Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 09:47

Esquibien: Club nautique et domaine privé

Références: Télégramme de Brest en date de ce jour: 30-3-2010

lien

ESQUIBIEN- Environnement, patrimoine,et club nautique


Le club nautique d'Esquibien. Encore lui  !!! Nous  avons déjà évoqué dans l'article précédent que ce projet empiétait sur le domaine privé de la propriété riveraine appartenant à Monsieur Keravec. Je cite le nom pour plusieurs raisons: d'une part parce que la famille Kéravec s'exprime aujourd'hui dans la presse locale, d'autre part parce que Monsieur Kéravec avait tenu à s'exprimer sur "konchennou" dans l'article intitulé:

Esquibien: Environnement, patrimoine et club nautique 

Auquel on peut accéder par le lien ci-dessus.

La famille confirme donc ce que j'ai déjà écrit concernant le terrain privé accaparé sans autres formalités en raison d'une certaine "contrepartie".

Reportons nous à l'article de presse. Je cite:

"Il n'a jamais été question de céder la parcelle de terrain évoquée en contrepartie de quoi que ce soit. Et certainement pas en contrepartie du rehaussement de la porte  et du linteau.......
Il revient donc à la municipalité d'assumer entièrement toutes les modifications requises pour remédier aux contraintes ainsi crées au riverain concerné".


*****

Ne disposant pas du droit de reproduction je ne cite donc que des extraits  de l'article dûment référencés. Que faut-il en conclure ???

1- Que les travaux en cours annexent purement et simplement un terrain privé, apparemment sans autorisation.

2- Que ces travaux ayant fait l'objet d'initiatives prises en cours d'exécution du chantier ont des conséquences qui  semblent pas avoir été évaluées dans le projet initial. Le riverain me semble de bonne composition pour accepter cette situation nouvelle sans réagir comme il pourrait le faire, en demandant la stricte application et le respect du dossier soumis à l'enquête d'utilité publique, ce qui aurait pour résultat de mettre un terme, au moins provisoirement aux travaux non prévus.

3- Les commentaires entendus récemment dans le public visitant le chantier font l'unanimité pour dénoncer la démesure de cette réalisation. La suppression de la servitude de passage piétonnier remplacée par une estacade surprend et génère un sentiment d'incompréhension. Quant aux conséquences sur le domaine privé, ce n'est plus de l'incompréhension mais de l'incrédulité avec des commentaires du genre:

"ce n'est pas vrai tout de même".

4- Voilà où aboutit un projet soutenu par certaines associations locales pour faire pression  sur l'opinion lors des élections municipales. Chacun doit assumer car  les initiatives prises par les nouveaux élus sont tout à fait légitimes puisqu'ils représentent la majorité. Toutefois les élus n'ont qu'un seul droit concernant le domaine privé, celui de faire procéder à l'expropriation pour cause d'intérêt général. A condition bien entendu de prouver qu'il s'agit bien d'intérêt général ce qui n'est pas démontré puisqu'il faudrait tout recommencer pour aboutir vraisemblablement au constat du mauvais choix de l'emplacement, le plus mauvais choix si j'en crois ce que j'entends, propos parfois tenus par des visiteurs non capistes.

5- Dernière conclusion: L'année 2011 verra tous les électeurs du Cap-Sizun converger vers les urnes pour élire le nouveau conseiller général. Sans vouloir anticiper on peut imaginer et même prévoir que certaines ambitions pourraient tenter l'aventure. C'est peut-être à cette occasion que l'on pourra constater que si un dossier est capable de faire gagner les élections municipales il pourrait aussi jouer son rôle au niveau du canton vers lequel certaines méthodes ne semblent pas transposables, en particulier celles qui ne font pas de différence entre domaine public et domaine privé. J'exprime ma solidarité à la famille concernée par des aménagements rendus nécessaires par les circonstances portant atteinte à un  domaine familial dont j'ai par ailleurs relaté l'histoire, cette histoire locale que certains ignorent au point même parfois d'écrire des inexactitudes grossières dans des documents largement diffusés et accessibles à tous.  


****** 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article

commentaires

andre 15/05/2010 21:07



je viens de tomber par hasard sur ce site....je suis le président du centre nautique et  franchement ce que j'ai lu me donne envie de vomir.......je suis tous les samedi après midi au cncs
....je vous y attend....c'est mieux que ce cacher derrière un pseudo


le monde associatif merite mieux que ca!!!!!!


il n'y aura pas d'autre message de ma part....je préfère vous laisser dans vos elucubrations!!!!!



spartacus 29/06/2010 09:55



Ma réponse se trouve dans l'éditorial 7/2010. Spartacus



Annie Kéravec 09/04/2010 00:40



Bonjour Monsieur.


Malheureusement le courage de mes Anciens ne pèse pas lourd face aux ambitions personnelles et aux dents démesurément longues de certains, sans foi ni loi, qui, vous l'avez déjà souligné, ne
connaissent rien à l'histoire locale et d'ailleurs, s'en moquent royalement. Ces arrivistes prétentieux qui, contrairement à nous, n'ont même pas leurs racines ici, se permettent de disposer
à leur guise de ce patrimoine qui est le nôtre et auquel rien, aucun souvenir, aucune racine ne les attache. C'est ainsi qu'une bande de "m'as-tu-vu" se permet de dénaturer,
saccager un site naturel afin, soi-disant, le mettre en valeur. Mettre en valeur pour qui ? Pour les autochtones ? Non. Pour une petite poignée de frimeurs prétentieux qui ont fait main basse sur
le site et se le sont approprié. De quel droit ? Du droit du pouvoir de l'argent qui fait que Sainte-Evette est devenu une zone résidentielle pour une petite élite de parvenus, sûre de
son bon droit, se croyant au dessus des lois, emplie de pouvoir par le biais d'associations influentes (dont certaines prétendent même défendre le littoral) et par l'infiltration de la
commune par le biais de nombre de Commissions. Pour information, j'ai encore en mémoire la remarque d'un dirigeant de cette fameuse association de défense du littoral d'Esquibien,
candidat recalé aux municipales, lors d'un débat organisé en 2008 autour du projet de Club Nautique. A mon père qui s'inquiétait du coût d'un tel projet, ce monsieur avait
répondu avec panache : "L'argent n'est pas un problème!" La désinvolture de cette remarque, dans une commune dont le revenu moyen par ménage est de 16435 Euros/an  (moyenne
nationale : 20363 Euros/an) m'avait paru non seulement déplacée mais particulièrement cynique. Et si l'argent n'est pas un problème pour ce monsieur, je pense que nombre de gens très modestes à
Esquibien (Primates) doivent être scandalisés de voir la pléthore de moyens et la débauche d'argent (subventions ou non) engagées dans une structure démesurée dont ils ne
voient pas ce qu'elle pourrait leur apporter, bien au contraire. D'autant que par ces temps de crise, un peu de modestie dans les dépenses aurait sans doute été bien vu. Mais contrairement à mes
Anciens, la modestie ne fait visiblement pas partie des qualités de ces nouveaux Conquistadors menés uniquement par l'appât du pouvoir pour parvenir à leurs fins et développer à leur idée leur
petit Bénodet, faisant fi d'une histoire locale empreinte de courage, de rusticité, d'authenticité et de noblesse qu'ils n'auront jamais. 


Oui, cher Monsieur, nous faisons partie d'un monde ancien dont l'héritage culturel n'a rien à voir avec la culture de l'argent de ces néo-Esquibiennois. C'est comme celà mais c'est bien
regrettable.


Bien cordialement et encore merci pour vos encouragements!


Annie Kéravec


 



spartacus 09/04/2010 09:12



Madame:


Je vous remercie pour ce commentaire. Je comprends votre état d'esprit. Rappelez vous tout de même que, en l'état actuel des choses, personne ne peut rien contre vous. La collectivité peut mettre
en oeuvre la procédure d'expropriation, mais ce n'est qu'une procédure dont le résultat n'est pas acquis d'avance d'une part, et qui d'autre part peut ultérieurement être soumise aux
instances compétentes en cas de contestation. L'exemple de Vic est significatif. Certains comportements sont de nature à créer 2 catégories de résidents: les indigènes (Primates) et les nouveaux
venus qui prennent le risque d'une marginalisation. Place au verdict des urnes. Respectueusement. Spartacus  



Annie Kéravec 06/04/2010 22:24



Bonsoir à tous et surtout un grand merci pour vos témoignages de solidarité qui nous vont droit au cœur. Vic rappelle (et visiblement, il sait de quoi il parle) que les élus n'ont pas tous
les droits et que certains prennent très vite la grosse tête. C'est évident. Au point d'ailleurs, de perdre leur sang-froid dès qu'une contrariété survient. Les propos odieux et insultants
tenus dans ces circonstances ainsi que les menaces proférées relèvent plus d'un potentat ou d'un "roitelet" local que d'un Premier Magistrat d'une commune, élu par ses
concitoyens. Certain ne semble pas l'avoir compris qui ne supporte pas qu'on le contredise. Combien de fois ne nous a-t-on pas dit : "de toute façon, c'est moi qui
décide !"


Peut-être, mais les élus ne sont pas au dessus des lois et avant de menacer, ils devraient d'abord les respecter... Tout n'est pas permis, même quand on est le Premier Magistrat d'une Commune, et
il est temps que certains l'apprennent.


Encore merci à vous Spartacus, Vic et Amazone. Je n'oublie pas non plus Alain sur "Errances..."


Annie Kéravec



spartacus 07/04/2010 09:55



Bonjour Madame. Je suis heureux de voir que vous n'êtes pas seule dans cette épreuve. Vous défendez un patrimoine familial vieux de presque un siècle. Personne, et je dis bien personne
ne peut vous reprocher votre attachement à la propriété de vos racines et je peux témoigner pour l'avoir vu, de la modestie et du courage de vos Anciens qui ont retrousssé leurs manches pour
faire face à l'adversité. Vous n'ignorez pas que j'ai vu votre grand-mère, veuve, allant à pied à Audierne vendre ses légumes. Votre maman a voulu garder son bien familial. Votre aide lui
est très certainement précieuse. La modestie des origines doit être un plus pour affronter les obstacles. Montrez nous que les Primates ne sont pas totalement dépassés devant un ordinateur.
On vous aidera. Regardez "errances" et ses 58 lecteurs. Tenez bon comme une vraie "Capenn". Respectueusement à vous. Spartacus 



Amazone 06/04/2010 16:04



Bonjour Spartacus et Vic, c'est Amazone.


Je n'étais pas intervenue depuis les élections mais je vois que le Club Nautique est plus que jamais d'actualité. C'est vraiment une horreur ce truc. Visiblement, tout le monde est
vraiment stupéfait devans cette architecture moderne, sans parler des couleurs du bardage qui donneraient la colique à tout un régiment et de la fameuse "espèce d'estacade" dont parle
Alain dans son Blog "Errances en Bretagne". Quelle est la prochaine étape puisque, si j'en crois "Le Télégramme" de ce jour, ce n'est que la première tranche de la réhabilitation du
front de mer jusqu'à la limite d'Audierne ? Peut-être une nouvelle Bastille ou un petit Goulag pour neutraliser
les Esquibiennois dissidents qui auraient le tort de ne pas partager la pensée unique de la majorité municipale ?Car si j'ai bien compris le commentaire du riverain,
celui-ci a reçu des menaces de représailles pour avoir simplement exprimé dans l' Enquête Publique un avis en désaccord avec le projet.


Avant d'aller plus loin, consultons le dictionnaire au sujet des Enquêtes Publiques.


Enquête Publique : L' E.P. est un des lieux
et outils de régulation de la démocratie où tous et chacun peuvent et/ou doivent s'exprimer ( en France, la Charte de l'Environnement précise qu'il est du devoir de chaque citoyen de protéger son
Environnement). Apparemment, c'est ce que le riverain a fait et quel que soit l'avis qu'il a exprimé, il était non seulement dans son droit mais aussi dans son devoir. Tout ce qu'on peut en
conclure, c'est donc que c'est un BON citoyen.


Deuxième chose : Le fait d'exprimer son avis lui vaut des menaces de représailles... Celà fleure bon le délit d'opinion. Que dit le dictionnaire à ce sujet ?


Délit d'opinion : Fait d'exprimer des idées
pouvant attirer des représailles de la part de toute institution exerçant le pouvoir...


ALORS ?


Depuis quand la liberté d'expression n'aurait-elle plus droit de cité à Esquibien ? Et depuis quand le fait d'exprimer des idées contraires à celle de la majorité municipale constitue-t-il un
délit d'opinion qui justifie des menaces de réprésailles ? Le riverain concerné parle de "temps funestes que l'on croyait révolus". Si l'on en croit la presse locale et les dérapages verbaux qui
ont également émaillé certains conseils municipaux, on peut se poser la question !!!!!!!


Vous l'aurez compris Spartacus, JE SUIS TRES TRES TRES EN
COLERE devant ce genre de situation. Il y a des gens dans d'autres pays qui se battent pour avoir le droit de s'exprimer. Certains en sont morts. On a même des
militaires dans certains pays comme l'Afghanistan qui risquent leur peau tous les jours pour aider les populations à acquérir ce droit et cette liberté d'expression. Ce n'est pas pour qu'il
soit bafoué ici, chez nous en France. Ce genre de procédé est absolument indigne et j'espère que nous ne serons pas les seuls à exprimer publiquement notre soutien à cette famille.


Amazone.


 



spartacus 06/04/2010 17:09



Merci Amazone pour ce commentaire auquel je n'ai rien à ajouter. Sauf ceci: lors des prochaines échéances électorales, chaque candidat se présentera avec ses références et son bilan; je pense que
Audierne ne sera pas avare en références et de tous ordres. Comme vous j'ai apprécié l'intervention de Vic et j'espère qu'il y en aura d'autres. Amitiés. Spartacus



Vic 06/04/2010 14:59



J'ai été confronté à ce genre de situation il y a quelques années. Ayant été exproprié, j'ai attendu, en vain et malgré de belles promesses, l'application intégrale du jugement d'expropriation.
De guerre lasse, au bout de vingt ans, j'ai consulté un avocat et j'ai esté en justice. Cette dernière m'a rétabli dans mes droit et a condamné la commune. Je soutiens totalement Madame Kéravec
et sa famille car, comme elle, j'ai connu les mêmes attaques blessantes, la même pression, les mêmes dénigrements parfois nauséabonds... C'est aujourd'hui derrière moi mais je n'ai pas
oublié et je n'ai pas pardonné. J'ai simplement le regret d'avoir trop laissé traîner les choses. Plus vite on solutionne ces problèmes, plus vite on retrouve sa sérénité...et aussi sa
santé. De cette triste expérience, je retiens tout de même une chose essentielle : les élus n'ont pas tous les droits et la loi s'applique également à eux dans les actes qu'ils peuvent
commettre en tant qu'élus du peuple. Malheureusement, ce ne sont pas toujours les premiers de classe qui composent les conseils municipaux. Certains élus, prenant la grosse tête, pensent que tout
leur est permis et veulent faire ce que bon leur semble. D'autres sont totalement ignorant de la moindre règlementation et ne veulent ou ne peuvent rien comprendre. Dès lors, il ne faut pas
s'étonner de l'occurence de tels dysfonctionnements dans les gestions communales et dans la gestion humaine et humaniste de la collectivité. Je ne pense pas que la famille Kéravec soit si isolée
que cela sur Esquibien; quelque chose me dit même le contraire. Je lui souhaite bon courage dans cette épreuve et je continue de suivre avec attention l'évolution de cette honteuse
situation.



spartacus 06/04/2010 15:26



Merci pour ce commentaire qui me touche profondément. Je ne suis absolument pas concerné, à titre personnel, par ce que subit la famille Kéravec. Mais je m'insurge car de temps la solidarité doit
jouer. Peut-être que les élus d'Esquibien et autres, ne connaissent pas leur commune aussi bien que moi qui y ai gardé les vaches en d'autres temps; sans compter que je suis très particulièrement
concerné par l'histoire de la digue de sainte Evette pour plusieurs raisons, ne serais-ce que pour y avoir travaillé (entre autres). Les élus locaux prennent la grosse tête en se croyant
au dessus du lot commun, alors qu'ils devraient montrer l'exemple du respect des autres . Un maire est officier de police judiciaire ce qui implique certains devoirs. J'espère que
Madame Keravec vous exprimera elle même ses remerciements. Votre témoignage l'encouragera. Merci pour cette famille que je connais depuis mon enfance, lorsque ensemble nous allions à l'école en
sabots de bois et pour laquelle je peux témoigner avec, je vais le dire pour une fois, certaines références qui ne sont pas celles de la plupart des élus locaux. Spartacus