Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 00:13

Audierne.Cap-Sizun.Finistère.

Point de situation juillet 2013

 

Références:

   

Internet :

 

Les  comptes des communes. Analyse des équilibres financiers fondamentaux 2011. Audierne

 

Livre

 

Secoue-toi bretagne - Breiz, krog e barzh

 

En guise de conclusion...en attendant des actions  

 

 

Télégramme de Brest en date du

 

23-5-2013.

    a)- LGV: En service avant l'été 2017

15-6-2013

    b)- Les réponses aux inquiétudes des facteurs 

19-6-2013:

    c)- Tourisme. Vers une structure intercommunale

20-6-2013:

    d)- Moralisation: Dix députés pour une abolition de leurs privilèges    

 21-6-20132      

    e)- Conseil général. Des ombres sur l'économie -

    f)- TGV. L'heure est à la mobilisation

 

 Ouest-France en date du

14-6-2013

g)- Pont-Croix. Une commission tourisme qui fait réagir des élus 

 

 

 

*******

L'actualité a été abondante ces derniers jours. En conséquence, il ne nous a pas été possible d'aborder tous les sujets dans le dernier article ici publié (éditorial 7/2013 ) . Il paraît donc nécessaire d'y apporter un complément compte tenu de l'approche de certaines échéances (municipales 2014), d'autant qu'une de nos fidèles lectrices (elle  se reconnaîtra), nous a  fait savoir qu'elle nous  trouvait "prolixe". Il ne faut donc pas la décevoir. Certes, tout n'est pas encore dévoilé concernant les prochaines municipales, mais on peut tout de même déjà avoir une idée.

 

 

Notre entrée en matière commencera donc par un petit coup d'oeil sur les finances audiernaises que l'on peut consulter sur internet. Il convient d'en  profiter pour remercier l'ami  (dont nous  tairons  le nom) qui a bien voulu nous  faire parvenir ces éléments par écrit, référence incontestable puisqu'il s'agit du site:

 

 alize 2, finances gouvernementales :

 

    Ces chiffres concernent l'année 2011. Nous ne les détaillerons pas évidemment, mais une rubrique a retenu notre attention. Elle concerne les charges de fonctionnement, où on apprend que les charges de personnel représentent 53,66 % du total. Sans compter que sur le tableau récapitulatif qui comprend 8 critères, 5 font l'objet d'un point rouge donc supérieur à la moyenne (strate), pour 3 classés vert donc normaux.

Notons en rouge:

- Les charges de personnel

- Les impôts locaux 

- Le résultat comptable 

 - Les emprunts 

- La pression fiscale

et en vert:

 - Les investissements

 - La dette à la fin de l'année

- L'évolution de la dette

 

Ces chiffres devraient permettre à ceux qui vont briguer la responsabilité audiernaise de réfléchir à ce qui les attend s'ils sont élus. Il leur faudra sans doute envisager de faire des économies quelque part. Autrement dit, il leur faudra remédier au laisser-aller que l'on pourrait d'ailleurs qualifier de "je m'en foutisme". Un simple exemple : Les toilettes des halles dans lesquelles l'éclairage public (4 lampes puissantes) fonctionne toute la journée, alors qu'on pourrait certainement réduire cette dépense par des automatismes qui procèderaient à l'allumage en fonction des besoins (minuterie).

 

Autre exemple: la dépense du poste "jardinage" qui fait  partie des charges de personnel, donc des 53,66 %. Il conviendra sans doute de l'évaluer et la situer par rapport à l'ensemble de la masse salariale. La réponse pourrait être éloquente: Audierne a sans doute surestimé sa capacité dans ce domaine, situation déjà difficile lors de l'entrée  en fonction mais aggravée et amplifiée par la municipalité actuelle.

 

Ceux qui habitent un beau quartier (ou déshérité), sont en droit de penser que :

 

" Cela fait cher du bouquet de fleurs".

 

pic_0058.jpg 

 Soulignons en passant que si la fonction jardinage d'Audierne ne connaît pas la crise, certains postes de personnel qualifié, donc très utiles (mécanicien pour l'entretien des véhicules; personnel formé à l'utilisation du  véhicule nacelle etc..) n'existent plus depuis que les titulaires sont partis en retraite.

  

On dirait que certains responsables  élus ne servent à rien puisqu'ils ne contrôlent rien, ne sortent pas de leurs bureaux et procèdent ainsi depuis le début de la mandature. Ils risquent fort de se voir privés d'indemnités par les électeurs, si d'aventure, ils envisageaient de se représenter. Compte tenu des circonstances, les audiernais savent très bien qu'il n'y a plus rien à attendre de cette équipe. Pour ne pas être trop "prolixe", nous n'en dirons pas plus sur ce sujet, qui n'est évidemment pas unique en la matière. Mais, nous y reviendrons si nécessaire .

 

Un petit mot tout de même à propos  des "biquettes" qui ont fait l'objet d'un article avec photo dans le télégramme du 25-5-2013. L'article s'intitule:

 

Nettoyage du Stiry (i). Des chèvres en mission.

 

Il est touchant de voir nos élus (le maire et son adjoint travaux) en extase devant les biquettes. Ils ont seulement oublié une chose: la vérification des clôtures pour assurer la sécurité du troupeau. Conclusion: une des biquettes aurait disparu, une autre aurait fugué (retrouvée en ville). En conséquence, c'est une fois de plus un coup de "pub" pour rien puisque aujourd'hui le propriétaire a récupéré ses bêtes (bidas), considérant sans doute que leur sécurité n'était pas assurée. Il ne devait pas être très content le chevrier !!

 

Il nous reste donc, faute de biquettes, l'environnement du quartier  qui lui n'a pas bougé.

 

 

     

 

En fait, nos élus n'ont pas dû regarder le paysage pendant la prise de vue destinée au journal local puisqu'ils regardaient de l'autre côté, donc tournaient le dos. Passons !!!

 

 

Parlons du TGV.  

 

On a commencé à nous parler de la ligne à grande vitesse pour 2017. La voilà renvoyée à 2030..... ou aux calendes grecques. L'heure est à la mobilisation  (cf: référence f). Ce n'est donc pas encore demain que Quimper sera à 3 heures de Paris. Soit !! Mais il s'agit là d'un problème de niveau national que les Capistes ne peuvent que subir. Ce n'est pas à leur portée. Par contre, quelle que soit la situation actuelle ou future, le Cap-Sizun est toujours à pratiquement une heure de route de Quimper. Or, le désenclavement du Cap-Sizun est un problème local et il ne semble pas vouloir se régler rapidement. On vient toujours nous voir en période électorale car pour devenir élu local départemental ou régional (et même national: député) les voix des Capistes sont nécessaires et même indispensables. Notons pour mémoire que l'actuelle mairesse d'Audierne a été conseillère générale durant 6 ans, période au cours de laquelle rien n'a bougé. Nous sommes toujours au bout du monde et nous y restons. Pas étonnant que les électeurs fassent de moins en moins confiance au monde politique et pas seulement à ceux d'en haut, puisque ceux d'en bas se contentent d'être satisfaits de leurs indemnités ce qui est pour eux l'essentiel . Une fois élus, on oublie les électeurs et les promesses. L'intérêt général passe aux oubliettes, au profit de l'intérêt particulier. Durant 6 ans, la municipalité d'Audierne n'en aura fait qu'à sa tête, ce qui se termine par le retrait pour ne pas dire "la retraite" de la responsable qui laisse son équipe se débrouiller seule  face à l'opinion publique et aux électeurs. Attitude très sportive non  ?? Mais sachant bien qu'elle ne vivrait pas Austerlitz, elle refuse de connaître Waterloo, abandonnant ses partenaires en pleine tourmente. Un capitaine qui abandonne son navire en pleine tempête n'est pas un spectacle très courant, au pays  des marins pêcheurs et de la SNSM. Dernier exemple: le naufrage du "Sokalique", modeste petit bateau de pêche. La capitaine n'a pas voulu quitter son bateau et a sombré avec lui.

 

 

   

 

 

Ceci nous amène à parler des privilèges, en nous référant à l'article du Télégramme en date du  20-6-2013, qui s'intitule:

 

Moralisation. Dix députés pour une abolition de leurs privilèges.

 

L'intention est fort louable puisqu'on peut lire ce qui suit:

 

Un sondage réalisé en pleine affaire Cahuzac avait révélé que 77% des Français considèrent que leurs élus sont malhonnêtes.

 

Dans cette hypothèse, ceux qui n'ont jamais été élus ne peuvent que s'en féliciter . Chacun peut penser ce qu'il veut de ce sondage. Rappelons seulement que nous avons dénoncé ici le taux de réversion des retraites de parlementaires qui est de 66% alors que généralement les veuves n'ont droit qu'à 50%. Pourquoi ??

 

Lien:

 

Audierne.Cap-Sizun.Editorial 5/2013  

 

Mais, ne soyons pas naïfs. ce n'est sans doute pas encore demain que certains avantages de ceux qui nous dirigent seront supprimés. 10 députés c'est peu par rapport au total des parlementaires des 2 assemblées. Toutefois, on peut rêver !!!! 

 

 

Et enfin, un mot sur nos offices de tourisme qui, semble-t'il, seraient source de problèmes. En fait, la situation actuelle est assez récente puisque chaque office de tourisme fonctionne depuis peu avec le statut de EPIC (établissement public,industriel, et commercial) ce qui signifie que les budgets de fonctionnement font partie des finances communales. Auparavent, le régime associatif s'appliquait à ces structures. Autrement dit, l'argent provenait de la communauté de communes sous la forme de subventions et l'association concernée en faisait ce qu'elle estimait devoir en faire sans avoir de comptes à rendre. On se souvient de " Tourisme en Cap-Sizun" qui a fonctionné ainsi durant de longues années avec plusieurs présidents. Or, les subventions attribuées par la communauté de communes variaient selon plusieurs critères , ce qui engendrait la contestation pour cause d'inégalité. C'est pour mettre un terme à cette contestation que le statut EPIC a été établi avec les mêmes critères pour tous.

Aujourd'hui nous avons donc 4 offices de tourisme EPIC: Audierne, Plouhinec, Pont-Croix et Beuzec, plus le grand site de la Pointe du Raz. Certaines communes comme Esquibien, Primelin, Ile de Sein sont rattachées à Audierne, ce qui a amené le Maire d'Esquibien Didier Guillon par ailleurs conseiller général à suggérer une structure intercommunale. Cette initiative n'a pas été du goût de Plouhinec, Pont-Croix , Beuzec et Pointe du Raz dont les responsables ont invoqué un "travail de sape", partant du principe que c'est le grand site qui doit être "pilote" du tourisme dans le Cap et non Audierne.

Que faut-il en penser ?? 

Notons tout d'abord que Audierne, Esquibien, Primelin ne font pas partie du périmètre du grand site, contrairement à Cleden, Goulien et Beuzec. Or, ces communes relèvent de l'office de tourisme d'Audierne. On verrait mal Audierne entrer dans le périmètre du grand site avec ses problèmes environnementaux. 

 

 

 

 

Quant à considérer que Pont-Croix est chef-lieu de canton, donc prioritaire, cela correspond à une vision dépassée des choses puisque, aux prochaines cantonales, le nombre de cantons sera divisé par 2 et la parité devra être respectée. Logiquement, le canton de Pont-Croix devrait être associé à celui de Plogastel Saint Germain pour n'en faire qu'un. Dans ce cas, on peut se demander comment feront les conseillers actuels: Didier Guillon et Michel Canevet pour proposer des candidatures respectant la parité c'est à dire un couple de "titulaire-suppléant". Donc Pont-Croix (petite cité de caractère) est dépassé dans ce domaine et son office de tourisme aussi. En fait, disons que les querelles de clochers n'ont pas leur place dans l'organisation du tourisme puisque le grand site national est un leader naturel, que c'est la plus grande commune Plouhinec qui a le label "Pavillon Bleu", alors que Audierne n'a que ses paysages massacrés pour certains comme on peut le voir.

 

 

     

         

 

Le bon sens voudrait donc que la situation actuelle ne soit pas remise en cause avant les élections municipales de 2014 qui verront également l'élection d'une nouvelle communauté de communes dont les missions seront peut-être modifiées en ce qui concerne le tourisme. Il est donc urgent d'attendre ce qui signifie qu'on a fait du bruit pour rien ou pour pas grand chose .

 

Ceci nous amène à parler tranquillement de la restructuration de la poste en Cap-Sizun et de la répartition des moyens entre Audierne et Pont-Croix:

Le centre de tri de Pont-Croix est en voie de suppression après transfert à la poste d'Audierne qui vient de subir des travaux de restructuration. La situation n'est pas particulière au Cap-Sizun puisque le tri postal  de Plogonnec est également transféré à Douarnenez.  Une petite différence tout de même: 6 kilomètre séparent Pont-Croix d'Audierne, contre 13 kilomètres pour Plogonnec-Douarnenez. 

Ces problèmes concernent avant tout la poste qui met en place le dispositif qu'elle juge le plus fonctionnel. Problème interne avant tout donc. Le Cap-Sizun a vécu d'autres évènements que certains déplorent, que d'autres apprécient, comme le départ du Trésor public  d'Audierne pour Pont-Croix et la suppression de la brigade de gendarmerie de Pont-Croix au profit d'Audierne. Il n'est pas facile de prendre parti dans ce genre de  décision, puisqu'il y a toujours des arguments pour et d'autres contre. Nous avons déjà parlé des futurs cantons, ce qui ne se fera sans doute pas à l'avantage du Cap, et nous savons aussi que la commune la plus peuplée est Plouhinec par ailleurs excentrée dans le Cap. Alors, solution  ?? 

Les facteurs de Plogonnec obtiennent une compensation financière pour leur préjudice, souhaitons à ceux de Pont-Croix d'en avoir autant. 

 

 

******* 

 

Nous avons gardé pour la fin un commentaire à propos du livre qui vient de paraître:

 

"Secoue toi Bretagne. Breiz , krog e barzh"

 

paru en avril 2013 et écrit par 4 auteurs d'horizons divers, aux références incontestables.

Nous n'entrerons pas dans le détail, compte tenu de la spécificité du Cap-Sizun qui ne dispose pas d'industries ni d'outils de recherche.  ( biotechnologie, ecotechnologie, nanotechnologie etc..). Toutefois, la conclusion nous paraît sans appel :

 

"Les élus  semblent aujourd'hui plus omnubilés par le sauvetage de l'existant que par l'imagination de notre futur. Les chambres de commerce  et d'industrie reflètent trop souvent des pouvoirs locaux vieillissants, prompts à se livrer à ces guerres de clochers dans lesquelles excellent aussi  beaucoup de nos élus locaux....................................."    

 

"Dans l'incertitude actuelle quant à notre avenir....

De par sa dynamique et son image, la Bretagne peut sans doute devenir une terre d'excellence....

La ministre en charge de la décentralisation devrait....

Que ce soit pour une simplification de l'organisation territoriale (encore un mille-feuille archaïque et particulièrement indigeste) ....

Etre sensible à une demande de la  Bretagne....

 

On a une région trop petite et oublieuse de ses frontières historiques, 4 départements inutiles, 21 pays, 201 cantons, 118 établissements publics de coopération intercommunales (EPIC) avec 108 communautés de communes, 9 communautés d'agglomération plus une communauté urbaine, 133 bassins de vie et rien moins que  1270 communes avec des milliers d'élus (souvent cumulards) ... et on voudrait faire du développement économique dans ce patchwork d'un autre âge........

 

On pourrait continuer, à condition bien-sûr de disposer du droit de reproduction ce qui n'est pas le cas. Chacun saura donc retenir ce qui lui semblera le plus approprié à propos du Cap-Sizun qui fait, qu'on le veuille ou non, intégralement partie du Finistère donc de la Bretagne. Nos 12 communes ne pèsent que peu de chose par rapport aux 1270 communes bretonnes. Il conviendrait donc de faire émerger  aux prochains scrutins des élus à fort potentiel qui seraient non pas carriéristes mais capables de défendre les dossiers essentiels, de plaider la cause du bout du monde qui vit presque exclusivement du tourisme et qui devrait donc disposer d'un environnement exceptionnel comme le sont ses paysages. On peut rêver. Tant que nos élus locaux se contenteront de percevoir des indemnités, sans tenir compte des priorités, de l'intérêt général et même du style qui doit accompagner l'exercice  (rédaction, orthographe) en  contribuant à notre image de marque, nous devrons nous contenter de l'immobilisme. Nous continuerons à confondre    

 

"la durée d'une décade avec celle d'une décennie", 

 

tout comme nous continuerons à vouloir

 

 "retenir le départ..."

 

    pic_0894.jpg

 

Dommage qu'on n'ait pas su retenir le saccage du Mât Fenoux livré aux compresseurs et aux marteaux-piqueurs. La photo montre que la suite, si suite il y a, nécessitera beaucoup de prudence si on ne veut pas détruire les entourages de pierre qui sont d'origine. (Entreprise et matériel spécialisés...??? etc...) L'affaire semble avoir été mal évaluée dès le départ puisque le niveau inférieur de la structure avait été transformé en cuve étanche, donc avec des matériaux particuliers  !! Il est un peu tard pour s'en apercevoir !!

     

   

 

Les municipales approchent . Elle devront faire l'objet du bon choix particulièrement dans les perspectives environnementales qui s'avèrent avoir été le moindre souci de la municipalité audiernaise  sortante, alors que c'est l'essentiel pour notre image de marque. Laissons de côté nos paroisses, nos chapelles, nos cantiques et nos clochers, pour privilégier dans l'union  la défense de la richesse de nos paysages, notre  richesse qui constitue notre capital pour l'avenir. La Pointe du Raz classée grand site  est devenue la  locomotive du Cap-Sizun. Il ne reste plus qu'à lui trouver une bonne équipe de mécaniciens 

 

Nos communes datent de l'époque de la révolution. Elles ont été construites à partir du découpage paroissial. Rappelons que Audierne n'était à l'origine qu'une trêve d'Esquibien. Ces temps sont révolus, tout comme le temps des syndicalistes politisés qui ont fait la preuve de leur inaptitide à l'exercice de la responsabilité dans une entreprise municipale. Rien ne dit que la prochaine  équipe municipale voudra assurer la charge des restaurants du coeur dont le rayon d'action est le Cap et non Audierne. Or l'implantation de ces restaurants du coeur à Audierne est la conséquence d'une

 

"volonté politique"

 

de Madame Donval. Si d'aventure le problème se posait, il ne resterait à Madame Donval qu'à mettre ses actes en conformité avec ses idées en utilisant non pas l'argent public ce qui est facile, mais ses deniers personnels. Sinon, en se disqualifiant personnellement, elle fera partager sa disqualification par son parti, ce qui d'ailleurs n'est peut-être déjà plus à faire.  Rappelons nous que Esquibien a vécu en 1989, la disparition du socialisme sur ses terres à la suite des élections municipales. En cause, une mauvaise liste qui n'a pas réussi à faire élire un seul candidat. Et la situation perdure encore aujourd'hui. Les faits pourraient se reproduire à Audierne et dans ce cas, il sera tout de même trop tard pour commencer à  réfléchir et dire:

 

Si j'aurais su, j'aurais pas venu !!

 

Kenavo et bonnes vacances !!      

 

 

********

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article

commentaires