Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 00:00

    Audierne.Cap-Sizun.Editorial 2/2013

 

Références:

 

    a) Audierne: Bulletin municipal d'informations janvier 2013 

     

 Télégramme de Brest en date du:

  *  

 b) 31/12/2012, 7/1/2013,8/1/2013 et suivantes: voeux des communes 

 

    31-12-2012. Cleden-Cap-Sizun. Voeux."Permettre aux communes rurales de vivre"

7-1-2013. Voeux Primelin.De la nécessité de bouger et de s'adapter

Plouhinec: Pas de pause en 2013 

8-1-2013. Goulien Voeux du maire. 2012,"une année à oublier"

 

     ******

    c) 11/1/2013. Cap-Sizun. Communauté de communes Une pionnière

Syndicat mixte. Du pain sur la planche 

 

    d) 15-1-2013: Finistère. Trois églises dégradées

Audierne. Voeux. Mise en chantier de la salle multifonctions

Beuzec -Cap-Sizun. Nouvel an. Les Bruyères au centre de la cérémonie

 

    e) 16-1-2013. Audierne.Plaisance. L'aire de carénage fait toujours des vagues

 

    f) 17-1-2013. Audierne. Animations 2013

 

g) 21-1-2013. Confort-Meilars. Voeux. Une nécessaire pause en 2013 

 

h) 22-1-2013. Mahalon. 2013, une année dense et passionnante

 

i). 23-1-2013. Esquibien. La gare maritime et la zone artisanale en projet

24-1-2013. Esquibien. Municipales 2014:

Le maire prendra sa décision le plus tard possible

Une incapacité à travailler ensemble 

 

     

*******

 

Après avoir consacré un temps de réflexion  aux évènements nationaux et même internationaux, il convient, conformément à la vocation de "konchennou" de revenir au Cap-Sizun et à ses problèmes locaux. Pour autant, nous ne délaissons pas l'actualité et son côté dramatique suite aux évènements qui se sont déroulés en Algérie et qui se poursuivent au Mali. Si nécessaire nous  en reparlerons. Pour l'instant, place au Cap-Sizun

******

 Les cérémonies des voeux permettent généralement à nos élus locaux de faire le point sur les réalisations,  un tour d'horizon sur les projets en cours, ainsi que la formulation de souhaits pour l'avenir. Comme par hasard, la municipalité d'Audierne vient de diffuser son bulletin municipal de janvier 2013, auquel on peut jeter un coup d'oeil. Ceux qui ont eu le privilège de lire ce document savent que désormais

 

 tout va pour le mieux à Audierne

 

Autosatisfaction intégrale.

 

Il est vrai que l'opposition n'a pu rédiger quoi que ce soit puisqu'elle n'existe pas. De nombreuses photos accompagnent ce superbe document en couleur, toutefois incomplet comme on doit le souligner . Exemple:

 

     

PHTO0001.jpg 

 

La "non-publication" des photos ci-dessus n'est qu'un simple oubli de la part  de nos élus locaux audiernais. N'insistons pas. Les prochaines élections municipales approchent et avec elles l'heure des bilans. Un beau bulletin municipal risque de ne pas être suffisant pour influer sur les résultats audiernais mais..... 

 

Dans l'ensemble, une certaine morosité semble se dégager des différentes cérémonies de voeux. C'est ainsi qu'à Cleden Madame la maire également Présidente de l'association des maires ruraux souhaite que " l'on permette aux communes rurales de vivre". A Goulien, le maire considère que 2012 est une année à oublier. Il semblerait donc que le "label Grand site de France" qui s'étend désormais sur toute la côte nord du Cap soit regardé avec circonspection. Il va de soi que ce classement ne sera pas sans incidence sur l'instruction des futurs dossiers de  permis de construire qui subissent déjà les contraintes de la loi littoral. A Primelin le maire constate que les services de l'état se désengagent de plus en plus. A Esquibien, à propos des municipales,  le maire se décidera le plus tard possible pour 2014. 

Donc, dans une région qui se dépeuple et  qui ne fournit pas d'emplois, si on refuse le droit de construire aux   candidats  potentiels attirés par la qualité de vie dans notre belle région, ils iront tout simplement s'installer ailleurs et la démographie continuera sa chûte. On a cependant vu émerger à Audierne un projet de construction de 50 maisons . Il ne reste plus  qu'à concrétiser ce projet en traitant en priorité le problème des accès car la voierie existante est absolument inadaptée. En clair, il suffit de répondre à quelques

questions élémentaires 

du genre de celles autrefois posées et enseignées dans certaines écoles de formation des décideurs appelés à traiter des problèmes, à savoir:

 

Où (aller), par où (y aller), quand (y aller), comment (y aller) ??

 

On pourrait ajouter "et pourquoi " (y aller) ??

 

C'est simple non ?? Après avoir répondu à ces questions, on pourra examiner les hypothèses de  solutions. Gageons que nos responsables audiernais actuels qui ont toutefois reconnu qu'ils étaient en campagne, sauront trouver les bonnes réponses, particulièrement en ce qui concerne les financements, et justifier leur

 

 "volonté politique"

 

comme celle affichée à propos des "restaurants du coeur". !!!! 

     

Il leur reste un an ....pour rattraper leur retard. Sourire.... chez..... ceux d'en face ....!!!!!

 

 J'oubliais les plaisanciers qui se plaignent du mauvais état des pontons, du sable envahissant contre lequel on ne fait rien et de l'absence d'aire de carénage. Réponse officielle: le conseiller général ne nous soutient pas. Deuxième sourire  (accentué)..... chez ceux d'en face !!!!

 

 Autre oubli: la mérule au musée maritime. Réponse: le problème est intercommunal  et concerne la validité du local actuel. Troisième sourire cette fois béat et hilare......chez ceux d'en face !!!!

 

 Et enfin:

 

pas un mot au sujet de l'ex-école de pêche

 

  Liens:

 

Audierne: Station balnéaire et casino. Editorial 4/2009

 

  Audierne.Flash Info. On a failli avoir un casino

 

De qui se moque-t'on ??? 

 

 

 

 environn_2_20-03-06_009-1.jpg

 

Le port de plaisance d'Audierne appartient à la commune qui gère son budget (Régie municipale) . Qui a construit un port de plaisance à Audierne sans prévoir et réaliser les structures techniques nécessaires ?? (aire de carénage, carburant etc...) Ce n'est pas le département. Même observation pour le musée maritime qui appartient à la commune et utilise un bâtiment communal dans lequel se trouve également l'office de tourisme. N'oublions pas que certains envisageaient de transformer ce bâtiment en maison de retraite. Bonjour la mérule chez nos Anciens !!

 

Que viendrait donc  faire la communauté de communes dans cette affaire qui n'a jamais été de sa compétence ?? On essaie de se défausser ou quoi ??

 

A Esquibien on avait déjà voulu procéder de la même manière pour le centre nautique.

 

Refus de la communauté. Gageons qu'il en sera de même pour le musée maritime. Aux audiernais responsables de régler les problèmes qui les concernent et qui seront comptabilisés au passif lors du prochain verdict des urnes s'ils n'ont pas fait l'objet d'une solution. Quant aux finances nécessaires, on pourra peut-être regarder, par exemple  du côté des fleurs pour combler les trous.  Une municipalité qui se prend pour un comité d'animation ou une entreprise de jardinage en délaissant les administrés dans les quartiers et plus généralement l'environnement se trompe complètement sur sa raison d'être car ce n'est pas sa mission principale. (cf référence f).

 

 La communauté de communes justement !! Parlons-en . Elle est présentée comme étant une pionnière (cf: référence c ), avec ses 335 agents (dont des contrats aidés) et un budget total de 15,4 M€ en fonctionnement. Elle s'occupe aussi de 3 maisons de retraite (Ehpad) du portage des repas à domicile, de la gestion des déchets etc...Apparemment, les musées et la plaisance ne font pas partie de ses attributions. Donc, à chacun sa responsabilité !!

 

CQFD !!

 

Autosatisfaction intégrale justifiée à Audierne

 

 Le syndicat mixte de la Pointe du Raz a également du pain sur la planche (cf: référence c ). Nous n'en dirons pas plus pour l'instant.

 

Notons cependant le propos du maire d'Esquibien concernant une "incapacité à travailler ensemble" et la messe sera dite une fois de plus !! (cf: référence i ). Procès de l'individualisme en somme.  Ajoutons tout de même que à Esquibien, certains problèmes ne sont toujours  pas règlés (Club nautique -Famille Keravec).

 

Et pour en terminer, on ne peut passer sous silence la profanation de 3 églises en Finistère: Loctudy, Combrit et Huelgoat. (cf: référence d ) . Le Cap-Sizun avait connu le problème voici quelques années à la chapelle Saint Pierre de Mahalon.

 

Lien:

 

Chapelles du Cap-Sizun-Editorial N° 8/2010      

 

Les enquêtes sont en cours et selon le procureur, le ou les auteurs encourent une peine de 5 ans d'emprisonnement pour vol avec effraction. Attendons la suite .    

 

 

 

debut_6-06mahalon_037.jpg 

Rappelons que, lors de la profanation de la chapelle Saint Pierre de Mahalon, nos élus locaux dont la conseillère générale de l'époque s'étaient montrés plus que réservés et même discrets. Il est vrai que, pratiquement dans le même temps, les audiernais avaient eu droit à la photo de Ben Laden à l'église Saint Raymond. Décidément, nos élus locaux semblent peu concernés par certains évènements dont on voit aujourd'hui jusqu'où ils peuvent  aller.

aud_raymond2347.jpg

 

Les électeurs pourraient bien s'en souvenir, bientôt, en 2014, donc dans un an pour les municipales et, selon certains projets, pour l'élection de la communauté de communes au suffrage universel. Affaire à suivre par conséquent !!

       

Comme on l'a déjà dit dans certaines communes comme à Audierne, l'autosatisfaction est parfaitement justifiée et il est urgent de ne rien faire !!! 

 

****** 

 mai_06-lamb_-plou-aud_052.jpg

     

 

 ******

 

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 00:00

Audierne.Cap-Sizun. Spécial Mali et Somalie 

 

 L'actualité s'est brutalement accélérée en ce début d'année 2013. Alors que le rapatriement des troupes françaises servant en Afghanistan n'est pas encore terminé, l'armée vient d'être engagée coup sur coup  au Mali et en Somalie.

 

La première remarque qui s'impose  concerne la qualification apolitique de l'armée française qui obéit aux ordres du pouvoir légitime, quelle que soit la couleur de ce pouvoir.

 

Deuxième remarque: alors que les esprits sont tournés vers le problème du mariage pour tous, l'actualité impose des décisions au plus haut niveau. A peine élu, l'actuel Président de la République  doit intervenir et se manifester comme chef des Armées pour décider et ordonner.

 

Pour aider à la compréhension de cette succession d'évènements, on peut tenter d'expliquer certaines situations qui ne sont pas toujours développées dans la presse. Tel est le but des articles publiés dans le blog "konchennou" suite à la réception de certaines informations , parfois un peu techniques, mais qui aideront ceux qui essaient de se faire une opinion personnelle sur les évènements en cours.

 A cet effet, nous publions ici 3 articles intitulés: 

Opex 1

Opex suite 2

   Opex suite 3  

     Il convient de signaler que l'armée française compte déjà un mort dans ses rangs: un lieutenant pilote d'hélicoptère. Les Anciens d'Algérie utilisateurs attitrés de ce nouveau mode de transport et d'intervention, connaissent bien ces pilotes qui prennent tous les risques pour remplir la mission qui leur est confiée, particulièrement lors des "appuis feu" et des évacuations sanitaires.  Saluons respectueusement ce "mort pour la France", le premier au Mali et peut-être pas le dernier.

 

Bonne lecture à tous 

  

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 16:19

Opex 1

Somalie : comment la DGSE a procédé

C'était un ressenti largement diffusé au sein de la DGSE : la précédente administration n'avait pas fait sa priorité de la libération de Denis Allex. Les faits sont là, la nouvelle équipe a mis de gros moyens dans la tentative réalisée cette semaine en Somalie. Jean Guisnel, souvent bien informé sur les questions de renseignement, livre sur son blog le scénario de la tentative de libération de l'otage, dans la nuit de vendredi à samedi. Il affirme que les opérations ont été menées depuis le BPC Mistral, qui avait il est vrai disparu du scope depuis décembre, accompagné par la frégateChevalier Paul, dont nous avions évoqué ici les dernières activités. Six hélicoptères ont été mis en vol pour lever et appuyer une cinquantaine de commandos.Un chiffre qui semble important, si on le rapporte au nombre de HM (quatre) et à la possibilité de perdre des hélicoptères dans ce genre d'opération. Pour ma part, je restais plus fixé sur une trentaine d'opérateurs, le chiffre de 50 pouvant comprendre les équipages.Il confirme la présence de Tigre -ils étaient deux- et de Caracal que j'avais évoquée hier. Le GAM-56 Vaucluse ne détenant pas suffisamment d'hélicoptères Caracal, il a dû en prélever, vraisemblablement à Cazaux, car l'autre exploitant de Caracal, le4e RHFS est mobilisé, lui, au Mali, avec au moins trois engins. L'EH 1/67 Pyrénées maintient pour sa part encore un engin à Kaboul, sur les six qu'il détient.Le même 4e RHFS a cependant vraisemblablement fourni des équipages, ainsi que les deux Tigre.Cette opération, sur laquelle plane encore de très nombreux secrets, est cependant une première, pour une libération d'otage, mobilisant à la fois la DGSE, les forces spéciales et les forces conventionnelles. Comme on le craint souvent, cette interaction des trois communautés ne semble pas avoir posé de problème particulier parce que chacun a sans doute dû rester dans son secteur.La marine confirme à la fois ici sa capacité à jouer au centre des opérations spéciales et clandestines avec un BPC, son véritable couteau suisse. Un tel scénario avait déjà été joué au large de la Corse pendant l'exercice Demetriosen 2011 : c'était quelques semaines avant le début des opérations en Libye. Tandis que le BPC Tonnerre était resté, lui, tapi en haute mer pendant les évènements de Côte d'Ivoire, toujours en 2011. Sa présence discrète avait notamment permis d'effectuer des relèves et des ravitaillements en moyen, tout en conservant, à l'abri des regards, une force de réaction rapide si la France avait perdu le contrôle à Abidjan.

 
 

 

 

L'état des forces de Serval (Point n°6-actualisé)

Une patrouille de Mirage 2000D vu du poste de ravitaillement du C-135FR. No gas, no war : une fois de plus, les tankers sont les incontournables des opérations aériennes, même si ceux qui construisent le budget ont tendance à l'oublier. (Photo EMA)

. Les moyens aériens français ont réalisé un peu moins d'une vingtaine de sorties ces dernière 24 heures. Ces chiffres comprennent chasseurs, tankers et ATL-2. C'est un volume respectable, qui pourra être soutenu dans la durée, avec une augmentation de la flotte de tankers, qui pourrait passer à cinq appareils (sur une flotte totale de 14 appareils).. Quatre Rafale ont décollé de Saint-Dizier ce matin, a révélé RTL, se fondant sur des sources concordantes. Les avions auraient décollé armés, en intervenant sur la ligne de fronts au Sahel. Ils devaient ensuite poser au Tchad dans la foulée. Le Rafale voit ainsi son troisième théâtre, après l'Afghanistan et la Libye. La flotte de chasseurs à N'Djamena passe donc à 12 appareils. Cela peut sembler peu, mais il faut considérer les très longs vols occasionnés, et le nombre limité de tankers (on en revient à no gas, no war). Des desserrement ne sont donc pas à exclure, en cas de forte demandes d'appui aérien.. Un Tigre a dû arriver de Pau hier, et deux autres doivent suivre demain. Selon RTL, ces aéronefs pourraient bénéficier du concours logistique des C-17 de la Royal Air Force. Le plot aéromobile conventionnel dans cette zone devait comprendre des Gazelle et des Puma, pour six appareils, ce qui a sans doute été relevé.. Plus que jamais, les avions de transport d'assaut de la zone sont en pleine activité, pour transférer entre les différents points d'action et bases-arrière toute la logistique nécessaire pour des opérations : oxygène pour les Mirage, munitions, pièces de rechanges, et tout ce qui est nécessaire à la force terrestre. Le parc de véhicules militaires français de Bamako est aussi assez réduit à sa plus simple expression. Il va falloir mettre sur leurs roues le 2e RIMa et la COMOTO. Les moyens présents dans la zone (Tchad, Gabon) n'y suffisant pas, il faut donc ouvrir un pont aérien de France.. 400 militaires seraient déjà présents à Bamako : il s'agit de la COMOTO d'Epervier, armée par le 21e RIMaet ses appuis, y compris Air. En outre, la 1ère compagnie du 2e RIMa a aussi remplacée, au pied levé, le Guépard du 2e REP qui avait été activé vendredi après-midi. Les effectifs resteront principalement dans la capitale, mais une partie irait sur Motpi, sécuriser l'aéroport.. Aucun renseignement précis ne vient bien sûr éclairer le volume du GFS Sabre (évoqué dans RAIDS 316), essentiellement constitué du 1er RPIMa et du 13e RDP, si ce n'est qu'il est passe de dépasser tous les niveaux atteints jusqu'à maintenant. Le 4e RHFS, qui a perdu un pilote -le lieutenant Damien Boiteux- vendredi après-midi, met en oeuvre des Caracal, et deux de ses Gazelle sont donc hors service. Il pourrait récupérer tout ou partie de Tigre qui arrivent de France et bénéficie vraisemblablement d'aéronefs du 3/61 Poitou.

Billet : l'absence européenne étonne

Une fois de plus, on attend la voix et la dimension européenne dans les opérations en cours. Seule la Grande-Bretagne a promis, hier soir, un concours logistique (d'ailleurs pas détaillé). Au Mali, on parle pourtant de bloquer des groupes terroristes de plusieurs enlèvements d'occidentaux dans l'ouest de l'Afrique, et des responsables des exactions qui ont un peu ému en Europe, ces derniers mois.Déjà que les Européens se pressaient pas pour concourir à la force européenne de formateurs (des Polonais, des Espagnols), on peut se demander ce qui va véritablement en rester, si les combats se poursuivent. D'autant plus que l'armée malienne a encore subi des pertes importantes cette semaine.Ceux qui ont un peu de mémoire se souviendront de la débandade un peu pathétique de militaires européens engagés dans l'Eufor dans N'Djamena en 2008. Ce sont les forces spéciales françaises qui s'étaient chargées d'exfiltrer ces courageux militaires européens...Alors qu'il devient de bon ton de croire que des mutualisations de matériels au niveau européen régleront tout, constatons d'abord et avant tout qu'en Afrique, l'Europe ne s'est jamais pressée pour intervenir quand les évènements se gâtent.Pour avoir voulu temporiser, et internationaliser le ban, la France se retrouve désormais plus seule que jamais (1). Un engagement dont le financement grèvera, in fine, le seul budget français. L'argent, finalement sans doute la seule explication de l'absence de nos camarades de jeu de l'UE.(1) l'annonce de l'arrivée de contingents africains la semaine prochaine ne changeant évidemment pas grand chose à la réalité des engagements, sur la ligne de front.

 

 

 

Consensus large de la classe politique autour de l’intervention militaire française au Mali

13 janvier 2013 – 14:18

Quand des militaires français sont engagés sur un théâtre d’opérations extérieur, il est important qu’ils soient soutenus par la classe politique, et, au-delà, par l’opinion publique.

La décision du président François de répondre favorable à la demande d’aide militaire que lui avait adressé son homologue malien et par conséquent d’engager les troupes françaises au Mali afin de stopper l’offensive de groupes jihadistes vers Bamako, est soutenue par la quasi totalité de la classe politique française.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a parlé d’une “décision courageuse dans le respect de la légalité internationale et de l’Organisation des Nations unies” et exprimé sa “solidarité avec le peuple malien et (son) soutien le plus complet à nos forces armées.”

“Nous ne sommes pas piégés, nous prenons nos responsabilités de lutter aussi contre le terrorisme. Si le pays tombe aux mains de ces terroristes, c’est l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest qui peut s’embraser. Il y a toujours des risques mais les risques sont plus grands si le pays basculait aux mains des terroristes car ils auraient une base pour des actions beaucoup plus grandes. Il y a 3 500 ressortissants français que l’on ne peut pas laisser dans la situation difficile dans laquelle ils allaient être” a pour sa part expliqué, à l’antenne d’I-Télé, Jean-Christophe Cambadélis, le secrétaire national du PS pour les questions internationales.

Dans les rangs l’opposition, le ton est identique. L’ancien Premier ministre, François Fillon a ainsi exprimé son “soutien aux forces armées françaises engagées dans une intervention militaire contre le terrorisme à la demande du Mali”. “la lutte contre le terrorisme exige l’unité de la Nation au-delà des clivages partisans”" a-t-il estimé. Le président de l’UMP, Jean-François Copé, a quant à lui estimé qu’il “était grand temps d’agir” pour “entraver l’établissement d’un Etat narcoterroriste.”

Pour l’UDI, Jean-Louis Borloo a salué “l’esprit de responsabilité du président de la République et du premier ministre dans cette situation d’extrême urgence et de danger pour la population malienne et pour les ressortissants français.” Et d’ajouter que “même si l’unité nationale ne se décrète pas, le rassemblement des forces politiques qui concourent à la démocratie est nécessaire dans ces moments-là.”

Au MoDem, François Bayrou a jugé que la décision du président Hollande était “fondée et explicable par l’urgence” car “la progression des djihadistes en direction du sud du pays, le franchissement imminent de la ligne de sécurité, la prise de villes sur leur passage est un élément de déstabilisation gravissime pour le Mali, pour ses autorités et pour ses habitants”. Pour l’ancien candidat à l’élection présidentielle, “il est légitime que la communauté nationale et la plupart des courants d’opinion qui la composent fassent bloc devant une situation dont chacun mesure l’importance et la gravité.”

De son côté, la président du Front national, Marine Le Pen a indiqué trouver “légitime” l’intervention militaire française au Mali et qu’elle “doit être soutenue dans la mesure où notre pays a été appelé à l’aide par le gouvernement légitime du Mali en application d’une coopération de défense entre nos deux pays, dans une zone francophone”.

Au cours de ces dernières années, le FN s’était opposé aux dernières opérations militaires française. Et Marine Le Pen de s’en expliquer : “Cette intervention légitime révèle cependant un cruel paradoxe quand on sait que les gouvernements français ont contribué à faire le lit des islamistes en Libye et en Syrie en apportant aide, assistance et armes aux fondamentalistes de ces pays, utilisés aujourd’hui pour attaquer un allié historique de la France.”

Cela étant, l’on compte aussi des soutiens plutôt “tièdes”, comme celui apporté par Europe Ecologie – Les Verts, qui, membre de la majorité et présent au gouvernement, a “pris acte” de la décision du président Hollande d’engager l’armée française au Mali.

“Conscients de la gravité de la situation, en ayant une pensée pour les otages retenus dans la région, EELV, tout en regrettant que le Parlement n’ait pas été consulté en amont de cette décision, souhaite que l’opération engagée par la France soit strictement limitée dans le temps et que l’armée française laisse très rapidement la place à une force d’intervention africaine qui aura pour mission de veiller à la mise en place, en accord avec les populations concernées, d’un processus démocratique et d’une paix durable” a fait valoir le parti écologiste par voie de communiqué.

Par ailleurs, le député EELV Noël Mamère, s’il reconnaît la nécessité de “mettre un coup d’arrêt à la progression d’Aqmi”, s’est étonné que “le président de la République reproduise les mêmes méthodes que son prédécesseur en ne saisissant le Parlement qu’une fois les opérations lancées.”

Et de préciser : “Les écologistes ont toujours exigé qu’avant toute intervention militaire française le Parlement débatte et vote, comme ce fut le cas pour l’Afghanistan, c’était aussi la position du PS mais ces exigences ont été oubliées. On a le triste sentiment de revenir aux méthodes anciennes de la Françafrique. S’il y avait un vote au Parlement, je refuserai de participer à cette mascarade.”

Cela étant, le parlementaire feint d’ignorer qu’une consultation des parlementaires n’était pas possible étant donné l’urgence de la situation, sauf à prévenir les jihadistes du Nord-Mali de l’imminence de l’intervention française. Qui plus est, l’article 35 de la Constitution (et après la révision de 2008 voulue par l’ex-président Sarkozy), exige seulement une information au Parlement dans les trois jours qui suivent le début d’une opération extérieure. Dans quatre mois, les députés et les sénateurs auront à se prononcer sur la poursuite ou non de la mission.

Enfin, l’opération française a aussi ses détracteurs. A droite, l’on trouve Dominique de Villepin, qui, dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche, parle de “virus néoconservateur”. Sceptique quant aux chances de reconquérir le Nord-Mali et d’éradiquer les bases jihadistes, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac estime que “nous nous battrons dans le vide, faute d’appui régional solide” et prône la poursuite d’un “processus politique”, “seul capable d’amener la paix au Mali.”

Co-président du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon a quant à lui estimé “discutable” l’engagement militaire au Mali et, comme Noël Mamère, “condamnable” le faut qu’il a été décidé “sans en saisir préalablement ni le gouvernement ni le Parlement.”

“L’intérêt d’une intervention militaire extérieure pour régler le problème posé au nord du Mali est discutable. En décider alors que les intérêts fondamentaux de la France ne sont pas en cause, selon le chef de l’Etat lui-même, et alors que les troupes africaines sont engagées, est discutable” a-t-il poursuivi.

Enfin, à l’extrême gauche, l’on ne pouvait guère s’attendre à une adhésion à la décision du président Hollande. Fidèle à lui-même, le Nouveau parti anticapitaliste parle d’une “intervention militaire impérialiste décidée par Hollande, une fois de plus sur le dos des peuples”, estimant que la “menace islamiste constitue le paravent de cette opération.”

Même chose pour Lutte ouvrière, qui, par la voix de Nathalie Arthaud, sa porte-parole, dénonce l’opération au Mali, décidée pour “maintenir un ordre économique qui permet aux grands groupes français de piller ces pays.”

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 16:11

Opex suite  2 

 

 

Somalie : Le commando de la DGSE a opéré depuis un Bâtiment de projection et de commandement

13 janvier 2013 – 11:52

Le 14 juillet 2009, Denis Allex, appartenant à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), avait été enlevé alors qu’il était en mission à Mogadiscio, en Somalie. Depuis, il était détenu par les miliciens islamistes Shebab, liés à al-Qaïda, avec lesquels Paris tenta alors de négocier sa libération.

Retenu en otage dans des conditions “épouvantables”, selon Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, et devant l’intransigeance et les revendications impossibles des miliciens islamistes, la décision de tenter de libérer Denis Allex par une opération d’exfiltration a été prise il y a au moins 3 semaines.

Pourquoi? Deux raisons : la première est que les autorités françaises connaissaient avec certitude le lieu de détention de Denis Allex. La seconde est liée : cet endroit était situé près de la côte, donc propice à une opération lancée depuis la mer.

Dès que toutes les conditions – y compris météorologiques – ont été réunies, l’opération pour tenter de libérer Denis Allex est entrée dans sa dernière phase. Très peu de détails ont été donnés au sujet du mode opératoire retenu, si ce n’est que l’infiltration en territoire somalien s’est faite avec des hélicoptères.

Une source, appartenant au milieu du renseignement et citée par l’AFP, a fait état de 5 appareils du GAM 56 “Vaucluse” de l’armée de l’Air et du Commandement des opérations spéciales (COS) ayant emporté une cinquantaie de commandos du Service Action de la DGSE.

Invité du “Grand rendez-vous” d’Europe1, ce 13 janvier, le ministre de la Défense a cependant indiqué ce que l’on pouvait supposer, à savoir que le commando du service action de la DGSE a opéré depuis la mer, c’est à dire à partir d’un Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) de la Marine nationale.

Ce navire pourrait être le BPC Mistral, qui a appareillé de Toulon aux alentours de Noël. Visiblement, les marins du bord n’avaient pas été autorisés à communiquer avec leurs familles depuis le 1er janvier.

Cela étant, cette opération, comme on le sait, ne s’est pas conclue par un succès. “L’exfiltration d’otage est extrêmement difficile” a expliqué M. Le Drian. Le commando de la DGSE a dû faire face à une forte résistance des miliciens Shebab, lesquels ont perdu 17 hommes au cours de l’assaut.

Côté français, l’on déplore la perte d’un militaire, décédé des suites de ses blessures à bord du BPC et un autre est “porté disparu”. Quant à Denis Allex, le ministre a déclaré que “tout nous indique qu’il a été assassiné” par des géôliers.

Dans un communiqué, les shebab ont affirmé détenir le commando porté disparu. “Le soldat français blessé est maintenant sous la garde des moudjahidines” ont-ils assuré. Ils ont également démenti la mort de Denis Allex et que ce dernier est “toujours en sécurité, loin du lieu de bataille” et qu’il serait jugé “dans les deux jours”.

“En fin de compte, ce seront les citoyens français qui goûteront inévitablement aux conséquences amères de l’attitude inconséquente de leur gouvernement à l’égard des otages” a encore menacé l’organisation jihadiste.

 

 

***

 

 

Opex SERVAL : le Bénin va envoyer 300 soldats

COTONOU - Le Bénin va envoyer quelque 300 soldats au Mali dans le cadre de la force africaine chargée d'aider Bamako à déloger les islamistes armés qui occupent le nord du pays depuis neuf mois, a annoncé dimanche le chef d'état-major de l'armée béninoise, le contre-amiral Denis Houssou Gbessemehlan.''Environ 300 soldats béninois seront engagés aux côtés du bataillon du Togo, l'un des quatre bataillons retenus pour le déploiemant au Mali'', a déclaré le contre-amiral à l'issue d'un entretien avec le président béninois Thomas Boni Yayi, président de l'Union africaine (UA).

 

***

 

Mali : le Sénégal envoie un bataillon de 500 commandos parachutistes

 

         

Après l’armée française, l’armée sénégalaise devrait être la deuxième armée étrangère sur le sol malien. En effet, selon le commandement de l’armée sénégalaise et le ministre des Affaires étrangères, tout est enfin prêt pour que les 500 commandos parachutistes débarquent à Bamako dès lundi pour se joindre aux forces françaises et maliennes, afin de lutter contre les islamistes notamment affiliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui occupent le Nord-Mali depuis presque dix mois maintenant.

(De notre correspondant)

Tout va vite du coté de Dakar après le déclenchement de la guerre par la France et l’armée malienne. Les deux pays ont lancé vendredi soir une opération militaire contre les jihadistes affiliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui occupent depuis presque dix mois maintenant le Nord-Mali. Le ministre sénégalais des Affaires étrangères Mankeur Ndiaye a annoncé samedi l’envoi des troupes sénégalaises au Mali. « Je voudrais d’abord souligner que le président de la République du Sénégal salue l’action diplomatique de la France, qui nous a permis d’avoir la résolution 29-80 adoptée le 5 décembre dernier par le conseil de sécurité de l’ONU. Nos troupes ne sont pas encore sur le terrain, mais le président Macky Sall a décidé d’envoyer dés lundi 14 janvier un bataillon de 500 hommes ».

Selon des informations obtenues auprès du commandement militaire, ce bataillon sera composé en majorité des parachutistes du camp de Thiaroye et des Fantassins de la région de Thiès. Ils ont pour mission de vaincre l’ennemi. Selon le chef de la diplomatie sénégalaise « ces troupes sénégalaises ont pour mission de mener un combat sans cesse contre le terrorisme à coté des autres troupes de l’Union africaine (UA) et de la France. Afin de permettre au peuple malien de retrouver son intégralité territoriale. Se rendre au mali ce n’est pas une opération de maintien de la paix. Naturellement c’est une guerre qu’il faut mener sur le terrain pour extirper tous les groupes terroristes présents au Nord-Mali et de toute la bande sahélo-sahélienne. Il s’agit véritablement d’une guerre qu’il faut mener sur le terrain pour mettre hors d’état de nuire ces terroristes».

La classe politique salue les actions militaires contre les jihadistes. A l’instar du Parti Africain pour la Démocratie et le Socialisme de l’ancien ministre Landing Savané, l’une des rares formations politiques à se prononcer sur les questions internationales. Dans un communiqué, Landing Savané soutient toutes les actions militaires visant à déloger les islamiques. « And Jef, parti résolument pan-africaniste, soutient pleinement la décision du Président malien Dioncounda Traoré d’engager l’armée et le peuple du Mali dans cette guerre juste, de résistance contre les agresseurs venus du Nord. Notre parti salue la décision du Président François Hollande de faire intervenir les forces françaises aux cotés des forces maliennes et africaines ».

Pour mater cette grande rébellion du Nord du Mali, les Pan-africanistes font appel à l’ensemble de la communauté internationale pour « apporter un soutien sans faille au peuple malien et à travers lui à l’ensemble des peuples africains confrontés à la menace terroriste. Le parti appelle l’ensemble des forces démocratiques du continent africain à constituer un vaste front de lutte contre les forces terroristes intégristes de la mouvance Al-Qaïda pour faire échouer leur projet machiavélique de coloniser les pays africains».

 

 

***

 

 

 

Mont-de-Marsan: la BA 118 partie prenante de l'intervention au Mali

Quand on l'interroge, le commandant de la BA 118 de Mont-de-Marsan fait valoir un devoir de réserve et refuse de confirmer ou d'infirmer. Pourtant il est plus que probable que des hommes et des avions de la base montoise interviennent actuellement au Mali.

Deux bonnes raisons à ça. Un détachement de la base est présent de façon permanente au Tchad. Par ailleurs, dans ce type d'opération, il est traditionnellement fait appel à elle au soutien des opérations au sol.

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

Mali: le déploiement de la force africaine se met en place

 

Au Mali, la décision française d'engager ses militaires dans la guerre contre les jihadistes a été saluée par la majorité des partenaires occidentaux et africains. Sur le terrain, l'opération militaire internationale s'organise. Les premiers soldats africains pourraient arriver dans les tous prochains jours. L'état-major de la Misma, la force africaine, se mettra en place à Bamako dès ce dimanche.

Notre dossier spécial Mali

 

 

La force africaine est sur le pied de guerre. L'état-major de la Misma se met en place. Le général nigérian Shehu Abdulkadir et son adjoint nigérien, le général Yayé Garba, seront à Bamako dès ce dimanche. Forts d'une longue expérience dans des missions onusiennes, les deux hommes vont organiser l’arrivée et le déploiement des troupes africaines. « Nos soldats viendront en appui aux militaires maliens, sur le front », confirme un responsable de la Cédéao.

Quatre bataillons sont attendus dans les prochains jours : un nigérian, un nigérien, un togolais et un burkinabè. Ce dernier sera chargé de la sécurisation à Bamako ou Sévaré. Au total, 2 000 hommes, sur les 3 500 prévus par cette mission de la Misma.

600 soldats nigérians attendus

Selon le représentant de la Cédéao en poste au Mali, Chéaka Touré, le Nigeria a déjà déployé une mission technique d'appui aérien à Bamako, chargé de remettre en état les six avions militaires maliens. Le Nigeria a par ailleurs promis de mettre quatre avions de chasse à la disposition de cette mission. Les appareils seront basés à Niamey.

Le Nigeria est la plus grande puissance militaire de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest. Selon des sources concordantes, le pays va contribuer à la hauteur de 600 hommes.

Reste à savoir quand le déploiement des troupes aura lieu. Le Conseil de sécurité des Nations unies a donné son feu vert vendredi, mais les autorités nigérianes n’ont pas souhaité s’avancer sur la date de l’envoi de leurs forces. Une source militaire, qui a tenu à garder l’anonymat, a d’ailleurs mis en garde contre toute déclaration hâtive suite à l’intervention française. « Plusieurs points techniques et financiers doivent encore être réglés, a-t-il dit. Jusque là, nous ne sommes pas prêts à intervenir ; notre déploiement ne se fera pas dans l’immédiat.»

La médiation burkinabè mise à mal

Ce déploiement militaire se fait aux dépens de l’activité diplomatique, et force est de constater que le dialogue avec les groupes armés du nord du Mali a du plomb dans l'aile. La réunion prévue le 19 janvier prochain entre le gouvernement de Bamako, le MNLA et Ansar Dine sous l'égide du médiateur burkinabè Blaise Compaoré n'a manifestement plus raison d'être.

Un constat s'impose : l'approche burkinabè a échoué. Le forcing opéré par Ouagadougou pour convaincre qu'il ne fallait pas diaboliser Ansar Dine et son chef Iyad Ag Ghali était manifestement une approche erronée. C'est sur la base de cette thèse que la médiation a intégré Ansar Dine comme un partenaire fréquentable. Tout cela est fini, constate un responsable politique malien. C'était une grossière erreur de croire que ce type de mouvement renoncerait à ses liens avec Aqmi, et donc avec le terrorisme, note de son côté un ministre nigérien.

Reste que si le Burkina peut être l'objet de critiques dans sa manière de conduire la médiation, Ouagadougou n'est pas seul. L'Algérie a elle aussi, et plus encore, contribué à donner du crédit à Ansar Dine, parfois même au détriment des touaregs du MNLA. Ce samedi, le ministre des Affaires étrangères burkinabè ne se faisait guère d'illusions : la priorité, a déclaré Djibril Bassolé, est à l'action militaire.

 

 

***

 

 

 

 

Mali: "Des conséquences" pour les Français (Ansar Dine)

Avec Reuters Mis à jour le 12/01/2013 à 16:18 | publié le 12/01/2013 à 15:53Réactions (325)

 

L'intervention militaire de la France contre les islamistes au Mali aura des "conséquences" pour les ressortissants français à travers le monde musulman, a déclaré aujourd'hui un porte-parole du groupe rebelle Ansar Dine.

"Il y a des conséquences, non seulement pour les otages français, mais aussi pour tous les ressortissants français où qu'ils se trouvent dans le monde musulman", a déclaré Sanda Ould Boumama à Reuters. "Nous allons continuer à résister et à nous défendre. Nous sommes prêts à mourir au combat."

"Vous creuserez la tombe de vos propres enfants"

Vendredi, un porte-parole d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), évoquant le sort des otages français aux mains de groupes islamistes en Afrique, avait déjà invité la France à reconsidérer son intervention. "Stoppez votre assaut contre nous, ou vous creuserez la tombe de vos propres enfants", a prévenu Abdallah al Chinguetti dans une vidéo mise en ligne sur internet.

En Somalie, où la France a mené une opération pour tenter de délivrer un de ces otages, les membres de la milice shebab ont proféré des menaces similaires. Les Français, disent-ils, "vont inévitablement subir les conséquences amères de l'attitude irresponsable de leur gouvernement envers les otages".

 

 

Mali: un haut responsable d'Ansar Dine tué dans les combats à Konna

BAMAKO - Un haut responsable du groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l'Islam), Abdel Krim dit Kojak, a été tué dans les combats ces derniers jours au Mali entre l'armée, appuyée par des troupes françaises, et les jihadistes, a-t-on appris dimanche de source sécuritaire régionale. Les combattants islamistes ont subi un véritable revers avec la mort d'Abdel Krim dit +Kojak+, a affirmé cette source sécuritaire régionale. Selon elle, ce lieutenant du chef d'Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, a été tué dans les combats qui ont opposé vendredi et samedi l'armée malienne et ses alliés français aux jihadistes à Konna, dans le centre du Mali. Ces combats ont fait 11 morts et une soixantaine de blessés dans les rang de l'armée malienne, selon le président malien Dioncounda Traoré. Un officier français, pilote d'hélicoptère, a aussi été tué. Aucun bilan n'a été communiqué pour le camp des jihadistes, mais l'armée malienne a évoqué une centaine d'islamistes tués à Konna. Ansar Dine est l'un des groupes islamistes armés occupant le nord du Mali depuis juin, avec les jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Tous prônent l'application de la charia, au nom de laquelle ils commettent de nombreuses exactions. Ansar Dine est surtout composé de Touareg maliens, comme son chef Iyad Ag Ghaly et Abdel Krim, membre de la tribu des Iforas (nord-est du Mali), âgé d'une quarantaine d'années. Abdel Krim avait rejoint Ansar Dine après avoir été le numéro deux du groupe du chef rebelle touareg Ibrahim Ag Bahanga, en lutte contre les autorités de Bamako, mort en août 2011 dans des circonstances non élucidées dans un accident dans le nord-est du Mali. (©AFP / 13 janvier 2013 10h48)

 

 

 

 

 

 

 

Le plan Vigipirate sera renforcé en France 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 12:00

Opex suite 3 

 

Le plan Vigipirate sera renforcé en France

François Hollande a annoncé aujourd'hui que le plan vigipirate sera renforcé dans les meilleurs délais afin de procéder à la surveillance du territoire. Le chef de l'État s'exprimait à l'issue d'un conseil de Défense portant sur l'intervention française au Mali et l'opération ratée pour tenter de libérer un otage français en Somalie.

 

 

Opérations françaises en Afrique: quels risques de représailles terroristes?

Par LEXPRESS.fr, publié le 12/01/2013 à 15:37 , mis à jour à 23:15

L'intervention de la France au Mali et la tentative de libération d'un otage français en Somalie ont provoqué la mort de combattants islamistes. Les 8 otages français détenus au Sahel sont directement menacés mais qu'en est-il du territoire français?

 

 

C'est une des craintes soulevées par les interventions militaires de la France contre des islamistes au Mali et en Somalie. Les partisans d'Al-Qaïda pourraient tenter de venger, par des actions en France ou contre les intérêts français en Afrique et dans le monde, la mort de jihadistes tués au Mali et en Somalie par des soldats français, estiment des experts.

Les otages français en première ligne

Si des attaques sur le sol français restent peu probables, les otages français et les intérêts tricolores, notamment au Maghreb et dans les pays du Sahel, sont plus vulnérables et pourraient être visés, ajoutent-ils.

"En premier lieu, il y a bien sûr de quoi s'inquiéter pour le sort des otages français au Sahel, qui pourraient être les premiers à payer le prix de l'intervention des soldats français", assure à l'AFP Dominique Thomas, spécialiste des mouvements islamistes à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Samedi, le père de l'un des huit otages français détenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et ses affidés, a fait part de son "angoisse croissante", après l'échec d'une opération menée en Somalie pour libérer un autre Français détenu par des islamistes.

"C'est très compliqué et très difficile à vivre", a déclaré à l'AFP le père de Philippe Verdon, enlevé avec Serge Lazarevic le 24 novembre 2011 au Mali par Aqmi, qui a toutefois souhaité "que tout soit entrepris pour les libérer".

Le président du comité de soutien à ces deux otages, Pascal Lupart, a pour sa part réaffirmé la nécessité d'une intervention des forces spéciales françaises pour libérer les otages. "On va me prendre pour un fou (...) Je suis pour la diplomatie et le dialogue, mais a-t-on encore des possibilités de dialoguer avec Aqmi'", a déclaré à l'AFP Pascal Lupart.

Appels à frapper la France et ses intérêts

Sur les nombreux forums jihadistes, des exhortations, y compris individuelles, à frapper la France se sont récemment multipliées. Vendredi par exemple, un cyber-jihadiste surnommé "Abdul Rahman bin Abdul Rahman" a lancé un appel "à tous les jihadistes musulmans à lancer des attaques individuelles ou groupées contre les Français et leurs intérêts", demandant que l'on liste sur internet les adresses des ambassades de France et des cibles potentielles.

Et après la tentative ratée de libérer l'otage français en Somalie, Denis Allex, dont "tout donne à penser" qu'il a été tué, selon Paris, et au cours de laquelle au moins un soldat français et dix-sept islamistes armés somaliens sont morts, les rebelles shebab ont menacé la France de "conséquences amères".

Quelles capacités d'actions?

Monter des actions de représailles terroristes en France serait l'idéal pour eux, mais je ne crois pas qu'ils en aient les moyens pour le moment" poursuit Dominique Thomas. "Cela dit, ils peuvent s'employer à les préparer, pour dans quelques mois voire des années. Ils ont le temps".

Cet avis est partagé par Louis Caprioli qui a été, de 1998 à 2004, le sous-directeur chargé de la lutte contre le terrorisme à la Direction de la surveillance du territoire (DST, devenue aujourd'hui DCRI).

"Aqmi a la volonté de frapper en France depuis des années. Son chef Abdelmalek Droukdel lance des appels en ce sens depuis 2007 et n'est parvenu à rien pour l'instant. Je ne pense pas qu'ils aient les structures opérationnelles pour cela", dit-il.

"Mais il y a sur le territoire national des gens qui ont été formés, qui ont suivi des stages d'entraînement terroriste notamment en Syrie et qui pourraient voir dans l'intervention française au Mali un prétexte pour passer à l'action, à court ou moyen terme", ajoute-t-il.

"Les menaces d'Aqmi et les appels sur les forums jihadistes sont une sorte de blanc-seing: si vous pouvez faire quelque chose, où que vous soyez, faites-le. Et c'est cela qui est dangereux", poursuit Louis Caprioli.

"L'arrivée de soldats français, d'infidèles, en terre islamiste correspond exactement à un motif de lancement du jihad", ajoute-t-il.

Les deux experts s'accordent sur le point que les représentations et les intérêts français en Afrique sont vulnérables et les plus susceptibles d'être pris pour cible dans le cadre d'opérations de représailles.

 

 

 

 

 

 

 

Une bande qui en dit long... mais pas tout (Serval -Point n°4)

Le colonel Paul Gèze, chef de corps du 21e RIMa harrangue ses personnels à N'Djamena, avant de partir pour Bamako. Comme en 2001 à Mazar-e-Charif, le 21e RIMa est le premier en place. (Photo EMA). Une bande vidéo diffusée par la Défense donne quelques éléments sur les opérations au Mali. On y voit des pilotes de Mirage 2000D briefer la mission qui est partie hier. Les munitions aperçues sous le ventre d'un Mirage 2000D sont des GBU-49, guidées par GPS ou laser. Il ne restait plus aucune bombe sous le ventre des deux chasseurs à leur retour. Rappelons que le Mirage 2000D n'a pas de canon... et que le Mirage F1CR ne travaille pas de nuit. Ensuite, la bande laisse voir le trio de Mirage 2000D venus de Nancy avec tankers. Puis le sujet glisse sur les renforts arrivés de N'Djamena. Ce sont bien, comme je l'annonçais ce midi des personnels de la COMOTO du dispositif Epervier (21e RIMa) mais on aperçoit aussi un équipement typique des commandos parachutiste de l'air. Le site internet de l'EMA avait diffusé, pendant les vacances, un long sujet sur cette unité, qui dispose au Tchad d'un TACP (équipe de ciblage), indispensable dans la mission actuelle au Sahel. Ces moyens ont été notamment transportés par un C-130 Hercules.

Un Mirage 2000D revient hier sans ses bombes à N'Djamena (Photo EMA).Evidemment, ces rushs n'évoquent ni les pertes -deux Gazelle du COS inutilisables- ni l'arrivée prochaine de Tigre, prévue en deux vagues, dans les heures qui viennent. La France est donc partiellement prise au dépourvu, et sa capacité de riposte instantanée repose donc exclusivement sur les chasseurs de l'armée de l'air jusqu'à la capacité pleine et entière des Tigre. Ces appareils sont autoprotégés et blindés, ce qui n'est pas le cas des Gazelle... et de tous les Puma. Là où le Tigre a été touché très régulièrement, en Afghanistan, sans perte liée au combat. Après l'Afghanistan, la Libye, et donc a priori la Somalie, le Tigre voit donc son quatrième théâtre de guerre en l'espace de cinq ans.

 

DGSE : un disparu et deux morts en Somalie

Un agent de laDGSE a été tué cette nuit en Somalie lors de la tentative de libération de son camarade Denis Allex, retenu depuis le 14 juillet 2009. Un autre agent a été porté disparu. Le ministère a diffusé ce bilan, malgré les déclarations en provenance de Somalie, qui expliquaient que l'otage était toujours en vie. Le commando tué a été blessé dans un premier temps, et ses camarades n'ont pas pu le ramener à la vie. Aucun détail n'a été livré par le ministère sur cette opération, qui a mêlé des moyens de la DGSE et du COS, une première avec ce niveau d'intégration. Selon des sources somaliennes, quatre hélicoptères sont intervenus. Aucun détail n'a filtré sur les types, mais il devrait s'agir de Caracal et de Tigre. Le volume de commandos -une trentaine-, pas plus que les unités d'origine -le CPIS- n'ont été également communiqués. La captivité de Denis Allex a été durement ressentie à la DGSE, où le sentiment que son cas était en dessous de la pile des affaires d'otages était assez largement partagé. Le DGSE avait pour sa part promis que l'otage serait délivré avant son départ.

 

Opération Serval : point n°3 (premières photos)

Un aviateur vérifie un train de bombes en cours de chargement sur des Mirage 2000D (Photo EMA/armée de l'air). . Le premier mort de l'opération Serval est un pilote de Gazelle du 4e RHFS. Le lieutenant Damien Boiteux a été tué, selon le CEMA, par un tir d'arme légère, alors qu'au moins deux hélicoptères du COSvenaient de freiner le rezzou adverse, hier après-midi, dans la région de Mopti (Mali). L'autre pilote n'a pas été touché apparemment. Il n'y avait pas d'autre personne à bord. Plusieurs commandos du COS avaient déjà été blessés au Sahel (trois le 8 janvier 2011). Le LTN Boiteux est le premier mort du 4e RHFS, créé il y a 20 ans. . L'armée de l'air a renforcé ses moyens à N'Djamena. Trois Mirage 2000D et un C-135FR du GRVBretagne qui devaient rentrer en France sont restés sur place, s'ajoutant au dispositif identique qui venait les relever. La France dipose donc désormais de huit chasseurs dans la zone, et de trois précieux tankers. Comme je l'écrivais ce matin, les Rafale du Normandie-Niémen sont prêts à les rejoindre, si ce n'est pas déjà fait.

Des GBU-12 prêtes à servir sous le ventre d'un Mirage 2000D. (Photo EMA/armée de l'air)

. A ce stade, le plot Harfang du 1/33 Belfort prévu à Niamey (Niger) ne serait toujours pas opérationnel. Le renseignement repose donc sur un Atlantique de la marine basé à Dakar et sur des moyens alternatifs du COS. Le CEMA reconnaît que le satellites Pléïades est utile, pour autant que la météo locale (vent de sable) permette l'observation. . Le bilan des actions de feu n'a pas été totalement communiqué. Une dizaine de pick-ups ont été détruits, expliquait-on ce matin. Les moyens aériens présents dans la zone permettent de faire beaucoup plus, mais sur des adversaires qui ont neuf otages dans leur main. . C'est la compagnie motorisée d'Epervier, formée autour du21e RIMa qui est le premier plot conventionnel déployé à Bamako. Le Guépard du 2e REP (au moins deux compagnies), déclenché hier vers 14 heures n'est pas parti. On évoque par contre le départ du2e RIMa, sans doute parce que c'est le patron de la 9e BLBMa qui doit prochainement prendre les commandes de l'opération européenne au Sahel. Tous ces moyens sont projetés grâce à des avions-cargos et avions stratégiques (ATS) de l'armée de l'air qui une fois n'est pas coutume, se rendent particulièrement incontournables.

Photo sans légende diffusée par l'EMA. Peut-être la COMOTO de N'Djamena. (Photo EMA/armée de l'air)

 

 

 

 

 

Mali : le premier mort français de l'opération Serval

Un officier français a été tué hier après-midi au cours d'un raid d'hélicoptères de combat contre les combattants islamistes dans le secteur de Konna. Il s'agit du lieutenant Boiteux, du 4ème régiment d'hélicoptères des forces spéciales (4ème RHFS) de Pau, une unité relevant du COS. Le raid, mené par des hélicoptères Gazelle, armées de canon et de missiles Hot, a été pris à partie par les islamistes avec des armes d'infanterie. La Gazelle est un engin léger et pas blindé. Blessé, l'officier a été transféré à l'hopital de Mopti où il est décédé. Les hélicoptères engagés sont basés à Ouagadougou, capitale du Burkina, dans le cadre du déploiement du dispositif Sabre. Hier ils ont été engagés à partir d'une base avancée à la frontière du Burkina et du Mali, côté burkinabé. Déclenchée hier, l'opération militaire française a reçue le nom de Serval, un petit félin du désert, comme l'a précisé le chef d'état major des armées. Un petit élement du Commandement des opérations spéciales (une vingtaine d'hommes, semble-t-il) a été déployé hier à Sévaré, pour y renforcer ce qui reste du dispositif militaire malien - notamment l'état-major tactique commandé par le colonel Dako. Vers 16 heures, un raid d'hélicoptères a permis de stopper la progression d'une colonne ennemie qui se dirigeait vers Mopti depuis Konna. Mopti est la première grande ville en pays bambara, alors que Konna est encore en zone touareg. La zone des combats est donc la frontière entre les deux Malis, celui du nord et celui du sud. Les rebelles semblent avoir reculé de "plusieurs dizaines de kilomètres", selon le chef d'état-major des armées. Dans la soirée et la nuit, des raids aériens ont été menés par l'armée de l'air, à partir de la base de N'Djaména, impliquant des Mirage 2000D, Mirage F1 CR, un ravitailleur en vol et des Atlantique 2 de la Marine. Des véhicules et un PC ont été détruits. Les opérations aériennes sont toujours en cours. Les forces françaises n'ont pas été impliquées dans des combats au sol, assure-t-on à l'état-major. Plusieurs compagnies d'infanterie vont être dépechées à Bamako pour contribuer à la stabilité et à la sécurité. 6000 ressortissants français vivent dans le pays. Une compagnie, du 2ème REP semble-t-il, serait arrivée hier soir. 

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 00:15

Audierne.Cap-Sizun. Spontus que c'est s'pas.1/2013

 

 mai_06-lamb_-plou-aud_049.jpg

 

Jeanne-Yvonne: (s'adressant à Soaz au lavoir à Audierne)

 

 Je me disais en moi-même aussi que il y avait longtemps que j'étais plus venue vous voir. Alors voilà !! Une "Bloavez Mad"  (bonne  année) que je souhaite à vous alors pour toute la famille et les petits enfants avec l'Albert vot' gend' caporal-chef des colonies dont vous parlez toujours hein !!

 

Soaz:

 

Gastou , c'est sûr que y avait longtemps que vous êtes pas venue pour "flepper" (bavarder) un peu avec moi . Qu'est ce qui est arrivé  au juste avecque vous alors ?? La prostate aussi  peut-être comme  c'est la mode.....

 

Jeanne -Yvonne:

 

Mais qu'est ce que vous racontez là ?? La prostate c'est que pour les hommes ça  alors  s'pas. Les femmes nous on n'a pas ça. Sauf si on est mariée avec un "mari-femme  gai" bien-sûr comme c'est prévu pour bientôt. Là tout le monde fait l'homme ou la femme et y a plus de différence. Mais jusqu'à maintenant on a assez quand même avec le reste hein !! Non, j'ai eu un peu la grippe alors il faut rester au chaud avec le journal quoi !! Vous lisez pas vous le journal ? Vous avez pas su pour Kervréac'h que on va construire plein de maisons à Audierne, 50 qu'on a mis dans le journal

 

Soaz :

 

Quoi, 50 mêsons à Kervréac'h ?? Mais pour faire quoi avecque ?? 50 maisons pour qui alors ?? Pas pour ceux qui vont se marier ensemble comme 2 hommes ou 2 femmes quand même si ?? Et d'abord, comment qu'ils feront ceusses là pour avoir des enfants hein ?? 

Et par oùs'qu'ils vont faire passer les camions pour envoyer le matériel sur le chantier  dites moi don'  !!! Oye, oye !!

 

Et la casse des voitures pourries alors ?? Qu'est ce qu'on va faire pour elle alors à Kervréac'h ?? Une mêson à sa place aussi ou quoi ?? Et toutes ces routes juste larges pour un char à bancs comme du temps de "foar an teut" à Pont-Croix. Aujourd'hui  même les cochons on les met dans un camion alors et pas dans un char à bancs comme avant. Faut des routes larges et pas des venelles ni des "hent don"  (chemin creux) avec des "poul dour" (trous d'eau) hein !!

 

 

     phto00061.jpg

 

environn_2_20-03-06_018.jpg

 

 

 

 

 Jeanne-Yvonne:

 

 Si ceux de la mairie avaient dépensé un peu moins les sous avec la  circulation en ville là où qu'ils ont tout cassé et avec les fleurs, ce serait facile de faire une route pour les 50 maisons. Oui mais voilà !! Qui c'est qui va payer s'il faut faire des routes pour aller à des maisons neuves à Kervréac'h. Il faudra faire la quête comme à l'église....

 

Soaz:

 

Quoi ,?? Faire la quête, non mais !! Les choses vont pas trop bien avecque vous à dire des "counneries" pareilles hein !! Si encore on avait eu un casino comme c'était prévu à l'école de pêche peut-être qu'on aurait trouvé les sous, mais sensément que c'est à vendre qu'on m'a dit que c'était marqué avecque une pancarte sur la porte. Faudra que je vais voir !!

 

    PHTO0004.jpg

 

 

Jeanne-Yvonne :

 

Voui, j'ai su ça aussi. mais vous croyez que on va trouver quelqu'un pour acheter cette école "breign" (pourrie) que il faudrait casser complètement pour faire aut'chose. Qui c'est qui va acheter ça dites-moi don ??  Et en attendant les choses vont rester comme ça, comme la vieille clinique aussi et tout le reste dans la rue Autret de Kervréac'h et ailleurs !! C'est ça une station balnéaire d'après vous ?? Regardez les trous dans les routes et personne qui fait rien pour les boucher hein ?? Qu'est ce que voulez-vous après ça hein ?? 

 

PIC_0203.jpg

 

Et encore ils vont demander aux gensses de voter pour eux et c'est dans un an tout juste . Sûr que il y aura de la "rouste" pour ceux-là qui n'auront rien fait. Déjà partout, à Douarnenez même,  on parle des municipales  parce qu'elles vont arriver vite. A Audierne on parle pas trop encore de ça, même si des fois il y en a des qui disent que ....Enfin vaut mieux attendre que de répéter s'pas. Comme ça on pourra pas dire de nous que on dit n'importe quoi hein !!

 

Soaz :

 

Voui !! Vous voulez pas dire alors pasque  que c'est secret comme si c'était  "Paul Ichinelle". Allez va !! Je demanderai à "Fine Tal Ar Groaz" qu'elle est bien copine avecque ma fille depuis que son "Termaji" (saltimbanque) est parti avec une bigoudène, celle des filets bleus sensément.  Déjà il est pas parti avecque un aut' homme ni gai ni pas gai quoi, c'est toujours ça hein !! Je saurai bien va. Et je vous dirai pas  puisque c'est pas la confiance avecque vous na !! 

 

Jeanne-Yvonne:

 

C'est pas la confiance que vous dites !! C'est quoi alors ?? Moi je vous parle comme je crois que c'est bien et j'irai pas au défilé  du mariage des hommes avec les hommes et des femmes avec les femmes par ce que à mon âge .....C'est sûr que plus jeune je serais allée . Forcément chacun est libre pour faire  comme il veut et moi aussi pour aller à la noce d'un homme avec une femme  comme on a fait toujours non mais alors !! C'est pas bien comme je dis ?? 

 

Soaz:

 

Gastou,  et moi non plus. Si je disais à mon gend' l'Albert caporal-chef de la coloniale en retraite que j'ai envie d'aller  défiler pour marier un homme avecque un autre homme, Ma Doué, je sais pas qu'est ce qu'il me dirait mais ...De toutes façons, qu'est ce que voulez-vous, j'irai pas pasque à mon âge aussi s'pas ...!!!!! Tout ça ça empêche pas d'avoir droit de dire comme on veut et moi avec la confiance là voilà. Bon, faut que je vais ménant, alors à la prochaine s'pas !!!

 

 

 

 

******

 

  mai_06-lamb_-plou-aud_051.jpg 

  mai_06-lamb_-plou-aud_050.jpg

 

 

Lavoirs d'Audierne 

 

 

 

 

********

 

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus - dans francais-bretonnisé
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 17:22

Audierne. Flash Info. On a failli avoir un casino

 

Lien:

 

      Le casino d'Audierne: Enfin de bonnes nouvelles   

 

L'année 2013 débute bien. Une nouvelle pancarte immobilière vient d'apparaître sur le front de mer, plus précisément sur l'ex-école de pêche sise rue Amiral Guepratte,  et pressentie jusqu'à présent pour devenir le futur casino d'Audierne.

Le cabinet   William Sirvain (34 rue du Restic) 29200 Brest annonce par pancartage  que des locaux sont disponibles (sur les lieux de l' affichage) .

 

 

environn_2_20-03-06_001.jpg

 

Il suffit donc de trouver un acheteur qui saura imaginer la reconversion des locaux, dans l'intérêt d'Audierne qui verra disparaître une verrue, et pour la tristesse dépressive des audiernais qui verront disparaître leur espérance de gains substantiels sur le tapis vert de la roulette, du baccarat et du poker menteur .

 

Heureusement, il nous reste la belote !!!!!!

 

     

 

 

 

******

 

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 00:00

Audierne,Plogoff,Cap-Sizun.Editorial 1/2013

 

 bestr_e_raz_27-7-2003_029-1.jpg

 

 

 

 

Références:

 

Télégramme de Brest en date du :

 

a) 28-11-2012: Titre: Automobiles. Le gouvernement en guerre contre les décharges illégales

 

b) 14-12-2012. Titre: Plogoff."Elle ne doit pas être symbole de toutes les luttes"

 

c) 15-12-2012. Titre: Audierne.Conseil.Une cinquantaine de logements à Kervréac'h

 

d) 22-12-2012: Titre: Un grand label pour le Cap-Sizun.

 

Grand site. La pointe en est de nouveau 

 

Tribunal de commerce: 17 liquidations judiciaires

 

e) 24-12-2012: Titre: Audierne. Les locations d'été en hausse  de 12%

 

Parité. Place au couple hétéro

 

f) 28-12-2012 (Première page): Le Cap-Sizun peut voir grand

 

Page 9: Grand site de France.Le Cap-Sizun pavoise 

 

g) 31-12-2012. Titre: Générations lingeries.Liquidation totale

 

*******

 

L'année 2012 est derrière nous et 2013 débute. L'actualité ne tient pas compte du calendrier et les évènements se suivent et même parfois se ressemblent. C'est ainsi que le tribunal de commerce de Quimper vient de prononcer la mise en règlement judiciaire d'une entreprise d'Audierne, une de plus, dont nous tairons le nom puisqu'il ne s'agit pas d'une liquidation. Un autre commerce du centre ville (lingerie)  créé très  récemment, ferme ses portes définitivement et liquide son stock.

Il faut noter tout de même que ces évènements témoignent, une fois de plus,  de la fragilité de notre vie économique qui dépend bien entendu, certes de la situation générale mais aussi souvent de la situation particulière maintes fois ici évoquée: éloignement des centres, climat, accès, circulation, stationnement, chômage, pouvoir d'achat  etc... En contrepartie, nous bénéficions d'une qualité de vie favorable à ceux qui disposent de revenus suffisants, revenus généralement acquis ailleurs puisque l'emploi n'existe pratiquement ici.

D'où l'intérêt général qui consiste à respecter notre environnement qui est un des éléments essentiels de la qualité de vie. Il semblerait qu'une prise de conscience soit en train d'apparaître "en haut" puisqu'on a pu lire dans la presse du 28-11-2012, un article intitulé:

 

    "Automobiles. Le gouvernement en guerre contre les décharges illégales (L'hexagone compte 1600 centres de véhicules hors d'usage. Le ministère estime qu'il y en a presque autant d'illégaux (1500)".

 

On pourrait ajouter: dont celui d'Audierne fait partie, ce qui ne semble pas déranger nos responsables locaux. Nous savons bien que ce qu'ils n'ont pas fait durant les 5 premières années de leur règne, restera en l'état pour la succession. Ce problème environnemental audiernais n'est d'ailleurs pas unique puisqu'il s'ajoute à celui de l'ex-école de pêche (futur casino !!!!) sans oublier l'ancienne clinique et tant d'autres ruines  abandonnées dans nos superbes paysages.

 

Lien:

 

Le casino d'Audierne: Enfin de bonnes nouvelles

 

 

Notons en plus que: un problème posé par le maire d'Esquibien à la commune d'Audierne, à propos de l'office de tourisme est renvoyé à 2014, après les municipales.

 

 La municipalité d'Audierne ferait-elle preuve de lucidité sur son avenir ???

 

Tout le monde sait très bien qu'il n'y a aucun changement, aucune initiative à attendre de cette équipe en fonction jusqu'en 2014 soit encore un peu plus d'une année !!!! Elle ne fera pas en 1 an ce qu'elle n'a pas fait en 5 ans . Puisqu'elle évoque déjà 2014, disons sans prendre trop des risques que la cause semble entendue.

 

Beau bilan en perspective !! Six années pour rien à Audierne !! 

 

     PHTO0001.jpg

 

      phto00061.jpg    

 

Lien:

 

Audierne 29770: commune socialiste. Image(s) de marque

 

Toujours à propos d'environnement , il faut prendre acte de la nouvelle appellation de notre Pointe du Raz . Ce grand site du bout du monde  porte désormais le nom de

 

 "Grand site de France de la Pointe du Raz et du Cap-Sizun".

 

La zone concernée passe donc de 200 hectares à 2000 hectares en intégrant les côtes de Cléden, Goulien et Beuzec. Nous avions déjà la loi littoral, le parc marin, désormais le grand site qui englobe les communes de Plogoff, Cleden, Goulien et Beuzec. Pour l'anecdote, signalons que Primelin n'en fait pas partie. Or, la plage du Loch est située pour moitié sur Primelin). Ces communes bénéficieront donc désormais des avantages du  nouveau classement, mais devront s'accommoder aussi des inconvénients dans certains domaines comme l'attribution des permis de construire. Le problème est pourtant connu et il a été maintes fois soulevé par certains élus (maire de Primelin) qui voient leur école disparaître et leur population diminuer. 

 

Le nouveau grand site de France a fait l'objet d'un article publié par Alain sur le blog "errances".

 

Lien:

 

link

 

http://www.errances.info

 

Ajoutons que, par chance la commune d'Audierne ne fait pas partie du grand site car il eut été indécent d'intégrer certains paysages dans un grand site. Exemples:

 

 

 

 

 

 environn_17-3-06_037-2.jpg

 

 

10-05-vl-maccab_e-moulin_primelin_041.jpg environn_2_20-03-06_001.jpg

 

Il conviendra de dresser en temps utile, le bilan (négatif) de cette municipalité sortante qui se traduira par un constat très simple: 6 années perdues pour Audierne tant en terme d'environnement qu'en termes d'initiatives variées (Sacs verts pour déchets verts, circulation, stationnement, immobilisme etc...).

Pour l'instant il faut prendre acte du projet de construction mené par Habitat 29 d'une cinquantaine  de logements à Kervréac'h, vieux quartier d'Audierne. Les premières remarques qui s'imposent relèvent de la topographie particulière des lieux qui subissent  par ailleurs les contraintes du périmètre  de protection des monuments classés (Eglise Saint Raymond). Tiens donc !! Un monument classé imposerait des contraintes à un projet d'urbanisme, alors qu'une casse de voitures totalement illégale occupe le terrain également à Kervréac'h. Il conviendrait peut-être de  vérifier les distances (périmètre de 500 mètres), mais même hors périmètre, cette casse de voitures est non seulement illégale mais qui plus est saugrenue dans le paysage. A quoi sert la procédure des installations classées puisque on peut s'affranchir des règles en vigueur en bénéficiant de la plus grande complaisance ??  Mais 2014 approche. On verra ce qu'en pensent les électeurs. Ensuite 2015, et on sait déjà qu'il y aura un redécoupage des cantons, avec tout ce que cela comporte. La presse locale a même titré à ce sujet:

 

"Parité. Place au couple hétéro" !!!

 

Le dessin de Nono ne manque pas de saveur:

 

"Formez l'binôme, formez l'binôme , Formez.... "

 

 

A suivre donc, avec beaucoup de curiosité  !!! 

 

Avant de construire une cinquantaine de logements à Kervréac'h, il serait peut-être bon de se pencher sur les accès à la zone concernée, dont la rue Charles le Goffic, où la vitesse est limitée à 30 kilomètres/heure, limitation que personne ne respecte bien entendu. Quant au carrefour de Kérivoas, l'aménagement fait sans doute partie des "arlésiennes" ou des "audiersiennes !!!  

 

 

*******

Nous avons déjà à plusieurs reprises évoqué la comparaison faite entre le projet d'aéroport de ND des Landes et les évènements de Plogoff à l'époque de la centrale. Le maire de Plogoff vient de faire connaître sa position dans un article publié par le Télégramme (référence b) et qui s'intitule:

 

Plogoff."Elle ne doit pas être le symbole de toutes les luttes".

 

Cette prise de position rejoint le point de vue que nous avons exprimé dans le précédent éditorial

   

Lien:  

 

Audierne-Esquibien-Plouhinec-Pont-Croix-Plogoff-Editorial 13/2012

 

Effectivement on ne peut comparer un projet ayant rencontré l'hostilité de toute une population locale (Plogoff et Cap-Sizun), avec un projet présenté par les élus locaux comme à ND des Landes. A Plogoff le rejet par les citoyens  était massif,  et les élus locaux n'avaient jamais été associés à la moindre étude préalable . Le projet de ND des Landes est piloté au plus haut niveau par le Premier Ministre en exercice,  ancien maire de Nantes, qui est à l'origine  du dossier en collaboration avec les autres élus locaux.

 

Le maire de Plogoff a donc tout à fait raison de dire que le nom de sa commune  ne doit pas être le symbole de toutes les luttes. Mais ND des Landes fait toujours l'actualité puisque on découvre que des "mineures" font partie des contestataires. La plus grande prudence s'impose donc dans la gestion de cette affaire qui, répétons le, n'a rien à voir avec Plogoff .

 

******

Il y a donc de quoi occuper les esprits et les responsables durant l'année qui commence. N'oublions pas le projet de salle polyvalente à Audierne, dans le bâtiment appartenant antérieurement aux "Affaires maritimes" actuellement occupé par "Les restaurants du coeur". Pour l'instant il semblerait qu'il suive son cours . Reste à savoir si les financements seront à la hauteur puisque l'austérité semble prévaloir au plus haut niveau. Si d'aventure, le financement ne suivait pas.....?????

 

Vive 2013 et "Bloavez mad à tous" !!  

 

 

 

 

 

******* 

 

 

******** 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 00:00

    Audierne.Cap-Sizun.Meilleurs voeux pour 2013

 

   

 

 

 

*******

Bonne et heureuse année à tous les lecteurs des blogs konchennou, kontadennou, legoyenducap, mouez ar vro et cap-sizun.images.

A ce jour, les blogs ont enregistré 107400 visiteurs qui ont lu 274000 pages. Merci à tous et 

Bloavez mad 

 

ao_t_2005-_beuzec_et___052.jpg

 

*******

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 00:00

Audierne-Esquibien-Plouhinec-Pont-Croix-Plogoff-Editorial 13/2012

 

Références: Télégramme de Brest en date du:

 

     a)- 29-11-2012: Titre: Elections.Report des régionales et des départementales à 2015

 

Titre: Ty Bio. Salariés en grève pour "plus de considération"

 

    b)-30-11-2012: Titre: Ty Bio. Manifestation des salariés des laboratoires

 

Titre: Plouhinec; Construction d'une aire de carénage 

 

    c)-1-12-2012: Titre: N-D-des-Landes. Nouvelle lutte historique

 

     d) -3-12-2012: Titre: N-D-des-Landes-Plogoff. Même combat ?

 

e)-5-12-2012. ND des Landes. Un dispositif policier à 1M€ 

 

f)  23-10-2012: Le Figaro (internet). Titre: Violence contre les forces de l'ordre

 

     

 

 

******

 

En introduction de ce dernier article de l'année 2012, on ne peut passer sous silence l'affigeant spectacle qui nous est donné au plan national  par la situation au sein d'un parti politique: l'UMP en l'occurrence. Cette situation a fait la "une" de tous les quotidiens locaux, nationaux et internationaux. Il n'est donc pas nécessaire d'en rajouter, sauf pour dire peut-être que les ambitions personnelles (politiquement suicidaires dans le cas présent) semblent éloigner leurs auteurs de l'intérêt général qui devrait pourtant être la ligne de conduite des responsables. Cette appréciation négative est celle des citoyens , des administrés, des électeurs , bref du "populo" et non seulement des militants adhérents de ce parti  orienté et classé  à droite.

 

 Qu'attendent les militants pour donner de la voix ?? A moins qu'ils ne soient KO !!

 

La situation n'est d'ailleurs pas toujours  meilleure au plan local.  Nous avons déjà suffisamment disserté sur ce sujet pour ne pas y revenir.

 

 La seule solution pour remédier à une situation inextricable au sommet consisterait à changer la donne en dépolitisant la base autrement dit les municipalités. Nous avons 36000 communes en France, dont beaucoup de petites communes qui aujourd'hui sont laissées pour compte et souvent contraintes d'afficher une certaine tendance pour faire aboutir leurs projets. Si la plupart des communes était majoritairement dépolitisées, donc à la base, le sommet serait bien obligé d'en tenir compte puisque c'est la base qui fait la loi à travers le suffrage universel. Autrement dit: des municipalités apolitiques et des équipes municipales élues sur des listes ouvertes et non des listes "fermées" par des "politicards locaux" et ambitieux, présentant les mêmes caractéristiques que ceux d'en haut (exemple: distibution de décorations en Cap-Sizun- dont des légions d'honneur).

 

Utopie peut-être !! Pas si sûr, puisque tous les éditorialistes écrivent que la situation actuelle profite aux extrêmes qui jusqu'à présent n'étaient pas des partis de gouvernement . Ils vont cependant très certainement  le devenir si rien ne change.

 

Ceci nous amène à parler du calendrier électoral (cf: référence a). Nous aurons donc en 2014 des élections municipales, européennes et sénatoriales. Les régionales et les départementales sont reportées à 2015. Il est prématuré d'aborder l'année 2015 puisque la carte actuelle des cantons doit subir une réactualisation et que le mandat de conseiller territorial envisagé par le précédent gouvernement est supprimé. Donc, nous sommes en  attente de précisions sur les données du problème pour envisager des hypothèses.

 

Par contre, rien de changé pour les municipales qui auront lieu en 2014, soit pratiquement dans un an . De nouvelles équipes  doivent donc se préparer, tandis que d'autres vont devoir assumer leur bilan ce qui sera parfois difficile. On sent déjà ici ou là, un certain relâchement comme si la cause était déjà entendue, à Audierne par exemple. Quel sera le bilan des sortants pour ce qui concerne la circulation, la voierie, l'environnement par exemple ?? Comment fera la municipalité sortante à Audierne pour expliquer son immobilisme au sujet des grands dossiers environnementaux: ancienne  clinique, école de pêche , casse de voitures , suppression du ramassage des déchets verts et saga des sacs du même nom (dont on ne parle même plus) etc....??? Gageons que les électeurs sauront donner la réponse à ces questions parce que 6 années pour rien, c'est beaucoup trop long.  Mais j'oubliais: on a planté des fleurs à gogo !! Il faudra donc  faire voter les bégonias !! 

 

 

 

  

 

    PHTO0001.jpg

 

 

 

Comment fera le maire d'Esquibien pour se présenter à la tête d'une équipe apolitique après avoir été candidat UMP aux législatives ?? Et son club nautique ??

 

Tout le monde sait que les dernières années de règne sont consacrées au "repos sur les lauriers", à condition évidemment qu'il y ait des lauriers. Cette dernière période se caractérise généralement par une absence d'initiative, ce qui veut dire que ce qui n'a pas été fait durant la période écoulée  ne se fera pas. Attendons la suite !!

 

L'actualité du port d'Audierne vient aussi de s'enrichir d'un problème supplémentaire par le biais de l'aire de carénage. Lors du projet initial les plaisanciers considéraient que que le coût de fonctionnement serait trop élévé.  Est-ce la raison pour laquelle la future aire qui sera construite sur le terre-plein de Poulgoazec sera réservée aux professionnels, nous l'ignorons. Quoi qu'il en soit il semblerait que les 240 bateaux de plaisance du port d'Audierne vont continuer à polluer lors des opérations de carénage, en rejetant directement dans la mer les eaux usées. Nous avons maintes fois évoqué ce problème dans l'historique de la situation. Répétons que les adversaires du port de plaisance (version initiale) sont ceux qui ont doublé sa capacité lorsqu'ils ont eu le pouvoir local et pour certains la légion d'honneur (1995-2008-municipalité de droite).

Donc, actuellement, au port de plaisance de la

 

 "future station balnéaire"

 

(Faut pas rêver !!!!!!!) 

     

pas de carburant, pas de moyens techniques de base pour l'entretien élémentaire. Sans compter que le port de plaisance fonctionne en système de régie et fait donc partie du budget municipal, ce qui signifie que c'est à la ville d'Audierne de trouver les solutions et de les financer.

Sympa non ?? Bon, la solution n'est sans doute pas pour demain !!

 

Le Cap-Sizun rencontre par ailleurs un autre problème celui du fonctionnement du laboratoire d'analyses médicales de Pont-Croix.  [cf: références a) et b) ] . Pour des raisons d'économie, plusieurs laboratoires se sont regroupés pour mutualiser les moyens nécessaires aux analyses. Leur nouvelle appellation : "TY BIO", regroupe 8 laboratoires indépendants dont 4 de Quimper auxquels s'ajoutent Concarneau, Pont-L'Abbé, Douarnenez et Pont-Croix. Répétons que cela concerne uniquement les moyens techniques d'analyses, ce qui n'a aucune incidence sur les moyens de prélèvement. Concrètement, les patients du Cap pourront donc continuer à se présenter au laboratoire de Pont-Croix qui poursuivra sans changement les prélèvements. Par contre les analyses, leurs  résultats et leur transmisson seront centralisés à Douarnenez ce qui compliquera les choses pour les urgences et pour les patients ayant l'habitude de venir "aux résultats". Evidemment les choses vont changer pour le personnel technique (laborantins) qui devra  se rendre à Douarnenez pour effectuer le travail  fait à Pont-Croix jusqu'à présent.

Sans compter que le laboratoire actuel est de  construction récente (remplacement du laboratoire Kereveur). Il va donc y avoir des locaux neufs inutilisés , par conséquent construits récemment pour rien .

 

On n'a pas entendu les politiques locaux s'exprimer sur cette situation nouvelle. Pourtant, les problèmes de santé sont préoccupants dans le Cap-Sizun. Audierne est à 22 kilomètres de Douarnenez et  à 36 de Quimper. Ajoutons 16 kilomètres supplémentaires pour la Pointe du Raz et on comprendra qu'il n'est déjà pas facile de voir un médecin le dimanche, lorsque les cabinets sont fermés. Le système de santé du Cap mériterait sans doute une étude approfondie , ce qui a dû échapper à nos élus locaux. A quand un système de garde médicale opérationnelle dans une maison du même nom, pour assurer les urgences ?? Il parait invraisemblale de savoir que éventuellement c'est  un médecin de Guengat qui doit répondre le week-end. (Cas concret). Quelles peuvent en être les conséquences??  Qu'en pensent nos responsables ?? Seraient-ils à court d'idées ou en manque d'imagination et de réalisme ?? Dans le système actuel, on a le temps de mourir sans diagnostic durant le week-end. Pas étonnant que les services d'urgence soient encombrés dans les hôpitaux.

Ceci devrait interpeller les élus locaux qui vont bientôt  solliciter les électeurs.

Etre responsable signifie étudier les problèmes, les traiter si possible ou alerter la hiérarchie et non satisfaire des ambitions personnelles !!

   Attendons la suite !! .

 

Dernier sujet qui bien que se situant hors Cap-Sizun, ne peut être passé sous silence en raison de la comparaison faite avec les évènements de Plogoff en 1980-81,

 

le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes.

 

On peut lire dans le Télégramme de Brest en date du 3-12-2012, le titre suivant:

 

Notre Dame des Landes-Plogoff même combat.

 

L'article est signé par Ronan Larvor qui fut responsable de l'agence de presse du Télégramme à Douarnenez. Il connait donc bien le Cap-Sizun. Mais pour autant, ce titre est-il justifié ?? Autrement dit, peut-on comparer un combat antinucléaire mené par quasiment toute une population locale au "bout du monde"  contre un gouvernement de droite (Président Giscard d'Estaing), avec un combat concernant un projet économique mené par un gouvernement de gauche (Président Hollande) contre certains contestataires  ?? Cette ambigüité n'a pas échappé au maire de Plogoff qui remarque qu'à Notre Dame des Landes

 

 " il y a eu accord des collectivités locales".

 

Il y a évidemment des similitudes mais aussi beaucoup de différences et même divergences. Du point de vue géographique, Plogoff se situe à l'extrême ouest de l'hexagone, en bord de mer alors que ND des Landes est en pleine terre. La Pointe du Raz, sise à proximité immédiate de l'endroit pressenti pour une centrale, est aujourd'hui classée "Grand Site de France" dont les limites font actuellement l'objet d'un projet d'extension. Donc, rien à voir avec ND des Landes et ses terres agricoles dont l'expropriation est envisagée (Peu de terres agricoles étaient concernées à Plogoff).  Sans compter que l'on peut aussi se demander où est la cohérence entre un projet nucléaire à Plogoff, heureusement annulé, et l'actuel projet de grand site national. Jusqu'à preuve du contraire l'immobilier d'une centrale (cheminées) n'a rien à voir avec un urbanisme de grand site national et encore moins avec la loi littoral.

 

Le projet d'aéroport a été initié par les pouvoirs locaux élus démocratiquement, qui connaissent sans doute mieux que personne les besoins économiques de leur région et effectuent un travail de prospective justifiant à leurs yeux la construction envisagée.

La contestation est possible mais il n'y a que la démocratie (consultation populaire) pour dire si elle est justifiée ou non.

Reste cependant un point commun: l'intervention des forces de l'ordre: à Plogoff, à propos d'un projet de gouvernement de droite, à ND des Landes, à propos d'un projet de gauche puisque les élus locaux que sont Monsieur Auxiette président de gauche de la région concernée et Monsieur Airault (ex maire de Nantes), actuellement premier ministre.

 

La première remarque devrait être la constatation d'un  engagement des forces de l'ordre lorsqu'elles en reçoivent la mission dictée par le pouvoir légitime,

 

 quelle qu'en soit la couleur politique.

 

Les forces de l'ordre sont donc tout comme l'armée, 

 

 les forces gouvernementales apolitiques de la légalité et de la démocratie.

 

 Les forces de l'ordre ne s'inventent pas des missions puisque celles-ci relèvent du pouvoir politique représenté par le gouvernement légal et légitime. Elles ne sont donc pas une force politique mais tout simplement une force républicaine et légale.

 

La solution recherchée par les contestataires relève donc du pouvoir politique et non des forces de l'ordre qui malgré cela, encaissent sur le terrain toutes les formes de contradiction et agressions , tant verbales que physiques et même brutales. Comme en langage militaire on dit que "le feu appelle le feu" ,    

l'agression physique ne peut qu'appeler la réplique, toujours médiatisée dans un contexte de rapport de forces du faible au fort. Simple cliché partisan puisque les faibles sont toujours évidemment les contestataires qui subissent la brutalité de la répression. Ajoutons tout de même que les armes à feu ne sont jamais utilisées ce qui traduit une certaine maîtrise de soi, une certaine discipline  et l'utilisation de moyens dont la dangerosité est limitée.  On peut d'ailleurs consulter ici l'article consacré à l'histoire de la centrale de Plogoff accessible par le lien ci-dessous:

 

Ma Bro Ar C'Hap Gwechall suite 17      

 

et dans lequel tout est déjà dit. N'ayant pas la connaissange géographique les lieux concernés par ND des Landes, il m'est difficile de me prononcer sur le bien-fondé du projet.

 

Evidemment le maintien de l'ordre a un coût [cf: référence e)]. Selon cette référence, le dispositif policier coùterait 1 Millon d'Euros. Bien sûr,  tout a un coût. D'autant que les gendarmes et les policiers ne sont pas logés à la même enseigne. Les policiers étant syndiqués doivent être logés dans certaines conditions particulières lorsqu'ils sont en déplacement (hôtellerie). Les gendarmes ne sont pas syndiqués et leur statut militaire implique qu'ils doivent accepter ce qu'on leur offre. Il y a quelques années, l'hébergement dans un hangar équipé de lits de camp était courant pour les militaires. Actuellement les choses sont peut-être améliorées ( non vérifié).

 

Mais on ne peut passer sous silence les pertes enregistrées par ces serviteurs de l'état.

D'après "Le Figaro" cité en référence f) et datant du 23-10-2012, la violence contre les forces de l'ordre se traduirait par

 

38 blessés chaque jour,

 

ce qui ferait un total de 10331 blessés depuis le début 2012.

 

Il conviendrait de réfléchir  à ces chiffres pour comprendre que parfois certaines réactions sont viriles. Quand on est accueilli comme   souvent en banlieue parisienne, par des jets de projectiles divers, on réagit évidemment. Toujours selon la même référence on aurait enregistré en 2011:

11257 blessés dans la police, chiffre auquel il faut ajouter 2176 gendarmes agressés ou blessés en service. Tous ces chiffres sont à méditer non ??

 

C'est le prix payé par ceux qui ont choisi de servir et qui servent indifféremment un pouvoir politique de gauche comme de droite à condition qu'il soit légitime et républicain. On ne devrait peut-être pas oublier que, si le maintien de l'ordre a un coût, autrement dit un prix de revient, aucun gouvernement ne peut s'en passer pour que la loi soit respectée et parfois, nous sommes loin du compte. Ajoutons au coût financier les pertes en vies humaines qui elles n'ont pas de prix et on pourra imaginer le montant du préjudice dans tous les domaines.

 

A Plogoff les plus hautes autorités, responsables à l'époque ,ont reconnu (à la télévision) qu'il

 aurait fallu

 

 "arrêter l'enquête d'utilité publique et consulter la population:"

 

 Ma Bro Ar C'Hap Gwechall suite 17     

 

Il conviendrait peut-être de s'en souvenir pour trouver une solution acceptable et acceptée par tous. L'affrontement entre les contestaires qui n'ont pas de solution à proposer, et les forces de l'ordre qui exécutent les missions reçues légalement et prescrites par le pouvoir légitime, n'est qu'une situation stérile. Elle  ne peut déboucher que sur l'incompréhension, la rancune et la vindicte, confrontant les cailloux aux matraques, les projectiles en tous genres aux gaz lacrymogènes, ce qui ne règle rien.  La solution ne se trouvera pas sur le terrain mais chez les décideurs responsables représentant le pouvoir légal seul qualifié pour traiter le problème. 

 

Un dernier mot  au sujet d'une demande d'engagement de l'Armée à Marseille suite à certains évènements. C'est tout simplement inimaginable puisque ce type d'intervention ne fait par partie des missions de l'armée en temps de paix. Ce serait différent en temps de guerre ou en cas d'insurrection. L'armée n'est pas équipée de matraques et ne dispose pas, à ma connaissance de gaz lacrymogènes. Formée au combat de rues en utilisant ses armes (à feu) elle n'est pas qualifiée pour rechercher la drogue ou tout autre produit de contrebande comme on en trouve  à Marseille. On ne peut évidemment pas  imaginer une colonne blindée encadrée et appuyée par de l'infanterie, procédant au nettoyage d'une rue à Marseille. C'est impensable.  

 

Laissons l'armée à sa mission de défense du territoire sans lui confier des pouvoirs spéciaux comme cela s'est déjà vu en d'autres circonstances ce qui a d'ailleurs également fait l'objet de contestations à propos des moyens utilisés pour obtenir  des résultats .  Laissons la revenir d'Afghanistan où elle a enregistré durant 11 années plus de 80 morts. Laissons la se reposer, récupérer ses matériels et se préparer pour les missions futures qui ne manqueront pas de lui être confiées. C'est son rôle et sa raison d'être.  

 

 

******

 

 

 

   

 

Et en attendant la solution du bon sens :Joyeux Noël à tous !! 

     

 

 

 

******

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article