Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 00:00

 

Liberté d'expression : 2ème Editorial de la Saint-Cyrienne sur konchennou

 

Liens: 

 

Editorial de la saint Cyrienne: 25/12/2009

 

 
Le 25-12-2009, avec l'accord de l'association concernée, j'ai publié littéralement un éditorial de la Saint-Cyrienne dont on m'avait très amicalement rendu  destinataire. Pourquoi ??  Parce que j'ai estimé devoir exprimer ma solidarité à propos du sujet traité, parce que je suis un "Ancien" (au propre comme au figuré) qui possède une certaine expérience d'évènements similaires à ceux qui étaient relatés  et pourquoi pas,
tout simplement pour informer mes aimables lecteurs.
****
Je récidive aujourd'hui à propos d'un article qui traite de la liberté de publication, donc d'expression. N'exerçant aucune activité professionnelle (normal pour un octogénaire), je m'efforce pourtant de suivre l'actualité locale de ma région de résidence en publiant des articles dont je sais pertinemment qu'ils ne font pas plaisir à tout le monde et particulièrement à certains élus locaux. Mais je dispose justement de cette liberté d'expression, dont bien entendu je connais les limites . C'est la raison pour laquelle j'ai choisi de ne rien affirmer sans preuves, en fonction du principe qui consiste à :
 
"montrer pour démontrer"
 
  Je suis donc  parfois amené à publier des images de paysages qui ne devraient pas exister, comme les ruines ou les épaves de voitures qui n'empêchent pas nos responsables locaux de bien dormir sur leurs deux oreilles. Il suffit, plutôt il suffirait de prouver que je publie des "faux", voire des photos retouchées, pour me blâmer et me donner tort. Hélas et tout le monde le sait, mes photos correspondent à de bien tristes réalités. Donc elles dérangent et c'est bien la raison pour laquelle nos responsables concernés se gardent bien d'intervenir. Il faut les comprendre: en intervenant, ils reconnaitraient implicitement avoir vu et lu. C'est beaucoup plus courageux de feindre l'ignorance, sauf que parfois les preuves du contraire existent.
 
Liens:
 
 
 
De même mon opinion personnelle sur le nouveau club nautique d'Esquibien ne fait pas plaisir puisqu'elle ne va pas dans le sens des responsables locaux. Pour autant, si dans certaines professions, on invoque parfois le devoir de réserve,(la grande muette), tel n'est pas le cas du "citoyen lambda"  dans la France profonde à propos de l'environnement ou même de l'utilisation de l'argent public. C'est donc mon droit de penser que le club nautique d'Esquibien a été construit au plus mauvais endroit, avec de l'argent public. A chacun son point de vue, et tant pis pour moi si j'ai tort !!
 
Liberté de pensée et liberté d'expression sont les deux mamelles de la démocratie.
 
C'est la raison pour laquelle, considérant qu'il s'agit d'un
 
 thème de réflexion
 
 je publie ici l'éditorial N° 33 de la Saint-Cyrienne. 
 
 en dédiant respectueusement  mon initiative au
Général Bigeard qui vient de nous quitter
******
 
De quoi phosphorer entre deux bronzettes, sous le soleil du Cap-Sizun !!
 
Bonne lecture !!!
 
******      

Numéro 33

 


mardi 20 juillet 2010
Bienvenue sur le site www.saint-cyr.org



Infos Saint-Cyriennes n°33 - juillet 2010


Bulletin édité par la Saint-Cyrienne, association des élèves et anciens élèves de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr.





Edito du Président


En France 20 juillet 2010  

 

Risques et sanctions,  enfin le soleil !


Un de nos camarades en activité a écrit un article dans un grand quotidien qui a déclenché un début de polémique. A cet égard, sans revenir sur les faits eux-mêmes, je souhaite rappeler ce qu’écrivait le général d’armée André Beaufre, grand serviteur de la France et des Armées et ensuite de notre Association comme Président, à propos du drame de 1940 : « Notre faute à nous les subalternes, était d’avoir cru aux réputations, à la discipline intellectuelle poussée jusqu’au conformisme, de n’avoir  défendu nos idées que dans la limite des suggestions polies, d’avoir laissé les évènements dérouler leur impitoyable logique sans intervenir de façon efficace dans l’armée et dans le pays ».

Certes nous ne sommes pas dans les années 30 mais que certains risques soient pris pourquoi pas ! « Au risque des mots » correspond d’un côté la récompense par le prix littéraire et de l’autre la punition, brutale en dictature, raisonnée en démocratie. Donc pour un mot trop loin de l’un d’entre nous ne nous réfugions dans le silence d’une grande muette, si souvent stigmatisée, au risque de ne pas participer aux débats, notamment concernant la stratégie ou les grands sujets de notre temps dont celui des valeurs.

« Le risque des balles » est autrement plus dangereux par définition. Il n’est plus l’apanage de tous les citoyens. Selon Patrick  Besson, frappé par les pertes en Afghanistan, il est celui des « prolétaires » écrit-il dans une chronique mi-amusée, mi-désespérée (?) de l’hebdomadaire « le Point ». Je réagis en lui rappelant que dans la Rome antique les prolétaires étaient exempts d’aller à la guerre ! La « Culture », celle du Général, se perd ou peut-être sommes-nous plus près de la Rome décadente que de la Rome antique ?! 

De plus en plus de soldats, de plus en plus d’officiers, de plus en plus de généraux, n’en déplaise à certains, auront connu le « risque des balles ». Ainsi se cultivent dans l’adversité, de fait plus facilement que face au désert des tartares, des valeurs dont notre pays a besoin et qui ne doivent pas disparaître. « Le Courage », « l’Honneur », « l’Espérance » sont trois maîtres mots que j’ai entendus ou lus ces dernières semaines et qui résonnent avec une insistance alarmante. Marcel Bigeard, Claude Leborgne, Hélie de Saint Marc, en acteurs et en témoins de notre temps nous délivrent encore ce message qui sera une sorte de « pierre de Rosette » pour les générations futures si nous n’y prenons pas garde ! 

Alors ne nous laissons pas aller à la morosité générale, à l’individualisme un peu lâche et à la simple critique stérile !

Pour conclure sur le soleil je veux évoquer la « Saint-Cyrienne Sénégal ». Pour avoir séjourné, à son invitation, fin juin à Dakar, je peux affirmer que notre sœur est remarquable par ce qu’elle représente comme cohésion de toutes les générations de Saint-Cyriens sénégalais, de dynamisme dans ses activités et d’attachement  à l’Ecole. Là encore, n’en déplaise aux contempteurs de la France, les liens entre notre pays et le Sénégal sont d’une nature exceptionnelle, bien au-delà des aléas du moment que l’amitié sait et doit supporter. Merci amis Sénégalais, anciens ou élèves de la Spéciale, pour l’exemple que vous donnez, le courage, l’honneur et l’espérance vous guident. « On nous tue, on ne nous déshonore pas », telle est la devise de votre Armée qui combat pour la défense de l’unité du Sénégal et la paix dans le monde et actuellement dans le Darfour.

Le 24 juillet ce sera le Triomphe de la promotion « Lieutenant Carrelet de Loisy » et le début d’une grande aventure. Je reprends alors la dernière phrase de Claude Leborgne dans le Casoar de juillet : « Mais, jeunes gens, je vous le demande, les métiers possibles valent-ils d’être vécus ? ».

 
Général de corps d'armée (2S) Dominique Delort
Promotion Lt-colonel Brunet de Sairigné (67-69)

 

 

 




Bienvenue sur le site www.saint-cyr.org
Bienvenue sur le site www.saint-cyr.org

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Amazone 23/07/2010 00:06



Bonjour Spartacus.


Entièrement d'accord avec vous. Il est évident que vos articles ne plaisent pas à tout le monde. Tout comme mes commentaires, j'imagine. Et c'est normal. Personne à ma connaissance, ne saute de
joie quand son action (ou son inaction) est remise en question. Pas besoin d'être psy pour le comprendre.


Et d'ailleurs, le problème n'est pas là.


S'il toutes ces situations (qui correspondent malheureusement à la triste réalité) n'existaient pas, tous ces articles et commentaires n'auraient aucune raison d'être. Je suis sûre que vous
auriez préféré parler de la chapelle de Mahalon autrement que pour vous insurger contre sa profanation par des danseurs nudistes gigotant à poil sur l'autel. De même pour l'église Saint-Raymond
d'Audierne profanée par le tableau obcène d'un "artiste" représentant Ben Laden  !


Le problème réside uniquement dans le fait que ces situations existent. Chacun peut s'en apercevoir pour peu qu'il soit un peu curieux et
s'intéresse à son terroir ou à la vie de sa commune et de celles avoisinantes.


Vous citez les épaves et les ruines dont vous avez publié les photos. Et heureusement que vous l'avez fait ! Car que constate-t-on aujourd'hui ? Si malheureusement, à Audierne, rien ne semble
(pour l'instant) avoir changé, il n'en est pas de même à Esquibien où l'ASELE, avec le concours de la mairie, a permis d'éliminer les "points noirs" qui entâchaient son
territoire. Et c'est très bien. Félicitations. Je pense que "Konchennou", en ayant dénoncé avec vigueur cette situation, y est un peu pour quelquechose. La preuve que le souci
d'informer est nécessaire pour susciter une prise de conscience et réveiller le sens civique de certains de nos concitoyens, élus locaux compris.


Et ne désespèrons pas, Spartacus, peut-être qu'à Audierne, cela finira par bouger aussi ! Il faut y croire !


Vous évoquez également le nouveau Club Nautique. Bien sûr que c'est votre droit de penser qu'il a manifestement été construit au plus mauvais endroit, avec de l'argent public. Je partage votre
avis. Je rajouterais que c'est également mon droit de penser qu'à mon sens, c'est une véritable verrue dans le paysage. A une époque où on commence enfin à prendre conscience du saccage
irrémédiable du littoral dans certains endroits et de la nécessité de préserver ce qui reste, certains ont beau dire qu'il s'intègre parfaitement dans le paysage, mon opinion est
que je ne suis pas d'accord avec eux et que je ne trouve pas normal qu'on ait pu s'attaquer ainsi au patrimoine côtier pour y établir ce genre de construction. Et en disant cela, je pense
aussi à nos Anciens s'ils voient ça d'où ils sont ! Les pauvres ! Certes, maintenant le mal est fait. C'est comme ça et nul ne peut y revenir. Le Club est là et maintenant, tout ce qu'on
peut lui souhaiter, c'est qu'il tourne, ne serait-ce que pour tout l'argent public qui y a été consacré. 


L'avenir dira si nous avions tort ou raison d'attirer l'attention de nos concitoyens sur certaines de ces situations. En attendant, un citoyen informé en vaut deux et cela aura
peut-être le mérite d'amener à l'avenir nos concitoyens à réfléchir et à être plus vigilants quand des projets grandioses sont annoncés.


Alors Spartacus, ai-je bien phosphoré entre deux bronzettes ?


Amazone.



spartacus 23/07/2010 08:47



Bonjour Amazone. Oui, vous avez bien phosphoré entre 2 bronzettes. A mon point de vue, la liberté de pensée ne se négocie pas, dans la mesure où la liberté des uns s'arrête là où commence celles
des autres. C'est la raison pour laquelle je m'attache à rester "dans les clous" même s'il m'arrive de laisser passer, à contre coeur parce que j'ai honte, des commentaires bourrés de fautes
d'orthographe rédigés par de soi-disant responsables (que l'on entend plus). Maintenant, que cela plaise ou déplaise n'a pas d'importance. Les évènements que vous évoquez (Mahalon, Saint-Raymond)
ont laissé des traces, même si la presse locale n'en parle pas. N'oublions pas que nous sommes dans la France profonde "Ar C'hap Don". D'aucuns atterriront sans doute et sans tarder. Le laxisme
audiernais devient notoire, et Esquibien doit attendre la suite des évènements. Si d'aventure il s'avérait que konchennou a eu raison de prévoir que le club nautique ferait parler de lui après sa
réalisation, on ne pourrait que lui en donner acte. Effectivement, le blog a dû jouer un rôle dans l'élimination des épaves de voitures à Esquibien, et son action n'est peut-être pas terminée.
Affaire à suivre par conséquent. Contrairement à tous ceux qui applaudissent, je persiste à dire que le club nautique n'a pas été construit au bon endroit. Il a même été construit au plus mauvais
endroit parmi les choix possibles. Comme je ne réside pas à esquibien, mon point de vue est neutre. Bonne journée et amitiés. Spartacus