Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 11:26

Esquibien- Club nautique- Suite

 

Références:

Télégramme de Brest en date du  18-06-2015

Titre: Esquibien. Centre Nautique. La commune déboutée

 

*******

La presse locale  citée en référence vient d'informer ses lecteurs de la suite donnée par la cour d'appel de Nantes au dossier "club nautique" d'Esquibien. Le blog konchennou avait anticipé en publiant l'information dès le 17 juin 2015. En nous référant à la presse locale nous pouvons donc dire aujourd'hui que la commune d'Esquibien qui, suite au jugement du tribunal administratif de Rennes avait sollicité la cour d'appel  de Nantes, vient d'être déboutée par cette dernière. La commune d'Esquibien doit donc indemniser les consorts Keravec en leur versant la somme de 2000 €.

Evidemment, la commune d'Esquibien peut encore poursuivre la procédure en saisissant la cour de cassation qui, dans ce cas est le conseil d'Etat. Petite précision. Pour saisir le conseil d'Etat il faut utiliser les services d'un avocat spécialisé dit Maître des requêtes. Et ce Maître des Requêtes au conseil d'Etat perçoit généralement des honoraires plutôt avantageux pour traiter un dossier. La commune d'Esquibien va donc devoir choisir entre la poursuite ou le classement de l'affaire en payant les pénalités. La solution de bon sens serait donc sans doute "d'arrêter les frais".

Mais nous parlons ici de la partie administrative du dossier. Reste le pénal qui n'est pas encore traité et qui devra l'être car le club nautique a été construit disons illégalement puisque le permis de construire est annulé. N'anticipons pas sur ce que pourrait être un jugement au pénal. La justice est souveraine. Attendons donc la suite, tant au plan matériel concernant le préjudice , qu'à la mise en règle de la situation sur le terrain puisque la situation actuelle s'avère illégale. "Bonjour les dégâts" pour la commune d'Esquibien.

Aurait-on pu éviter tout cela . Evidemment !! Le blog konchennou n'a pas cessé de  réclamer, sans résultat le respect de la servitude de passage piétonnier dans cette zone. On voit les conséquences aujourd'hui. Rappelons que le propriétaire, à l'époque des faits, en l'occurrence Monsieur Roger Keravec, aujourd'hui disparu et  dont nous saluons la mémoire, avait proposé une autre solution: construire les bâtiments du club nautique sous le transformateur situé près de la chapelle de Sainte Evette. Tollé de l'association des amis de la chapelle qui, évoquant leur "foi païenne", faisaient valoir que la Sainte de la chapelle devait voir directement la mer pour assumer sa mission. Or, La sainte avait déjà vaincu d'autres problèmes, en embarquant à Plozevet pour traverser la baie d'Audierne dans un bateau de pierre. L'argument de vue sur mer concernait donc plutôt des intérêts particuliers. Sans oublier la "Renouée maritime" si chère à la conseillère générale de l'époque Madame Donval. Et tout ça pour ça !! Que justice soit faite

Affaire à suivre par conséquent !!

 

 

 

 

Esquibien-Club Nautique-Suite

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus
commenter cet article

commentaires

a.keravec 22/06/2015 16:51

Bonjour Monsieur et merci pour votre article. Rappelons que dans cette affaire, nous n’avons rien demandé. Tout nous a été imposé, à la hussarde, d’une manière particulièrement détestable. Les juges du TA ne s’y sont pas trompés en choisissant le mot “manœuvre” pour qualifier les agissements du maire, confirmant ainsi en tout point et dans les mêmes termes le 1er jugement du 27/12/13 (“ce procédé.../... doit être regardé comme une manœuvre délibérée ayant eu pour objectif d’induire sciemment en erreur l’administration”).

Ils ont ainsi sanctionné un mode de fonctionnement déviant, dans le cadre de la fonction de maire, qui ne s’arrête pas à un simple particulier mais se manifeste de surcroît sans plus de scrupules vis à vis de l’autorité Administrative.

spartacus 22/06/2015 16:54

Merci pour ce commentaire. Amicalement. Spartacus