Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 20:37

 

Ma Bro: Ar C'hap, gwechall suite 1

(Mon pays: le Cap- sizun, Autrefois-suite 1 )

 

          23- Quelques grands évènements

  1545-1563: Concile de Trente- (Aucun rapport avec les trente précédents. Il s'agit de la ville de Trente en Italie). Le concile définit les dogmes sur lesquels avaient porté la contestation protestante, renforce la discipline dans l'Eglise catholique, et organise la contre-réforme ou "réforme catholique" qui se traduira jusqu'en 1648 par la conquête de plusieurs régions protestantes (Bavière, Rhénanie, Silésie, Pologne ).

  1572: massacre de la Saint-Barthélémy. Le 24 août 1572, assassinat de l'amiral de Coligny et massacre des protestants. Le nombre des victimes est incertain. De 2000 à 100.000 pour tout le royaume ? C'est le début de la 4ème guerre de religion.

  1598 (13/4): Edit de Nantes. Henri IV accorde la liberté religieuse avec des restrictions. La Bretagne avait des places fortes protestantes: Josselin et  Pontivy appartenaient aux Rohan. Le duc de Rohan était le gendre de Sully. L'édit met fin aux guerres religieuses.

  On pourrait encore citer pour compléter les grands évènements et la liste des personnages:

  - Les combats de la Ligue en 1589

  - La présence des Espagnols dans la presqu'île de Crozon en 1590. (à Roscanvel  en mars 1594- Les Espagnols étaient venus aider les catholiques à éliminer les protestants. 

  - Et plus encore: La Fontenelle, le marquis de Pontcallec,( la forêt de Pontcallec se trouve dans la vallée du Scorff) dont la gwerz est chantée par Gilles Servat, la peste du XVIème siècle qui vit les habitants de Plogoff émigrer vers l'île de Sein, le naufrage de Monseigneur Iustiani à Plouhinec en 1684, le naufrage des "Pardonneurs" de Saint Tugen dans le port d'Audierne en 1725, sans oublier les grands corsaires et flibustiers:

  Jean Bart (1650-1702), Dugay Trouin (1673-1736), Surcouf (1773-1827). En effet, au XVIème siècle, les protestants tenant de la liberté des mers, trouvèrent dans la flibuste les moyens de combattre la toute puissance catholique espagnole. Basée dans les Antilles, elle s'éteindra après la mise à sac de Carthagène en 1697, mais passera aux mains des pirates. Ces derniers installeront leurs bases aux Bahamas et arboreront le "Pavillon Noir".

  Certes, les évènements précités ne sont pas tous directement capistes, mais le Cap n'est pas un vase clos sans contact avec l'extérieur. Il a subi lui aussi l'influence de l'histoire en général. Mais, pour rester un peu plus capiste, on peut se rapporter à un petit ouvrage édité en 1997 par la communauté de communes du Cap-Sizun, et qui s'intitule:

Le Cap-Sizun en histoires

  Beaucoup de ces évènements ont eu lieu à une époque lointaine, et certains même alors que la Bretagne n'était pas encore française.

          24- La Bretagne devient française

  En 1491, Anne de Bretagne épouse Charles VIII, mais elle reste duchesse et souveraine de Bretagne. Veuve, elle épouse Louis XII. A sa mort, sa fille Claude de France hérite du duché. Elle épouse François d'Angoulême, François Ier.

  En 1532, Claude  cède son duché à la couronne. François Ier fait ratifier cette union définitive de la Bretagne et de la France par le Parlement de Vannes.

  Les Bretons venaient de devenir français, de la province de Bretagne. Ce fut le cas de mes ancêtres et de leurs descendants, dont moi-même un Plouk du

        "Cap profond"       

 "Ar C'hap Don" .

  3- La révolution et après

  Dans les derniers jours de mars-avril 1789, chaque localité bretonne voit se tenir une réunion à laquelle sont convoqués tous les hommes ou plus exactement ceux qui sont majeurs, c'est à dire âgés de 25 ans au moins, et imposables.

  C'est de ces assemblées que sont sortis les cahiers de doléances, des dizaines de milliers de cahiers de paroisses et de villes  ont ainsi été rédigés en France, textes naïvement adressés au Roi.

"Nous prions Sa Majesté"

  Il s'agit de Louis XVI, souverain depuis 1774. Ils ne sont jamais bien-sûr parvenus au Monarque, et ce n'était d'ailleurs pas leur destination.

    31- Rappel de quelques données

          311- D'ordre social

  - En 1789, tous les évêques sont nobles

  - Dans l'armée il faut, depuis 1781, pour devenir officier, fournir la preuve de 4 quartiers de noblesse, c'est à dire la présence de sang bleu chez ses 4 grands-parents. Confronté à cette situation, je n'aurais, pour ma part, pu ambitionner autre chose que "Anspessade", selon le vocabulaire utilisé par Daniel Bernard (monographie Cleden-pages 304 à 307). Il s'agit selon lui, d'un aide-caporal que le Larousse définit comme "Bas officier dans l'infanterie française au XVIème siècle. Pauvre roturier de moi-même !!!

  - Le Tiers état représente 95% des Français. Conclusion: la noblesse et le clergé ne représentent que 5%.

  - La dernière session des Etats de Bretagne s'est tenue à Rennes, en décembre 1788-janvier 1789;

  Nos anciens vont donc être amenés à s'exprimer dans les cahiers de doléances. Ils utiliseront à cet effet des termes moins connus aujourd'hui, qui font partie des souvenirs et de l'histoire.

          312- Unités de mesure-

  Arpent: ancienne mesure de surface agraire, d'environ un demi hectare (voir journal). Le dictionnaire parle d'une mesure agraire divisée en 100 perches et variable selon les localités de 35 à 50 ares.

  Aune: mesure de longueur d'environ1,20 mètres

  Boisseau: mesure de capacité pour les matières sèches, (et instrument de cette mesure). Contenance variable selon les localités : boisseau de Paris=12,5 litres, Morlaix=11,2 litres (boisseau pour le froment), Landevennec 107,1 litre- variable aussi selon que la mesure est rase ou comble.

  Corde: unité de surface valant environ 60 m2. Un hectare = 166 cordes- également ancienne mesure de bois valant 4 stères (mesure évaluée avec un corde qui faisait le tour du tas de bois. Encore utilisée dans mon jeune temps)

  Denier: monnaie valant le 1/12 d'un sol. Le denier sert aussi à exprimer des taux d'intérêt: ainsi le  denier vingt équivaut à 1/20 soit 5%.

  Journal: mesure de superficie équivalent à un demi hectare (voir arpent). Le dictionnaire parle d'une mesure de superficie correspondant à la quantité de terrain qu'un homme pouvait labourer en un jour. Nos pères disaient: "Devez arad".

  Lieue: mesure de longueur équivalent à un peu plus de 4 Kms.

  Livre: en poids la livre valait 489,5 grammes, soit un demi kilo. En monnaie, donnée variable remplacée en France par le franc (puis l'euro)

  Pinte: mesure de capacité d'environ 1 litre

  Pot: mesure de capacité valant un peu moins de 2 litres 

  Quartier: mesure de capacité pour les grains valant 4 boisseaux

  Sillon: unité de superficie

  Sol: décime

  Tierçon: mesure pour les liquides valant 1/3 de la mesure entière

  Vingtième: impôt direct sur les revenus.

  Dans son livre consacré au couvent des Capucins d'Audierne, Paul Cornec apporte des précisions concernant la table de multiplication de nos pères, à savoir:

  1 toise=6pieds, 1 pied=12 pouces, 1 pouce=12 lignes

  1 marc d'argent=8 onces, 1 once=8 gros, 1 gros=12 grains

  1 tonneau=3 pipes, 1 pipe=8 boisseaux, 1 boisseau=4 cribles

          313- Quelques termes-

  Afféagement- Concession faite par un seigneur de tenures (sur ce qu'il dit être son domaine). Mais les communautés rurales considèrent qu'il s'agit d'appropriations indues de terres collectives

  Annates: droits de mutation payés au Pape sur certains bénéfices (évêchés, abbayes..)

  Aunage: mesure à l'aune (voir aune ci dessus)

  Aveu: Acte écrit par lequel un tenancier décrit les terres qu'il tient d'un seigneur et "avoue" les obligations qu'il a envers lui 

  Banalités: monopole économique des seigneurs obligeant les paysans à utiliser un four ou  un moulin donné

  Bannies: Proclamation publique d'un ordre, d'une défense, d'une vente...

  Bâtards: l'entretien des enfants trouvés incombe aux communautés, qui trouvent cette charge d'autant plus insupportable que les seigneurs héritent des bâtards morts sans héritiers

  Bicêtre: établissement servant à la fois d'hospice et de maison de correction 

  Capitation: impôt créé en 1695 (versement au trésor d'une somme forfaitaire)

  Cens: redevance annuelle due au seigneur, souvent peu élévée, qui marque la reconnaissance de la dépendance à son égard

  Censive: terre assujettie au paiement d'un cens

  Centime denier: droit de succession de 1% payé au roi

  Champart: redevance due aux seigneurs, proportionnelle à la récolte

  Clôtures- id° afféagement

  Congrues: sommes versées par le décimateur au recteur et au curé. (portion congrue: 500 livres pour le recteur, 250  livres pour le curé)

  Contrôle: droit à payer au roi sur tous les actes passés devant notaire

  Corvées des grands chemins: obligation faite aux paysans  de construire et d'entretenir les routes royales

  Corvées féodales: prestations en nature dûes au seigneur (charrois, travail des champs)

  Coutume (droits de..): redevance payée au seigneur pour les denrées vendues dans sa seigneurie

  Décimateur: celui qui bénéficie des dîmes d'une paroisse

  Devoirs: impôt perçu sur les boissons

  Dîme: part des récoltes revenant à l'Eglise

  Domaine congéable: Le tenancier ou domanier ou colon est considéré comme propriétaire des édifices et superficies, bâtiments, fossés et talus, une partie des arbres... Le seigneur, s'il veut le congédier doit donc lui rembourser les droits réparatoires

  Egailleur: personne chargée de la répartition d'un impôt à l'intérieur d'une paroisse 

  Fabrique: ensemble des biens appartenant à une église

  Feu: ensemble de personnes vivant autour d'un même foyer

  Franc-Fief: taxe due par un roturier acquérant un fond noble

  Fouages: impôt direct perçu sur les roturiers

  Gabelle: impôt indirect portant sur le sel, dont la Bretagne est exempte 

  Greffier: officier seigneurial particulièrement impopulaire

  Guet: milice

  Impôt et billot: droit sur les boissons

  Lods et ventes: droit de mutation payé au seigneur par les acquéreurs de terres roturières, équivalent à 1/8 du prix de vente

  Maltôte: Perception de l'impôt. Taxe extraordinaire levée en France à partir de 1291, durant quelques décennies, sur toutes les marchandises

  Maréchaussée: ancêtre de notre gendarmerie ( à l'époque, 200 hommes pour toute la Bretagne)

  Marguillier: gestionnaire des biens de la paroisse (id° le fabrique)

  Milice: obligation militaire

  Motte (droit de..) coutume venant du servage, permettant au seigneur d'hériter des terres d'un paysan (mottier) décédé sans fils

  Moute: (droit de ..) obligation de suivre un moulin

un moulin restauré (partiellement) à Primelin

  Paroisse: circonscription de base, non seulement pour les questions religieuses, mais également pour les affaires profanes

  Pavage: droit payé pour l'entretien des chaussées

  Rachat: droit de succession payé au seigneur sur les terres nobles

  Roturier: tout homme qui n'est pas noble

  Taille: fouages en Bretagne

  Tenue, tenures: héritier roturier dépendant d'un seigneur

  Trêve: succursale d'une paroisse (Audierne était une trêve de la paroisse d'Esquibien)

  Vache: les pauvres qui ont la chance d'en avoir une, ne peuvent la nourrir que sur le bord des chemins ou dans les terres communes (j'ai vu dans mon jeune temps des gens sans terre  promener leur vache au bout d'une longe, sur le bord des routes. Il existe encore des ''communs de villages'').

  Vingtièmes: impôt direct sur les revenus essentiellement ceux qui proviennent des fonds ( et donnant lieu à des fraudes en l'absence de cadastre). Les propriétés ecclésiastiques en sont exemptes;

******  

  Le rappel de ces quelques termes permet de mieux comprendre le langage de l'époque, et aussi d'évaluer, à l'occasion, le contenu des cahiers de doléances;

****** 

      32- Les cahiers de doléances-(document de travail: thèse de Jacques Delroeux, page 107).

  Aujourd'hui 7 avril 1789, en l'assemblée convoquée au son de la cloche en la manière accoutumée, ont comparu au lieu ordinaire des délibérations, par devant nous Pierre Baraou, Jean Guezennec...Jean Moullec etc....tous nés français ou naturalisés, âgés de 25 ans, habitant et compris dans le rôle des impositions de cette paroisse composée de 100 feux et 25 simples locataires de maisons, ou à peu près, lesquels pour obéir aux ordres de Sa Majesté portés par ses lettres données à Versailles le 24 janvier 1789 pour la convocation et tenue des Etats Généraux ....Ordonnance de Monsieur le Sénéchal de Quimper dont ils ont déclaré avoir une parfaite connaissance tant par la lecture et publications ci-devant faites au prône de la Grand-messe de cette paroisse par Monsieur le Recteur le dimanche 5 du présent mois....etc

 C'est ainsi que commence le procès-verbal de l'élaboration du cahier de doléances de la paroisse de Goulien, qui a été signé par ceux qui savaient signer, ce qui n'était pas le cas de mon glorieux ancêtre...  (homonyme). Goulien est une bonne référence pour le Cap, mais cette commune n'est pas tout le Cap. Je suis donc allé consulter la thèse de Jacques Delroeux, chercheur Belge, élaborée en 1979. Il s'agit d'une thèse de Doctorat d'Etat ès Lettres  et sciences humaines (Université Paris V-Sorbonne). Son étude concerne  Plogoff, Cleden-Cap-Sizun, Goulien, Primelin et Esquibien. 

          321- Plogoff- 

  - suppression du domaine congéable, du droit de moute

  - suppression des frais d'inventaires pour les biens des mineurs

  - Règle uniforme pour les rachats, à tant le journal 

   - Suppression des droits imposés sur le tabac

  - Suppression des juridictions seigneuriales

  - Vin et eau de vie au même prix pour tout le monde

  - Situation de la paroisse qui est très ingrate, ne formant qu'une montagne aride, battue en sa plus grande partie par l'océan, éloignée du commerce, grevée par la perte de près de 200 marins que la dernière guerre nous a enlevés et par le nombre prodigieux de pupilles qui en sont les victimes.

  - Création d'une municipalité à Pont-Croix.

Plogoff: Kerguidy-Izella

 

                                           

 

           322- Cleden-Cap-Sizun

Environnement chapelle et fontaine de Saint Tugdual

 

 

 

 

 

                                                            

   - Suppression des grands fiefs, des justices seigneuriales

  - Réduction des moines. Création d'une somme pour ceux qui subsistent

  -  Suppression du droit de moute, domaine congéable, règle uniforme pour les rachats à tant le journal, suppression des droits imposés sur le tabac

  - Simplification des frais  d'inventaires pour les biens des  mineurs

  - Suppression des droits de coutume pour les foires et marchés

  - Simplification dans l'administration

  - Prendre en compte la "position critique du Cap", terrain aride, battu par les tempêtes et par la mer, continuellement exposé à perdre ses récoltes, même ses habitants presque tous marins et les premiers appelés au service de la marine royale à Brest, ce qui occasionne un nombre considérable de veuves et de pupilles exposés à toutes sortes de besoins, dans un terrain sans ressources, sans bois.

  - Dans toute l'étendue du royaume, "qu'un seul et même poids et mesures, et qu'il soit accordé à l'agriculture et au commerce le plus de liberté et d'encouragement possible, et que les pêches nationales soient particulièrement protégées".

  - Qu'on prenne en considération le port d'Audierne, situé entre les deux plus mauvais passages de la côte de Bretagne, la Pointe du Raz et Penmarch.

  - Etats généraux périodiques

  - Création d'un bailliage à Quimper

  - Réduction du Parlement: moitié nobles et moitié roturiers 

  - Création municipalité à Pont-Croix pour répartition des impôts

          323: Goulien.

Chapelle de saint Laurent au village de Lannourec

     

   Les habitants se trouvent charmés des résultats des demandes faites pour le Tiers Etat...à l'Hôtel de Ville de Rennes....à l'exception des grands chemins et le tirage au sort...De même les habitants demandent....qu'en cette province les bois deviennent très rares...Il se trouve d'une cherté extraordinaire, qu'on est déjà surpris de voir et d'entendre le prix d'une paire de sabots..

  C'est ainsi que s'exprimaient mes Anciens à Goulien, qui demandaient donc:

  - La solution au domaine congéable et particulièrement au problème des "bois qui sont d'une cherté extraordinaire". ( La raison est que les seigneurs sont les maîtres de tous les bois qui croissent sur les terres de leurs domaniers).

  - Suppression du droit de moute

  - Egalité du prix de l'eau de vie entre les trois états ou chacun selon sa faculté

  - Suppression du droit d'amener des étalons étrangers

  - Donner un règlement fixe sur les corvées, les rachats aussi règlés par par cordes, par journal ou autrement

  - Régler les rentes en blé

  - Suppression du droit de congédiement dans le cas du domaine congéable

  - Simplifier les formes des procédures dans l'administration de la justice, afin d'en diminuer les frais et els longueurs.

          324- Primelin-

Chapelle de saint Tugen, la cathédrale du Cap

 

 

   - Permettre aux domaniers de bâtir pour leur commodité, suivant l'usage du pays

  - possibilité pour les domaniers de couper les bois pour leur utilité (liberté de planter en dehors du seigneur)

  - suppression du droit de moute

  - corvée réduite à 10 sols

  - exemption de toutes les corvées par mains

  - règlement des mesures à celles du Roi

  - Extinction absolue de la corvée des grands chemins

  - exemption de tirage au sort pour la milice, garde-côtes et canonniers

  - exemption de payer lods et ventes dans les contrats (d'échange) sous les fiefs des seigneurs

  - Les fouages doivent être supportés par les ecclésiastiques et nobles

  - Imposition du clergé à la capitation en raison de leur richesse (id° pour la noblesse)

  - être déchargés de l'entretien des maisons d'éducation de la noblesse, des tâches, gratifications, emplois inutiles, ainsi que du luxe des enterrements, des baptêmes des enfants de nobles.

  - exemption des étalons dans ce pays

  - abolition des fermes du vin

  - Paiement d'un rachat par 40 ans

  - Exemption des francs-fiefs

  - Que les seigneurs ne peuvent donner la baillée à tierce personne et que s'ils veulent congédier, qu'ils le fassent eux-mêmes

  - Les seigneurs ayant des colombiers les gardent en temps et saisons de l'année

  - permettre aux habitants des paroisses riveraines, sur les côtes de la mer, de prendre également des goémons que les flots de la mer ont détachés et jetés sur les grèves (je reparlerai plus longuement du goémon auquel je consacrerai un chapitre); Qu'il en vient assez pour toutes les paroisses, pour engraisser leurs terres. Que Primelin puisse sécher sur un terrain indivis et sablonneux situé sur une autre paroisse qui veut nous priver de sa jouissance. (il s'agit de la palue de Treiz Goarem en Esquibien dont la possession a fait l'objet de nombreux et longs  procès entre les habitants des   deux paroisses).

  - Demander la seule religion catholique, apostolique et romaine dans ce royaume

  - Députés au tiers en nombre égal aux députés réunis du clergé et de la noblesse

  - Que les portions congrues des recteurs, curés et vicaires soient enfin augmentées

 

          325- Esquibien

Aujourd'hui encore, il y aurait de quoi exprimer des doléances

Comment être crédibles auprès des enfants auxquels on apprend l'écologie et le tri sélectif des ordures devant de tels spectacles. Sans compter les risques d'explosions, les réservoirs vides contenant des vapeurs d'essence !!

ci-dessous photo de juin 2006

                                                                   

   - suppression du droit de moute       

  - corvée des grands chemins aux frais des 3 ordres

  - possibilité pour les domaniers de bâtir des maisons neuves et construire tous autres édifices et couper du bois pour leur usage.

  - Suppression de toute espèce de corvée en faveur des seigneurs fonciers

  - Egale répartition des impôts en un seul rôle sur les 3 ordres suivant leurs facultés

  - Même prix de l'eau de vie pour les 3 ordres

  - Conversion des rentes en grains, en rentes constituées perpétuellement

  - Abolition du tirage au sort pour la milice de terre, de mer et de côte

  - Suppression des justices seigneuriales et création de bailliages et d'une juridiction royale à Pont-Croix

  - Liberté de rentrer dans les héritages en remboursant le prix de l'engagement, même après 30 ans

  - Que la liberté de congédier ne soit pas cessible

  - Suppression du franc-fief

  - Egalité des mesures entre seigneurs et le Roi

  - Destruction des corbeaux par les propriétaires des 3 ordres de bois

  - liberté de faire pouliner les juments par des étalons non royaux 

  - Non-jouissance de Primelin sur la palue de Treiz Goarem; sinon, on rendra déserts les villages qui l'entourent....et "par là, on réduira à la mendicité une trentaine de familles". (NDLR: Il semblerait que la rivalité entre Esquibien et Primelin ne date pas d'hier. Nous en reparlerons).

  - Que la paroisse d'Esquibien est très pauvre, et paie beaucoup en fouages et capitation

  - Liberté du commerce des grains

  - Aider les gens qui, après avoir travaillé au service maritime, sont dans la détresse

  - interdire aux propriétaires de brebis  de les laisser pâturer dans les communs  ou sur les terres chaudes ou froides

  - Représentation du Tiers aux états égale à celle des 2 autres ordres réunis, voix par tête    

 

 

           326- Audierne

Doléances !! Certainement !! Toujours d'actualité

Faites comme  je dis et non comme  je laisse faire. Et les ordures s'entassent dans la ruine à l'entrée. L'exemple vient d'en haut !!

Une rue d'Audierne qui porte le nom d'un vaillant patron de bateau de sauvetage:

René Autret

20 mètres plus loin

 

 

                                                                       

Et l'intérieur de la rue

 

 

    Les cahiers de doléances d'Audierne ont fait l'objet d'une insertion au bulletin municipal de 1999, sous la plume de Paul Cornec. Ils ont donc été portés à la connaissance du public local, et expriment globalement des revendications identiques aux autres paroisses. Quelques différences cependant, qui tiennent essentiellement au fait qu'il s'agit d'un port très pauvre. Par exemple:

  - Qu'il plaise à Sa Majesté de n'accorder désormais des lettres de noblesse que pour services rendus à la Patrie 

  - Qu'il soit fait désormais un examen rigoureux des talents et des bonnes moeurs des personnes qui se présentent pour être promues à un office public

  - Que dans le choix des nouvelles impositions on ait à préférer celles qui retomberont directement sur les riches, telles qu'un impôt sur les chiens de chasse, les livrées, les laquais

  - Qu'il soit fait un fond pour le soulagement des pauvres, et qu'il soit en conséquence établi des hôpitaux publics qui en manquent. (constat de Cambry en 1795: Audierne est un séjour de misère. Tout manque ici. On n'y trouve ni médecin, ni chirurgien, pas même un accoucheur).

  - Que l'éducation publique soit surveillée, et que les établissements d'école gratuite soient multipliés

  - Qu'il soit accordé au commerce et à l'agriculture, le plus d'encouragement possible

  - Que le port d'arme soit désormais permis à tout honnête citoyen pour la conservation de sa personne et de ses biens !!!!!!

  - ....favoriser le commerce. Qu'on s'efforce enfin de  détruire l'espèce d'opprobre attachée à la profession de commerçant (Déjà !!!!)

  - établir un bureau de poste à Audierne

  - Que les pêches nationales soient protégées, que les ports utiles à la marine royale et marchande soient entretenus avec le plus grand soin

  - ....le port d'Audierne mérite une attention particulière (naufrages, corsaires), demande d'une école de marine (capucins)             

 

          327- Plouhinec

                                                       

 

   La commune de Plouhinec est particulièrement pauvre. Sans m'étendre sur les cahiers de doléances de cette paroisse, je prends acte du texte paru dans le bulletin municipal  N° 12 de cette commune le 9 mai 2000, sous le titre

"Au temps des fourniers" 

  "sous l'Ancien Régime...il y avait le droit de four auquel personne ne pouvait se soustraire....Le fournier, au nom du seigneur devait:

   - cuire le pain apporté par les habitants relevant de ce four

  - obliger les habitants à venir cuire à son four et nulle part ailleurs

  - ...Un tiers de la population plouhinécoise était réduit à la mendicité totale, un deuxième tiers était obligé de mendier 6 mois par an pour survivre".

  ******   

  Il serait fastidieux de poursuivre cette énumération pour chaque paroisse. Les communes détiennent leurs cahiers de doléances dans les archives. L'ensemble pourrait faire l'objet d'uen étude particulière. Ce n'est pas mon but. Aussi, je signale l'ouvrage de Fanch Roudot, publié à la société archéologique du Finistère et qui s'intitule "De l'Ancien Régime à la révolution-Cahiers de doléances et députés du Finistère en 1789". Je reviendrai cependant plus loin sur le goémon qui représente un enjeu, et auquel je consacrerai un chapitre comme je l'ai déjà dit. Je présente aussi mes regrets aux paroisses (communes) non citées ici: Beuzec, Pont-Croix, Mahalon, Confort-Meilars, dont j'aurai l'occasion de parler plus loin. Toutefois, Pont-Croix mérite déjà une observation. 

  Les cahiers de doléances de Pont-Croix ont été rédigés par Armand-Louis Tréhot de Clermont (1762-1823), avocat à la cour, membre du Directoire du Finistère et un des signataires du serment du jeu de Paume (le tiers-état jure de ne pas se séparer avant d'avoir donné une constitution au royaume). 

******  

  Pour ce qui concerne le Cap en général, quatre éléments essentiels semblent se dégager:

  1 - la pauvreté du pays

  2 - le "ras le bol" à l'égard de la noblesse (droit de moute, corvées etc..)

  3 - la bonne estime de la population pour son clergé (Primelin demande à augmenter les portions congrues)

  4 - l'individualisme des paroisses (rivalité Esquibien-Primelin à propos du goémon)

****** 

  Ces quelque traits particuliers  permettent déjà d'anticiper sur le tempérament Capiste, pour mieux le comprendre 

  33- Les prêtres réfractaires: traque et chasse- (cf: thèse de Jacques Delroeux déjà cité-Monographie de Daniel Bernard- La révolution dans le Cap-Sizun: Corentin Parcheminou) . 

 

 

                                                                

 

 

vues intérieures de l'église de Beuzec

A Suivre: Ma Bro: Ar C'hap gwechall suite 2

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans livres
commenter cet article

commentaires