Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 11:05



Chapelles du Cap-Sizun et salles de spectacles

Ce sujet a fait l'objet d'un article avec commentaires sur le quotidien "Libération":

http://www.liberation.fr

demander l'édition des régions : Rennes

Titre:  De l'art ou du cochon ??

Les Prud'hommes donnent raison à la danseuse dénudée sur l'autel;
De nombreux lecteurs ont exprimé leur point de vue (à lire).

Le sujet est également traité sur le site :

http://indignations.org/profanations/index.php

qui cite "konchennou "en référence de son article 

******

Références Télégramme de Brest en date du 10-12-2009

Titre de l'article: Strip-tease sur l'autel. De l'art ou de la provocation


*******




Et bien voilà, nous y sommes. Voilà où nous a mené une initiative mal analysée, mal évaluée, mal contrôlée, et que personne n'a eu l'idée de gérer avec prudence dès le départ. Aujourd'hui nous assistons à un règlement de préjudice auprès des Prud'homme de Rennes, suite à un spectacle donné dans la chapelle Saint Pierre de Mahalon le 14 juillet dernier. Je cite l'article de presse:

Au bout d'une quarantaine de minutes, la chorégraphe et son partenaire montent sur l'autel  et se mettent en tenue d'Eve et d'Adam. Parallèlement les portes de la chapelle ont été fermées à l'insu de la centaine de personnes présentes, parmi lesquelles se trouvent le vicaire général du diocèse et le prêtre chargé de l'art sacré en Finistère.......
Cap Accueil se défend depuis en disant qu'elle a été mise devant le fait accompli .....


S'en suit des histoires de préjudice qui à mon sens sont  "hors sujet" ici . Je dis bien "hors sujet" car il ne s'agit pas à mon sens de discuter  finance ou préjudice mais de parler du problème posé, du vrai problème posé tant sur la forme que sur le fond. Pour ce faire, il paraît nécessaire de procéder à quelques rappels.

lien:

Chapelles du Cap-Sizun. Editorial 8-2009

1- Quel est le statut des lieux de culte

  
Depuis la loi de 1905 les lieux de culte construits avant cette date sont propriété de l'état qui en a délégué la propriété aux communes. Ce sont donc des lieux publics mais ils n'ont pas été amputés de leur histoire ni de leur vocation par la loi. Ils restent donc avant tout des édifices religieux, avec leur caractéristiques propres, et la loi  a souhaité conserver ce statut en donnant une responsabilité au clergé qui en est affectataire. On peut en désacraliser dans certaines conditions, mais tant qu'une cérémonie religieuse y  sera célébrée annuellement, il ne peut en être question. Concrètement, les chapelles du Cap-Sizun sont avant tout des lieux de culte dans lesquels il ne peut y avoir aucune activité extra religieuse qui n'aurait pas reçu l'aval du clergé.

2-Historique de l'association Cap-Accueil

Cette association est née à Esquibien à l'issue des élections municipales de 1989. Une liste de gauche menée par un ancien élève de la"catho d'Angers"  (anti-clérical ??) a réalisé une "totale dans l'échec, ne réussissant pas à obtenir un seul siège de conseiller municipal. Frustré et désappointé, il a créé l'association Cap-Accueil pour montrer et démontrer son savoir faire. Il s'agissait tout simplement au départ de faire quelques promenades en groupe, de pratiquer un peu l'enseignement des langues dont le breton, et quelques autres activités d'ordre associatif sans plus. Mais l'idée directrice  inavouée était de se procurer une main d'oeuvre de bénévoles, donc gratuite, pour créer le festival des chapelles dont la première édition date de 1990. Quelques capistes de base dont j'étais crièrent "casse-cou" car on ne touche pas aux chapelles dans le Cap-Sizun. Ceci s'est vérifié très vite, particulièrement à Plogoff et plus particulièrement à notre Dame de Bon Voyage dans laquelles les portes restèrent fermées et ne consentirent à s'ouvrir que si chaque concert était précédé de l'interprétation du cantique breton: 
"Intronn Varia ar veac'h vad".

Pardons-7-06-052.jpg

Ce qui fut fait. Et le festival des chapelles se déroula sans problèmes majeurs, les associations de sauvegarde recevant une donation prélevée sur le prix des entrées, après chaque concert. Mais le créateur du festival eut envie de changer d'air et émigra sous d'autres cieux . Il avait réussi à
 "mettre le diable dans le bénitier"
et ne se sentait sans doute plus concerné par la suite des évènements. D'autres prirent le relais et nos chapelles furent bientôt cataloguées salles de concert avec parfois un certain succès d'ailleurs reconnaissons le. Le pli était pris. Nos chapelles serviraient donc de salles de spectacles et seuls quelques "imbéciles dans mon genre" y trouvaient à redire, rabâchant à qui voulait l'entendre cette histoire de diable  dans le bénitier. Je dois préciser immédiatement que celui qui écrit ces lignes est de formation totalement laïque, qu'il n'a jamais été instruit dans une quelconque école confessionnelle, et qu'il est profondément laïque sans être laïciste. Pour autant, il considère, au titre de la liberté de pensée, que ses convictions personnelles, y compris religieuses, ne regardent que lui. Ce qui signifie que les qualificatifs de "calotin" tout comme  "intégriste" ne sont pas de circonstance.
L'Art à la Pointe, composante de Cap-Accueil est né en 2001. Certes les artistes éprouvent parfois les besoins d'exprimer leur art à travers des images ou des écrits choquants. Ce qui n'est pas choquant dans une salle d'exposition ou de spectacle, peut le devenir ailleurs et plus particulièrement dans un lieu de culte . Si rien n'était fait pour mettre un terme à ces débordements on pourrait imaginer dans nos chapelles des soirées à thème comme il s'en pratique dans certains lieux privés. Il convient donc de réagir et je cite à nouveau la presse au sujet des intentions du clergé:

[ Depuis cette affaire, l'évêque de Quimper Jean Marie le Vert a instauré , par lettre du 25 novembre, des conditions draconniennes pour l'usage culturel des églises et chapelles, au point de compromettre l'activité de " l'Art à la Pointe". L'Evêque a même parlé de profanation].

***

PIC_0660.jpg

***** 
Personnellement j'ai envie d'aller au delà du mot profanation. Je considère qu'il s'agit d'une insulte faite aux Anciens du Cap-Sizun, une insulte faite à tous nos Tadou-Kozh et Mammou Gozh qui ont défilé en " boutou koad" avec leurs coiffes derrière leurs bannières en chantant leurs cantiques. C'est un manque de respect à nos racines dont personne ne peut dire qu'elles ne sont pas chrétiennes. Ne fut-il pas prévu de faire figurer ce terme dans la constitution européenne ?? On le rappelle ici ou là aujourd'hui avec l'affaire des minarets.

Laissez en paix nos chapelles. Laissez les à leur vocation, à leurs pardons dont on dit qu'ils représentent la foi et  aussi la tradition. Il y a  assez d'endroits pour aller s'exhiber ce qui est d'ailleurs interdit par la loi, mais foutez la paix à nos petits joyaux du Cap-Sizun qui ne demandent rien d'autre que le  respect dû à tous les édifices religieux de toutes les religions. L'Art à la Pointe dispose désormais d'une salle au dessus des halles d'Audierne pour exposer ses oeuvres et pourra bénéficier des salles polyvalentes pour ses activités estivales  pendant que les bénévoles de Saint Tugen ou de Plogoff continueront à s'investir pour faire connaître notre patrimoine, avec le respect minimum qui lui est dû. 

PIC_0648.jpg


lien à consulter:

http://www.ex-voto-marins.net

Ce site consacré aux ex-voto donnera une idée à ceux qui auraient tendance à sous-estimer le problème, de ce que sont nos racines profondes et le respect qu'elles méritent


******



Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article

commentaires

Amazone 30/12/2009 16:54


Bonjour Spartacus.
Bien sûr qu'il faudrait traiter le problème au fond. On aurait dû le faire depuis longtemps si nos élus ne passaient pas leur temps à se défiler devant ce type d'incident qui n'est pourtant pas
nouveau : dans un article en date du 18 juillet 2009, Madame Eliane Faucon-Dumont, apparemment très satisfaite de la polémique autour de l'expo de H.Musa, écrit : "Décidément, chaque année où presque une œuvre d'art fait débat dans cette manifestation ardemment soutenue par d'ambitieux
organisateurs". Et conclut : "Cette exposition d'une très grande force mérite le
détour".
Le problème est de définir si les chapelles sont ou non des endroits compatibles avec l'Art
contemporain, les œuvres musicales du répertoire classique (religieux ou non) ainsi que les œuvres tradionnelles populaires (cantiques ou autres) ne posant, quant à
elles généralement aucun problème. Bien au contraire. Je n'ai jamais vu que des gens enchantés à l'issue de ce genre de récital.
 
QUE SONT LES CHAPELLES ET LES EGLISES ? 
A l'évidence un lieu de culte ou tout au moins un lieu chargé d'atmosphère religieuse et sacrée même pour l'immense majorité des
non-croyants. La preuve : il y a à peine 8% de praticants en France et pourtant plus de 95% des gens baptisés (croyants ou
non) passent par une cérémonie religieuse lors de leur enterrement . 
De même, comme vous le rappelez fort judicieusement, l'argument religieux a été avancé par les associations "ASELE", "Culture et patrimoine" et "Amis de la chapelle", (associations dont beaucoup
d'adhérents et non des moindres, font partie de "Cap-Accueil" et soutiennent les initiatives "ambitieuses"  des "Art à la Pointe"), pour
justifier l'impossibilité de placer le futur Club Nautique à proximité.
Comment peut-on prétendre, après ça, que ce sont des lieux semblables à n'importe quel endroit ? Comment venir dire, même si c'est en privé, que "la désacralisation des chapelles est en
route et qu'on n'y échappera pas" ? 
Vous voulez une autre preuve, c'est facile! Allez dans la rue et posez la question à n'importe qui. Vous aurez la réponse, avec en prime, un regard surpris de la personne interrogée
qui en dit long sur l'incongruité de la question...
Et d'ailleurs,se poserait-on la question s'il s'agissait de temples bouddhistes, de synagogues, de mosquées ou autres ?
Le caractère particulier des lieux de culte dans la conscience collective (croyants et non-croyants) ne fait donc AUCUN
doute. 

POURQUOI L'ART CONTEMPORAIN EST-IL DIFFICILEMENT COMPATIBLE AVEC LES LIEUX DE CULTE ?
A mon avis, la musique contemporaine, par les instruments et les rythmes plus heurtés qui la caractérisent, n'a pas sa place dans un édifice religieux, empreint, qu'on le veuille ou non, d'une
certaine solennité et d'une acoustique particulière.

Et le reste ? Les expositions de peinture et les autres spectacles ?
Réfléchissons. Quel est le but d'un artiste contemporain ? Même si la volonté de choquer n'est pas systématique, la volonté de faire s'interroger pour comprendre le message que l'artiste a
voulu faire passer est TOUJOURS présente et je considère qu'un lieu chargé d'atmosphère religieuse n'est certainement pas  l'endroit le
plus approprié à la réflexion nécessaire pour comprendre la plupart de ces œuvres. Au contraire, en choquant la sensibilité du public, on  la parasite ce qui est une absurdité
totale. C'est ce qu'ont compris les grandes Galeries d'Art Contemporain qui exposent toutes dans un cadre totalement neutre. Les "audacieux organisateurs" des "Art à la Pointe" feraient
bien de s'en inspirer.
Prenons un exemple. Revenons sur le fameux tableau exposé à l'église St-Raymond qui a fait polémique. Pour faire court, l'artiste a voulu faire
passer le message que Ben Laden, ennemi public du monde occidental, était devenu une icône, grâce aux Américains qui l'ont créé de toutes pièces à un moment où il leur était utile pour servir leurs
intérêts. A l'instar du monstre de Frankenstein, celui-ci leur a ensuite échappé pour se retourner contre eux de la manière dramatique qu'on sait. Ce qui n'est pas faux... Dans une galerie
classique, c'est un message qu'on peut analyser. Dans une église, au delà du choc quand on connaît les sentiments de Ben Laden à l'égard du monde chrétien, le simple fait de voir sa tête ne
peut inspirer qu'un haut-le-cœur. Je suis d'accord avec vous Spartacus, j'aurais également fait fermer l'église.

La démonstration de l'incompatibilité de l'Art Contemporain avec les lieux de culte étant faite, alors pourquoi ???...

POURQUOI S'OBSTINE-T-ON A LE FAIRE ?
Bonne question. Il faudrait la poser à nos élus, Madame la Conseillère Générale en tête, mais elle n'est pas la seule...Sans doute pour tout un tas de raisons plus ou moins fumeuses. La première
d'entre elle est l'incapacité à prévoir les dérives qui peuvent s'ensuivre, donc, incapacité d'assumer ses responsabilités dans la mesure où comme vous le rappellez souvent, Spartacus, "gouverner,
c'est prévoir". Les autres, en vrac, sont : laxisme, snobisme intellectuel, peur d'être accusé(e) d'être réactionnaire par des associations et des individus auquels on est redevable pour des petits
coups de main électoraux, besoin forcené de montrer qu'on est moderne, dans le vent, qu'on comprend les jeunes, les banlieues, que sais-je encore....BREF, QU'ON COMPREND TOUT LE MONDE
SAUF SES ELECTEURS !!! Electeurs de base, Primates, qui n'en ont rien à faire des ces élucubrations et de ces délires d'intellos "Bo-Bo" dont la plupart ne sont  même  pas des
"indigènes" et qui veulent dans leur immense majorité, simplement qu'on respecte leurs lieux de culte, même s'ils ne pratiquent pas, TOUT
SIMPLEMENT PARCE QUE CE SONT LEURS RACINES. Et que tous ces "audacieux" qui parlent de culture devraient se souvenir que les
racines, c'est ce qu'il y a de plus important chez un peuple.Les électeurs, je l'espère, s'en souviendront prochainement.
Amazone.


spartacus 30/12/2009 21:17



Bonsoir Amazone. Comme vous j'ai lu  l'article de Madame Faucon-Dumont. Elle est journaliste au Télégramme et fait donc passer les articles de son choix. Essayez d'en faire autant en
adressant un article au Télégramme. Vous n'aurez même pas l'honneur d'une réponse. Heureusement il y a internet qui permet au citoyen lambda  de faire connaître son point de vue. Personne ne
sous estime internet en haut-lieu. Mieux vaut le savoir.
 Je pense comme vous que certaines  musiques se marient très bien avec les lieux de culte, à condition de nous épargner les chansons à boire  et celles "d'après avoir bu". Je
n'ai rien contre  les chansons de corps de garde mais pas dans un édifice religieux.Comme vous je pense aussi que l'on ne peut se référer au patrimoine religieux pour défendre
certains intérêts privés. Un projet raisonnable de club nautique aurait pu être réalisé dans l'anse de la chapelle, exactement dans l'angle nord-est, sous une terrasse servant de
belvédère, à proximité d'un mal nécessaire existant: le transformateur; 2 poids 2 mesures donc. Attendons le fin du projet pour juger des résultats.
  L'art contemporain a ses adeptes. Cela ne me gêne pas. Qu'il s'expose dans des lieux adaptés, publics, neutres et hors religion. Vous avez raison: la démonstration est faite; ces
expositions ne sont pas à leur place dans les chapelles.
 Quant à nos élus, plusieurs remarques:
 1- Madame la mairesse d'Audierne est membre de l'association Cap-Accueil. C'est son droit et sa légitimité lui permet d'attribuer un local au dessus des halles à "l'art contemporain"
composante de son association. Le club de couture, occupant du local a été prié " d'aller voir ailleurs". La couture est sans doute moins prestigieuse que l'art contemporain. Sauf que les
couturières ont aussi le droit de vote!!!!


 2- Un maire est élu pour toute sa commune et tous ses administrés sans tenir compte de l'opinion particulière de quelques  "mal pensants" qui ne sont pas du bon bord. Les
couturières ont le droit d'avoir leurs propres idées pas toujours très contemporaines peut-être. La démonstration est faite que Cap-Accueil  est une association engagée. Tant son
histoire que certains évènements récents en sont la preuve. Certes il y a sans doute une certaine ambigüité dans la loi de 1905 au sujet des attributions respectives. Il convient donc
d'anticiper comme dans certaines activités professionnelles où on apprend à regarder où on met les pieds pour tenter de deviner où sont les mines et pièges qui ne pardonnent pas sur
l'itinéraire. Mais ceci nous éloigne de nos élus qui ont tellement la trouille de perdre leur place qu'ils finiront bien par se "planter"  intégralement  ce qui sera
un juste verdict. J'attends avec beaucoup d'intérêt les prochains résultats des urnes pour savoir si j'ai vu juste ou au contraire c'est mois qui me suis  "planté", ce qui amuserait bien
ceux que mes propos dérangent, particulièrement à Audierne et à Esquibien. A suivre donc !!  
Bonne soirée. Spartacus 
 



Amazone 29/12/2009 17:04


Bonjour Spartacus.
Je vois qu'on est sur la même longueur d'onde. Effectivement, l'idée qu'on mette cette prétendue artiste dans un charter pour le Soudan ou le Yémen, pays de tolérance, afin qu'elle puisse
enfin librement se balader cul nu dans la rue ou dans les mosquées sans que personne ne la juge mal, me paraît intéressante.
C'est très facile et très courageux de faire la maline en France dans une chapelle dont on a verrouillé les portes. Pas de risque d'être lapidée (pour de vrai, pas au sens intellectuel du terme),
ni même d'être seulement jetée en prison pour outrage aux bonnes mœurs ou profanation.
En un sens, cet acte de provocation lamentable me réjouit presque et j'aurais  envie de dire "bien fait !! Vous l'avez bien cherché !!" si j'étais sûre qu'il serve à l'avenir de
leçon. Ca va peut-être remettre à leur place toute cette bande d'intellectuels prétentieux gravitant autour et dans ces associations, qui se prennent pour des managers et veulent jouer
à promouvoir l'art contemporain dont on nous abreuve jusqu'à l'écœurement, sans rien maîtriser et sans prendre les garanties contractuelles les plus élémentaires AVANT la
prestation.
Quant au silence de la Conseillère Générale et Maire d'Audierne, je suppose qu'une attitude contraire vous aurait plutôt étonné. Non ? Et pourtant, qu'on puisse présenter une telle prestation dans
une chapelle, suivie quelques jours plus tard d'une exposition dans l'église Saint-Raymond d'Audierne, exposition dans laquelle figurait un portrait de Ben Laden, sans que les "Autorités" ne
manifestent la moindre réprobation, (ne serait-ce que vis à vis de leurs électeurs qui, eux, votent à Audierne ce qui n'est pas le cas de ces
soit-disant artistes), montre à quel point de déliquescence on est arrivé.
Car dans ce dernier cas, de quoi s'agit-il ? Du même problème de fond qu'à Mahalon. Mettant en cause la même association: Cap Accueil par le biais des "Arts à la Pointe".
L'artiste, Hassan Musa, contestant la demande faite par le clergé de retirer le portrait de Ben Laden au nom de son "art" et de sa liberté d'expression... Je vous invite à aller voir sa
lettre de protestation outragée, intitulée "Le curé et le curator" sur : artexclu.blogspot.com. Je rappelle
que son œuvre représente Ben Laden avec un corps de femme nue, allongé à la manière des muses du 19ème siècle, sur fond de drapeau américain...Quel bon goût !!!
Je ne résiste pas à la tentation de vous livrer quelque passages gratinés. Je cite:
"Mais qu'est-ce que c'est que cette Bretagne qui dépense l'argent des contribuables sur l'entretien des monuments vides que
quelques fétichistes accaparent au nom de leur foi ?Qu'est-ce que cette Bretagne où le débat public est
confisqué au nom d'une frilosité politique qui cherche à plaire à tout le monde ?
Enfin, qu'est-ce que cette Bretagne où les autorité spubliques banalisent la censure pour satisfaire quelques individus auto-proclamés gardiens de la morale ?"Et donneur de leçons
en plus! Je poursuis:
"Non, je ne suis pas un artiste rebelle, je suis un artiste politique, car j'ai appris que l'art de l'exposition-qui est
indépendant de l'art de peindre- est un art politique où artistes, objets et idées sont manipulés à des fins politiques,../....La provocation n'est pas ma priorité mais si exprimer mon avis sur
l'état du monde peut provoquer, alors j'assume les conséquences d'une telle provocation. Les personnes croyantes qui prétendent que mes images choquent leur sensibilité religieuse doivent examiner
de près les propos véhiculés par mes images avant de m'accuser de provocation. Je trouve injuste et insupportable que mon travail d'artiste soit censuré par une autorité religieuse qui abuse du
privilège administratif, celui d'un gardien d'un lieu d'exposition. Car du moment où cette autorité religieuse a accepté de prêter un lieu de culte à une manifestation d'art contemporain, l'église
pour les exposants devient un lieu d'exposition comme un autre et l'avis du curator devrait primer sur l'avis du curé."
Et là, cher Monsieur, sur ce dernier point (c'est bien le seul), je ne vous donne pas entièrement tort car voilà où menent l'ambigüité, le laxisme et le mélange des genres. Et re-leçon finale:
"Nous avons vu comment les Bouddha de Bamian ont fini sous la garde des Talibans qui se croyaient  propriétaires des
vestiges culturels."
Signé: Hassan Musa.
Alors ça, quel culot! C'est le pompon. Comparer les curés actuels aux Talibans, il faut quand même le faire. Qui êtes vous pour ainsi donner des leçons de morale à la Bretagne ? Pour qui
vous prenez-vous ? S'il y avait eu débat public pour ou contre votre expo, comme vous semblez le regretter, il y a longtemps que vos œuvres auraient fini dans le port. Oserais-je me
permettre une question ? Vous êtes d'origine soudanaise. Pourquoi ne proposez-vous pas à la Grande Mosquée de Karthoum une œuvre représentant George Bush avec un corps de
femme nue, hilare, tel une Walkyrie chevauchant un cochon en brandissant un hot dog, tout ça sur fond de drapeau soudanais ? Essayez donc de le faire avant de venir nous donner
des leçons de morale. Votre culot n'a d'égal que la bêtise des politiques et autorités diverses qui se commettent dans de tels égarements en vous apportant leur caution; Madame la Conseillère
Générale et Maire d'Audierne en tête. Honte pour elle, honte pour ceux qui trônent avec elle et l'artiste sur la photo du Télégramme !!! Le président de la SPREV, lui-même prêtre, évoque quand même
dans l'article les 2 mots qui lui viennent: la joie et ...la contrainte...Qu'en termes écclésiastiques ceci est joliment dit!
Bref, ce n'est pas tant aux artistes que je jette la pierre (c'est une image bien sûr). Ceux-ci exploitent sans vergogne et sans la moindre compassion pour les
croyants (et non croyants) qui pourraient être choqués par leurs œuvres, les lieux saints qu'on leur laisse à disposition. Je jette la pierre en priorité à tous ces élus du peuple comme
vous, Madame la Conseillère Générale, qui utilisent le pouvoir que leur confère leur mandat pour autoriser et cautionner de telles insanités.Si on continue
sur cette voie, en tolérant tout et n'importe quoi, sous couvert de liberté artistique, à quand un concert de chants nazis à Auchwitz, à Oradour sur Glane, où encore devant
le Mémorial de la Croix-Rouge à Esquibien ?


spartacus 29/12/2009 20:56


Bonsoir Amazone et encore merci pour ce commentaire. A mon avis il faudrait traiter le problème au fond. Que sont les chapelles ?? Des lieux de culte et de recueillement ou des salles d'exposition
?? D'un côté on utilise la chapelle de Sainte Evette comme argument pour interdire toute construction susceptible de la priver de la vue sur mer puisqu'elle est vénérée par les marins qui doivent
donc pouvoir la regarder quand ils sont sur l'eau.  (argument fallacieux). Dans le même ordre d'idées, tout le monde sait que les marins regardent la chapelle de ND de Bon Voyage avant de
s'engager dans le Raz de Sein. Les ex-voto sont la preuve de l'importance et du rôle joué par ces chapelles. De l'autre côté, pas de problèmes à Mahalon par exemple, fief du très discret et
réservé Président de la communauté de communes puisqu'on a tous les droits. Le silence des responsables ne m'étonne pas mais cela ressemble un peu à "silence dans les rangs". Quel
courage!! Personnellement j'aurais fait fermer l'église Saint Raymond si j'avais exercé une responsabilité. Mais, je sais....."péché d'orgueil". "Qu'est ce qu'il se croit çui'là....".!!!
  Je suis ahuri par le courage de nos responsables. Mais je pense aussi que les urnes s'en souviendront .
  Oui, nous l'avons bien cherché et c'était prévisible. Il était inévitable que, un jour ou l'autre, il y aurait dérapage. La base de l'exercice de la responsablité repose sur la prévision,
l'anticipation. Sinon, gare à la casse. L'historique de l'association démontre que un prétendu cerveau brillant n'avait rien compris dans le tempérament des Capistes. D'autres brillants
personnages  exercent encore aujourd'hui, en sous-main. Qu'ils attendent les prochains verdicts des urnes pour "paufiner" leurs jugements. Les "Primates"n'ont pas dit leur dernier mot, sans
pour autant se prendre pour les gardiens de je ne sais quelle morale.
  Certains que je ne cite pas, ont reconnu en privé, que la désacralisation des chapelles était en route et que, un jour ou l'autre, on n'y échapperai pas. Je ne lis pas dans le marc de café
mais je pense que, d'ores et déjà, on peut remercier ceux qui ont fait les premiers pas dans cette voie. Leur silence est la preuve de la gêne qu'ils éprouvent devant leur responsabilité. On
va bientôt décompter les voix à la sortie des unes et cela risque d'être très très instructif. Bonne soirée. Spartacus 
Complément de réponse à Amazone en date du 30-12-09  J'ai été visiter le blog de l'artiste dont vous m'avez donné les coordonnées.
Voici mes remarques:
 1- L'église Saint Raymond se situe à Audierne qui se situe en France. Elle est donc soumise au régime de la loi française, celle de 1905.
 2- A ce titre, le clergé est affectataire, ce qui signifie qu'il dispose d'un droit de regard  et même de veto pour les activités ayant lieu dans cette église. J'approuve
totalement la décision du responsable religieux d'Audierne (qui est cité par son nom propre) exigeant le retrait d'une oeuvre "artistique" non conforme aux normes concernant un lieu de
culte
 3- Le propriétaire des lieux est "la commune d'Audierne"représentée à l'inauguration par son premier magistrat. Le droit de propriété est reconnu partout en France, ce qui permet au
propriétaire d'exiger le respect de certaines clauses du bail en cas de location ou prêt. Je confirme que personnellement j'aurais fait annuler l'exposition et je m'étonne du silence du ou de
la propriétaire.
  4- Tout artiste étranger qui vient exposer en France s'engage implicitement à respecter le droit français. Le Cap-Sizun est en France, et les capistes n'ont nul besoin de recevoir des
leçons de vocabulaire du type "curé" et "curator". Ce niveau intellectuel nous dépasse puisque nous ne sommes que des "Primates", selon l'expression d'un élu actuellement en fonction. Je crois
comprendre que le "curator" serait le gardien d'un établissement de patrimoine culturel. Certes les églises font partie du patrimoine culturel, tout comme d'autres monuments, témoignages ou
vestiges du passé. Mais il ya une certaine différence, et même une différence certaine entre une église qui fait aussi partie du patrimoine religieux, ce qui n'est pas le cas d'un "Menhir" et
encore moins d'un "lavoir" pourtant répertoriés eux aussi comme éléments constituant du patrimoine en général. Cette mise au point m'a paru nécessaire car il est indispensable de tirer
les enseignements des derniers évènements: profanation à Mahalon et non respect des clauses restrictives à Audierne. J'ai déjà dit que nos églises et chapelles affichaient leur vocation
et raison d'être, une fois par an, lors des pardons. Puisqu'il est admis que les pardons sont un mélande d'expression de foi et de tradition, il suffit de respecter les deux et il n'y aura
plus d'incidents.  Spartacus  
   


Amazone 29/12/2009 04:39


Bonjour Spartacus.
J'étais un peu débordée ces temps-ci d'où mon silence...Je viens donc de prendre connaissance de votre article et je suis effarée par ce que je viens de lire! Nul doute que Cap-Accueil soit
très gêné par cet incident fâcheux dont sa "filiale" "Arts à la Pointe" est responsable. Voilà ce qui arrive quand on mélange les genres, en particulier avec des artistes dits contemporains
dont on connaît à l'avance le goût inné de la provocation et la volonté affichée de certains (pas tous) de choquer. Dans quelque domaine que ce soit, (vie professionnelle/vie personnelle - lieux
sacrés ou chargés d'Histoire/artistes contemporains par définition tentés par les transgressions...), le mélange des genres aboutit inéluctablement à des situations problèmatiques et
conflictuelles. La preuve...
Avant d'aller plus loin et afin que les choses soient bien claires, je précise tout de suite pour ceux qui seraient tentés de me cataloguer rapidement, que
je ne suis pas une vieille catho facho pétainiste et réac, confite en bigoterie et suppôt d'un parti politique d'extrême-droite bien connu. NON. Bien au
contraire. JE SUIS AGNOSTIQUE (ET MEME, AGNOSTIQUE TENDANCE ATHEE), NON BAPTISEE, ET J'AI
FAIT TOUTE MA SCOLARITE A L'ECOLE LAÏQUE ET REPUBLICAINE. Ceci me laisse les mains totalement libres pour aborder le sujet en toute
indépendance de la religion. Pour autant, je vis dans un pays de culture chrétienne (les lieux de culte témoignent de notre histoire autant culturelle que religieuse) et je les respecte
profondément. Ceci vaut également pour les mosquées et les synagogues quand bien même ce ne sont pas mes racines. Il ne me viendrait même pas à l'idée d'y entrer sans respecter les usages de
décence et respect requis (cheveux couverts, chaussures ôtées ou autres).
En fait, ce lamentable épisode trouve son origine dans le MANQUE DE RESPECT grandissant de certains de nos concitoyens sous le couvert du
prétexte fourre-tout de la liberté d'expression, particulièrement dans les arts et la littérature. Manœuvrés par toute
une bande d'intellectuels de tout poil ( de Gauche comme de Droite), on foule aux pieds un certain nombre de principes respectés jusqu'ici à peu près correctement par chacun sans que personne n'en
soit traumatisé. Dois-je rappeler que la liberté de dire ou de faire devrait s'arrêter là ou on gêne les autres? Ces fameux "autres", anonymes et méprisés dont on se fout de l'avis en
stigmatisant leur inculture crasse, quand on ne les culpabilise pas de ne pas partager l'avis des "initiés" (ceux qui savent). Et c'est ainsi que nous avons eu tant d' "œuvres"
artistiques contemporaines incomprises de la population, contestées même, mais imposées de force au mépris de l'opinion de ceux qu'elles agressent, et ce bien qu'elles choquent
nombre de nos concitoyens (d'autant qu'elles se tiennent dans l'espace public : monuments historiques, rues passantes, édifices religieux anciens dont vous rappelez à juste raison le caractère
public). Tout ceci avec la complicité des "Monuments Historiques" et autres associations de Patrimoine qui crient comme des putois dès qu'on a le front de dire qu'on ne partage pas leur avis.
RESPECT ET TOLERANCE ???
Cap-Accueil ne fait pas exception à la règle. En parallèle du Festival des Chapelles, elle a voulu se singulariser dans l'originalité en se lançant par le biais des "Arts à la Pointe" dans une
forme de culture plus déjantée dans les chapelles du Cap Sizun. Ceci visiblement sans en maîtriser les codes et sans établir un cadre strict des prestations, compte-tenu du caractère précisement
"déjanté" et imprévisible de certains artistes dans des lieux chargés d'atmosphère religieuse. Cocktail potentiellement explosif. Et ce qui devait arriver arriva. Le cocktail lui éclata à la
figure. L'association est désormais interdite de chapelle pour un an...
J'aimerais savoir ce que l'initiateur de Cap-Accueil (créé afin d'utiliser le Festival des Chapelles pour servir de tremplin à sa progéniture, artiste de son état), ancien élève de la Catho
d'Angers, comme vous le rappelez justement, pense de cet "incident", lui qui était si respectueux de la chose religieuse au point de communier à genoux, marque suprême de respect tombée en
désuétude depuis 40 ans et cantonnée depuis aux paroisses traditionnalistes.
La volonté de provoquer et choquer, chère à nos artistes et pseudo-artistes n'est pas nouvelle. Certes. Cependant, il existe des endroits pour cela, appelés "salles d'expositions". Le public
est libre d'y aller et d'en sortir si cela ne lui plaît pas. Rien à voir avec ce qui s'est passé à Mahalon où une centaine de spectateurs se sont retrouvés piégés, enfermés à clef à leur
insu, dans la chapelle. Outre la débilité et l'inconséquence du geste sur le plan de la sécurité (qui en dit long sur la stupidité des "artistes" concernés et de leurs complices), le
caractère visiblement prémédité de l'acte démontre la volonté délibérée de choquer et d'agresser le public sans lui laisser la possibilité d'y échapper. La présence connue du Vicaire Général du
Diocèse et du prêtre  chargé de l'art sacré dans le Finistère a même certainement dû contribuer à émoustiller davantage les dits "artistes"...Pour moi, le
fait d'imposer de force, par la contrainte, la vision d'un spectacle qui choque et fait du mal au public, croyant ou non, s'apparente au processus d'un
viol.Alors, mon Dieu, si vous existez, entendez la prière d'une agnostique et de grâce, délivrez-nous de tous ces crétins prétentieux dont l'immense majorité des
Capistes n'a rien à faire et délivrez-en vos lieux de culte afin qu'ils ne soient pas pollués par ces gens qui ne respectent rien. Foutez-les à l'eau, noyez-les si vous voulez, transformez-les
en grenouilles ou en menhirs si ça vous amuse, mais dégagez-nous tout ça, qu'ils nous foutent la paix et aillent faire leurs trucs ailleurs. C'est vrai, Spartacus, les chapelles du Cap Sizun
méritent mieux que ça, ne serait-ce que pour la mémoire de nos Anciens.
Voilà Spartacus, c'était mon coup de gueule de fin d'année. En attendant les autres, bonnes fêtes de fin d'année à tous!
Amazone.   


spartacus 29/12/2009 09:39


Bonjour Amazone et merci pour ce commentaire. Coup de gueule dites-vous ?? D'accord, mais coup de gueule justifié. Vous êtes tout comme moi de formation exclusivement laïque ce qui donne à mon sens
encore plus de force à votre intervention, car la laïcité c'est le respect de tous. Je n'ai pas voulu suggérer à la prétendue artiste d'aller exercer son soi-disant art dans d'autres lieux de
culte, mais d'autres l'ont fait. Puisque c'est fait, je lui propose le Soudan ou le Yemen, en lieu et place du Cap-Sizun.
  Vous interpellez le créateur de Cap-Accueil en rappelant la prestation de son fils (rémunérée avant le spectacle si je me souviens bien). Pourtant il a été encensé dans la presse locale le
8-7-2009 pour les 20 ans de son association en présence de Madame la conseillère générale également maire d'Audierne (photo à l'appui du texte). La profanation a eu lieu le 14
juillet 2009, 7 jours après la parution du premier article. Tant le créateur de Cap-accueil que la conseillère générale ont tenu à rester discrets, sans se manifester, sans prendre
position. Quel courage!! Pourtant la conseillère générale avait encore les honneurs de la presse locale le 17-7-2009, à l'occasion du vernissage à l'église Saint Raymond d'Audierne où fut
présenté , entres autres, un portrait de Ben Laden que je ne présente pas.
  Je constate que ce sont des quasi anonymes comme vous et moi qui nous insurgeons contre des faits intolérables. Qui plus est, des vrais laïques de formation. Je vous sais agnostique et
votre révolte n'en a que plus de mérite et prouve que vous ne mélangez pas les genres.
  En d'autres temps, j'ai assisté au spectacle des "Folies Bergères" sans être choqué car il y a une place pour chaque chose, à condition que chaque chose soit à sa place. Que les
chapelles du Cap-Sizun restent à leur place, libres d'accès à tous ceux qui souhaitent y entrer, à une seule condition: le respect qui est dû à tous les lieux de culte, qu'ils soient temple,
mosquée ou synagogue.
  Bonne fin d'année et amitiés. Spartacus    


Vic 23/12/2009 05:16


Dans le Cap, comme dans beaucoup d'autres régions d'ailleurs, les associations de sauvegarde et de restauration des édifices religieux sont très dynamiques. Les résultats obtenus sont généralement
de grande qualité. Néanmoins, lorsque les travaux sur l'immobilier sont achevés, il reste à faire vivre tout au long de l'année ce patrimoine d'exeption. C'est là que les problèmes apparaissent
car, il faut des bénévoles dont la ressource vieillit et se raréfie, il faut des idées, il faut un programme, il faut de l'argent... A défaut, des personnes plus ou moins bien intentionnées
occupent les lieux tout en les détournant quelque peu de leur vocation d'origine. Peut-être faudrait-il fédérer toutes les associations impliquées dans ces restaurations pour mettre en place
un "dispositif" d'occupation des lieux sur l'ensemble de l'année. Certaines chapelles sont suffisamment grandes pour accueillir des messes doninicales, d'autres peuvent accueillir des conférences,
d'autres des concerts de musique adaptée au lieu (pas seulement en été), d'autres encore des expositions d'art pas forcément contemporain (il y a une multitude d'autres
sujets d'expositions qui respecteront la mémoire des lieux)... Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire; pourquoi ne pas tenter le coup ?    


spartacus 23/12/2009 09:42


Merci pour ce commentaire et les suggestions que je livre à l'appréciation des lecteurs. Il y aurait sûrement des choses à faire. Les circonstances actuelles seront peut-être une cause
déclenchante, au moins d'une prise de conscience. Pour ma part je considère qu'il vaut mieux des chapelles fermées, accessibles sur simple demande, plutôt que des chapelles livrées au
"n'importe quoi". Les lieux de culte de toutes les religions, sans exception doivent être respectés par tous. La tolérance n'est pas seulement un voeu pieux ni une bonne intention et encore moins
un terme de  discours. C'est une pratique permanente et sans exclusive dans tous les domaines, à fortiori à l'égard des religions. C'est l'intolérance qui génère la guerre. Spartacus


Erwan 21/12/2009 13:55


C'est un comportement indécent et révoltant. Un manque de respect inimaginable.
Pour te consoler, quelques images de la tempête du Cap Sizun sur mon blog :

http://objectif-cap-sizun-polynesie.over-blog.com/article-bretagne-tempete-sur-le-cap-sizun-40679716.html

Bonnes fêtes de fin d'année à toute ta famille
JY


le 21/12/2009 15:32


Bloavez mad Erwan, à toi et tes proches, surtout ceux que je connais. Je vais visiter ta tempête. Moi j'ai fait des vidéos mais elles ne passent pas sur blog à partir de DVD. J'ai des images
magnifiques de la plage de Saint Tugen. je n'ai pas besoin d'être consolé. Je déplore un comportement scandaleux car la laïcité c'est le respect de tous. Spartacus