font défaut à Audierne. Ce sera peut-être à la communauté de communes de s'investir pour éviter les querelles intestines. D'ailleurs, elle ne devrait pas manquer d'occupations à la rentrée puisqu'il faudra aussi trancher le problème des offices de tourisme [(cf :référence i)] .

Un mot concernant Mahalon. On se souvient de la profanation qui avait eu lieu en 2009. La danseuse nue qui s'était exhibée sur l'autel a été relaxée. Chacun est libre d'apprécier cette décision à sa  guise. Rappelons tout de même que l'actualité est assez abondante en matière de non respect des lieux de culte. Or,  ils sont tous aussi respectables les uns que les autres, qu'il s'agisse de temples, de mosquées, d'églises et chapelles, de synagogues ou tout autre édifice religieux. Bien sûr, il faut aussi respecter une décision de justice. Il reste cependant à savoir si la profanation d'une mosquée  serait traitée de la même manière.

Les chapelles sont nombreuses en Cap-Sizun. Ce n'est pas, pas encore ici que l'on parle de reconversion [ cf: référence j)] .  Pour la saison 2014, la commune de Cleden s'est distinguée tant à la chapelle de Langroas par son exposition de faïences qu'à Saint Tremeur  qui collabore avec une association bigoudène [(références i) ] . Ce n'est donc pas encore  demain que le problème de reconversion des chapelles se posera localement. Dans son édition du 13-7-2014 [(références J et O)], le Télégramme de Brest a abordé ce sujet en titrant:

Chapelles: L'heure de la reconversion

dans lequel on peut lire:

"La Bretagne n'est plus la terre bénie du christianisme du début du XXème siècle".

Soit. Mais il faut cependant constater que en terre capiste, aucune chapelle n'est abandonnée. Elles ont toutes été construites avant la loi de 1905 et sont donc toutes des biens publics avec droit de regard du clergé "affectataire". Les  communes en sont donc responsables, mais il est évident qu'elles ne peuvent pas tout faire. Chaque chapelle est donc gérée par une association de bénévoles qui organise de nombreuses manifestations en vue de récolter les fonds nécessaires à l'entretien. A l'heure actuelle, toutes les chapelles du Cap-Sizun sont en état pour l'essentiel: gros oeuvre et toitures. Certes, tout n'est pas parfait partout (étanchéité, menuiseries, peintures, réfection du mobilier etc...) ce qui explique les besoins financiers. Certaines chapelles  sont classées monuments historiques et bénéficient donc du soutien de l'état. Il est évident que les communes ne pourraient pas tout faire sans aide. Mais la mentalité capiste ne supporterait sans doute pas non plus la reconversion d'une chapelle en office de tourisme ou en gite rural par exemple. On a vu ce que donnait le festival des chapelles qui s'est aperçu qu'il était loin d'être en pays conquis, à Bon Voyage par exemple

 

  

 

van3_0707.jpg

 

 

*******

Encore un  mot concernant l'Armée française au Mali [référence i)]. Dans son édition en date du 16-7-2014, la presse fait part du décès d'un sous-officier de la légion au Mali, victime d'une attaque suicide.

L'adjudant-chef Dejvid Nicolic , 45 ans comptait 25 années de services. C'est le neuvième soldat tué au Mali depuis le lancement de l'opération Serval en janvier 2013. Un véhicule a surgi devant les blindés installés en surveillance.....Sept militaires ont été touchés par l'explosion....

Encore un, un de plus victime de ces nouvelles formes de combat mené par des kamikazes et contre lesquels on ne peut rien . Les mines et les kamikazes font partie de ce que tout le monde appréhende !! 

Au revoir mon adjudant-chef. Kenavo camarade !! 

******

Plus près de nous, la commune de Goulien doit prendre en compte le décès de Christian Pelras, ethnologue dont la réputation n'est plus à faire en Cap-Sizun:

" Dans les années 6O, cet enseignant-chercheur avait été engagé pour réaliser la monographie de Goulien....."

Ce document exceptionnel figure dans toutes les bonnes bibliothèques du Cap-Sizun. Rien n'a été laissé au hasard et les Capistes anciens y retrouvent de nombreux souvenirs de leur jeunesse au contact des générations précédentes. Quant aux citoyens  non-Capistes d'origine, ce texte leur permet de mieux comprendre les mentalités locales et de mieux approfondir certaines de nos traditions. Un document de base en somme. La nouvelle bibliothèque de Goulien porte le nom de Christan Pelras, désormais indissociable de la commune du même nom. Nous exprimons nos condoléances à la famille en deuil.

******

Nous terminerons cet article  en signalant la retentissante démission de l'ancien Préfet du Finistère Monsieur Jean-Jacques Brot, Haut-Commissaire du gouvernement en Nouvelle-Calédonie:

"Ceux qui l'ont côtoyé dans le Finistère (où il possède une maison) savent qu'il ne transige pas avec certains principes républicains".

Ainsi donc, un haut fonctionnaire n'a pas hésité à mettre un terme à sa carrière parce que sa conception personnelle des évènements n'était sans doute pas en harmonie avec celle de sa hiérarchie. Les fonctionnaires et les militaires ont en commun ce qui a été superbement écrit en 1835 par Alfred de Vigny (1797-1863):

la grandeur et la servitude.

Notre histoire ne manque pas d'exemples pour confirmer cette appréciation datant de 1835 donc de bientôt 2 siècles. Bien que concernant plus particulièrement les militaires, on peut pour une fois la transposer pour dire tout simplement que:

L'histoire est un perpétuel recommencement .

Bonnes vacances d'août à tous nos lecteurs et bonne météo à nos visiteurs

 

 

******

PIC_0310.jpg

 

 

*******

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 17:00

Audierne.Plouhinec.Plogoff.

Cap-Sizun

Editorial 6/2014

 

pic_0004.jpg

 

Références: Télégramme de Brest en date du :

 

a)- 14-6-2014. Titre: Pointe du Raz. Election du comité syndical

 

b)- 16-6-2014.Titres:

 

Plouhinec. Mille fers au feu pour une cause

Le point de vue de Bruno Le Port

 

c)- 18-6-2014: Titre: Intercommunalités. Fusions à volonté

 

d)-19-6-2014: titre: Régions. Place à la joute parlementaire

 

******

Cette fois on peut dire que les élections municipales sont derrière nous puisque le mois de juin se termine. Toutes les nouvelles équipes municipales et la communauté de communes sont donc en place, même à Audierne puisque le tribunal a rendu son verdict confirmant les résultats. Tout s'est donc joué à une voix, mais la légitimité de la municipalité Evenat est incontestable. Par conséquent, il ne reste plus qu'à observer pour enregistrer les nouvelles initiatives, les bonnes comme les mauvaises.

 

D'ores et déjà on a pu constater que certaines divergences apparaissent ici ou là, particulièrement en ce qui concerne le tourisme et un des atouts majeurs : le grand site de la Pointe du Raz.

 

     

 

Le comité syndical [ références a)] s'est réuni pour élire les membres du bureau et du comité dans lequel on retrouve les maires de Plogoff, Cleden et Primelin, ainsi que le conseiller général Monsieur Didier Guillon, par ailleurs maire d'Esquibien et des représentants de la communauté de communes.

Le désaccord est apparu à propos du site internet de la Pointe du Raz qui aurait besoin d'être réactualisé ce qui nécessite un investissement de 20665 €. Le projet est retenu malgré une abstention (Catherine Bescond- Beuzec) et une voix contre, celle du conseiller général qui estime que c'est du

"gaspillage de l'argent public"

pour lui le Cap-Sizun

"ne nécessitant qu'un seul site internet".

Ce n'est pas le point de vue du directeur du grand site (Bruno Cariou) qui considère que  

" il est normal que la Pointe du Raz ait son site personnel, comme l'ont les quatorze grands sites de France ".

Difficile de concilier ces 2 points de vue. Ceci a amené le Président de la communauté de communes, par ailleurs maire de Plouhinec, à exprimer  son avis concernant le tourisme, ce qui  a semble-t'il, le mérite de clore le débat:

"Le tourisme est une activité essentielle pour notre territoire, une opportunité et une priorité économique........La force d'impact du Grand site de la Pointe du Raz est un moteur ...... Que le tourisme fasse partie des attributions et compétences de la communauté de communes, certes, mais ce serait une grave erreur que de ne pas nous appuyer , outre la Pointe du Raz, sur des activités et structures existantes: ...Fête de Bruyères, Musées etc...

La communauté de communes n'a pas vocation à prendre à sa charge des structures dont les communes se débarasseraient".

 

Les choses sont claires et nous sommes heureux de constater que c'est exactement le point de vue que nous avons défendu dans nos articles précédents que l'on peut consulter.

Lien:

 

Audierne.Esquibien.Cap-Sizun.Editorial 4/2014

 

    Le Cap-Sizun fonctionne actuellement avec 4 offices de tourisme: Audierne, Plouhinec, Pont-Croix et Beuzec, du statut EPIC, donc sous la responsabilité des municipalités. Antérieurement, ces mêmes offices relevaient du système associatif, ce qui les dispensait d'avoir à justifier l'emploi des finances provenant de l'argent public. Il fallait bien mettre un terme à cette carence. Sans vouloir mettre en doute la moralité des utilisateurs (régime associatif), il est normal que l'utilisation de l'argent public soit  vérifiée et contrôlée par les services compétents

  Le système actuel a donc le mérite de fonctionner sous contrôle, et on ne voit pas bien comment on pourrait faire autrement, même en incluant le Grand site de la Pointe du Raz. De toutes façons , une nouvelle loi fixant les  attributions des communautés de communes est en préparation, mais personne ne peut dire ce qu'il adviendra du seuil minimum de population fixé à 20.000 habitants. Il convient donc d'attendre avant de changer quoi que ce soit dans l'existant. Mais, d'ores et déjà, Monsieur Le Port  précise qu'il n'a pas l'intention de prendre en charge

"les structures dont les communes se débarasseraient".

Notons encore que le seuil des 20000 habitants ne concerne pas uniquement notre Cap-Sizun. Lisons la presse citée en référence c):

En Bretagne par exemple, les intercommunalités des secteurs péninsulaires (presqu'île de Rhuys ou de Crozon, Cap-Sizun...) seront-elles aussi soumises à ce seuil démographique ?

    Monsieur Le Port n'a pas précisé quelles communes étaient plus particulièrement concernées, mais à titre d'exemple on peut citer Esquibien et son club nautique. Nous n'entrerons pas dans le détail, compte tenu de la situation particulière de cette structure par rapport aux décisions de justice toujours en cours. Par ailleurs, on peut se demander s'il ne serait pas judicieux de se pencher sur des regroupements de communes, ce qui par là même règlerait le problème des offices de tourisme. Il fut un temps question de regrouper Pont-Croix et Beuzec. Hypothèse classée sans suite, chacun souhaitant sans doute rester dans ses frontières paroissiales.

Imaginons une grande commune Audierne-Esquibien. Hypothèse logique, même du point de vue paroissial puisque autrefois, Audierne était une trêve d'Esquibien. A quoi correspond la frontière actuelle séparant ces 2 communes ?? Un simple ruisseau parfois à sec séparant la plage en 2 parties. Et le port dit d'Audierne (demi port) dont les structures techniques (criée, carburant, aire de carénage etc...) sont à Plouhinec (Poulgoazec). Que reste-'il à Audierne à part la coopérative maritime ?? Rien !! Donc puisqu'on envisage un redécoupage des régions et des communautés de communes le moment n'est-il pas venu de commencer à faire des économies au niveau communal (on pourrait dire paroissial) ?  C'est à nos élus d'étudier la situation, d'évaluer les problèmes et de proposer des solutions. Une seule mairie et une seule municipalité pour Audierne-Esquibien n'est pas inimaginable, compte tenu des 294 hectares de la surface audiernaise, avec à la clé des économies  incontestables.

Mais pour l'instant, Audierne se bat avec son héritage et plus particulièrement les toilettes à la plage. Cet héritage est insensé et inimaginable.Toilettes devant l'ex - Casbah  en chantier (guérite à pipi installée provisoirement démontée fort judicieusement) et le trop célèbre Mât Fenoux dont l'image se passe de commentaires:

     

Les audiernais qui ont vu l'intérieur de ces toilettes au temps de la gestion "Donval", ne sont sans doute pas près de l'oublier:

 

phto0079.jpg

 

Encore une remarque concernant l'héritage et l'entretien des rues et plus particulièrement la trop célèbre rue René Autret. Elle n'a jamais  été nettoyée en 2012 ni en 2013, donc au temps de la municipalié socialiste. En 2014, donc avec la nouvelle municipalité, le désherbage a été effectué très exactement le 19 Juin 2014. Or, le personnel employé n'a pas changé mais les responsables ne  sont plus les mêmes. A chacun d'en tirer ses conclusions. Quant à la circulation en centre ville, pour l'instant pas de changement. Projet sans doute remis à plus tard, après les vacances, ce qui paraît être une décision sage compte tenu du calendrier. 

Un dernier mot concernant les insultes: c'est le grand silence. Il est vrai que la rubrique commentaires est fermée. Pour autant, les insultes sont pieusement conservées, bien au chaud, et pourraient évidemment  être transmises à qui de droit si le besoin s'en faisait sentir. Dans l'immédiat, bronzette et sable fin.

Bonnes vacances à tous les lecteurs. 

 

     

 

 

 

 

*******

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 10:18

Audierne.Cap-Sizun.

Municipales et européennes. Suite 

 

pic_0010.jpg

 

 

Références:

Télégramme de Brest en date du :

a)- 20-5-2014: Mahalon. Relaxe requise pour l'artiste qui avait dansé nue sur l'autel

b)- 22,28,30/5/2014: Plogoff,Primelin,Confort: Subventions

c)- 23-5-2014: Cleden-Cap-Sizun.Conseil.Aucune question diverse autorisée

d)- 28-5-2014: Réforme territoriale. La Bretagne resterait seule

e)- 30-5-2014:Militaires.Leur administration se dégrade

f)- 31-5-2014: Plouhinec."Pavillon bleu".Plouhinec garde son label

g)- 3-6-2014: Audierne.Election.La demande d'annulation rejetée

h)- 6-6-2014 : Audierne. Salle multifonctions.Plus 170.000 €

******

Le temps des vacances, autrement dit la saison touristique approche. Les élections municipales ont eu lieu en mars dernier, donc récemment ce qui se traduit dans certaines communes par la continuité (municipalités sortantes réélues) et dans d'autres par quelques changements. Dans cette situation nouvelle, Audierne présentait une certaine originalité puisque la légitimité de la nouvelle équipe de Monsieur Evenat était soumise à une décision de justice. Cette décision vient d'être publiée dans la presse locale (référence g) :

la demande d'annulation est rejetée.

N'épiloguons pas, la municipalité Evenat peut donc désormais prendre des initiatives et assumer ses responsabilités. Certaines d'ailleurs ont été anticipées, compte tenu d'une part, de l'approche de la saison touristique, et d'autre part de la situation laissée par la municipalité Donval non reconduite dans sa fonction. C'est ainsi que la plage d'Audierne a été laissée en héritage sans toilettes publiques, ce qui est invraisemblable et même irresponsable dans une station dite balnéaire. Nous avons parlé du Mât Fenoux à plusieurs reprises. La situation y est sans changement: on a démoli l'existant sans prévoir ni organiser la suite. On reverra donc sans doute le spectacle de l'année précédente à cet endroit. Belle inconscience des sortants. On peut même dire incompétence ou inaptitude à exercer des responsabilités . Pas très flatteur pour le parti qui a adoubé une telle équipe.  

 

   

 Apparemment, le projet de bloc sanitaire boulevard Manu Brusq (près de l'ex Casbah) est à revoir. En effet, baptisées "toilettes pour handicapés" l'accès en fauteuil roulant était impossible. Merci la municipalité socialiste sortante. Solution provisoire déjà réalisée par la municipalité actuelle:

 

    Plage donval phto0052-300x225

 

Un autre blog sanitaire a également été posé près de la station des maître nageurs 

 

   PHTO0056.JPG  

Ce sont sans doute des solutions momentanées prises dans l'urgence en raison du calendrier . Remercions encore un fois la municipalité sortante pour son héritage.

Et il y a tout le reste puisque l'équipe Evenat envisage des modifications de la circulation au centre ville autour des places de la République et de la Liberté, sans oublier la mise en place de mesures préventives et pédagogiques pour traiter le problème de la vitesse sur la route de la Pointe du Raz . Nous notons avec curiosité que tous ces problèmes abordés par la nouvelle équipe municipale se heurtaient à des fins de non-recevoir par la municipalité Donval. Normal !! Quand on a la science infuse, il n'est pas nécessaire d'écouter ni même d'entendre !! Les électeurs n'ont pas été dupes !! 

Bon, Audierne semble vouloir se réveiller. Le projet de rond-point desservant le futur magasin LIDl est retenu. Il devrait être réalisé  en décembre 2014 - janvier 2015. (référence h ). Reste à savoir si ce rond-point règlera les problèmes qui se posent à l'intersection de la D784 avec la route d'Esquibien. Il s'agit du carrefour  le plus folklorique de tout le Cap-Sizun desservant à Audierne les  églises, les écoles et les cimetières, sans oublier la gendarmerie et la commune   d'Esquibien. De plus, il s'agit aussi  de la route Quimper-Pointe du Raz via Audierne, donc un itinéraire essentiel sur lequel les conditions de circulation sont par endroits restées telles qu'à  l'époque du char à bancs tracté par un cheval "non vapeur". Un projet a déjà été étudié autrefois  et abandonné lorsque Monsieur Jean-Paul Laporte présidait la communauté de communes. Attendons la suite puisque au cours des 6 dernières années les fleurs ont exercé une priorité absolue !! Nous l'avons déjà dit: 6 années perdues pour Audierne et le temps perdu .....  

Le problème posé par les "Restos du coeur" ne semble pas abordé pour l'instant à Audierne. Plusieurs communes: Plogoff, Primelin, Confort-Meilars  et Audierne ont attribué une subvention à cette association [cf: référence b)]. Mais sur le fond rien n'est réglé. Nous avons déjà dit que la solution se trouvait à la communauté de communes. Donc, à suivre puisque les "Restos" sont affublés d'une étiquette politique suite à l'expression de la volonté du même nom par Madame Donval !! A ce propos, nous n'avons pas encore lu dans la presse que les élus sortants de la municipalité Donval s'étaient inscrits ou bousculés comme volontaires, donc bénévoles pour aider les "Restos". Tout de même des élus sortants et qui plus est parfois décorés. Belles photos en perspective dans les quotidiens locaux. Hélas !! Bah, il faut comprendre !! Devenir bénévole après avoir été rémunéré....!!! ??? Il faudrait demander son avis à Monseigneur Pognon, mais il est absent.

Notons encore que la commune de Plouhinec conserve son "Pavillon Bleu". Plutôt que de choisir la conquête de cet objectif, les sortants audiernais ont préféré tout miser sur le le premier prix de ville fleurie. Personne n'a rien contre les fleurs, mais tout de même. Il semblerait d'ailleurs qu'un ralentissement soit constaté dans ce domaine. Des fleurs oui, mais une débauche de fleurs non. Des ralentissements ont également été constatés dans la presse au sujet de la publication des photos de nos édiles. Les nouveaux sont plus réservés que leurs prédécesseurs qui n'hésitaient pas à s'associer, même parfois aux biquettes de Monsieur Seguin. 

 

 

*****

Il a aussi été beaucoup question de la réforme territoriale dans l'actualité nationale. Cela  se termine apparemment par un "sans changement" pour la Bretagne qui avec ses 4 départements devient une des plus petites régions de l'hexagone. Historiquement, la Loire Atlantique, autrefois Loire inférieure fait partie de la Bretagne. La Bretagne est devenue française en 1532. (ratification par le Parlement de Vannes à la demande de François 1er).

 Le chateau de Anne de Bretagne, devenue Reine de France, se trouve à Nantes au centre ville . D'un point de vue plus géographique, disons que le littoral atlantique qui commence à la Pointe du Raz se poursuit jusqu'à Nantes (estuaire de la Loire, frontière naturelle) et même au delà. La solution retenue est donc en contradiction avec  l'histoire et la géographie. Tout simplement parce que nous trouvons devant une solution politique ,  qui a privilégié les intérêts du même nom. C'est écrit dans tous les journaux. 

A moins que les députés et les sénateurs ne s'emparent du problème et trouvent la bonne solution. Pas étonnant de lire ensuite dans la presse que les citoyens s'éloignent de plus en plus de la politique. L'actualité tant de droite que de gauche confirme cette opinion et explique aussi certains résultats qui ont vu arriver en tête le front national, ce  qui en a surpris quelques uns . Attendons une fois de plus, la suite . Mais rien ne permet aujourd'hui de dire ce que sera la Bretagne de demain puisque plusieurs options restent ouvertes (Région Bretagne-Pays de la Loire, Bretagne à 5 départements ou statu-co). Attendons la suite puisque, aux dernières nouvelles la version de 5 départements serait interdite .

De toutes façons il faut s'attendre à des changements et ce sera également le cas en Cap-Sizun. Les communautés de communes sont appelées à exercer plus de responsabilités et on prévoit un seuil minimum de population, soit environ 20000 habitants . Or, le Cap-Sizun avoisine les 16000. Conclusion: simple point d'interrogation. Et pourtant, il faudra changer les habitudes, pour éviter par exemple ce qui s'est passé à Cleden lors du dernier conseil municipal au cours duquel Madame le Maire a fait savoir qu'elle n'autorisait pas les questions diverses. Diable, problème dans le C'Hap Don, à Cleden, pays des 4 chapelles. La question diverse concernait d'ailleurs une chapelle, celle de Langroas, suite à une émission de télévision. Pas le droit d'aborder le sujet.  Qu'est que ce sera quand on élargira les frontières de nos paroisses ?? 

Une autre chapelle du Cap attend aussi le verdict des tribunaux : la chapelle Saint Pierre de  Mahalon suite à une profanation (danseuse nue sur l'autel) en 2009. Tout laisse penser qu'il y aura relaxe. Jugement le 7 juillet.

Un dernier mot concernant le budget de la défense. A priori on n'y touche pas et c'est tant mieux. Disons seulement que ceux qui connaissent les rigoureuses méthodes militaires de gestion rigolent doucement lorsqu'ils regardent ce qui se passe dans certaines communes, reines du gaspillage. Commander c'est prévoir dit-on !! Alors Audierne ?? Qu'a prévu la municipalité (Coatmeur) qui a créé le musée maritime aujourd'hui à nouveau concerné par la mérule et l'exigüité des locaux  sans oublier les planchers en bois (incendies ??). Rien. Elle défendait la restauration de ce bâtiment vétuste pour en faire la maison de retraite d'Audierne ?? On connaît la suite. Fort heureusement, c'est  la municipalité Normant qui a réglé le problème de nos Anciens. 

La prévision n'est pas le point fort des élus locaux. Nous pourrions citer d'autres exemples comme le stationnement des bateaux près de la poste d'Audierne; Conséquence de la création d'un aquarium. Et maintenant on fait comment ?? D'autant que la salle polyvalente est venue s'ajouter à une situation compliquée. Elle donne déjà des sueurs froides parait-il !! (référence h).  C'est au musée maritime qu'il aurait fallu attribuer l'actuelle salle multifonction, ex bâtiment des affaires du même nom. Sans compter que les investissements auraient été plus modestes (référence h) . Il faut  déjà rajouter 170.000 € aux dépenses déjà effectuées. Et ce n'est pas fini puisque les étages restent à faire.  Mais ce qui est fait n'est plus à faire. C'est à la nouvelle municipalité de trouver les solutions. Lesquelles ?? Où trouver un local pour le musée maritime ?? Où faire stationner les bateaux de Stratimer ??

Les propositions seront sans doute les bienvenues, à condition qu'elles existent ce qui n'est peut-être pas évident.

Bonnes fêtes de Pentecôte à tous !!    

 

 

*******

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 22:07

Audierne. Cleden. Plogoff.Cap-Sizun. Editorial 5/2014

 

 

     

 

 

 

De nombreux évènements sans rapport les uns avec les autres ont fait  récemment la une de l'actualité en France, en Finistère et même en Cap-Sizun. Certains, comme les élections européennes dépassent même nos frontières dans le domaine de la  politique. C'est aussi le cas des suites des élections municipales comme celles d'Audierne qui sont toujours en attente d'une décision de justice. On comprend bien que, tant que la municipalité Evenat n'est pas confirmée dans sa fonction (ou le contraire), les initiatives se limitent en quelque sorte à l'expédition des affaires courantes. Les changements en profondeur, s'ils ont lieu, interviendront plus tard, après le jugement qui devrait être connu incessamment.

Mais le diocèse de Quimper et de Léon vient également de vivre des évènements exceptionnels, ayant entrainé la "démission pour raison de santé" de l'Evêque en fonction: Monseigneur Jean-Marie Le Vert.

Tous ces évènements qui n'empêchent pas la terre de tourner ont cependant un impact en Cap-Sizun, créant une sorte d'incertitude tant dans le domaine de la vie courante ressortissant à la politique, que dans le domaine spirituel dont les religions font partie. 

Les élections européennes.

Traditionnellement, ce scrutin se caractérise par une abstention importante et un bon résultat pour les partis qui n'exercent pas le pouvoir, particulièrement le Front National. L'édition 2014 ne faillit pas à la règle établie par l'habitude puisque le Front National arrive en tête à peu près partout en France, sauf chez nous dans la circonscription ouest et en Ile de France. Citons 2  titres de presse:

Européennes.Le "séisme" Le Pen fait la Une des journaux européens

(cf: Ouest-France en date du 26-5-2014)

Le tsunami Bleu Marine

(cf: Télégramme de Brest en date du 26-5-2014)

Encore quelques chiffres concernant la répartition des 74 sièges:

FN: 24- UMP: 20- PS: 13 - Modem/UDI: 7 - Ecologistes: 6-

Front de gauche: 3

(cf: Le Monde en date du 26-5-2014)

Ces résultats se passent de commentaires. Nous laissons à la presse spécialisée le soin d'analyser la situation au plan international comme au plan national. Il s'agit tout de même d'une situation inédite qui bouleverse les habitudes puisque le premier parti de France n'est pas un parti de gouvernement. Nous vivons habituellement dans un système d'alternance droite-gauche. Il parait donc difficile de prévoir la suite. Le vocabulaire utilisé par la presse: Séisme, Tsunami dit bien ce qu'il veut dire !! 

Regardons cependant le Cap-Sizun . Très forte abstention comme partout, entre 40 et 57%. Record à Confort  qui a enregistré seulement 42,62 % de votants. Les résultats sont donc à prendre "avec des pincettes" puisque la majorité des électeurs potentiels ne s'est pas exprimée. Il s'agit donc de données relatives qui parfois ne manquent pas d'originalité. Exemple: Le PS arrive en tête à Audierne, après l'épisode Donval et les municipales. C'est aussi le cas à Confort, Plogoff et Pont-Croix, soit un total de 4 communes PS. Quant au Front National, il arrive en tête à Mahalon, Plouhinec et PrImelin. Surprenant à Pont-Croix comme à Mahalon !! Tous ces chiffres ne sont donc pas significatifs et il paraît  prudent de ne rien conclure à ce sujet. Attendons la suite au plan national et même international.

Et pendant cette agitation, la municipalité d'Audierne est toujours dans l'expectative, attendant la décision de justice. Une chose paraît certaine: l'héritage Donval n'a pas fini de faire parler de lui. On peut s'attendre à voir revenir les "guérites du pipi-popo" au pied du Mât Fenoux:

  

   

Et pas seulement au pied du Mât Fenoux puisque le chantier des sanitaires en projet de reconstruction en face de "l'ex-Casbah" est déjà servi. Le projet de toilettes pour handicapés laissé par les sortants semble donc mis en sommeil . Le nouveau maire Monsieur Evenat s'est déjà exprimé à ce sujet. N'y revenons pas .

*****

Le diocèse de Quimper et de Léon

Dans un domaine totalement différent, le diocèse de Quimper et de Léon dont le Cap-Sizun fait partie, vient de traverser une crise sans précédent. Notre jeune Evêque, Monseigneur Jean Marie Le Vert a été relevé de ses fonctions, officiellement  pour raison de santé. Les vraies raisons de ce qui a été baptisé "démission" n'ont sans doute pas filtré. Les fidèles de l'Eglise catholique sont ainsi confrontés à un "black-out" total qui les laisse dans l'ignorance des faits réels. On reprocherait à Monseigneur Le Vert, sa formation reçue à l'école navale, ce qui en ferait un homme autoritaire, peu ouvert au dialogue. C'est assez surprenant. L'école navale, comme Saint-Cyr ou l'école de l'Air et Polytechnique , forme des futurs responsables  destinés à commander dans des professions à risque . Saint-Cyr est communément appelée "l'école des hommes d'honneur". En incriminant l'école navale, on éclabousse la formation des futurs responsables militaires qui seraient donc obtus et fermés à toute concession. C'est un peu trop vite dit. Nous citerons deux exemples:

- le Père Charles de Foucauld, Saint-Cyrien, ex officier de l'armée française qui mena une vie dissolue jusqu'à sa démission, devint Moine Trappiste puis ermite, assassiné en 1916. Il a été béatifié le 13 novembre 2005 par le Pape Benoist XVI.

- Et le Général de Gaulle ?? Il aurait été le meilleur Président de la Vème République. Alors ??

Certes, l'Eglise a ses règles de fonctionnement. Elle traverse aujourd'hui une crise aigüe de recrutement ce qui l'amène peut-être à des situations conflictuelles du genre "Anciens contre Modernes". Mais il semblerait que l'Eglise autoritaire  soit une vision dépassée des évènements. Un exemple:

les funérailles sont désormais célébrées par des laïques. Celui qui souhaiterait une cérémonie avec  Eucharistie se heurte à une fin de non recevoir. Pourtant, en certaines circonstances, cette Eucharistie est célébrée, ce qui peut être considéré comme une forme de discrimination concernant les défunts. Or, tous les défunts devraient être égaux, devant les hommes comme devant Dieu.

Rien ne permet de dire, à notre avis, que Monseigneur Le Vert méritait la "démission" qui lui a été infligée. Le respect dû aux fidèles passe aussi par l'exemple et la confiance car jusqu'à preuve du contraire le mensonge fait toujours partie des péchés, tout comme le  péché par omission. Comme le dit le nouvel Evêque  Monseigneur Gueneley désigné pour faire l'intérim:

"le diocèse a besoin d'être pacifié"

On pourrait disserter , mais on se souvient que la pacification est un vocabulaire qui a concerné les évènements  d'Algérie, de 1954 à 1962. Elle était la suite et la conséquence de la guerre du même nom. Le diocèse a t'il connu la guerre pour aboutir à cette situation ?? La suite le dira , mais cette suite passe par la vérité et la confiance, faute de quoi, la crise perdurera. Le monologue  et la version officielle sont parfois moins convaincants que le dialogue.

******

Un dernier mot concernant les Armées. Les chefs d'Etat-Major des 3 armées (terre-air-mer) ainsi que leur supérieur et peut-être même le Ministre auraient menacé de démissionner si le budget militaire était confronté à de nouvelles restrictions. Rien n'est réglé pour l'instant et les arbitrages au sommet décideront.

Actuellement l'armée de terre est engagée au Mali et en Centre Afrique. Cela a un coût. On ne peut remplir des missions sans avoir les moyens opérationnels correspondants. Il est évident qu'une unité opérationnelle doit être préparée par différents entrainements avant de pouvoir être engagée. Nous n'entrerons pas dans les détails mais il est aussi évident que les munitions, les carburants, les pièces de rechange ne sont pas gratuits. Certes, la préparation des budgets ne peut ignorer les économies, mais sans oublier que les budgets conditionnent les missions. La France assume pratiquement  seule certaines responsabilités en Afrique. C'est peut-être le moment de dire que les Européens ne se bousculent pas pour suivre, que l'Armée européenne n'existe pas  et que, faute de moyens, certaines missions seraient compromises. La situation serait différente si l'Europe prenait à sa charge les problèmes de défense, mais nous n'en sommes pas là. Attendons la suite car les résultats des dernières élections européennes risquent de modifier la donne dans plusieurs domaines et précisément la défense. 

Ne soyons pas trop pessimistes. Le temps des vacances approche. Souhaitons que nos nouveaux TER puissent entrer dans nos gares pour débarquer les "estivants-vacanciers", sans qu'il faille raboter les trains, les quais, ou même les passagers ce qui compromettrait notre économie locale. Décidément, le bon sens semble devenir une denrée rare. Ceci peut, peut-être, expliquer cela, dans plusieurs domaines, y compris celui de la politique. Les blogs konchennou et kontadennou ont souhaité des élections municipales apolitiques. On connait la suite et ce n'est peut-être pas encore fini.

Donc, à suivre.....       

     

   

 

 

 

******

 

 

   

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 17:13

    Audierne.Esquibien.Cap-Sizun.Droit d'informer et insultes

 

Références: Télégramme de Brest en date du 10 mai 2014

Titre: Le droit d'informer selon D.Guillon

*****

temp_te-2003_050.jpg

 

Lien

 

Restos du coeur.Petit rappel de l'année 2011

 

    Dans l'article cité en référence, le Télégramme de Brest publie son point de vue à propos d'un incident survenu entre le quotidien et le maire d'Esquibien au sujet des "Restos du Coeur".

Le maire d'Esquibien aurait adressé au quotidien un courrier électronique contenant des termes peu diplomatiques. Citons textuellement les premiers mots de l'article :

"Vous êtes vraiment des ordures......" 

Le rédacteur du Télégramme qualifie ces propos de

"termes pour le moins laconiques et injurieux".

Il s'agit bien sûr de la suite de la décision esquibiennoise de ne pas attribuer  une subvention aux  "Restos du Coeur".

Pour comprendre une situation, il est nécessaire d'analyser à la fois la forme et le fond du problème en question.

 

Commençons par le fond.

 

Nous venons de  republier notre article intitulé "Editorial 6/2011", donc ici publié en 2011, ( version 2011accessible par le lien ci-dessus) dans lequel nous avions abordé le sujet "Restos du Coeur", les conditions de son arrivée à Audierne, et surtout la qualification qui lui a été  attribuée par la mairesse d'Audierne, Madame Donval. Reprenons la phrase écrite dans le journal "Télégramme" le 14/5/2011:

Jacqueline Donval n'a pas manqué de souligner que ce partenariat avec les Restos du Coeur marque "une volonté politique".

Conclusion: ce propos a  pour effet de donner une étiquette aux "Restos"  puisqu'ils sont l'objet d'une volonté politique et non d'un besoin social. La pauvreté est donc politisée ce qui n'est pas conforme à l'idéal de charité prôné tant par la morale que par les religions. Comme Madame Donval est encartée socialiste, ce  qu'elle  revendique par ailleurs, sa volonté politique ne peut pas être différente de celle du parti auquel elle appartient. Les réalisations attribuées à cette volonté vont donc dans le même sens. Il s'agit par ailleurs d'une décision audiernaise qui a pour effet de traiter des affaires concernant toutes les communes du Cap-Sizun qui n'ont d'ailleurs pas été consultées sur le sujet. La municipalité d'Audierne a donc pris une décision qui était du ressort de la communauté de communes qui entretient déjà la banque alimentaire. Celle-ci  traite les cas  sociaux qui lui sont adressés par les centres communaux d'action sociale (CCAS) qui ont préalablement étudié le bien-fondé des dossiers. Ce filtrage est nécessaire pour examiner et   justifier les besoins. La banque alimentaire est donc l'organisme officiel chargé de traiter les cas sociaux du Cap-Sizun, hors Plouhinec qui fait bande à part. Madame Donval a donc pris une responsabilité qui engage sa commune, mais pas les autres communes, donc pas Esquibien. Ceci explique sur le fond  le refus des élus esquibiennois qui, d'une part adressent leurs "ayants droit" à la banque alimentaire, d'autre part fournissent des bénévoles et même occasionnellement des véhicules pour "faire tourner la boutique" (liaisons à Quimper). On peut aussi noter qu'une municipalité qui n'est pas socialiste, n'a pas à cautionner une volonté donc décision politique  d'un courant de pensée qui n'est pas le sien.

Donc, sur le fond, le refus esquibiennois d'attribuer une subvention aux "Restos" n'est pas condamnable, d'autant que la commune subventionne la banque alimentaire.

 Le problème des "Restos" doit être traité à 2 niveaux:

- La nouvelle municipalité d'Audierne qui devrait confirmer ou infirmer l'initiative de Madame Donval (et assumer les frais correspondants en cas d'acceptation)

- La communauté de communes qui devrait accepter ou refuser la prise en compte des "Restos" (et assumer les frais correspondants en cas d'acceptation).

Comme par ailleurs les "Restos" recherchent des bénévoles, le moment paraît favorable pour voir les membres de l'équipe municipale Donval s'investir et s'engager à fond  pour concrétiser leur "volonté politique" et mettre leur théorie en pratique. Madame Donval se dit outrée, mais ce sont les audiernais qui devraient être outrés en constatant que l'argent public est utilisé sans discernement ( on pourrait dire "a dreuz et fors pennoz"). En effet, une commune n'a pas à se substituer à la collectivité "communauté de communes". Ceci n'enlève rien à la qualité des "Restos" qui sont en fait victimes d'une mauvaise décision audiernaise. Par contre, si la communauté décidait de ne pas participer au fonctionnement de 2 structures, le problème resterait posé. 

 

Il faut aussi parler de la forme, donc de ce qui s'est dit ou a été  écrit.    

 

Voici la conclusion écrite sur le quotidien "Télégramme":

 "Le Télégramme a pleinement tenu son rôle. Tout comme nous l'avons fait, en publiant hier les réactions d'élus et responsables associatifs à la position exprimée par le maire d'Esquibien. Un rôle que nous continuerons à exercer pleinement, et ce quelles que soient les injures et les pressions". 

Soit. Le Télégramme est bien placé pour expliquer sa position puisqu'il est lu par ses abonnés et même par son concurrent "Ouest-France". Donc, pas de contestation à attendre. Il n'est évidemment pas question de justifier ici le vocabulaire employé par un élu local, sous sa propre responsabilité. C'est aux lecteurs d'apprécier en bien comme en mal, sans pour autant oublier la légitimité de l'élu concerné qui vient justement d'être réélu dans sa commune. Il a été élu avec ses défauts, ses qualités, et sa façon de s'exprimer, orthodoxe ou pas orthodoxe. Les seuls responsables sont les électeurs qui l'ont librement choisi pour diriger la commune. Disons seulement que généralement, le langage officiel se veut courtois et respectable. Donc, pas de vocabulaire de comptoir dans la correspondance officielle. Reste à savoir à quel niveau se situe la correspondance par internet.

Actuellement on parle beaucoup des réseaux sociaux: faceboog, twitter etc.. Et on peut aussi lire dans les journaux que les  enfants les utilisent pour par exemple insulter leur "prof" ou faire passer toutes sortes de messages destinés par exemple à "racoler" ou se faire "racoler". Les insultes seraient monnaie courante au point d'amener les autorités à envisager un projet de loi.

Les blogs sont également utilisés pour faire passer des propos injurieux. A titre d'exemple, à l'époque des municipales le blog "konchennou" a reçu 21 commentaires tous plus grossiers les uns que les autres adressés par le même personnage. Ils n'ont bien entendu pas été diffusés ce qui n'a pas permis aux "insultés" d'avoir connaissance des propos tenus à leur égard: insultes, déformation des noms propres, surnoms, les élus locaux  sortant et entrants en ont pris plein la figure. Nous avons bien entendu identifié l'auteur de ces grossièretés abonné à  SFR. Voici ses informations personnelles sur lesquelles il suffit de mettre un nom:

IP: 93.7.108.82 

pour connaître celui qui a choisi le peudonyme de "Ar Pontar" qui signifie le pontécrucien, sans doute pour tromper l'ennemi. Il ne trompe que lui même, car nous connaissons la commune dans laquelle il réside, son adresse exacte et même son numéro de téléphone que nous pourrions divulguer. Nous ne le ferons pas pour ne pas éclabousser sa famille , qui est plutôt à plaindre.  

Et pour mettre un terme à ces pratiques indécentes, le webmaster des blogs konchennou et kontadennou a pris la décision de fermer l'accès aux commentaires ce qui interdit désormais toute intervention extérieure. Chacun est libre d'ouvrir son propre blog et d'y écrire toutes les grossièretés de son choix, ce qui engage sa responsabilté et non celle des autres.

Les insultes n'ont jamais servi à rien, sauf à démontrer le manque d'éducation de celui ou celle qui les utilisent. En conséquence on est en droit de penser qu'un  personnage public devrait se montrer exemplaire dans le choix de son vocabulaire. Certains capistes avaient déjà  été traités de Primates  à propos du parc marin, tout comme certains blogs qui ne seraient que des blogs de m...(caca) si l'on en croit certains propos tenus à l'issue de réunions officielles. Espérons que le simple bon sens prévaudra  pour éviter à la commune d'Esquibien d'être qualifiée de

"Temple de la grossièreté"   

 

FH000035.jpg

 

 

Car elle ne le mérite pas !!

 

******

 

 

   

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 11:45

Restos du Coeur. Petit Rappel de l'année 2011l

En raison de la polémique récente concernant les Restos du Coeur suite à:

- Refus de subvention par la municipalité d'Esquibien

-Intervention de Madame Donval qui se dit outrée

Il parait utile de rappeler aux lecteurs ce que nous avons écrit et publié en 2011.

Ainsi chacun pourra se faire sa propre  idée en raison des références

 

Audierne. Esquibien. Cap-Sizun. Editorial N° 6/2011

 

 

beuzec_010.jpg

 

******

Les sujets d'actualité ne manquent pas, tant au plan mondial que national étant donné l'étroite imbrication des uns par rapport aux autres. Pour autant, et malgré la violence de certaines images abondamment relayées par les différents médias, konchennou ne sortira pas des frontières capistes du canton de Pont-Croix, conformémént à la ligne de conduite tracée et suivie ici depuis le début de l'aventure sur le net. Rappelons tout de même (pour rafraîchir les mémoires) que l'ex-Président du fonds monétaire international (Dominique Strauss-Kahn) n'est pas un inconnu en Cap-Sizun puisqu'il était venu à Audierne en 2004, lors des élections cantonales, pour soutenir Madame Jacqueline Donval qui d'ailleurs fut élue (puis battue en 2011). A cette époque, les millions de dollars ne défrayaient pas encore la chronique et ne faisaient pas la une de tous les quotidiens. Mais les temps changent et la politique peut parfois être victime de l'actualité.

 

 

Socialisme ????? Jaurès, où êtes-vous ???

 

Lien:

 

Cantonales mars 2011:Références et perspectives

 

 

Certes les sujets locaux ici évoqués pourront paraître bien dérisoires par rapport à d'autres. Ceci ne signifie pas que l'on ne s'intéresse pas au reste. Disons simplement, pour que les choses soient claires, que le fonds monétaire international et le Cap-Sizun sont 2 sujets totalement différents. Attendons la suite mondiale et nationale des évènements internationaux et regardons ce qui se passe chez nous, au Cap-Sizun. Plusieurs sujets ont retenu notre attention ces derniers temps.

 

Citons dans l'ordre:

 

1- Audierne Visites de quartiers , déchets verts

2- Pointe du Raz: nouveaux responsables

3- Esquibien: centre nautique

4- Parc marin (associations environnementales)

5- Audierne: Restaurants du coeur

 

******

 

1- Audierne: visites de quartiers. Une réflexion sur les déchets verts

 

Référence: Télégramme de Brest en date du 4-5-2011

 

Liens:

Audierne: des incivilités à prévoir pour discrimination

Audierne-Essor Breton côté pile et côté face

Audierne: discriminations. Ouf !! C'est fini !!

 

 

 

Les visites de quartiers permettent sans aucun doute de constater sur le terrain certaines situations, certains problèmes, particulièrement ceux qui ont une incidence sur l'environnement. Elles permettent aussi de recueillir les doléances des résidants concernant tout ce qui touche à la vie quotidienne. Exemple: à Kerivoas et Kersudal, les doléances les plus fréquentes sont relatives à la vitesse excessive des véhicules, ainsi qu'à l'entretien de la voierie et des bords de route. Rien de très particulier par conséquent puisque tout cela est notoire. Le problème se résume en fait à une question:

 

" Que comptent faire les responsables après avoir pris connaissance de ces doléances" ??

 

Plusieurs hypothèses sont envisageables:

 

- ne rien faire ce qui est le plus simple, et par ailleurs très courant.

 

Exemple:

 

Municipales: Pièces à conviction

 

 

 

phto0073.jpg

 

 

 

- essayer de trouver des solutions ce qui est un peu plus laborieux.

 

 

La vitesse est un fléau auquel il faudrait remédier à Audierne comme ailleurs. C'est le rôle des responsables qui ont été élus pour exercer la responsabilité . Il ne suffit pas de mettre une pancarte de limitation que personne ne respectera, comme on peut le voir ailleurs : exemple 30 Kms/heure rue Charles Le Goffic, la rue des églises, des cimetières et des écoles libres à Audierne. (Pour mémoire 2 accidents dans la rue du 14 juillet en décembre 2010). Certains se permettent même d'actionner le klaxon en cas de vitesse trop lente à leur gré. Ne parlons pas des piétons, ni du plan de circulation en centre ville, un vrai chef-d'oeuvre totalement soumis au bon vouloir et à l'usage des clignotants dont on connait la responsabilté dans les accidents au plan national !!

 

[ (référence: télégramme de Brest du 6-4-2011: 54% des Français changent de direction sans clignotant). Or à Audierne, le nouveau plan de circulation repose exclusivement sur le bon usage des clignotants. ????? ]

 

Il faut vérifier donc contrôler car une pancarte "dormante" ne sert à rien. C'est le rôle et la mission de la police municipale, quand elle existe, ce qui n'est plus le cas à Audierne.

On peut donc se poser plusieurs questions au sujet de cette récente suppression de poste à la mairie d'Audierne . N'épiloguons pas !!

Quant à l'entretien, attendons les résultats d'autres visites de quartiers pour savoir s'il y a quelque part une carence !! Les fleurs oui mais...les gens d'abord !! Ou alors on prend le risque d'avoir à se faire élire par...les fleurs puisque les électeurs sont susceptibles d'exprimer leur mécontentement !!! On commence d'ailleurs à se poser des questions dans certaines formations politiques à propos de certains évènements d'actualité accompagnés de chiffres pharamineux exprimés en dollars.

 

Sujet de réflexion !!

 

Politique, encore la politique ???????

 

*******

 

2- Pointe du Raz. Une offre touristique à élargir.

 

Référence: Télégramme de Brest en date du 7-5-2011.

 

Suite aux élections cantonales de mars 2011, de nouveaux responsables ont pris en main le destin du grand site national. La conseillère générale sortante, Madame Donval qui n'a pas été réélue , a quitté la présidence. C'est désormais le maire de Plogoff: Monsieur Lemaître qui préside le syndicat mixte, assisté par deux vice-présidents: Madame Kersaudy maire de Cleden et Monsieur Donnart maire de Primelin. Par ailleurs, on note l'arrivée de 2 conseillers généraux étrangers au Cap-Sizun: Monsieur Couic de Pont-L'Abbé et Monsieur Querné de Quimperlé.

Quels que soient les statuts du syndicat mixte (non diffusés à priori), on remarque l'absence du conseiller général du canton de Pont-Croix: Monsieur Guillon, qui a pourtant été élu aux dernières cantonales. Il n'est bien entendu pas question de polémiquer, mais simplement de constater. Cette situation n'a pas été évoquée dans la presse locale, donc chacun peut penser ce qu'il veut. Monsieur Guillon n'a peut-être pas souhaité exercer la présidence . Ou alors sa candidature a été écartée ce qui serait une décision politique. Il semblerait tout de même que le conseiller général du canton de Pont-Croix devrait avoir sa place au sein du syndicat mixte et ce, quelle que soit sa couleur politique.

 

Politique, encore la politique ??????????

 

******

 

 

3- Esquibien:Centre nautique.

 

Référence: Télégramme de Brest en date du 12-5-2011

 

Centre nautique. Fin prêt

 

Une dernière finition a été apportée hier après-midi au centre nautique du Cap-Sizun à Esquibien: une voile destinée à servir de pare-soleil devant l'accueil et de protection en cas de pluie a été installée....Elle s'accroche au dessus de la façade et à un mât fixé à la rambarde de l'estacade.

 

¤¤¤¤¤

 

Le centre nautique d'Esquibien a déjà suffisamment fait parler de lui, et des procédures sont encore en cours ( consorts Keravec). On se souvient que l'estacade a été réalisée pour remplacer la servitude de passage piétonnier. Voilà donc que, désormais, cette servitude est recouverte d'une toile pour les raisons évoquées ci-dessus. Les promeneurs vont donc devoir passer sous cette toile, dans un endroit qui ressemblera de plus en plus à une terrasse privée couverte. On a déjà entendu des visiteurs demander si l'endroit (plus méridional que breton) était public ou privé. Concrètement, cela ressemble de plus en plus à une annexion des lieux faite au profit du CNCS qui craindrait à la fois le soleil et la pluie. L'année dernière nous avions déjà les parasols, cette année une voile. Est-ce que, par hasard, l'endroit retenu pour implanter le club nautique aurait été mal choisi pour tant subir à la fois le soleil, et la pluie ?? Les promeneurs seront-ils condamnés à s'excuser en passant, leur droit de passage troublant la quiétude des lieux et dérangeant nos apprentis "Tabarly" ?? Affaire à suivre sans doute !!

 

Politique, encore la politique ??????

 

******

 

 

4- Le parc marin

 

Références: Télégramme de Brest en date du :

 

11-5-2011:Tout savoir sur le parc marin

 

16-5-2011: En attendant la décision du Cap

 

¤¤¤¤¤

 

Les associations à vocation environnementale (ou prétendue environnementale) du Cap-Sizun, à savoir:

GAMA d'Audierne

ASELE d'Esquibien

DREMEL de Plouhinec

 

ont organisé une réunion sur le parc marin à Audierne pour pallier au manque d'information concernant ce projet auquel le Cap-Sizun n'adhère pas pour l'instant. (sauf l'Île de Sein). Plusieurs communes sont notoirement contre, particulièrement celles de la côte nord. Plouhinec a déjà donné un avis favorable. Soit !!

Nos prétendues associations environnementales ne cachent pas leur soutien au projet de parc. C'est leur droit mais ce faisant, elles ne sont plus tout à fait neutres par rapport à d'autres points de vue. Le maire d'Esquibien a déjà eu l'occasion de s'exprimer en qualifiant l'ASELE d'association ripolinée en vert.

 

Lien:

 

Esquibien: Projet de Lézongar-Audierne- Editorial N° 5/2011

 

 

Laissons au maire-conseiller général la responsabilité de ses qualificatifs et posons très simplement deux questions:

 

1- Qu'est ce que le parc marin apportera au Cap-Sizun ??

 

2- Ce parc marin est-il une priorité

 

par rapport au désenclavement qui conditionne l'avenir au plan économique, ou par rapport à la cale de carénage qui fait cruellement défaut au port de plaisance. Voilà qui nous ramène au tas de sable de Poulgoazec et à la société "Carmeuse", donc aux élections cantonales avec photos à l'appui !!!!!

 

Chacun saura trouver les réponses qui lui conviennent et même se poser peut-être la question subsidiaire:

 

Ces associations sont elles objectives dans la défense de l'environnement et dans l'intérêt général ??

 

La réponse est non évidemment. Ces associations parfois politiquement déguisées (DEMEL) défendent des intérêts particuliers (ASELE) et ne s'intéressent qu'à ce qui les concerne. Exemple: Que fait l'association audiernaise GAMA pour lutter contre la pollution par épaves de voitures (Rue Autret à Audierne) ? Rien évidemment, contrairement à L'ASELE qui a assaini sa commune dans ce domaine et établi un plan cantonal (cartographie) des sites polluants . Quelle suite a été donnée à cette cartographie ?? Aucune évidemment en dehors d'Esquibien. Notons en passant que le site "errances" a posé des questions au sujet de l'association DEMEL ( qui réunit seulement 20 personnes lors de son assemblée générale. Télégramme du 23-5-2011).

 

link

 

Il n'a pas obtenu de réponse, évidemment. Dire que l'on est neutre quand on se présente comme suppléant de la candidate socialiste aux élections cantonales laisse rêveur ?? Passons !!!

 

Politique, encore la politique ????

 

******

 

5- Audierne: restaurants du coeur

 

Référence: Télégramme de Brest en date du 14-5-2011

 

Audierne.Restos du coeur. Les locaux aménagés.....

Les restos ne feront pas concurrence à la banque alimentaire, mais ils seront complémentaires....

Jacqueline Donval n'a pas manqué de souligner que ce partenariat avec les Restos du Coeur marque "une volonté politique".

 

¤¤¤¤¤

 

La commune d'Audierne a donc pris la décision d'aménager des locaux (80 m2) pour les restaurants du coeur dans l'ancien bâtiment des affaires maritimes destiné à devenir salle polyvalente. Il n'est pas certain que le public fasse la différence entre la banque alimentaire et les restos du coeur.

 

Les premières banques alimentaires se sont constituées aux Etats-Unis à la fin des années 1960. C'est à John van Hengel, bénévole dans une soupe populaire que l'on doit la création de cette banque alimentaire.

L'apparition des banques alimentaires en Europe est plus tardive. La première banque alimentaire en France ouvre à Arcueil en 1984 .

(Source Wikipedia).

 

Les "Restos du Coeur" ont été créés en 1985 par un comédien: Coluche.

 

Madame Donval maire d'Audierne souligne que ce partenariat marque

 

"une volonté politique".

 

Or, des collectes sont organisées annuellement dans les commerces locaux, jusqu'à présent au profit de la banque alimentaire . Il sera intéressant de regarder l'évolution du montant des futures collectes pour déterminer si la volonté politique affichée dans le cas des "Restos du Coeur" n'aura pas une incidence sur la générosité des donateurs.

Par comparaison, disons que les donateurs et bénévoles du "Secours Catholique" et du "Secours Populaire" ne sont généralement pas issus des mêmes catégories sociales et n'ont sans doute pas les mêmes motivations ni la même clientèle. La création de deux stuctures destinées à aider la pauvreté dans une petite commune comme Audierne, aboutira inévitablement à une concurrence même larvée.

Les clients de la banque alimentaire sont sélectionnés par les mairies ce qui ne sera pas le cas pour les clients des "Restos du Coeur". Les clients des "Restos" pourraient donc ne pas être tout à fait des cas sociaux au yeux des Centres communaux d'action sociale, qui sont pourtant financés par les budgets municipaux.

Il est évident que le public va se poser des questions lorsque son bon coeur et sa charité seront sollicités à la sortie des grandes surfaces.

Le loyer des locaux de la banque alimentaire est payé par la communauté de communes, donc tous les contribuables du Cap-Sizun. Les "Restos" seront logés par la commune d'Audierne, donc à la charge des audiernais.

Les résidants de Plouhinec auront accès aux" Restos" alors que leur commune n'adhère pas à la banque alimentaire. Comme on peut le voir, c'est simple.

 

Politique, encore la politique ????

 

 

Mais, ne dit-on pas que l'exemple vient d'en haut ??

Si ce principe était vrai, on pourrait ajouter qu'il suffirait de quelques millions de dollars pour assainir la situation de ceux d'en bas, et le problème serait résolu. Simple fiction évidemment !!

 

Et pourtant les dollars existent non ????

Ils pourraient donc servir à concrétiser

une volonté politique, commune à tous ceux qui partagent le même courant de pensée non ???

 

 

Elémentaire mon cher Watson

comme dirait Sherlock Holmes !!!!!

 

 

******

 

 

audierne-mus_e-capucins_009.jpg

 

 

 

******

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 10:02

    Audierne.Esquibien.

Plouhinec.Pont-Croix.Cap-Sizun.

Politique et "Monseigneur Pognon"

 

P1000370

 

Références:

Télégramme de Brest en date du 2-5-2014

Titre: Elus. Les indemnités baissent....parfois

En gros caractères à la une:

"Des maires rognent leurs indemnités"

" S'agissant des indemnités des maires et de leurs adjoints, la tendance bretonne est plutôt à la baisse. Voilà qui témoigne  d'un effort certain en cette période d'économies tous azimuths. D'autres élus, surtout en bord de mer, ont conservé des oursins dans leurs poches....Page 8, l'article de Didier Déniel "

******

Appréciation personnelle:

Gastou, c'est vachement bon les oursins pourtant !! Mais faut pas les mettre dans la poche pasque ça pique milhast !! On vous dira pas ousqu'on les ramasse  pasque c'est secret s'pas !! Au bord de mer "eveljust" comme c'est écrit non ??

    Oui mais, l'Auvergne n'a pas d'oursins pasqu'elle est pas en bord de mer. C'est pour ça  qu'on dit en Auvergne que un "chou" c'est un "chou" hein ?? Et en plus, là-bas on danse pas le "jabadao" mais la "bourrée, fouchtri, fouchtra" comme on dit. 

En Cap-Sizun, qui n'est pas en Auvergne  mais en bord de mer, donc on a des oursins et pas que dans les poches pasque un sou c'est un sou. C'est pas un chou comme en Auvergne mais  qu'on va pas laisser perdre quand même hein.

On a connu Monseigneur Pognon avant , quand il était jeune quoi. Ménant il est plus là mais dites moi don :

Pourquoi faire aujourd'hui soi-même, ce qu'on peut faire faire demain par un autre hein ??

Allez, en route pour le BAC blanc !! Vous avez 3 heures !! 

*****   

 

Les nouvelles équipes désignées par le suffrage universel le 23 mars dernier donc voici un mois, sont entrées en fonction. Pourtant, le suspense continue à Audierne puisque  la liste socialiste sortante a demandé l'annulation de ce scrutin pour des raisons déjà exposées.  La décision de justice devrait être connue aux environs du 15 mai prochain. L'équipe Evenat élue avec une voix d'avance, est donc condamnée à limiter pour l'instant ses initiatives pour le cas où..... Pourtant il a bien fallu voter le budget, ce qui a été fait avec un peu de folklore puisque c'est la municipalité Evenat qui a présenté le dossier au nouveau conseil, dossier préparé par les sortants de la municipalité Donval, aujourd'hui opposants, donc critiques. 

C'est rigolo mais passons.

Une des premières décisions prises par tous les nouveaux conseils qu'ils soient sortants réélus ou entrants, concerne les indemnités des élus: maire et adjoints. C'est là que l'on s'aperçoit que les promesses et les silences sont, durant la campagne, des choses nécessaires pour être élu, mais que, lorsque c'est fait,

Monseigneur Pognon,

permanent incontournable dans quasiment toutes les "communes-paroisses", réapparaît en priorité car nos édiles locaux ne sont pas des  bénévoles, et loin s'en faut. Il n'existe pas, à notre connaissance, d'exemple en Cap-Sizun, d'un élu qui aurait diminué ses émoluments, au profit par exemple de son centre communal d'action sociale ou des "Restos du coeur". Mieux, l'ex maire d'Audierne, Madame Donval, a pris une décision en cours de mandat concernant justement les "Restos du Coeur", à propos desquels elle a fait savoir qu'il s'agissait d'une "volonté  politique". C'est facile de prendre une décision politique avec notre argent puisque cela ne coûte pas un "rond" à notre décideur, ce dont nous aurons sans doute l'occasion de reparler. D'ores et déjà on peut signaler que les "Restos" recherchent des bénévoles pour donner un coup de main. Nous pourrons donc vérifier sans tarder si tous les sortants de la municipalité Donval, à commencer par l'ancienne mairesse, sont capables de s'investir comme bénévoles puisque désormais ils sont disponibles et disposent de temps libre . Leur participation serait la preuve d'une mise en conformité des paroles et des actes, mais ne nous faisons pas trop d'illusions !!  

 Concrètement, être répertorié politique signifie prendre une carte dans un parti, quel qu'il soit. Donc, c'est aussi vrai à droite qu'à gauche. Mais s'offrir une carte dans un parti apporte quoi ?? Rien à notre avis, puisque ce faisant on devient un "godillot" bon pour coller les affiches de propagande adressées par ceux d'en haut à ceux d'en bas, autrement dit un militant de 2ème classe comme le bidasse de base dans les armées ou le paroissien lambda comme dans les religions. Un militant c'est fait pour exécuter, pour obéir, pour diffuser la vérité de son bord dictée par sa hiérarchie et pour le reste, se taire. On pourrait dire fermer sa gueule. Comment peut-on imaginer que le fait d'avoir une carte, donc de cotiser , donne à ces "encartés" une qualification supérieure pour devenir éventuellement "agrégé de l'urne". Les audiernais sont bien placés pour apprécier cette agrégation après le règne Donval. Heureusement, les listes ouvertes et sans étiquette ont fait leur apparition ici ou là, ce qui ne sera pas sans conséquences, y compris à la communauté de communes..

Nous avons déjà évoqué le cas de Cleden où le vote des indemnités de fonction a donné lieu à un accrochage virulent entre le maire et son opposition. N'y revenons pas. Mais à Pont-Croix, officiellement toujours chef-lieu de canton, cette classification permet au maire d'augmenter son indemnité de 15%, ce qui lui attribue 1879,82 € mensuels, chiffre à comparer avec l'indemnité du maire de Plouhinec: 1406,54. (Chiffre annoncé par le télégramme du 2/5/2014 et inférieur à celui de la grille de rémunération).  Or, la population de Plouhinec est supérieure de  plus du double à celle Pont-Croix. Même observation à propos des surfaces de ces communes.  De plus, 5 adjoints pontécruciens ( Pontar autrement dit) seront rémunérés pour 721,33 € mensuels.

Total annuel:

Pour le maire: 1879,82x12=22557,84

Pour chaque adjoint: 721,33x12= 8655,96

Pour les 5 adjoints: 43279,80

Soit pour la commune: 22557,84+43279,80= 65837,64 € (par an)

Prix de revient de la mandature de 6 années: 65837,64x6= 395025,84

Chacun fera les comparaisons de son choix avec , par exemple, le salaire d'une caissière de grande surface.

Nous n'allons pas étudier le cas de toutes les communes, seulement Audierne, Esquibien, Plouhinec, Pont-Croix et Cleden. Nous invitons aussi les lecteurs à se reporter à l'étude du Cap-Sizun ici publiée (En juin 2006 sur konchennou,  en 2013 sur kontadennou) dans laquelle on peut consulter les classements de nos communes en termes de populations et de surfaces. Pour mémoire:

Populations:

N°1: Plouhinec, 2 Audierne, 3 Pont-Croix, 4 Esquibien

Surfaces:

1: Beuzec, 2 Plouhinec, 3 Mahalon, 4 Cleden.

Audierne se classe en dernière position avec 294 hectares ce dont les municipalités précédentes: Coatmeur et Donval n'ont pas du tenir compte. L'aquarium et ses conséquences  concernant le stationnement des bateaux de Stratimer sur le domaine public près de la poste  en sont la meilleure preuve. Le domaine public a été attribué à Stratimer en échange du domaine maritime attribué à l'aquarium. Or, commander c'est prévoir d'après ce qui est enseigné à la base dans certaines structures. Apparemment, les urnes n'enseignent pas grand chose si on analyse certains résultats . Attendons pour voir comment seront règlés les problèmes de stationnement près de la nouvelle salle polyvalente ex-affaires maritimes.

Donc, d'après les chiffres publiés dans la presse, Pont-Croix qui n'est que la 3ème commune du Cap en termes de population, arrive en première position pour la meilleure indemnité du maire et ses adjoints. Mais ce n'est pas tout. Il faut parler de la communauté de communes présidée par le maire de Plouhinec assisté de 6 vice-présidents, à savoir les maires de Goulien,  Audierne, Esquibien, Beuzec, Pont-Croix et Mahalon, tous rémunérés car il n'y a aucun bénévole évidemment. Les indemnités s'ajoutent bien entendu à celles déjà reçues comme maires. Elles n'ont pas été publiées dans la presse mais d'après la grille le Président percevrait 1853,22 €  mensuellement et les vice-présidents 784,24 €. Et ce n'est pas fini. 

En effet, le maire d'Esquibien est aussi conseiller général. Il perçoit donc une 3ème indemnité (entre 2 et 3000 € + quelques avantages, déplacements, voyages etc...) pour ce mandat de 6 années, toutefois appelé à disparaître selon certaines prévisions. Il se trouve donc dans une situation comparable à celle de son (sa) prédécesseur au conseil général, Madame Donval qui cumulait des indemnités de maire et de conseiller général, sans oublier une vice-présidence à la communauté de communes plus un petit syndicat (rémunéré) par ci par là. Donc, la droite ne fait pas mieux que la gauche en ce qui concerne la rémunération des fonctions politiques. Par conséquent, il ne semble pas justifié de se braquer et critiquer les cumuls exercés par ceux d'en haut, puisque ceux d'en bas font exactement la même chose à un moindre niveau certes mais tout de même comparable. Le fond du problème est commun et c'est l'ensemble des cumulards qu'il faut traiter et pas seulement les uns en omettant les autres.

On peut d'ailleurs  comparer le bilan inexistant de Madame Donval au conseil général, à celui de Monsieur Guillon qui jusqu'à présent n'a rien apporté au Cap-Sizun. Donc, la fonction de conseiller général ne sert pas à grand chose et on a raison d'étudier la situation dans le cadre de la réforme administrative .

On nous dit que les subventions vont devenir rares. Il faudra donc se contenter de l'argent local pour faire aboutir les projets. raison de plus pour économiser dans tous les domaines. Les audiernais doivent attendre avec beaucoup d'intérêt de connaître par exemple l'avenir du Mât Fenoux dont on connaît le piteux état créé par l'inconscience d'une mauvaise décision.   

 

     

Signalons aussi que à Audierne, le port de plaisance pose problème à propos du gaspillage de l'énergie et de l'eau. les chauffages électriques et les déshumidificateurs sont montrés du doigt:

Télégramme de Brest en date du 2 mai 2014

"En dépense depuis 2010 on est passé de 2300 € à 11.000 €"

 On oublie de dire que l'eau et l'électricité sont en libre service au port de plaisance, ce qui n'a pas échappé aux conducteurs de camping-cars qui s'approvisionnent généreusement et gratuitement sur les pontons. D'autres aussi sans doute. Attendons de connaître la décision de justice pour savoir qui doit s'en occuper et trouver les solutions.

******

Nous n'avons pas voulu tomber dans une énumération de chiffres qui aurait rendu la lecture trop technique et même soporifique. Nous nous contenterons donc de rappeler que on compte en France un peu plus de 36.000 communes et 2581 communautés de communes (chiffre de 2012), plus les grandes villes etc....Ce que l'on appelle le mille-feuilles administratif a donc un prix de revient que chacun pourra imaginer voire calculer. Une réforme est donc indispensable puisque les charges municipales vont augmenter en raison de la diminution des subventions. Oui , mais ?????

Prenons, à titre d'exemple le cas de 2 communes voisines comme Audierne et Esquibien, séparées par un ruisseau divisant la plage en 2. Le leader de l'opposition audiernaise, Monsieur Gurvan Kerloc'h, a interrogé par écrit le maire d'Audierne à propos d'une éventuelle fusion. Voici la réponse::

"Il est peut-être souhaitable que des communes fusionnent. Moi, je n'ai aucune intention et je pense que la communauté des communes va maintenant bien fonctionner. Ce qui n'était pas le cas avant".

Cette réponse a été publiée le 2 mai 2014. C'est la réponse audiernaise. Nous n'avons pas connaissance d'une éventuelle réponse esquibiennoise, mais on peut l'imaginer puisqu'il n'y aurait plus qu'une place de maire au lieu de 2 actuellement. Posons concrètement le problème:

Qui, du maire d'Esquibien et du maire d'Audierne serait prêt à s'effacer pour laisser la place à l'autre ???

Nous laissons à chaque lecteur le soin de trouver la réponse à sa convenance !!! Le point de vue de Monseigneur Pognon est certainement sans équivoque mais il est évidemment  réservé au confessionnal en raison de son caractère confidentiel.   .

CQFD !! 

 

 

PIC-0062.JPG

 

 

 

 

 

******

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 10:45

 Saint-Cyrienne

 

 


           

             
 
Edito du Président

Paris le 22 avril 2014
 

Le politique et le militaire,

Ou l’inverse ? Parfois, si l’on ne considère que l’individu. Certains se sont d’abord révélés des chefs de guerre avant d’être de grands politiques. Le très jeune Louis XIV a commencé à briller sur les champs de bataille, dépassant son maître Turenne, puis il a configuré la France dans son pré-carré. Le jeune général Napoléon Bonaparte s’est illustré sous le Directoire puis le Consulat, pour la République, en défendant la France, avant de devenir l’empereur que nous savons. Charles de Gaulle, saint-cyrien, s’est battu dans les rangs de l’Armée avant de représenter la France Libre dans le deuxième conflit mondial. Sa carrière politique a culminé avec la fondation de la Vè République. Leur grande cause commune a été la grandeur de la France et pour l’assurer ils ont logiquement mis sa défense au premier rang de toutes leurs préoccupations. Ces temps paraissent révolus, du moins en France.

Trois autres présidents de la Vè République ont connu, avec honneur, des combats de la deuxième guerre mondiale ou de la guerre d’Algérie. Jeunes, ils ont été brigadier-chef, sergent, sous-lieutenant. Depuis le général de Gaulle tous les présidents, élus au suffrage universel, exercent effectivement le rôle de chef des armées. Ceci a logiquement développé un dialogue entre l’Autorité légitime et celui qui doit proposer et conduire la bataille comme la préparation de la guerre. L’équation tient en la qualité des hommes qui pour l’un incarne l’État et pour l’autre est le Chef d’état-major des Armées composées de centaines de milliers (moins de 200.000 maintenant) de soldats, marins et aviateurs, lesquels servent la France et sont prêts au sacrifice pour la mission, l’Honneur, les camarades.

Les problèmes comme les situations rencontrées ne sont jamais simples, il faut bien sûr de l’intelligence et de la compétence mais aussi du caractère, du courage, de la conviction. Dans les années 30 la France a malheureusement eu des hommes d’État et des chefs d’état-major qui n’ont pas été à la hauteur d’une situation qui se dégradait rapidement. Le coût humain, politique, psychologique, a été énorme et parfois on peut se demander si toutes les leçons en ont été tirées.

Ce dossier exceptionnel du Casoar sur « le politique et le militaire » réunit des contributions de très hautes personnalités, anciens CEMP puis CEMA, qui ont vécu ce dialogue avec le Président de la République, mais aussi d’hommes politiques et de chercheurs. Que cette étude, non exhaustive, vous donne la possibilité de mûrir vos réflexions, aux plus anciens de retrouver des chemins parcourus, aux plus jeunes d’entrevoir comment mieux faire. Nombreux sont les officiers qui dans leurs fonctions, au cours de leur carrière, à un niveau ou à un autre, auront à participer à la relation politico-militaire, il faut donc s’y préparer jeune. Les actions qu’ils auront à concevoir, voire à conduire, seront loin d’être négligeables, leurs anciens le savent.

Dans une société française qui donne, hélas, de multiples signes de fragmentation, la population a confiance en son armée (79%)*, devant toutes les autres représentations de l’État. Ce capital-confiance appartient à la République. Attention cependant à préserver cette armée de toute forme d’insulte qui concernerait le Drapeau et ou la mémoire de ceux qui ont tout donné. Cette armée est bien visible, en ce moment, au Mali, en RCA dans une mission particulièrement difficile et pénible, entre autres zones d’opération. Demain elle sera là où le président des Français lui ordonnera d’aller.

Que les chefs militaires fassent leur devoir vis-à-vis de l’Autorité politique, Président, Premier ministre et ministre de la Défense, quel meilleur exemple donné à une société à la recherche de « plus d’ordre et de sécurité »* ! Clemenceau aurait dit « la guerre est une affaire trop sérieuse pour la confier aux (seuls) militaires », il avait raison aussi il a su proposer Foch comme généralissime des armées alliées et conserver Pétain comme commandant de l’armée française. À chacun son rôle, à chacun sa mission, ensemble dans le même but !

Après soixante-dix ans de paix en métropole, que le « café du commerce » sur les « affaires militaires », au moment où l’on cherche à couper dans les multiples dépenses de l’État, ne soit pas le fait de responsables politiques, de tous bords, acculés par l’instant et les échéances électorales ! En tout cas pas le fait des hommes politiques qui se rêvent un avenir national !

Permettez, enfin, au citoyen que je suis de croire, qu’aujourd’hui comme hier, la paix est décidément une affaire trop précieuse pour l’abandonner aux seuls civils.

À vous maintenant de débattre du thème et des éléments du dossier de ce Casoar, encore bien différent de tous les autres !

Général de corps d’armée (2s) Dominique DELORT
Président de la Saint-Cyrienne
*****************************************************************************

   Commentaire personnel
Nous sommes nombreux à avoir retenu de notre passage dans les écoles, la célèbre phrase de Clemenceau concernant la guerre:
              
"affaire trop sérieuse pour la confier aux (seuls) militaires."
Nous ne la contestons pas. La déclaration de guerre est une affaire politique dont l'initiative revient au Président de la République, chef des armées, et les états-majors sont soumis au devoir d'obéissance pour remplir les missions.
Mais le Président de la Saint-Cyrienne  ajoute que:
                 
"la paix est (décidément) une affaire trop précieuse pour l'abandonner aux seuls civils". 
La paix est une affaire qui concerne tout le monde , donc également  les anciens militaires qui, après avoir été privés de la liberté d'expression durant leur temps de  service actif, ont parfaitement le droit de participer aux échanges d'idées en tant que simples citoyens. Et la politique fait partie, jusqu'à preuve du contraire, du débat d'idées ouvert à tous. Seule condition: les idées des uns sont aussi respectables que les idées des autres, ce qui exclut le sectarisme et prône la tolérance.               
*******
Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 09:35

            Audierne.Esquibien.Cap-Sizun.

    Editorial 4/2014 

 

pic_0007.jpg

 

 

Références: Télégramme de Brest en date du :

 

a)- 11-4-2014:   Cleden-Cap-Sizun: Conseil. Les indemnités contestées

b)- 12-4-2014: Audierne . Centre ville. Des idées pour le redynamiser

c)- 14-4-2014: Audierne. Trescadec. Réaménagement des dunes

Esquibien: Pouldu. Sécuriser le parking

d)-16-4-2014: Esquibien. Conseil. Pour une opposition courtoise

Plouhinec. Conseil. Vers le gel des taux d'imposition

e)- 17-4-2014. Esquibien. Conseil suite. Indemnités et commissions

Plouhinec.  Conseil. La composition des commissions

f)- 18-4-2014: Esquibien. Conseil suite.Contentieux et subventions

Audierne:   Le conseil en bref:  

Salle multifonctions. Blocs sanitaires plage de Trescadec.Voierie

g)- 19-4-2014- Audierne. Communauté de communes

 

 

*******

Les élections municipales viennent de s'achever. Les nouvelles équipes se mettent en place et quelques changements commencent à montrer le bout de leur nez ici et là dans différentes communes et plus encore, à la communauté de communes.

Tout le monde sait qu'il faut s'attendre à quelques nouveautés en raison de la politique envisagée au plan national au sujet de l'organisation territoriale avec  son incidence sur les finances. 36.000 communes en France, ce chiffre n'est plus acceptable. Il faut impérativement envisager des regroupements pour mutualiser les moyens et diminuer les frais de fonctionnement. Malgré l'esprit de clocher hérité du découpage paroissial, malgré l'individualisme constaté dans le découpage existant avec ses frontières obsolètes, le Cap-Sizun ne peut pas rester en marge de l'évolution nationale. Compte tenu des restrictions envisagées  pour l'attribution des deniers public (subventions), les communes se verront dans l'obligation de tailler dans le vif, d'autant qu'il est prévu que les communautés de communes vont voir augmenter  leur champ d'action et leurs missions, donc leur responsabilités. Dans les communes qui ont vu un changement d'équipe municipale, il convient de faire très rapidement le point dans tous les domaines de l'héritage laissé par les prédécesseurs et plus particulièrement pour ce qui concerne les finances et l'environnement. D'ores et déjà les choses semblent se préciser, par exemple à Audierne,  et permettent de se faire une idée de ce qui nous attend. Pour étayer  ce point de vue, il suffit de consulter les articles publiés dans la presse locale et nous en avons choisi quelques uns cités ci-dessus en référence. Rappelons que plusieurs communes ont vu un changement d'équipe municipale: c'est le cas de Plouhinec, Audierne, Beuzec et Pont-Croix. Dans les autres communes la réélection des sortants permet d'envisager, au moins provisoirement, la continuité de la politique actuelle. Les choses sont donc plus délicates à Audierne, à Plouhinec et surtout à la communauté de communes. Donc, petit tour d'horizon pour prendre l'ambiance dans notre bon vieux Cap-Sizun,

Ar C'hap Don, pays de la "Feiz hon Tadou Kozh" !!

******

Cleden-Cap-Sizun

Cela a commencé par un peu de "Reuz" à Cleden  à propos des indemnités mensuelles attribuées au maire et aux adjoints. 1634 € pour le maire et 627 € pour les adjoints. L'opposition a bondi et réagi avec véhémence :

"Il n'y a que le fric qui vous intéresse"

s'est exclamé le leader des opposants. 

"Mais vous êtes odieux"

a rétorqué le maire !!!!

Ambiance, dans la France profonde !! Attendons la mise en place de la communauté de communes pour voir comment vont se comporter les "Pochou kranked" et les "Pochou gwinis", face aux " Taïks" de Plouhinec .

"les choses pourraient bien ne pas être tristes  avec nous s'pas".

Mais n'anticipons pas    

Audierne

La nouvelle municipalité envisage donc de redynamiser le centre ville. Comment, comment, comment,  mais comment ça ?? Où allons nous ?? Y aurait-il des défauts dans l'héritage ?? Qu'a donc fait, et aussi pas fait, la municipalité Donval pour qu'il faille déjà revoir la situation ??   Il s'agit bien entendu des problèmes de circulation et de stationnement. Or, les socialistes de la municipalié sortante (Donval) ont tout changé pour ne pas dire tout cassé  en arrivant au pouvoir en 2008, donc voici 6 ans. Que faut-il conclure ?? Disons le carrément pour ne pas tourner autour du pot: Il semblerait que la science infuse détenue par l'équipe de Madame Donval soit prise en défaut, autrement dit, il faut défaire ce qui a été fait, donc mal fait voici 6 ans, avec l'argent du contribuable par conséquent mal dépensé:

"les véhicules qui circulent dans le centre ville, venant de la Pointe du Raz arrivent devant des sens interdits"

  C'est écrit dans la presse !! 

PHTO0021.jpg

 

Combien de fois avons-nous évoqué cette anomalie sur nos différents blogs durant les 6 dernières années. Pour rien, en raison de l'indifférence de la municipalité Donval !! Il faut tout de même être un peu borné pour avoir laissé mettre en place une telle hérésie (restons polis pour ne pas dire c...). Les touristes revenant de la Pointe du Raz sont directement orientés vers Quimper au lieu d'être incités à entrer dans Audierne pour stationner en accédant directement aux parkings, et visiter la ville. Le centre ville et plus encore les quais, voire même la plage sont pénalisés par cette erreur monumentale susceptible  d'être considéréé comme une faute professionnelle, pourtant sanctionnée par une décoration. Le marché hebdomadaire a été traité comme étant une priorité alors que ce n'est qu'un des aspects de la vie économique. Autrefois, la fête foraine du pardon occupait aussi le centre ville. Le problème a  pourtant été résolu. Alors ?? Solutions ?? 

Et le parking de la poste, occupé par les bateaux !! Il faut remonter à la décision de construire un aquarium (Durand Allizé) sur le domaine maritime. En échange, le domaine public a été attribué à l'entreprise "Stratimer" qui est  donc parfaitement dans son droit. Qui est responsable ?? Encore un décoré peut-être, et un des adjoints de l'époque aujourd'hui conseiller général. Nous n'allons pas reprendre l'histoire de l'aquarium. Elle a déjà été exposée par nos soins  sur les différents blogs, mais nous y reviendrons si nécessaire.

On dit que "commander c'est prévoir" . C'est peut-être vrai un peu partout mais sans doute  pas à Audierne version Donval. Il serait peut-être temps d'arrêter de faire "joujou" avec l'argent public une fois pour toutes. La gestion municipale n'est pas faite pour "jouer à la poupée" comme à l'école maternelle. 

Et la place Gambetta ?? Il faut être au moins 2 , un au volant l'autre à l'extérieur pour garer un véhicule sans accrocher celui du voisin en raison de l'étroitesse de l'allée centrale qui sert aux manoeuvres. Encore un décoré responsable et aujourd'hui retiré des affaires donc irresponsable !!

Les sanitaires de la plage ?? Tout est cassé !!

 

     

  Etait-il nécessaire de détruire les sanitaires du Mât Fenoux avant d'avoir étudié un projet de restauration ou tout au moins réalisé le plan concret de la structure envisagée pour remplacer l'existant ?? Cette carence s'ajoute à la destruction des toilettes situées devant l'ex-casbah. Lisons ce qu'en pense le nouveau maire Jo Evenat dans le Télégramme en date du 18-4-2014 :

"Je m'inquiète du montant des travaux (162.365 €). Ce sont des WC qui vont être installés en contre-bas de la route, accessibles par un escalier alors que ce sont des WC handicapés. Aucun accès en pente n'est prévu. Je suis étonné, voire écoeuré....."

Par conséquent, on peut dire que c'est quasiment  du "n'importe quoi", toujours avec l'argent public !!!

Et la salle multifonction ?? Lisons encore la presse:

Achetée par la municipalité sortante 350.000 € (sans assainissement et avec amiante). Total général: 1.340.000 € (dont 935.000 € de travaux+55.000 € de suppléments+20.000 € de mobilier + 40.000€ de matériel scénique. Seul le rez- de-chaussée est utilisable.........Le reste de ces travaux  n'ont  pas été budgétés. Je ne sais pas comment nous allons faire.....

Ceux qui voulaient des preuves de la situation laissée par la municipalité sortante sont servis. Ne parlons même pas de la " volonté politique "exprimée  par Madame Donval à propos des restaurants du coeur (qui ont déménagé). Au fait, qui paie les frais de fonctionnement de cette association aujourd'hui ?? Force est de constater que, durant 6 années, la municipalité Donval a fait n'importe quoi, sans jamais prévoir quoi que ce soit, sans jamais imaginer la moindre conséquence de ses décisions et j'en passe. On comprend mieux   les 4 élus démissionnaires en cours de route dont le propre frère de Madame Donval. Nous constatons donc que les 6 années écoulées sont du temps perdu pour la commune d'Audierne. Or, le temps perdu ne se rattrape jamais. Sans compter qu'il faudra bien  tout de même assumer la suite et trouver des solutions. Constatons aussi que poursuivre avec la gauche sortante aurait correspondu à une persévérance dans l'erreur . Ce n'est pas pour rien que le quotidien "Ouest-france" avait pris le risque de dire que si Madame Donval se représentait, la liste Evenat se trouverait sur un boulevard . Donc les  6 années écoulées ont été marquées par des mauvaises décisions  autrement dit par l'inaptitude à l'exercice de la responsabilité . Dans certaines professions on pratique la relève immédiate des "pseudo-responsables" dès qu'une telle situation est constatée. Dans la vie municipale, en raison de la légitimité des élus, il faut attendre 6 ans pour faire la relève. Nous avons ainsi la preuve que si les urnes sélectionnent les candidats qui obtiennent le plus de voix, ce résultat n'implique en aucun cas la compétence. Fort heureusement, les pertes sont exclusivement financières. Ce serait beaucoup plus grave encore s'il s'agissait de pertes en  vies humaines comme dans les professions à risque. 

Et pourtant, le verdict des urnes audiernaises est contesté par une plainte dont nous avons déjà parlé. Attendons sereinement et sans anticiper la décision de justice qui devrait être prise en mai prochain.

Encore un mot à propos du fleurissement. Selon des renseignements fournis par un site internet, le coût du fleurissement dans une ville de - 3000 habitants  reviendrait à : 

- engrais, produits phytosanitaires: 2600 € TTC

- Achat de plantes 3700 € TTC  

Soit un total de 6300 € (chiffres de 2011

masse salariale non comprise. N'oublions pas le prix de revient des engins et véhicules utilisés.  Chacun pourra ainsi imaginer à combien revient un caprice floral municipal et faire la comparaison avec la situation de la voierie selon la presse:

"La voierie est en mauvais état . Crédit restant au 1er janvier 2014: 250.000  €. Engagements réalisés au 23 mars 2014 : 251.000 €. Le marché passé avec la société Colas est consommé pour 2014.....

Alors ?? A chacun ses conclusions personnelles !! 

Sans oublier le fleuron environnemental des caravanes et autres épaves indignes d'une station balnéaire. Et il ne s'agit pas d'un campement de Roms !! De plus cette

situation totalement illégale

a été traitée par l'indifférence générale de nos élus locaux durant 6 ans. Attendons la suite !!

PHTO0008.jpg

    Mais, au fait, toutes ces photos de nos édiles publiées plusieurs fois par semaine dans la presse locale, parfois même en compagnie des biquettes, c'était quoi ?? Photomania ?? Bla bla bla ?? Autosatisfaction ?? A chacun son point de vue !!

Les tempêtes ont également laissé des souvenirs. Il faudra bien réparer les dunes de Trescadec.

Nous exprimons nos sincères compliments à la municipalité  Donval qui sans aucun doute est la plus désastreuse parmi ce que nous avons pu voir à Audierne depuis la seconde guerre mondiale et même avant. Il fallait le faire !!  Malgré les résultats particuliers du dernier scrutin, l'avenir permettra de vérifier si le socialisme existe encore à Audierne et même dans le  Cap-Sizun. En cas de disparition, il ne serait pas difficile de déterminer à qui et à quoi attribuer la responsabilité de  cette situation nouvelle qui ne serait jamais que le renouvellement de ce qui s'est passé à Esquibien en 1989 (dernière apparition du PS aux municipales soit voici 25 ans).   

    Esquibien 

C'est donc la municipalité sortante qui est réélue. Il s'agit d'une équipe sans étiquette paraît-il, dirigée par un conseiller général de droite (opposition départementale) et ex-candidat UMP aux dernières élections législatives. Egalement ex-adjoint dans une municipalité de droite à Audierne (Coatmeur) et non réélu en 2001. Ajoutons que notre conseiller général vient de cumuler ( maire, conseiller général, vice-président) par sa nomination de vice-président à la communauté de communes (chargé du personnel et de l'administration générale). Total des indemnités payées par nous: ????? Pas de problème de fin de mois vraisemblablement !!

Les tempêtes de l'hiver dernier n'ont pas ménagé Esquibien. La sécurité du parking "Pouldu" est compromise:

La commune a été placée en périmètre de catastrophe naturelle mais le coût de ces travaux  risque toutefois de bouleverser le budget".

Ainsi donc, les contribuables d'Esquibien sont prévenus. Par ailleurs, l'opposition entend être une opposition courtoise. On ne peut que la féliciter pour avoir fait ce choix. Mais alors, pourquoi la majorité, donc l'équipe du maire refuse-t'elle d'attribuer une tribune à son opposition dans le bulletin municipal ??

La demande d'une tribune dans le bulletin municipal ainsi que sur le site internet n'apparaît pas au maire comme une très bonne idée selon l'article de presse:

"Je ne vois pas l'intérêt d'entretenir des antagonismes "

peut-on lire dans le journal. Alors, question:

A quoi sert une opposition si elle ne peut pas s'exprimer officiellement malgré son engagement à respecter la courtoisie ?? Chacun donnera la réponse selon ses propres idées, d'autant que la nouvelle loi électorale a eu  pour but de créer une opposition dans toutes les communes. Une opposition condamnée à être muette ne sert à rien.

 Suggestion pour pallier à cette situation:

Internet et l'ouverture de blogs pour informer, conformément aux droits conférés par la liberté d'expression (exprimée avec courtoisie).  

"Dans le cadre du contentieux avec les consorts Keravec au centre nautique, le conseil a autorisé le maire à ester en justice".

C'est un choix et nous n'anticiperons pas. L'avenir dira si c'est le bon choix car dans le cas contraire l'indemnisation accordée par le tribunal administratif pourrait être majorée. Ma Doué diront les contribuables ...!!! Quoi qu'il en soit, on ne pourra plus accuser les consorts Keravec d'être procéduriers  puisque ce sont pas eux qui poursuivent l'action en justice. A chacun ses responsabiliés !!

Plouhinec et Communauté de communes

La municipalité sortante de Monsieur Hamon n'a pas été réélue. Le 2ème tour a vu l'élection de la liste de Bruno Le Port , en l'absence de la liste socialiste qui s'était désistée à l'issue du premier tour. Cette liste socialiste justement avait comme tête de liste l'ancien suppléant de Madame Donval aux dernières cantonales. A se demander si Madame Donval n'est pas une sorte de machine à perdre et à faire perdre. Alors, cette décoration ...????  La nouvelle équipe municipale Plouhinécoise a été élue à partir d'un projet sans étiquette. Bravo à eux  et à elles. Ras le bol de ces listes politisées qui parfois ne disent pas leur nom et sur lesquelles figurent des candidats qui n'ont avant tout  que des ambitions personnelles à satisfaire. Et c'est d'autant plus vrai que Bruno Le Port vient par dessus le marché d'être élu Président de la communauté de communes . Bravo Monsieur le Président. Vous pouvez compter sur les blocs Konchennou et autres  pour soutenir votre action, mais exclusivement dans un contexte apolitique et sans favoritisme. Nous vous avons vu à l'oeuvre à l'occasion de la route de l'amitié  qui n'était  pas loin s'en faut, un évènement politique, et savons l'idée que vous vous faites de l'intérêt général. Vos idées sont d'avant garde et c'est ce dont nous avons besoin dans notre contexte très particulier de péninsularité, de démographie, d'économie et d'enclavement. Vous n'avez sans doute rien à prouver et il semblerait que ce soit pas des ambitions personnelles qui vous stimulent. Tant mieux !! Dans ce cas, vous pouvez compter sur nous pour faire passer les messages.  

Le tourisme est une activité essentielle même si elle ne résoud pas tout loin s'en faut. C'est tout de même une priorité qui conditionne beaucoup de choses comme la circulation, le stationnement, l'environnement et j'en passe.  Tout doit chez nous  être organisé avec et autour de  la Pointe du Raz dans tous les domaines, sans pour autant déshabiller les différentes communes. En effet, que le tourisme  et les offices correspondants fassent partie des attributions de la communauté soit !! Mais ce n'est pas une raison pour absorber toutes les activités ou structures existantes comme  le port de plaisance d'Audierne, les fêtes locales (bruyères à Beuzec), les  clubs nautiques  ou les comités d'animation par exemple. Chaque commune doit pouvoir continuer à assumer la responsabilité de ses choix, d'autant que certains sont des choix à risque pour l'avenir.  Il est évident que chaque commune cherchera à se débarrasser de ses 'grève-budgets" prévisionnels (associations, clubs en tous genres etc...). Le club nautique d'Esquibien par exemple  est dans une situation particulière en raison des problèmes de contentieux d'une part, et d'autre part, du coût prévisible de son fonctionnement dans le futur. Les entrées financières ne couvriront pas les dépenses pour plusieurs raisons : achats et renouvellement de matériels,  entretien, masse salariale etc..Il s'agit là d'un problème esquibiennois et non capiste. Les Capistes n'ont pas été consultés lors de la construction de ce club "haut de gamme" avec "club house" et tout le reste. Commander c'est prévoir et la prudence est la mère de la sûreté dit-on. Il serait trop facile de se débarrasser des dettes municipales et des réalisations encombrantes en les transmettant à la collectivité capiste. A chacun ses propres responsabilités si on veut une communauté de communes acceptée par toutes les communes puisqu'elles ne sont pas toutes dans la même situation. Goulien, Beuzec ou Confort-Meilars par exemple  ne sont pas concernées par ce qui se passe à Sainte Evette. Ces communes ont  aussi leurs propres dossiers et même leurs chapelles, dont elles s'occupent. La communauté ne pourra pas tout faire et ses finances ne seront pas inépuisables.  

Il conviendra aussi d'étudier le cas des structures sociales pour que l'on sache bien qui fait quoi. Actuellement la commune de Plouhinec n'adhère pas à la banque alimentaire qui pourtant travaille avec les CCAS municipaux et la communauté de communes (qui finance ses frais de fonctionnement). Les "Restos du Coeur" sont arrivés en supplément à la suite d'une volonté politique comme nous l'avons déjà dit. Il va bien falloir déterminer qui doit financer aujourd'hui cette doublure qui a obligatoirement un coût, et règler le cas de l'individualisme plouhinécois. Il y a donc du pain sur la planche et nous n'avons certainement  pas encore tout dit.

Dommage tout de même que Monsieur Hamon ait démissonné. Son expérience aurait pu être utile pour Plouhinec . Il faudra bien faire sans lui et fort heureusement, il ne laisse pas exclusivement du négatif comme les sortants d'Audierne.    

Bonne chance et bon courage Monsieur le Président  de la communauté des communes du Cap-Sizun.

 

 

van3_0707.jpg

 

  057-300x200 

 

 

 

 

******

 

 

   

 

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article