Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 00:00

Audierne. Cap-Sizun.Editorial 10/2012

 

 

   

 

Références: 

 

Télégramme de Brest en date du:

 

1- 30-8-2012. Point de vue par Hubert Coudurier. Avoir une vision et accepter l'impopularité

2- 31-8-2012: Titre: Cumul."Pas le problème n° 1 des Français

Criminalité. L'overdose à Marseille

3- 3-9-2012: Titre: Profs. Salaires à géométrie variable

Pont-Croix. Déchets verts: Le ramassage aura lieu demain

4- 5-9-2012.Titre: Les Bretons affectionnent le livret A 

5- 8-9-12; Titres :Cornouaille. Commerce.26 liquidations et dix redressements

6-10-9-2012: Titre. Etat. Trop de sous-préfectures

 Titre: Hollande. 20 Mds d'impôts en plus

7:11--9-2012 : Titre: Sécurité. Jean-Jacques Urvois en éclaireur 

8-11-9-2012: Audierne. Inventaire des zones humides

 

*******

 

Les vacances sont bel et bien finies. C'est la rentrée et la réalité est confirmée par l'actualité. Quel que soit le vocabulaire utilisé par les responsables, il faut bien admettre que nous allons être confrontés à cette réalité ce qui se traduira par une "mise de la main au portefeuille" pour la plupart des contribuables. En effet, ceux qui ont suivi l'intervention du Président de la République sur TF1 le 9-9-2012, ont appris en direct que nous allions être confrontés à une augmentation des impôts de 20 milliards d'euros. Nous n'allons pas entrer dans le détail de ces augmentations qui sont affaire de spécialistes. A notre modeste niveau, nous pouvons dire tout simplement qu'il va falloir faire des économies ce qui nous permet d'évoquer la mémoire d'un ancien ministre des finances et Premier Ministre socialiste, Monsieur Pierre Beregovoy, qui disait avoir appris l'économie auprès de  sa mère. On peut penser que ceux (nombreux en Cap-Sizun) qui ne sont pas nés dans un lit doré,  peuvent aussi se reconnaître dans cette référence parce qu'ils ont appris auprès de leur "Mam-Gozh" que dans la pratique il n'y a pas de petites économies car ce sont elles qui contribuent au respect du principe qui veut que l'on fasse ce que l'on peut avec ce que l'on a. Ceci nous permet donc de dire que si des économies sont à réaliser "en haut" au niveau des dépenses de l'état, il y a peut-être aussi des économies à réaliser en bas. Balayons donc devant notre porte en étudiant quelques cas concrets de notre vie locale au niveau des communes et du département. 

 

 Commencons  par le commencement, en nous référant au cumul des mandats qui,

 

 "s'il n'est pas le problème n° 1 des français "

 

selon un sénateur socialiste (Monsieur Rebsamen, sénateur maire de Dijon, cf: référence 2), mérite cependant  toute notre attention. Ce sénateur ne donne pas le montant des indemnités qu'il perçoit mais on peut les calculer en consultant  sur internet le code général des collectivités territoriales (articles L 2123-20 ) 2123-30, et 5211-12, 5211- 4 et suivants) pour déterminer l'indemnité" de maire qui s'ajoute à celle de sénateur. Disons seulement que, en principe, le bénéficiaire n'est pas confronté à des problèmes de fin de mois. Passons puisque ce qui nous intéresse c'est le Cap-Sizun et  l'actualité. L'étude de certains sujets comme le vote des étrangers ou le mariage homosexuel est donc remise à plus tard. 

 

Commençons donc par l'indemnité perçue par notre représentant au département  (conseiller général) , fonction détenue actuellement par Monsieur Didier Guillon maire d'Esquibien, qui a remplacé Madame Donval, laquelle a exercé le mandat durant 6 ans. Sans entrer dans le détail des petits avantages de la fonction (courrier affranchi  aux frais du département, voyages d'études, frais de déplacements,  etc..) disons que le conseiller général du Finistère (population 894.000 habitants) perçoit entre 2 et 3000 euros mensuels qui se cumulent avec l'indemnité de maire : 1634 euros à Audierne comme  à Esquibien. Ajoutons que le maire d'Audierne est également vice -président de la communauté de communes ce qui lui rapporte 784 euros supplémentaires par mois. Donc actuellement le maire d'Esquibien perçoit environ 4600 euros mensuellement et la maire d'Audierne environ 2500 euros mensuels puisqu'elle n'est plus conseillère générale (elle a perçu en 6 ans plus de 200000 euros  pour ce mandat). N'oublions pas que Madame la maire d'Audierne est retraitée et  perçoit donc également une retraite. Quant à ses adjoints, ils sont tous salariés ou retraités donc bénéficient  tous d'un supplément pour fonction élective. Ajoutons encore  quelques petites présidences de syndicats de ceci ou ça qui sont également rémunérées (électrification etc..) . Rien de bénévole donc !!

 

Il apparait évidemment que le cumul (des mandats et des indemnités) est une absurdité à laquelle il conviendrait de mettre un terme. Ajoutons pour comparaison que le salaire d'un professeur agrégé en fin de carrière (cf: référence 3)  est de 3722 euros, soit moins que ce que percevait hier  le maire d'Audierne et aujourd'hui  celui d'Esquibien en  cumulant avec la fonction de conseiller général. La question qui se pose est de savoir  si un petit maire également conseiller général mérite un meilleur salaire que le professeur agrégé ou d'autres fonctionnaires de la catégorie A, voire hors catégorie (Préfets). Manifestement non !!! Nous n'irons pas jusqu'à comparer les références universitaires (diplômes) des uns et des autres, l'avantage étant sans doute au profit des agrégés et des hauts fonctionnaires formés à l'ENA par exemple. Alors, puisque le Président de la République a  donné l'exemple en réduisant de 30% son indemnité de fonction, il faudrait peut-être  suivre et poursuivre en cascade en réduisant certaines indemnités et surtout interdire le cumul. Si un maire ne veut plus être conseiller général parce qu'il n' a pas la mentalité  d'un bénévole, personne ne l'oblige à se maintenir et il peut laisser la place. Il peut aussi démissionner de sa fonction de maire pour rester conseiller général ce qui n'est pas incompatible avec la fonction de conseiller municipal. 

 

Conclusion: il faudrait choisir entre le mandat de maire et celui de conseiller général et en tout cas, ne pas cumuler les indemnités. Autrement dit: exercer plusieurs mandats, soit,  mais avec une seule indemnité, éventuellement la plus avantageuse  

 

Pourquoi ne pas se rappeler à cette occasion que à Audierne, au temps de la municipalité Cabillic, un des adjoints au maire était "non rémunéré". Et pourtant il assumait intégralement  ses responsabilités locales. Gageons que le renouvellement de cette situation ne trouverait sans doute pas beaucoup d'échos ni de volontaires dans la "gauche intéressée" dite "gauche caviar" comme celle d'Audierne qui ne montre certainement  pas l'exemple en consommant et en émargeant  à tous les rateliers. 

 

On prône la rigueur , donc commençons par la mettre en pratique au plus bas niveau, par exemple à Audierne où on préfère clamer la "volonté politique" avec l'argent du contribuable, ce  qui ne coûte rien aux deniers personnels des élus discoureurs. 

     

Prôner  la rigueur soit, oui mais pour les autres  s'pas !!! Pourtant, on envisage la suppression de certaines sous-préfectures pour faire des économies (cf: référence 6), ce qui pourrait compliquer la vie de certains administrés . Mais il n'y aura peut-être pas le choix car les économies ne se feront pas uniquement au niveau des ministères. Par ailleurs, si on comparait le montant de certaines  indemnités perçues à Audierne, avec les résultats, on serait sans doute un peu surpris.

 

En effet, la municipalité actuelle entame le dernier tiers de son mandat et la question qui se pose est très simple:

 

Comment ont évolué  les  gros dossiers du type ancienne clinique, ancienne école de pêche, casse de voitures, ruines, depuis 2008 à Audierne ??

 

 Réponse: ils n'ont pas bougé d'un millimètre. Pourtant les indemnités de fonction ont été régulièrement versées  aux bénéficiaires, donc pour rien puisqu'il n'y a pas de résultats. CQFD !!!  

 

   pic_0020.jpg 

  C'est une bien triste réalité mais c'est la réalité. Comme l'écrit Monsieur Coudurier

 

 (cf : référence 1):

 

Avoir une vision et accepter l'impopularité.

 

Cette réalité impopulaire qui consiste par ailleurs à imposer l'achat de sacs réglementaires pour déchets verts au prix de 4 euros l'unité, à raison de 5 par bénéficiaire à Audierne. Calculez: 20 euros de dépense imposée sans distinction aux audiernais. Sait-on combien perçoivent  mensuellement certaines veuves ?? Comment peut-on vivre avec par exemple 500, 600 ou 700 euros par mois ou même moins (retraite des veuves de marins de la marine marchande) ?? 20 euros ça compte non ?? Evidemment ce chiffre est ridicule comparé aux indemnités de fonction des élus locaux qui n'ont pas besoin de compter à la fin du mois.Raison insuffisante pour étre déconnecté de la réalité quand on est responsable !! N'oublions pas non plus que à Esquibien les impôts n'augmentent pas alors qu'une augmentation était prévue à Audierne .

 

Pourquoi des sacs verts réglementaires obligatoires à Audierne et pas à Pont-Croix ni à Esquibien. Situation de décalage complet à Audierne par rapport  à  la réalité du quotidien, d'où l'impopularité. Il faut le savoir et le dire car 2014 approche à grands pas. Alors que nous avons potentiellement une qualité de vie en Cap-Sizun, sans doute bien loin de celle de Marseille pays des Kalachnikov:

 

(cf: référence 2- Criminalité.Overdose à Marseille) :

 

"15.000 armes de guerre du type Kalachnikov circuleraient dans les banlieues françaises".

 

Il faudra peut-être un jour aller les chercher en payant le prix (morts ,blessés). Ici peu ou pas d'insécurité mais rien n'est fait pour mettre un terme à certaines activités illégales (casse de voitures ). Alors !! Des indemnités pour quoi ?? Dépenses inutiles et à fonds perdus !! D'autant que la vie municipale ne peut rien pour stabiliser  la vie économique

 

 (cf: référence 5: un magasin de sport en liquidation judiciaire, un débit restaurant en redressement à Audierne).

 

Le fait qu'il y ait trop d'argent en jeu dans la politique même locale est préjudiciable à l'économie en général, à la fiscalité et à l'esprit d'initiative. Surtout lorsque cet argent ne sert qu'à entretenir des figurants, au sens propre du terme comme au sens figuré puisque nos élus locaux audiernais ont  été utilisés comme figurants dans le très récent film "Cornouaille" en partie tourné à Audierne. Il vaudrait  peut-être mieux être moins figurant dans la vie courante et plus acteur  et actif dans la politique pour faire avancer les dossiers.

Répétons que nous avons la chance de vivre dans une région où les problèmes de sécurité ne font pas  la une de l'actualité. Mais cela ne signifie pas que nous sommes à l'abri de tout. C'est d'ailleurs un député finistérien  (Jean Jacques Urvois) qui est chargé de la sécurité au parti socialiste . Il s'intéresse particulièrement à Marseille (encore Marseille) où on vient de nommer un Préfet de police (cf: référence 7) . Ceci nous permet d'apprendre par la presse que:

 

"La direction du renseignement et la police judiciaire (PJ) ne se parlaient pas, qu'ils ne recoupaient pas leurs informations..."

 

Voilà qui nous rappelle certaines situations et évènements vieux de plus d'un demi-siècle vécus dans certaines grandes villes sud-méditerranéennes.

 

La centralisation du renseignement est indispensable, ce qui a permis en d'autres temps de régler des problèmes grâce à la bonne entente entre, par exemple, les forces armées et la gendarmerie qui quadrillait le terrain en dehors des villes. Les interventions étaient souvent mixtes. Le chacun pour soi n'est pas de mise  en matière de renseignement. On peut demander et souhaiter l'intervention de l'armée à Marseille, mais ce n'est ni son rôle, ni sa mission, ni sa place. L'armée et la police des frontières, celle des moeurs ou les brigades financières n'ont pas beaucoup de rapports entre elles car leurs missions sont totalement différentes. Toutefois les militaires ne sont  pas profanes en matière de renseignement. Ils ont appris au cours de certains évènements que le moindre indice (exemple: traces de feu  ou de passage dans la nature, excréments) peut permettre l'identification d'une filière, la neutralisation rapide d'une cache d'armes ou autres, la destruction d'un groupe armé dans la foulée, autrement dit faire  aboutir une affaire et assainir la situation en éliminant la "voyoucratie"  et son virus. Les cas concrets  ne manqueraient pas pour justifier ce propos. Tout  ceci  implique centralisation et coordination avant l'exploitation. Il semblerait que cette vision des choses  soit retenue et activée à Marseille. En fait, il s'agit tout simplement de la prise en compte de l'expérience et des enseignements du passé qui sont des  références d'efficacité 

 

Souhaitons bonne chance aux Marseillais et  souhaitons aussi  que notre Cap-Sizun puisse continuer à rester ce qu'il est à savoir un pays aux paysages superbes dans lequel il fait bon vivre.

 

Mais ceci implique quelques changements au niveau de l'organisation  des responsabilités locales. Ce sera la mission et le rôle  des électeurs, dans 18 mois, en 2014. En effet, il leur reviendra de choisir entre la poursuite de la

 

 "politique fromage" 

 

     dite également

 

 cumulus politicus

 

et la

 

politique de l'intérêt général et des économies

 

qui conditionne l'avenir du Cap-Sizun,

 

 

 notre avenir. 

 

 

*******

     

 

*******

 

 

 

 

     

     

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans politique
commenter cet article

commentaires