Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 00:00

Audierne, Esquibien, Plogoff, Cap-Sizun. Editorial 12/2011 

 

     

 

 

 

Références  

 

Télégramme de Brest en date du :  

 

 1)- 17-10-2011: Primaire socialiste . Hollande l'emporte nettement

   

Jacqueline Donval, maire PS d'Audierne, remarquait que les gens sont venus voter car il y a un vrai ras-le-bol de la politique de Nicolas Sarkozy)

 

 2) - 5-11-2011: Point de vue de Hubert Coudurier: Du G20 au principe de réalité

 

Concours. Les communes le disent avec des fleurs

 

Axe Audierne-Pointe du Raz. La zone commerciale se renforce

 

3) - 10-11-2011: Indemnité parlementaire. Le "pourquoi pas" d'A. Le Loch  

 

 

********

 

 

Noël 2011. La trève de Noël !! Oui mais !!! Chaque jour qui passe apporte un élément nouveau dans cette période de crise dont personne ne peut dire encore comment tout cela se terminera. Le plus indifférent des citoyens est bien obligé de s'intéresser au quotidien, ne serais-ce que pour apprendre à quoi correspond le sigle AAA délivré par certaines agences de notation en matière de finances. L'euro fait toujours parler de lui et les prochaines élections approchent tout en s'accommodant de l'actualité, en Grèce comme en Italie, en Espagne  et ailleurs. Dans ce contexte, difficile de faire le moindre pronostic. Aussi, nous nous contenterons de regarder ce qui est déjà acquis puisque situé  derrière nous et d'en tirer quelques enseignements. 

 

 

 

 

Audierne 

 

 

 Trois sujets retiennent l'attention:

 

    -a)-  La suite des primaires socialistes

-b)-  le concours de fleurissement

-c)-  L'axe Audierne Pointe du Raz

 

****

 

Donc, à la suite des primaires au sein du parti socialiste, le Télégramme de Brest a publié ce qui suit:

 

Jacqueline Donval, maire PS d'Audierne, remarquait que "les gens sont venus voter car il y a un vrai ras-le-bol de la politique de Nicolas Sarkozy....".

 

En exprimant cette opinion, Madame Donval ne prend pas la peine de préciser qu'il s'agit en fait du Président de la République. Or, et jusqu'à preuve du contraire, si le Président de la République se trouve  en tête de la pyramide représentant le pouvoir républicain et démocratique, les maires font partie de cette même pyramide mais tout en bas. A ce titre, ils sont parfois appelés à faire visiter leurs mairies par des enfants auxquels ils présentent justement cet organigramme du pouvoir de la République pour inciter au civisme et au respect des institutions. La

 

 "courtoisie élémentaire"

 

devrait donc inciter tous ceux qui détiennent une parcelle même infime de ce pouvoir, à respecter les règles déontologiques de la démocratie qui attribuent un titre à ceux qui ont été désignés par le suffrage universel. En conséquence, parler du Président de la République sans  lui donner son titre exprime à mon sens une familiarité excessive de la part d'un élu local par ailleurs très coutumier du port de l'écharpe tricolore, pour la photo dans la presse locale . Ceci est vrai pour le Président d'aujourd'hui et sera encore vrai  demain quel que soit le Président désigné par le suffrage universel. Dans le cas contraire, on peut se demander à quoi sert la photo du Président affichée dans les mairies. Par ailleurs, n'oublions pas que  le Président est aussi chef des armées qui ont pour mission de servir la République sous le drapeau français auquel elles rendent les honneurs au son de la Marseillaise, et ce, quelle que soit la couleur politique du gouvernement. De même, quelles que soient les idées personnelles des élus, locaux ou autres, les résultats des élections doivent être respectés et plus encore par ceux et celles qui ont comme devoir de montrer l'exemple.

 

Evidemment, derrière les banderoles revendicatives des manifestations syndicales on entend parfois brailler certains slogans. Mais les défilés syndicaux ne  représentent que  les syndicats et non le suffrage universel. Soulignons aussi que si dans l'esprit de certains maires

 

" les gens sont venus voter car il y a un vrai ras-le bol..." ,

 

 il se pourrait aussi que dans certaines communes les électeurs en aient également "ras-le-bol" de leurs élus locaux qui font tout le contraire de ce qui était prévu, de ce qu'ils se sont engagés à faire et plus particulièrement dans les domaine de la "démocratie participative" et de l'environnement.  Rappelons en passant que l'exposition de la photo de Ben Laden à l'église Saint Raymond d'Audierne n'est pas passée aux oubliettes. Attendons la suite !!!

 

Liens 

 

Municipales: lettre ouverte  

 

Municipales: Pièces à conviction

 

Changeons de sujet. Quelle déception à Audierne à propos du fleurissement. La ville s'est classée seulement 3ème dans la catégorie des agglomérations de 1001 à 3500 habitants. Battue par Poullan-sur-Mer et Coray. Pas de contestation cette fois comme ce fut le cas en 2010. Et pourtant, le jardinage est la principale activité municipale audiernaise  au détriment de l'entretien des quartiers. Or, les électeurs sont dans les quartiers et non dans les plates-bandes et les jardinières. Affaire à suivre et  thème de réflexion !! 

 

L'axe Audierne - Pointe du Raz . Dans son édition en date du 5-11-2011, le Télégramme de Brest écrit ce qui suit :

 

"Deux nouvelles enseignes  viennent de s'installer ....à la place de l'ancien magasin Netto...Une situation stratégique entre le supermarché Leclerc et un autre pôle d'attraction, le magasin LIDL. Il est cependant dommage qu'il n'existe pas de liaison entre le parking de LIDL et celui des nouvelles enseignes. Néanmoins des transformations sont à prévoir dans ce secteur....projet d'éco-quartier porté par la commune d'Esquibien....." 

 

Ceci est un constat, pratiquement un constat de carence. En effet, c'est toute la zone de Kérivoas qui aurait dû faire l'objet d'un plan global d'aménagement lorsque la dernière exploitation  agricole a cessé son activité. (Comme à Esquibien pour la zone de Kerguerrien). Or, rien n'a été prévu dans notre toute petite commune de 294 hectares. Pas plus l'agrandissement de la gendarmerie, que l'aménagement de la zone qui aurait sans doute mérité un droit de  préemption. Actuellement les logements des familles de gendarmes sont desservis par le très étroit accès LIDL, simple passage réservé autrefois pour accéder à des  terres agricoles . Quant à la liaison entre l'ex-Netto et LIDL, ce sera pour la prochaine fois.  Voilà où nous a mené l'imprévoyance d'une municipalité de "décorés" plus soucieuse de faire de la politique que de gérer la commune. Un simple  exemple: la vente du bâtiment des instituteurs de l'école Pierre Le Lec qui aurait pu  servir à réinstaller la  bibliothèque puisqu'il héberge aujourd'hui 2 commerces rien qu'au sous-sol (niveau de la rue).  

Et maintenant on fait comment à Kerivoas, alors que nos "décorés" d'hier sont aujourd'hui retirés des affaires ?? On ne peut que constater et déplorer  !! Comme quoi, les petites communes devraient être dirigées par des municipalités apolitiques privilégiant l'intérêt général  par rapport aux perspectives de carrières de quelque élus ambitieux et intéressés. Une fois de plus, on peut répéter que

 

"Diriger c'est Prévoir"

 

ce qui ne semble pas toujours être la ligne directrice de la gestion de nos communes. Et pourtant, nos élus locaux ne sont pas des bénévoles. On compte environ 36000 communes en France, donc 36000 municipalités et 36000 maires percevant des indemnités de fonction. Voilà qui nous amène à parler des économies à réaliser en temps de crise.

 

Liens:

 

  Ma Bro Ar C'hap Hirio (2ème partie)

 

Ma Bro Ar C'Hap Hirio suite 10

 

Ma Bro Ar C'Hap Warc'hoazh

 

Les liens ci-dessus permettent d'accéder à l'étude générale du Cap-Sizun dans laquelle certaines perspectives d'avenir étaient évoquées. (dont le livre blanc datant des années 1970).  Mais on ne parlait pas encore de la crise. Aujourd'hui, comme la Grèce, comme l'Italie, comme l'Espagne, la France n'échappera sans doute  pas à l'obligation de réaliser des  économies. Les éditorialistes et commentateurs spécialisés sont d'ailleurs catégoriques sur le sujet. Au plan local, une réforme administrative est envisagée (suppression des conseillers généraux, élections de conseillers territoriaux) mais son avenir dépend peut-être des résultats des  prochaines élections nationales. Une réforme semble pourtant indispensable même si certains s'évertuent à tenter de démontrer que les économies réalisées seraient insignifiantes. C'est ainsi que les Parlementaires viennent de refuser une baisse de 10% de leurs indemnités. Notons tout de même que la  députée de la 7ème circonscription du Finistère, la nôtre, était plutôt pour comme on peut le lire dans l'article cité en référence 3 et intitulé:

 

Indemnité parlementaire. Le "Pourquoi pas" d'A. Le Loch. 

 

 Sans vouloir être pessimiste et encore moins exprimer des souhaits, il est vraisemblable que notre organisation administrative n'échappera pas à quelques aménagements. C'est sans doute le but de la réforme territoriale envisagée. D'ailleurs la région Alsace a pris les devants en fusionnant région et département. (Télégramme du 15-11-11) et l'économiste Elie Cohen, directeur de recherche au CNRS  considère qu'il faut une réforme des collectivités territoriales (Télégramme du 23-11-2011). Voilà qui nous éloigne un peu de:

 

"les gens sont venus voter car il y a un vrai ras le bol de ......"

     

L'élection au suffrage universel de la communauté de communes semble déjà prévu. Ce n'est qu'un premier pas. De plus, et compte tenu du laxisme et de l'inaction de certaines municipalités, il conviendrait peut-être  aussi de réviser certaines indemnités qui ne peuvent être que la contrepartie de résultats positifs. 

Sans résultats.....indemnités en conséquence, comme dans toute entreprise bien gérée !!!!!

 

    PHTO0001-copie-2.jpg 

 

Accepter

 

l'intolérable dans l'illégalité

 

est inadmissible. L'image ci-dessus représente un paysage d'Audierne, commune socialiste dirigée par une ancienne conseillère générale. La nuisance est certes pour les administrés mais les responsables qui ne font rien sont aussi des nuisibles pour leur parti car ils ont en commun l'étiquette politique. Certaines municipalités sont même sans doute une épine dans le pied de leur parti qui ne peut qu'être éclaboussé par les mauvais résultats et les mauvaises images. C'est au parti de s'en apercevoir. Pour ce qui nous concerne au plus près, disons qu'il n'est pas étonnant que la 7ème circonscription soit considérée comme susceptible de basculer aux prochaines législatives.

 

Lien:

 

Audierne, Plogoff, Esquibien et Cap-Sizun.Editorial 11/2011  

 

Rappelons-nous ce qui s'est passé à Esquibien  en 1989. Une mauvaise  liste socialiste qui n'a placé aucun élu aux élections municipales a éliminé le socialisme à Esquibien. En effet depuis cette date soit depuis 22 ans, on n'entend plus parler des socialistes dans cette commune. La récidive dans d'autres communes n'est pas exclue. Cherchez l'erreur !! 

 

******

 

11 novembre

 

lien:

    11 novembre     

 

 Le lien ci-dessus renvoie vers un communiqué de l'association Saint-Cyrienne.

     

Le journal du dimanche (JDD) publie dans son édition en date du 15-11-2011, les résultats d'un sondage selon lequel 64% des français seraient favorables au projet de loi annoncé par Monsieur le Président de la République, de faire du 11 novembre la date de commémoration de la Grande guerre et de tous les morts pour la France.

Le projet a été étudié par 47 associations patriotiques  du comité d'entente élargi qui représente sensiblement près d'un millon et demi d'adhérents. L'association de la Saint-Cyrienne a régulièrement diffusé des informations concernant ce projet qui a été annoncé par Monsieur le Président de la République le 11 novembre dernier. On ne peut qu'applaudir pour soutenir ce projet. Il semblerait tout de même qu'une association d'anciens combattants d'Algérie (FNACA) soit contre puisqu'elle s'en tient à la date du 19 mars 1962 qui correspond aux accords d'Evian sensés mettre fin à la guerre. Cette association est d'ailleurs présente et active en Cap-Sizun. L'association "Union bretonne des combattants" également très active en Cap-Sizun  ne semble pas avoir participé à la réflexion.

 

Ayant servi en Algérie de 1961 à 1963, tant dans les Aurès qu'à Alger et en Algérois, je pourrais  

    

témoigner de ce que j'ai vu.

 

Exemples:

 

 - En avril 1962 dans les Aurès, soit postérieurement au 19 mars, un véhicule de mon unité a sauté sur une mine au cours d'une opération de ravitaillement d'un poste isolé dans la région Arris- Gorges de Thighanimine (Célèbres depuis la Toussaint rouge de 1954). Bilan: 2 soldats  appelés du contingent blessés et un véhicule détérioré.

 

- En juillet 1962 à Alger et dans l'Algérois. Les provocations étaient quotidiennes. Elles étaient destinées à faire déclencher l'ouverture du feu par les soldats du contingent de l'armée française. Cas concret : Un officier supérieur de l'armée française a été menacé et braqué  en ma présence par 2 combattants FLN en uniforme,  munis de pistolets mitrailleurs Mat 49 approvisionnés et armés donc prêts à tirer. Il faut savoir qu'un PM tire par rafales et que chaque chargeur peut contenir 32 cartouches. Imaginez  ce qu'aurait pu être la suite qui heureusement n'a pas eu lieu car  la riposte aurait été inévitable, impitoyable et meurtrière. Il a fallu jouer au négociateur et appeler au calme.

 

- Les sentinelles assurant la sécurité des points sensibles d'Alger  tenus par l'armée française et destinés  à devenir propriété de l'ambassade de France  à laquelle ils ont d'ailleurs été restitués  (villa Sézini, villa Pouillon, centre Lung  etc..) étaient régulièrement caillassées par des détachements de manifestants au premier rang desquels on trouvait les enfants, juste derrière les femmes "youyoutant" et enfin au troisième rang les glorieux combattants armés de l'après 19 mars. Les soldats du contingent étaient exaspérés d'être agressés sans pouvoir réagir. Il a fallu trouver des moyens de défense sans utilisation des armes (chiens de guerre muselés appartenant à un peloton cynophyle, lance-pierres etc...). Les agresseurs ont été prévenus par "mégaphone"  que les chiens seraients sans muselière en cas de récidive. Cela n'a pas été nécessaire.

Soulignons tout de même les qualités de discipline, sang-froid et  maîtrise de  soi dont ont fait preuve les soldats du contingent constituant les unités engagées à Alger en  ces circonstances. Grâce à ces qualités le pire a toujours été évité malgré les insultes, les moqueries et autres gestes que la décence et la morale réprouvent.

 

Et tant d'autres provocations pour nous amener à ouvrir le feu, ce qui explique la présence des enfants au premier rang pour mieux nous accuser en cas de.....

        

 - Il y a aussi ce que je n'ai pas vu mais qui est notoire comme le massacre des harkis du commando "Georges"  en sud-oranais. Ils ont été ébouillantés dans des lessiveuses.

 

Alors: 19 mars 1962 ?? Non, non merci !! 11 novembre pour tous les morts pour la France quel que soit l'endroit sans oublier l'Afghanistan. Oui, Oui sans ambigüité !!

 

Le simple bon sens permet de dire que lorsque les Anciens d'Algérie auront disparu, la célébration du  19 mars disparaîtra avec eux puisqu'elle représente un cessez le feu qui n'a pas été respecté, non pas dans un pays étranger mais dans des départements français, jusqu'à leur indépendance. Il n'y a pas lieu d'en dire davantage sur ce sujet, sauf peut-être rappeler que le statut d'un territoire est du domaine du pouvoir politique et non du ressort des  militaires qui  sont subordonnés à ce pouvoir. On ne refait pas l'histoire mais il vaut mieux la connaître avant de juger. Lors de la célébration du dernier 11 novembre à Douarnenez, le maire a repris une phrase du Maréchal Foch que je cite:

 

"Parce  qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir".

 

    Ce propos paraît tout à fait de circonstance 

    

Lien:

 

Special N° 3: 11 novembre 2008  

 

 

Conclusion 

         

Référence:

Télégramme de Brest . Point de vue de Monsieur Hubert Coudurier en date du 5 -11-2011;

Du G20 au principe de réalité.

 

Le présent éditorial a quelque peu débordé des frontières du Cap-Sizun. Que l'on se rassure, nous y sommes toujours. Il est tout de même prématuré de parler de certains évènements futurs comme les élections municipales même si déjà on susurre quelques noms comme à Audierne . Restons donc dans l'actualité.

Dans son éditorial cité en référence Monsieur Coudurier essaie de faire le bilan du G20  qui vient de s'achever à Cannes. Il envisage

 la naissance d'une gouvernance économique dans la zone euro. Il ajoute que désormais, il ne suffira pas d'invoquer les mânes de François Mitterrand ou la nostalgie d'une souveraineté gaullienne pour régler les problèmes que pose un contexte international ayant profondément évolué. Difficile désormais de se déconnecter d'une géopolitique....

 

Ce propos semble tout à fait approprié, même pour nous Capistes, citoyens du bout du monde. Même ceux qui ne s'intéressent pas à l'actualité doivent savoir que nous bénéficierons comme tout le monde des avantages de la situation nouvelle créée par la crise mais que nous en subirons aussi les inconvénients qui risquent de se manifester par des restrictions dans les budgets municipaux. D'où l'intérêt des gestions rigoureuses, des projets bien évalués non seulement dans leur prix de revient mais aussi dans leurs coûts de fonctionnement. Comme la Grèce qui vient de confier son sort à une équipe apolitique, nous aurons peut-être intérêt à confier nos municipalités à des gestionnaires plus soucieux de l'intérêt général que de leurs perspectives de carrière, ce qui impliquera quelques changements dans la situation actuelle et quelques mises sur la touche définitives dans le paysage politique local. Les "mairedaillons", vocabulaire emprunté au regretté  René Pichavant , auteur de l'ouvrage intitulé " Les pierres de la liberté" écrit à propos des évènements de Plogoff devraient ainsi céder la place pour s'adonner s'ils le souhaitent à des activités qui seront  sans doute plus  de leur compétence, le jardinage par exemple.     

 

********

audierne_2-_3-8_017.jpg

 

 

 

********

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article

commentaires