Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 10:08

Audierne.Esquibien.Télégramme de Brest et humour

 

Référence: Télégramme de Brest en date du

 

a)- 1-7-2013:

 

Titre: Port patrimonial . Charte lancée à Penmarc'h

 

b)- 2-7-2013

 

Titre: Esquibien. Dunes, attention aux plantes rares

 

   

GEDC0939.jpg

 

 

*****

 

L'article cité en référence b) traite du nettoyage de la côte sud de la commune d'Esquibien, opération au cours de laquelle les agents chargés du nettoyage ont été amenés à prendre quelques précautions en raison de la présence de quelques expèces rares ou protégées (oyats, liserons) qu'il convenait de ne pas détruire évidemment. Cette attitude plus que louable, a aussi permis de constater ce qui suit:

 

"Quant à une autre plante rare du secteur, une variété de renouée, elle aurait disparu naturellement. Après avoir fait capoter le premier projet de centre nautique....."

 

Le texte ci- dessus  est reproduit intégralement y compris les points de suspension qui en font le charme et dénotent un certain humour du rédacteur. Nous voici, par l'intermédiaire des points de suspension replongés dans la saga du club nautique, qui en son temps, avait fait l'objet de plusieurs projets avant d'aboutir à la réalisation actuelle qui est toujours sous le coup d'une procédure  et  en attente d'une  décision de justice. A l'approche des élections municipales, le club nautique et son histoire pourrait bien refaire surface et faire partie des arguments des uns et des autres, donc influer sur les résultats.

   

Que faut-il retenir de tout cela ??

   

La renouée maritime plus connue sous le nom de "Polygonum maritimum" a donc, avant de disparaître naturellement, fait capoter un projet de centre nautique qui n'était pas celui qui est réalisé aujourd'hui . Donc, sans l'intervention de cette "Polygonum maritimum" nous aurions aujourd'hui un centre nautique différent de l'actuel et qui n'aurait  pas donné lieu à procédure judiciaire, ce qui aurait sans aucun doute simplifié les choses.

 

Mais qui donc a utilisé cette "polygonum maritimum" comme argument pour faire annuler un projet ??? Mais oui, bien-sûr, Madame la conseillère générale de l'époque, non reconduite dans son mandat par les électeurs  en 2011 et remplacée par l'actuel maire d'Esquibien. Petite revanche de cette sacrée "polygonum" qui n'a pas oublié non plus l'histoire de la mercédes et la 2 chevaux. Et dire que Madame Donval va rejoindre dans l'oubli cette "Polygonum" puisque comme elle, elle disparaîtra naturellement en ne se représentant pas. Pourquoi ?? Auraient-elles toutes les deux été victimes d'un désherbage intempestif ?? Ou alors, victimes du jardinage, occupation majeure du personnel municipal audiernais ??

 

Toujours est-il que, si à Esquibien on peut se poser des questions tant sur les candidatures que sur les hypothèses de résultats aux prochaines municipales , à Audierne la cause est entendue :

 

le prochain maire ne sera pas Madame Donval.  

 

Toutefois,  avant son départ, Madame Donval pourrait et même devrait prendre les mesures nécessaires pour  faire revenir en Cap-Sizun la "Polygonum Maritimum"  qui  serait tout simplement sauvegardée dans le cadre d'une "volonté politique".  On pourrait même, sans aucun doute envisager la publication d'un article avec photo, même sans biquettes,  dans la presse locale. Ceci serait d'autant plus justifié par le fait que Audierne adhère désormais à la charte des ports patrimoniaux qui a pour but de:

 

"faire émerger un nouvel urbanisme portuaire qui unit le passé et les innovations"    

 

(cf: référence a) 

 

 

sous la présidence de

 

Jacqueline Donval, maire d'Audierne 

 

 

 

 

 

 

******

 

 

GEDC0973.jpg

Question subsidiaire:

 

Comment se fait-il que personne ne se soit rendu compte de la disparition de cette satanée Polygonum maritimum ?? Si les choses avaient été suivies comme elles devraient l'être un évènement de cette importance n'aurait pas dû passer inaperçu et il aurait peut-être fallu s'investir pour tenter de

 

"Retenir le   départ"

 

de cette plante tellement  rare qu'elle en devient  indisciplinée, refusant de se plier  aux arguments invoqués par une conseillère générale en exercice, arguments dont la pertinence ne saurait être mise en doute. C'est ce qu'à voulu sans doute laisser entendre le rédacteur de l'article du Télégramme par  ses points de suspension. Ceci n'est qu'un point  de vue, donc un point de vue  contraire est toujours possible et .........  

 

 

On sait pas jamais s'pas !!! 

 

 

******

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans humour
commenter cet article

commentaires