Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 00:00

Audierne.Esquibien.Cap-Sizun.Editorial 3/2013

 

 

 

 

 

Références:

Télégramme de Brest en date du :

 

-10-11-2011: Titre: Axe Audierne-Pointe du Raz. La zone commerciale se renforce

- 8-2-2013: Titre: Audierne. Les projets d'urbanisme se concrétisent

- Maisons de retraite: un loyer 2 fois plus cher que le revenu

12-2-2013: Titre: Audierne.Vente aux enchères publiques  le 20-3-2013

13-2-2013: Titre: Audierne. Restos du coeur. Déménagement dans les ex-locaux de Kan ar Mor

- Esquibien: Visites de villages.La commune à la loupe

 

********

 

L'hiver sera bientôt derrière nous, les fêtes de Pâques approchent, et avec elles la prochaine échéance électorale: les élections municipales qui auront lieu en mars 2014, soit dans un an. Autant dire que ce qui, à ce jour, n'a pas été fait par les municipalités en exercice a peu de chance de se réaliser dans ce laps de temps très court qui nous sépare de la prochaine échéance.  Déjà on peut donc envisager de dresser un bilan certes partiel, de ce qui a été réalisé et surtout de ce qui reste à faire car, n'ayant parfois même pas été abordé par les différentes équipes exerçant le pouvoir. La chose est particulièrement flagrante à Audierne, où nos responsables actuels ont fait une

 

totale impasse sur les dossiers environnementaux,

 

domaine dans lequel tout reste donc à faire. Il se pourrait que cette carence n'échappe pas aux électeurs, mais n'anticipons pas et gardons nous bien de pavoiser et de

 

"vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué". 

 

Notons tout de même que l'environnement n'est pas un sujet unique, même s'il est essentiel, et que la vie économique locale mérite également une attention particulière. C'est donc par elle qu'il faut commencer car elle est le facteur indispensable pour la bonne santé d'une région et des emplois qui en découlent.

 

******

 

Nous avions assisté avec beaucoup d'intérêt à l'installation de 2 commerces dans la zone de Kérivoas à Audierne en fin d'année 2011 (Télégramme 10-11-2011). Il s'agissait d'un magasin de vêtements, tranfuge de la zone de Ty-Frapp à Plouhinec (3ème avenue), et un magasin d'électroménager-télévision (Proxi)   exploité par un audiernais. Le magasin de vêtements n'aura duré que quelques semaines et le magasin d'électroménager vient de fermer ses portes. Ajoutons à cela un artisan plombier dont l'entreprise somnole, la fermeture d'une entreprise de décoration à Plouhinec (Ty Frapp) et nous aurons une idée de la bonne santé économique de notre Cap-Sizun.

 (Nos voisins immédiats sont également concernés : Douarnenez: liquidation coopérative maritime)

Plusieurs facteurs sont responsables de cette situation: habitudes prises d'aller faire des achats à Quimper, concurrence du commerce par correspondance et des nouvelles techniques de vente, par exemple sur internet, sans oublier le pouvoir d'achat. Exemple:

 

  une place en maison de retraite revient en moyenne à 1857 € alors que la moyenne des pensions de retraite des femmes est de 900 € mensuels. (Télégramme du 8-2-2013).

Comment financer  la différence et qui doit être mis à contribution ??

Tout le monde connaît la réponse. 

 

Il est certes difficile de changer les habitudes d'une clientèle. Mais les loyers payés par les locataires de locaux commerciaux dans le cadre des baux précaires sont démesurés et interdisent pratiquement à toute jeune entreprise de perdurer. Elle est pratiquement condamnée à fermer ses portes au bout de 23 mois, à l'échéance du bail (ou avant). En conséquence, ne nous gargarisons pas trop de la création d'emplois puisque les emplois ainsi  créés sont quasiment tous à durée déterminée et finissent à pôle emploi. Le cas du Cap-Sizun  n'est pas un cas  unique, mais la situation est particulièrement dramatique dans notre bout du monde. Certains locaux commerciaux du centre ville d'Audierne sont même à vendre aux enchères publiques: (Télégramme du 12-2-2013). Il s'agit d'un immeuble à usage commercial et habitation (2 quai Anatole France) et deux immeubles juxtaposés (1 et 3 quai Camille Pelletan). Le  commerce du centre ville souffre, d'autant qu'il est dépendant de la circulation et du stationnement. Or la municipalité en exercice à Audierne a pris la responsabilité de modifier ce qui existait dans ce domaine. Elle est donc responsable de la situation nouvelle ainsi créée. Laissons aux commerçants le soin de dire ce qu'ils en pensent mais l'avis des clients et des visiteurs attitrés est notoire: c'était mieux avant.

Le commerce périphérique ne souffre pas du manque de stationnement. La zone de Kérivoas (Leclerc, LIDL) n'a donc pas ce genre de problèmes; mais le stationnement ne résoud pas tout puisque 2 commerces viennent de fermer comme nous l'avons dit précédemment. 

 

****** 

Il convient de signaler aussi que les "Restos du coeur" vont s'installer provisoirement dans les ex-locaux de Kan ar Mor. Ce déménagement est justifié par le début des travaux à l'ancien bâtiment des affaires maritimes qui doit devenir la salle multifonctions d'Audierne. Rappelons que le fonctionnement des "Restos du coeur" à Audierne relève de la responsabilité audiernaise puisque la municipalité actuelle a fait savoir par une déclaration du maire qu'il s'agissait d'une 

 

"volonté politique" .

 

Cette volonté politique sera soumise à l'appréciation des électeurs aux prochaines élections municipales . Ce sont donc  les électeurs qui auront le dernier mot. La banque  alimentaire étant subventionnée  par la communauté de communes (loyers des locaux de stockage et de distribution rue du 14 juillet), on ne voit pas pourquoi les "Restos" seraient définitivement à la charge des audiernais, surtout dans un contexte de

volonté politique.

Les audiernais qui ne partagent pas   l'opinion municipale n'ont pas à participer  pour faire fonctionner une structure qui selon eux, n'est pas à sa place. Réponse dans un an !!

 

Pour autant, les projets immobiliers se  concrétisent (cf : Télégramme de Brest du 8-2-2013). La résidence du port qui a remplacé l'ancienne usine  Bonis est désormais occupée. Elle comprend 23 appartements dont un cabinet médical. Dans le parc du château de Lécluse (Keristum) les travaux sont en cours pour réaliser 112 maisons individuelles et 2 petits immeubles collectifs. Par contre, on n'entend plus parler du projet de rond-point du Stum (à l'entrée des établissements de matériaux  Moan) . Deux coussins berlinois servaient provisoirement de ralentisseurs à cet endroit . Il n'en reste plus qu'un, sur la file des véhicules sortant d'Audierne en direction de Pont-Croix. L'autre a été victime des fêtes foraines à l'occasion du pardon d'Audierne en août 2012 (bilan: perte d'argent: un coussin berlinois coûte 3000 €. cf: Télégramme du 15-2-2013). 

La logique voudrait que l'on fasse ralentir les véhicules entrant à Audierne. C'est l'inverse qui est réalisé actuellement: on fait ralentir les véhicules qui quittent la localité. On se demande bien pourquoi !!! Comprenne qui pourra !!   Les administrés ne comprennent pas, mais ce n'est pas grave puisque  les élus locaux sont sans doute  satisfaits car ils ne réagissent pas.

 

 La "suffisance", l'autosatisfaction et une photo dans le journal sont "suffisantes" aux yeux de nos "agrégés de l'urne" pour considérer que la mission est accomplie 

 

Nous avons déjà parlé du projet de construction de 50 maisons individuelles à Kervréac'h. N'y revenons pas .

 

 Lien:

 

Audierne.Esquibien.Cap-Sizun.Spontus que c'est s'pas.2/2013       

 

 

    Passons à Esquibien. Les visites de villages entreprises par la municipalité ont permis d'inspecter la commune à la loupe. Au cours de la dernière visite (Télégramme de Brest en date du 13-2-2013), les élus se sont "étonnés" en  constatant la présence de caravanes et mobil-homes  stationnant à l'année. Ne soyons pas naïfs . On ne découvre pas cette situation au cours d'une visite de quartier. Elle est notoire et on ne fait rien pour y remédier. Regardons à Audierne:

 

 

  divers-17-8-03_031.jpg

 

environn_17-3-06_041.jpg 

les caravanes sont là depuis de longues années et personne n'intervient pour y mettre un terme. Elles étaient déjà là, lorsque l'actuel maire d'Esquibien était élu audiernais, exerçant la fonction d'adjoint chargé de l'environnement dans la municipalité Coatmeur, de 1995 à 2001. Alors !!

Un peu de discrétion et de respect  à l'égard des "indigènes" que sont les capistes de base et SVP réservez vos étonnements pour en mettre plein la vue aux touristes. Merci d'avance 

 

Liens

 

 

ESQUIBIEN: ECHOS de la mer et de la terre 

 

     Grenelle de l'environnement en Cap-Sizun

 

Quant au litige opposant la famille Keravec à la municipalité, rien ne filtre pour l'instant. Un arrangement à l'amiable avait été envisagé mais ne semble pas aboutir . Ces problèmes non traités ne seront pas sans incidence sur les prochains verdicts  qui, comme on peut le voir, ne manqueront pas de charme.

 

Et puisque nous parlons d'environnement, rappelons les grands dossiers d'Audierne qui n'ont pas "bougé d'un millimètre" en 5 années, durée de l'exercice du pouvoir par la municipalité actuelle:

 

ancienne clinique, ancienne école de pêche, ancienne glacière, casse de voitures (texte réglementaire du Sénat à consulter) et tant d'autres ruines ignorées donc traitées par le mépris

 

 (sans oublier la vitesse des véhicules rue du 14 juillet, les sacs verts et les déchets de même couleur etc....etc...etc...). 

 

 Cela ne devrait pas laisser les électeurs indifférents car tout le monde sait que l'on ne fera pas demain ce qu'on n'a pas eu envie de faire hier ni aujourd'hui. Le choix sera donc simple:

 

ou on continue à planter des fleurs sans s'occuper du reste , ou on désigne une équipe qui sera chargée de prendre les problèmes à "bras le corps" pour tirer un trait sur l'immobilisme et rattraper les retards.

 

Liens:

 

Audierne 29770: commune socialiste. Image(s) de marque

 

Audierne: casse de voitures     

 

 

 

Et pour en terminer, un mot au sujet de l'article précédent:

 

Lien:

 

Audierne.Cap-Sizun.C'était un air du folklore...capiste        

 

Dans son édition en date du 18-2-2013, le Télégramme de Brest nous apprend qu'un nouveau bureau vient d'être élu pour diriger l'association qui change de nom et devient

Cap solidarité Ouest Cornouaille.

Le manque de transparence évoqué par un membre  démissionnaire n'aurait été en fait qu'un manque d'entente entre les membres du bureau. Comme quoi, le titre de notre article était parfaitement justifié: C'était un air du folklore..... capiste.

 

******

 

La vérité sortira des urnes dans une année. Dans cette attente nos commères Soaz et Jeanne- Yvonne, sans doute rejointes par leurs copines 'tante Philo" , Tante Doxie,   et Tante Zoé, auront le temps d'échanger leurs propos non moins folkloriques autour du lavoir mal entretenu quoique faisant partie de notre patrimoine et notre héritage.

 

Spontus que c'est s'pas !!! 

 

 mai_06-lamb_-plou-aud_050.jpg

 

 

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage 

 

(Jean de la Fontaine: Le lion et le rat) 

 

 

10-05-vl-maccab_e-moulin_primelin_041.jpg 

 

 

 

 

******

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

     

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article

commentaires

Annie KERAVEC 26/02/2013 22:14


Bonjour Monsieur.


Vous nous faites l'honneur d'évoquer notre affaire dans votre éditorial de ce mois et je vous en remercie.


Vous constatez que rien ne filtre dans ce dossier et je ne peux, à regret, que confirmer votre propos car effectivement, à ce jour, rien ne semble bouger.


Après avoir laissé entendre un possible arrangement amiable (approuvé à l'unanimité par les conseillers présents au Conseil Municipal du 8 novembre 2012), arrangement que nous appelons de tous
nos vœux, le Maire d'Esquibien semble avoir décidé de ne pas poursuivre dans cette voie puisque nous restons depuis sans nouvelles...


Nous rappelons que deux procédures sont en cours : une au Pénal, l'autre au Tribunal Administratif.


Nous avons été contraints à ces procédures par la faute et l'obstination incompréhensible et irraisonnée du Maire à poursuivre dans une voie totalement sans issue pour la commune puisqu'une
partie de l'estacade est construite sur une parcelle privée nous appartenant et qu'une partie du centre nautique est ancrée directement dans le mur de notre propriété.


Je rappelle les deux conditions sine qua non clairement explicitées lors du Conseil du 8 novembre 2012, tant en ce qui
concerne la suite donnée aux deux procédures engagées qu'en ce qui concerne notre consentement à la vente de la parcelle AC204 (sur laquelle est construite une partie de l'estacade), seul
moyen de sortir la commune de l'impasse dans laquelle est aujourd'hui : 



L'élimination des ancrages litigieux et la remise en état du mur de la propriété.


Le dédommagement intégral de la totalité des frais engagés liés à ces procédures.



Faute d'une décision rapide du Maire en ce sens, les deux procédures seront poursuivies jusqu'à leur terme, entraînant ainsi des frais plus importants pour la commune.


Bien à vous.


Annie KERAVEC