Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 00:00

 

Audierne, Plogoff, Cap-Sizun-Editorial 1/2012

 

 

 

Références: Télégramme de Brest en dates du:

 

1- 20-12-2011: Annick Le Loc'h."Etre à l'écoute c'est important"

    2- 23-12-2011: Plogoff. Le syndicat mixte de la Pointe du Raz fait débat

3 - 26-12-2011:Solidarité.Le secours alimentaire a 10 ans

    4 - 27-12-2011: Ehpad.Le projet d'extension se précise

Restos du coeur. Au moins 5M€ supplémentaires nécessaires

    5- 29-12-2011. Industrie. 900 usines fermées en trois ans

    6-  30-12-2011: 2011. La Bretagne valeur refuge

Démographie. Un recul quasi général sur le territoire

7 communes tirent leur épingle du jeu

Recensement:3.175.064 Bretons 

 

    ******

L'année 2011 est derrière nous. De nombreux évènements, et non des moindres ont fait que cette année restera gravée dans les mémoires. On peut citer particulièrement les révolutions baptisées "Le Printemps arabe" et l'intervention française en Lybie, la mort de Ben Laden, la préparation des élections présidentielles en France avec son corollaire "DSK et le FMI", Fukushima et ses conséquences japonaises et mondiales, le projet de loi "génocide" et enfin la Grèce, l'Italie  et  l'Euro. On en oublie sûrement d'autant que tout cela se prolonge en 2012, particulièrement dans les domaines électoraux et financiers. 

Face à ces évènements d'ordre mondial, le Cap-Sizun est resté plutôt imperturbable, tranquillement installé dans sa coquille, et l'année 2011 aura surtout été marquée par les élections cantonales qui ont vu la défaite de la candidate socialiste, Madame Donval, maire d'Audierne, malgré son étiquette et ses références de candidate sortante, ce qui n'est ni très flatteur pour la postulante ni très bon pour son parti. Nous avons donc un nouveau conseiller général: l'actuel maire d'Esquibien Monsieur Guillon, par ailleurs candidat aux prochaines élections législatives .

 

Notre vocation étant de parler du Cap-Sizun, nous ferons abstraction de  la scène mondiale pour nous consacrer à l'étude des évènements locaux dont certains paraîtront désuets par rapport à ce qui précède. Pour ce faire, et comme d'habitude, nous avons donc  cité en référence quelques articles de presse traitant de nos petits problèmes, petits certes, mais qui font partie de notre vie quotidienne avec des conséquences directes et même indirectes. Ces conséquences influent évidemment sur notre comportement, notre point de vue sur l'actualité, et justifie aussi sans aucun doute  certains résultats particulièrement dans le domaine électoral. 

 

******

Commençons par la démographie. Les chiffres de 2011 viennent de tomber, confirmant la tendance des années précédentes. La situation est particulièrement sérieuse pour Audierne qui continue à se dépeupler puisque son dernier chiffre la situe en dessous de 2500 (2263- pour mémoire: dans une superficie de 294 hectares), ce qui a une incidence sur les finances (dotation globale de fonctionnement) et également sur les indemnités des élus.

 

Pourquoi cette situation peu favorable aux ambitions économiques ?? Nous avons déjà maintes fois expliqué que le Cap-Sizun subit tous les inconvénients de la Bretagne, tant du point de vue situation géographique (éloignement des grands centres, presqu'ile ), que du point de vue emploi (pas d'industrie, uniquement secteur tertiaire)  et même du climat. Donc, quand on nous dit que 900 usines ferment en France, cela ne se passe pas ici puisque nous n'avons pas d'usines, donc pas d'emplois. Nous venons tout de même d'assister à la fermeture, une de plus, du magasin   discount "ALDI" à Audierne. Conséquence: le personnel se retrouve  au chômage ou condamné à l'exil. 

 

Pour autant la qualité de vie est l'un des atouts majeurs du Cap-Sizun, à condition bien-sûr de disposer de revenus suffisants (généralement gagnés ailleurs) pour y résider en permanence. On dit même que la Bretagne serait une valeur refuge ( cf: référence 6).  Reste à savoir si cette qualité de vie et les paysages exceptionnels sont suffisamment pris en compte par nos responsables locaux pour assurer dans les meilleures conditions ce qui nous fait tout de même vivre: le tourisme.  Rien n'est moins sûr quand on voit ce que l'on voit, par exemple:

 

- les difficultés rencontrées par la commune de Plogoff  pour gérer son grand site naturel de la Pointe du Raz qui ne bénéficie pas de financement public.  On étudie même la mise en place d'un parking automatique pour diminuer la masse salariale !! (cf:Télégramme de Brest en date des 23 et 24-12-2011). N'oublions pas non plus les problèmes créés par la modification des transports sur la ligne Plogoff-Audierne. Le bout du monde mérite de plus en plus son nom !!

 

 Et pourtant, il faut aider la Pointe du Raz, un de nos atouts majeurs en Cap-Sizun

 

- Les images environnementales défiant le bon sens à Audierne, comme l'ex-école de pêche, l'ancienne clinique ou la casse de voitures totalement illégale et sur laquelle on ferme les yeux. Qu'attend-t'on pour monter des dossiers et les adresser aux instances compétentes, ou demander à être reçu au bon endroit pour exposer les problèmes . L'ancienne clinique pose problème depuis 40 ans, et ça continue. Jusqu'à quand ?? Evidemment, monter un dossier et confectionner une banderole pour un défilé syndical revendicatif sont 2 choses différentes. De même, l'exposé d'une situation à un certain niveau n'est pas non plus très  coutumier du milieu  syndical. Pourtant la télévision nous présente souvent des maires reçus dans un ministère  par des conseillers du ministre pour exposer un problème local. Nos maires capistes seraient-ils de grands timides ??

 

   

 

 

 

 

 

10-05-vl-maccab_e-moulin_primelin_041.jpg 

 

 

 

 environn_17-3-06_041.jpg

 

 

 

- La manière dont sont traités les problèmes de circulation automobile à Audierne. La dernière initiative, qui n'est pas la première erreur a consisté à mettre en place devant l'école Pierre Le Lec, des espèces d'obstacles ralentisseurs baptisés "coussins berlinois".

 

Une belle ineptie !! Un joli comité d'accueil !! Une belle image de marque !!

 

 La traversée d'Audierne se situe sur l'axe Quimper-Pointe du Raz et même Paris-Pointe du Raz (D784). (Elle dessert également l'embarcadère pour l'île de Sein et les grands viviers). Imaginez la tête du conducteur parisien qui vient de faire 600 kms au volant de son véhicule (au moins 6 heures de route),et qui ayant choisi de passer ses vacances en Cap-Sizun prend la route de la Pointe du Raz. Après avoir parcouru 6 kilomètres à 50 à l'heure sur la commune de Plouhinec, Il est accueilli à l'entrée d'Audierne par ces engins barbares dont la mise en service peut se justifier dans certains endroits secondaires comme à Douarnenez entre Toubalan et le centre ville, (ou à Mahalon, en prévision sur des routes secondaires), mais certainement pas sur un itinéraire touristique principal. Il y a d'autres moyens pour faire ralentir comme ceux utilisés à Esquibien sur la route  (déviation) allant de "la Croix Rouge " aux "Quatre Vents" sans oublier les radars pédagogiques de Plouhinec (et les passages protégés) qui font lever le pied dès la prise de conscience de l'infraction. Les véhicules ralentissent sans créer de dangerosité comme on le voit à Audierne, lorsque le conducteur évite le "coussin berlinois'" en faisant une embardée vers   sa  gauche. Qu'on le veuille ou non, la route Quimper-Pointe du Raz traverse Audierne. C'est une priorité qui doit être traitée comme telle. L'ancien plan de circulation remis en cause par l'actuelle municipalité était nettement plus fonctionnel puisque la place centrale (de la Liberté) était traitée comme un grand rond-point , sans véhicule circulant en face, et offrant aux arrivants des bonnes vues sur les places de stationnement disponibles. Ce plan était l'aboutissement de 25 années de réflexions, investissements et travaux. En prenant l'initiative de démolir ce qui existait, la municipalité socialiste a engagé sa responsabilité et  ne peut se référer à un héritage puisqu'elle a tout changé. Conclusion: la circulation et le stationnement à Audierne, sur l'axe Quimper-Pointe du Raz, et les inconvénients qui en découlent  sont désormais un "poulet" socialiste qui sera transmis aux successeurs pour essayer d'y remédier. Et dans l'immédiat, tout ce qui ne va pas dans la circulation est imputable aux erreurs  d'une municipalité de gauche (socialiste) qui n'a pas pris la peine de réfléchir avant d'agir. Les erreurs d'une municipalité engagée politiquement  rejaillissent évidemment  sur le parti qui a cautionné l'étiquette, ce qui explique aussi certains résultats (cantonales). Quant à la circulation dans la rue du 14 juillet à Audierne, l'augmentation du nombre de passages protégés ne coûterait pas cher mais ce n'est qu'un voeu pieux puisqu'on ne fait rien. Quant à la commission de circulation ouverte au public, on n'en entend pas parler. C'est donc que nos élus ont la science infuse qui les dispense de s'informer.

     

La responsabilité  de la mauvaise santé économique du Cap-Sizun qui se dégrade de plus en plus revient donc en grande partie à la commune socialiste d'Audierne qui a estimé devoir privilégier l'intérêt particulier (marché d'Audierne) au détriment de l'intérêt général (axe Quimper-Pointe du Raz). Gageons que désormais la clientèle va éviter l'agglomération audiernaise dans toute la mesure du possible. On verra bien ce qu'en penseront les acteurs économiques que sont les commerçants.

 

Sur un plan plus général, on peut comparer l'accès à la Bretagne, aux 3 heures de TGV  sur la ligne  Paris-Marseille qui mettent le midi à portée des parisiens pour un week-end. Nous c'est Quimper-Plogoff en 1 heure minimum,  par voie routière quand tout va bien (50 kilomètres). Simple constat.

 

Autre aspect des choses: la politique immobilière. On a construit des appartements dont certains ont trouvé preneur. Conséquence: les maisons individuelles ne se vendent plus, sauf celles qui sont  situées au premier plan du bord de mer. Les prix de l'immobilier sont surprenants et lorqu'il faut partager un héritage  entre les ayants-droit, la part de chacun est une portion congrue, à condition toutefois d'avoir trouvé un acheteur. Sinon, l'héritage devient une charge. Or, il y a de moins en moins de "retournés au pays" parce que les travailleurs exilés font leur vie ailleurs. Donc de plus en plus d'héritages dans un pays de vieux qui disparaissent inexorablement laissant leur maison pancartée "à vendre". 

 

Un autre évènement n'est pas passé inaperçu à Audierne: l'installation des restaurants du coeur. Cette installation s'est  faite suite à une "volonté politique", terme utilisé par Madame Donval maire d'Audierne (et publié dans la presse). Or, le Cap-Sizun disposait depuis 10 ans (cf: référence 2) de la banque alimentaire chapeautée par la communauté de communes et traitant tous les cas sociaux qui lui étaient adressés par les différents  centres communaux d'action sociale (CCAS). Quelle différence entre la banque alimentaire et les restaurants du coeur ?? Il faudrait le demander aux spécialistes car le public ne la fait sans doute pas. Or, il s'avère que les restaurants du coeur rencontrent des difficultés financières (cf: référence 3). Il lui faudrait 5 millions d'euros. Soit !!

 

Voici peut-être le moment venu pour nos élus locaux et en particulier pour ceux d'Audierne qui se sont engagés dans cette voie, de concrétiser leur "volonté politique", en participant financièrement au redressement de la situation. Imaginez que nos élus municipaux audiernais abandonnent ne serais-ce qu'un mois de leur indemnité de fonction au profit des restaurants du coeur !!

 

Quel impact, quel retentissement dans la presse locale et chez les administrés. On peut même imaginer que  la télévision ou tout au moins France Bleu Breiz Izel pourraient  s'emparer de l'évènement. L'image socialiste serait redorée localement car il faudrait bien admettre que après les paroles il y aurait les actes. Les élus locaux du Cap-Sizun montrant l'exemple !! D'ailleurs, puisqu'ils  sont tous retraités, salariés ou fonctionnaires,  cela ne leur poserai pas de problème de fin de mois.

 

Imaginez l'article dans la presse:

 

Audierne: Madame Donval et ses 5 adjoints abandonnent un mois d'indemnité de fonction élective au profit des restaurants du coeur.

     

Voilà qui aurait de la gueule !! Et les communes de la même sensibilité: Plogoff, Pont-Croix, Confort, Mahalon qui pourraient suivre et faire de même. Quel succès !! 

 

Au lieu d'entendre "voici ce qu'il faut faire" on entendrait "faites comme nous, on vous a montré l'exemple" !!

 

Rassurez vous, cela n'arrivera pas et pour plusieurs raisons, la première étant qu'ils ne lisent ce qui s'écrit à leur sujet ou  tout au moins en font semblant malgré la preuve écrite du contraire que vous pouvez consulter ici:

 

Lien: 

      

Municipales: lettre ouverte

 

Où est la conformité entre les paroles et les actes. Lisez dans le lien ci-dessus le commentaire N° 3  rédigé au nom de Madame Donval par un(e) de ses adjoints d'aujourd'hui, et les belles promesses ????? Sans compter qu'ils se disent "lecteurs attitrés" du blog konchennou !! Ah,Ah,Ah.....

 

Leur comportement signifiera donc  qu'ils ne sont pas désintéressés, bien que généreux et même dépensiers  avec l'argent public. Voilà encore une bonne raison de ne pas les réélire aux prochaines municipales au cours desquelles il faudra s'en remettre à des listes ouvertes, apolitiques, désireuses de  s'occuper de la commune, des administrés, et non de leur intérêt personnel et particulier.

Mais avant les municipales il y aura d'autres scrutins dont les présidentielles qui ne sont pas de notre niveau et les législatives qui nous concernent. C'est la raison pour laquelle, Madame la députée Annick Le Loch candidate au renouvellement de son mandat est venue tenir une permanence à Audierne (cf: référence 1). Selon elle:

 

" Être à l'écoute c'est important " 

 

  Elle n'a pas précisé qui devait être écouté, mais qu'elle travaillait en contact avec les élus. Pas un mot sur nos problèmes environnementaux qui sont une plaie dans nos paysages. Pourtant, elle fait état de nos  "atouts exceptionnels", c'est son vocabulaire. Evidemment ce ne sont pas les élus d'Audierne qui vont la diriger vers l'ancienne clinique, l'ex école de pêche ou la casse de voitures , totalement illégale,  ce que nous avons déjà signalé à maintes reprises dans la rue Autret. Elle a donc fait une visite politique (c'est sa première permanence à Audierne), à but intéressé car on commence à se rendre compte que le Cap-Sizun est incontournable dans une élection législative à la 7ème circonscription. Ceci explique ce que nous avons déjà dit et qui a été publié par le quotidien "Le Monde", à savoir que la circonscription pourrait changer de couleur en 2012. Que les Capistes prennent leurs responsabilités . S'ils considèrent que le mandat qui s'achève, exercé par une députée socialiste sortante ne leur a rien apporté, il faut changer de représentant et essayer autre chose en confiant nos intérêts à quelqu'un d'autre. Risquons un pronostic: 

     

Le quotidien "Le Monde" n'a peut-être pas tort !! 

 

On le saura bientôt. Comment expliquer autrement les résultats des dernières élections cantonales. Gageons que désormais on ne mènera plus les Capistes "en bateau" car à ce sujet ils sont plutôt spécialisés et expérimentés  avec la fréquentation du Raz de Sein et autres lieux bien connus de nos navigateurs (Seigneurs de la mer).

 

On ferait beaucoup mieux de nous parler de l'aire de carénage qui fait totalement défaut au port de plaisance d'Audierne (240 bateaux) et de la pollution qui en découle, du tas de sable de Poulgoazec, des problèmes de circulation entre Plogoff et Audierne, du syndicat mixte de la Pointe du Raz qui a besoin d'aide, des algues vertes, de l'emploi des jeunes et tant d'autres sujets.

 

Nous n'avons pas parlé de l'école de musique qui vient de se voir refuser une subvention par Cleden, du centre nautique d'Esquibien qui poursuit sa route avec une nouvelle équipe malgré les procès en cours, de l'extension de l'EPHD de Cleden et très certainement encore beaucoup d'autres sujets.

 

L'année 2012 nous permettra très certainement  de les aborder, tout en espérant que les problèmes posés par l'Euro se règleront hors cataclysme pour que nos "Mammou-Gozh" puissent continuer à faire confiance, en toute sérénité, à leur petit livret de caisse d'épargne qui leur permet d'offrir à leurs petits-enfants, une fois par an, les étrennes de la tradition en leur souhaitant une bonne année 2012

 

  *********

 

Yec'hed Mad

 animal010.gif

 

******* 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article

commentaires