Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 07:00

Audierne.Aire de carénage.Trop cher pour les plaisanciers

 

Références:

 

Télégramme de Brest en date du

 

 12-10-2012 :Trop cher pour les plaisanciers 

 

13 -10-2012;   Réaction d'un  marin-pêcheur

 

*****

 

 

audierne_2-_3-8_011-1.jpg

 

 

 

 *****

 

Historique

 

Qui a créé un port de plaisance à Audierne qui donne lieu aujourd'hui à plusieurs slogans , à savoir:

 

Audierne station balnéaire !!!

Audierne un port dans la ville etc.....

    

 L'appellation station balnéaire est injustifiée et fausse car Audierne n'a pas droit à ce label  qui est donc usurpé. 

 

Il nous faut repartir en arrière pour revivre les élections municipales de 1983 qui, faisant suite aux évènements de Plogoff, voyaient la prise de pouvoir à la mairie d'Audierne par une municipalité de gauche essentiellement socialiste. Dans ce contexte, la municipalité à  majorité de gauche était amenée à   établir un "projet-programme" comprenant la construction d'une maison de retraite et d'un port de plaisance. Sentant le danger, une opposition de droite dirigée par un partisan de la centrale, s'opposait à tous les projets, tentant de les faire capoter. Contre le projet de maison de retraite, il soutenait qu'il fallait que les Anciens restent en ville, donc qu'il fallait aménager l'ancien hospice (aujourd'hui musée maritime) et le relier par un tunnel à un bâtiment ( ex-commerce) situé en face (Gai Sabot). Excusez du peu !!!

 

Quant au port de plaisance, il était  à ses yeux sans objet puisque le seul projet valable était de réaliser sur la rivière Goyen une sorte d'usine marée-motrice comparable à celle de la Rance, avec à l'intérieur  un plan d'eau et une stucture accueillant les  bateaux de plaisance. Excusez du peu une fois de plus.

 

Complètement loufoque, grotesque et même irresponsable !!  Que de grosses têtes à droite !!!

Que de chevilles enflées aussi !!!

 

Ignorant les grosses têtes, l'équipe au pouvoir dépose et affiche en 1989 un permis de construire pour une maison de retraite. Entre temps, prenant un risque énorme compte tenu de l'envasement du port, elle décide de réaliser à titre expérimental un tout petit port de plaisance d'environ 50 places. Ils ont osé et pris des risques bien mesurés. Bravo !! C'est même très  bien.

L'opération étant réalisée avec succès, décision est prise de doubler la capacité du port. Tollé de la droite  dont le leader refuse de voter les crédits au motif que les nouvelles places coûtaient plus cher que les précédentes et qu'il aurait donc fallu etc.... Opposition systématique,stupide  et.... "créatrice" sans aucun doute. Ou destructrice ?? Plutôt obstruction d'ailleurs.

Le port de plaisance compte alors une centaine de places plus un panier de crabes .

   

Nous voici en 1995. Changement de municipalité. La droite l'emporte et son leader (ex pro centrale de Plogoff) fait doubler le nombre d'emplacements existants sans s'occuper du prix de revient et sans se préoccuper le moins du monde des installations techniques nécessaires pour faire fonctionner ce type de structure: poste à carburant, aire de carénage etc.....

 

L'essentiel à ses yeux était sans doute de pouvoir organiser une cérémonie d'inauguration avec photos dans la presse locale, bananes pendantes comme on dit dans certaines professions. Mais il n'était pas encore "banané"  puisqu'il n'avait même pas la médaille du combattant que la plupart des appelés du contingent ont obtenu entre 1954 et 1962 au sud de la Méditerranée.  Après  15 à 20 années de services dans les armées  c'est  assez  peu.

 

Seule solution: l'utilisation du cirage pour se faire remarquer. Ce qui fut fait !!  

 

En soi, le port de plaisance importait peu , l'essentiel étant de réaliser un aquarium indispensable dans une station touristique ( balnéaire n'était pas encore utilisé). A cet effet , l'utilisation des relations personnelles d'un adjoint chargé de l'environnement, devenu plus tard maire d'Esquibien, était bien précieuse. On connaît la suite, les liquidation judiciaires successives et le reste.  

 

 

Donc on se trouve à Audierne avec 240 bateaux de plaisance qui disposent en tout et pour tout d'une ancienne cale du vieux port audiernais pour entretenir et peindre leurs bateaux (anti fouling ou anti "brushing selon !!!). Quant au stationnement des véhicules si on veut passer la journée en mer, entre le manque de places, le nouveau plan de circulation en application actuellement, la zone bleue l'été, la réalisation qu'un aquarium qui a consommé  de la surface  dans une petite  commune de 294 hectares, la présence d'une entreprise de travaux maritimes près de la poste (Stratimer) qui utilise légitimement les parkings.....  et j'en passe , pour dire qu'il vaut mieux  se faire conduire par son épouse qui repart en voiture et reviendra pour le retour après la partie de pêche. L'ancienne cale a été aménagée par les socialistes de la première génération qui ont fait installer l'eau et l'électricité pour les "karchers". En dehors de cela, chacun se débrouille et déverse directement dans le port les eaux usées et autres résidus de nettoyage, y compris ceux contenant des éléments toxiques. D'où le projet

 

 absolument justifié

 

de faire une aire de carénage

 

Comme on peut le voir, la préparation et l'organisation d'une partie de pêche devient presque une opération de combat dans laquelle mieux vaut ne rien oublier. Nous touchons donc là le manque de cohérence pour ne pas dire l'imbécilité des petites municipalités politisées et  qui, une fois élues , ont pour souci principal de défaire ce qui a été réalisé par leurs prédécesseurs (exemple récent: plan de circulation d'Audierne) pour le remplacer par une autre formule pas toujours fonctionnelle  et dont le prix de revient indiffère puisque :

   

"c'est pas moi M'sieur, c'est l'autre avant moi qui avait  pas bien fait na !! "

 

Moyennant quoi,

 

"pasqu'on sait pas jamais s'pas"

 

on propose tout de même  de faire récompenser  le sortant par une distinction symbolique et honorifique . Encore un coup à boire en perspective à ma santé avec mes impôts. Seulement voilà :

 

Il faudra sans doute ajouter aux frais que les plaisanciers  supportent déjà, 400 à 600 euros en incluant le carénage, le coût de sortie et de remise à l'eau et le transport d'Audierne à Poulgoazec. Cela commence à augmenter sérieusement le prix de revient du "panier de bigorneaux", pardon, on dit Littorines.

 

Donc la facture du plaisancier augmente alors que, selon les déclarations d'un plaisancier, l'avenir ce n'est  pas la pêche puisque on compte 600 bateaux de plaisance dans le Cap, chiffre à comparer avec les 35 bateaux de pêche des professionnels .

 

" Sympa pour les Pros  s'pas !! "

 

Et que je te compare aussi les frais professionnels des " pros" avec  ceux des plaisanciers qui n'en ont pas, bref les vieux clichés opposant les uns aux autres sont ressortis, alors qu'il faudrait et qu'il faudra bien trouver un consensus.

 

Si le bon sens hérité de nos pères avait prévalu, particulièrement à droite, nous n'en serions pas là. Avant de réaliser la dernière mouture du port de plaisance il aurait fallu mettre en place ces installations techniques qui font défaut aujourd'hui. Quelques emplacements de bateaux en moins au profit  d'un poste à carburant sur ponton par exemple, faute de mieux. On a occupé tout l'espace disponible pour ensuite se retourner vers la commune voisine (Plouhinec) en lui disant que c'est à elle de réaliser ce qui manque puisque nous n'avons plus de place.

 

" Sympa hein !!!  "

 

Entre temps, répétons-le,  on continue à déverser tranquillement et directement dans la mer toutes les eaux usées. Très écolo non !!! Et comme les marins-pêcheurs n'aiment pas trop qu'on les prenne pour ce qu'ils ne sont pas, ils réagissent par la voix de l'un des leurs qui promet que....

 

Bon, la bonne entente pro-plaisance pourrait bien avoir du plomb dans l'aile

 

 Résultat

 

Ce qui est fait n'est plus à faire. Par contre ce qui manque reste à faire  et devra se faire sous une forme ou une autre . Et certainement pas sans un prix de revient donc un coût de fonctionnement que chacun devra assumer.

     

Le port de plaisance d'Audierne n'a pas la réputation d'être particulièrement dynamique et donne même l'impression d'être avant tout un port parking. De beaux bateaux y stationnent mais sortent peu. Les rustiques plaisanciers pêcheurs de bars en hiver,  par exemple pour "le bar de Noël", sont sans doute plus nombreux à Sainte Evette et dans le bassin près des grands viviers qu'au port de plaisance. ou sur des mouillage sauvages, rusticité oblige. Tout le monde n'a pas les moyens de se payer un ponton.

 

Ayant eu la chance et  le privilège d'être plaisancier durant une quinzaine d'années (ce qui n'aurait pas été financièrement à ma portée dans le midi), j'ai utilisé plusieurs emplacements de mouillages, dont Sainte Evette, la rivière Goyen et le port de plaisance. Tout a un coût. Le prix de revient dépend de la taille du bateau. C'est là qu'on voit ressurgir l'histoire de la Mercédès et de la 2 chevaux récitée  à propos du club nautique d'Esquibien, par la conseillère générale de l'époque , aujourd'hui maire d'Audierne. On connaît la suite.   

 

Mon bateau personnel était un petit 4 mètres,20, peu apte à faire le Vendée Globe mais suffisant pour participer à la "Lervily Race" même à la godille et sans moteur hors bord pour faire du

"rase-caillou" sportif , performant et positif. Rien ne vaut le bar  qui est venu se suicider sur  un leurre près des rouleaux de "La Gamelle" à la limite des déferlantes, particulièrement s'il est cuisiné et servi "au fenouil".  

 

Alors solution ???

 

Celle de "Mamm Gozh" tiens !!!!!. Faire avec ses moyens et non vivre au dessus. A cet effet, adapter la taille du bateau non pas à ce qu'il représente sur une belle photo pour la frime, mais plutôt adaptée à l'usage qu'on veut en faire, sachant que tout a un coût et qu'il n'y a rien pour rien. Un bateau qui sert à faire un voyage à l'Île de Sein une fois par an, coûte bien plus cher qu'une traversée par l'Enez Sun que tout le monde connaît.

 

 Conclusion

 

La preuve est faite , une fois de plus, que nos "agrégés de l'urne" n'ont pas la science infuse. Qu'ils soient aujourd'hui "chevaliers de la boutonnière", maire honoraire ou figurants dans un film, leurs résultats sont là, les problèmes sont posés.   Ceux qui se sont retirés de gré ou de force ne sont pas concernés par les solutions puisqu'ils ne sont plus aux affaires. Il est parfois  temps de changer de personnes et ... de coiffure de figurant. Le mal est fait. La situation actuelle n'est pas acceptable et ne peut perdurer. Or, on dit toujours que

 

"diriger c'est prévoir" !!

 

Alors, simple slogan ou ligne de conduite ??

 

******** 

 

Appréciation personnelle d'un audiernais électeur de base. Le premier prix de la

 

meilleure gestion d'Audierne

 

depuis 30 ans  est à attribuer aux socialistes responsables et aux affaires de 1983 à 1995.

 

 La plus mauvaise gestion 

 

est le fait de la droite régnante de 1995 à 2008.

 

 Le dernier prix, 

 

celui du manque d'initiative et de la persévérance dans l'erreur dont bénéficient généralement ceux qui se contentent de percevoir des indemnités, revient sans conteste à la municipalité actuellement en fonction qui ne doit sans doute pas se faire d'ilusions sur son avenir malgré sa volonté politique clamée  à tue tête ce qui n'est jamais qu'une erreur supplémentaire.

 

On n'en est plus à une  près.

 

Alors quoi à la place ??? Nous l'avons déjà dit et répété à plusieurs reprises:

 

des bonnes volontés    des serviteurs apolitiques, défenseurs inconditionnels de l'intérêt général, désintéressés, ayant des ambitions exclusivement réservées à ce qui a fait l'objet de leur désignation par la confiance accordée et non à des ambitions personnelles de cumul des mandats  ou des miniatures à la boutonnière pour se pavaner tel un Bokassa 1er  roi des africains alors que nous sommes en Bretagne, et qui plus est au C'hap Don (Cap profond) .  

 

Et surtout pas de "chevaux de retour" la prochaine fois. Nous avons déjà donné. Merci.

 

Il faudra cependant encore donner pour l'aire de carénage dont la réalisation est inévitable.

Un dernier mot relevé dans le Télégramme de Brest  en date du 6-10-2012 et qui s'intitule:

 

Politique et Règlements de compte

 

qui se termine par ces mots:

 

"Taisez vous Jacques".

 

Ceci pourrait s'appliquer à Audierne mais dans ce cas, avec une erreur d'état civil et de vocabulaire:

 

"La ferme  (prénom Pierre, Paul Jacques ou Titine.... ) et qu'on nous fasse une aire de carénage" nécessaire et même indispensable si on veut devenir un jour présentable, référencé et crédible dans le domaine du tourisme pour ambitionner d'être  classé station balnéaire, avec son casino et ses quartiers propres, ce que la municipalité actuelle ne fera pas en restant enfermée dans les bureaux municipaux pour 2 heures de permanence hebdomadaire .

 

Et il n'y  pas que l'aire de carénage qui fait défaut, on le répète assez:

 

 

 

µµµµµµµµµ 

 

   

CompasLes Copains du Bord

 

 

"Fermez la fenêtre après consultation"

Un peu de patience pour le chargement de l'extrait musical...

Paroles et musique de C. Quéré-L. Guillou

La mer toujours la mer

 

 

-I-

 

Les vagues de la mer sont des portées géantes

Ou les marins-pêcheurs inscrivent leurs bateaux

On entend nuit et jour à la marée montante

En baie de Quiberon la symphonie des eaux

(version audiernaise: :Au bout  du Raoulic la symphonie des eaux)

 

- Refrain -

 

La mer, toujours la mer a quelque chose à dire

Musique et poésie, amour et liberté

Ces mots que nous chantons vogueront beaux navires

A travers les saisons toute une éternité.

 

-II-

 

C'est le chant des galets sous les doigts de l'écume

Le piano de la pluie, le violon des haubans

C'est le fracas des flots qui bat sur son enclume

La rumeur du reflux et l'adagio du vent.

 

-III-

 

Nous fils de la marée vivant à la bouline

Entendez-vous la mer qui porte nos émois

Nous avons plein le cœur de musique marine

Du goémon dans les yeux, des embruns dans la voix.

 

 

 

 

 

 

*****   

    

 

audierne_2-_3-8_004.jpg

 

******

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article

commentaires