Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 00:00

  Une audiernaise ordinaire: Georgette D....

 

 

audierne_2-_3-8_004.jpg

 

 

 

Lien à consulter:

 

Ma Bro Ar C'Hap Gwechall-Suite 7

 

Référence: Ouest-France en date du 2 Juillet 2010

 

 

Le lien ci-dessus permet de lire ou relire une partie de l’étude consacrée au Cap-Sizun et ici publiée, à la date du 12 juillet 2006. Dans cet article il est fait état des grands évènements qui ont marqué notre région, et plus particulièrement les guerres. La Résistance en fait partie. Des auteurs, tous  plus talentueux les uns que les autres (par exemple René Pichavant-Les clandestins de l’Iroise), ont disséqué cette page de notre histoire. Je n’ai fait qu’y ajouter, de manière parfois anecdotique, un regard d’enfant, trop jeune à l’époque pour participer à l’action, donc simple spectateur. Il se trouve cependant que, pour des raisons professionnelles, j’ai été amené à côtoyer , beaucoup plus tard, certains acteurs qui pour la plupart, nous ont déjà quittés. Il se trouve aussi que parfois l’histoire nous rattrape de façon très banale, par le biais des évènements quotidiens. Alors, au fait !!!

*******

Tout le monde sait que l’anniversaire de l’appel du 18 juin a été célébré à l’Île de Sein avec un certain panache, en présence de nombreuses autorités, dont Madame Bernadette Malgorn, conseillère régionale et ancienne préfète de région. Inutile de la présenter car son nom et son parcours sont   suffisamment connus. Ce qui est moins connu et c’est dommage, c’est l’étape qu’elle a fait à Audierne, à son retour de l’Île de Sein, pour une simple visite d’amitié à une de ses vieilles connaissances, par ailleurs ancienne et authentique résistante, beaucoup trop discrète à mon sens sur ses états de services qui viennent pourtant d’être honorés.

Il s’agit de Madame Georgette Moullec, née Dalm, aujourd’hui veuve du Commandant Alain Moullec (souvent appelé Henri) , ancien commandant de la compagnie Surcouf particulièrement engagée dans les combats de Lesven en Beuzec-Cap-Sizun et au parachutage de Mahalon.

Alain  Moullec, ancien sous-officier d’active, a poursuivi sa carrière militaire après la guerre. Ayant gagné ses galons et fait ses preuves dans la Résistance, il a quitté le service actif comme officier supérieur, juste récompense d’une carrière bien remplie, tant en Indochine qu’en Afrique ou ailleurs. Au cours de ses multiples affectations, Alain  a servi à Nantes, au camp de Beauregard de Saint -Nazaire, où il a eu l’occasion de faire la connaissance d’un camarade devenu un ami, un certain Malgorn. Nous y sommes:  Malgorn, le père de Madame Bernadette Malgorn précédemment citée et aujourd’hui conseillère régionale. C’est ainsi que la famille Moullec a vu naître Bernadette qui n’a pas oublié ses amis d’enfance. Le détour par Audierne s’imposait donc, au retour de l’Île de Sein, pour embrasser Georgette, la veuve d'Alain  comme je l’ai déjà dit.

*********

Il faut cependant ajouter que Georgette vient de recevoir le diplôme d’honneur du combattant en raison de ses états de services dont elle ne parle jamais. Elle aussi était dans la Résistance après ses études d’infirmière à Paris. Son rôle était donc très simple: infirmière soignante, tant à Beuzec-Cap-Sizun qu’à la compagnie Surcouf, là où elle pouvait être utile. Accessoirement, on retiendra aussi que c’est elle qui a brodé le drapeau de la compagnie Surcouf, malgré la pénurie des matière premières qu’il fallait se procurer ici ou là, au cours de déplacements variés, à motocyclette ou à pied selon les circonstances et avec les risques que cela comportait.

********

 

 

*******

Après la guerre, Georgette est devenue simple mère de famille, élevant ses enfants et suivant son mari là où il était appelé à servir.

 

La Résistance ??? Mais c’est loin tout ça !!! Il fallait bien le faire non ?? Tout le monde l’aurait fait à ma place dira-t’elle !!!

 

Pas si sûr Georgette !! Votre modestie vous honore !! Puisque vous n’en parlez pas, pardonnez moi d’avoir eu envie de l’écrire et de le publier sur internet, ne serais-ce que pour la mémoire de Alain, mon camarade de la vie professionnelle et mon ami dans la vie de tous les jours.  Alain m'avait confié que, malgré les nombreuses sollicitations qui lui furent adressées,  n'avoir jamais  jamais voulu se présenter à une élection locale. Chevalier de la légion d'honneur, médaillé de la résistance et autres, il préférait peut-être laisser à d'autres la course aux décorations que l'on peut aussi obtenir pour des raisons aussi  obscures que les tonnes de cirage utilisées pour se faire bien voir ici ou là.  L'expérience prouve d'ailleurs  que l'exercice d'un mandat est un moyen comme un autre pour remplacer les titres de guerre que l'on n'a pas obtenu dans son parcours professionnel.

Pas de quoi pavoiser !!!!

******

Un regret tout de même: seul le quotidien « Ouest-France » a relaté la visite audiernaise et affective de Madame Malgorn . « Le Télégramme de Brest » l’a ignorée. Dommage pour l’histoire audiernaise qui mérite pourtant d’être connue. Tant pis si la  modestie de certains acteurs comme Georgette doit  en souffrir. J’en assumerai la responsabilité, heureux d’avoir pu contribuer à faire connaître cette page de vérité .

 

 

 

  

 

 

  Ne disposant pas du droit de reproduction, je ne publie pas la photographie parue dans "Ouest-France" et sur laquelle on voit Madame Bernadette Malgorn en compagnie de Madame Georgette Dalm-Moullec. Dommage !!!!

 

 

*******

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article

commentaires