Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

miniatures

Pont-Croix 

Objets rares d'hier 

Le drusthuil, meuble typique du Cap-Sizun

 

La coiffe de deuil "ar jibilinen "

Ces objets sont visibles au musée du patrimoine 

Le  Marquisat de Pont-Croix

et en photo sur le blog

 

 

Recherche

Vous aimez la Bretagne

Vous aimerez le Cap-Sizun

situé au bout du monde, au pays des calvaires, au pays des chapelles, au pays du grandiose, là où finit la terre et commence la mer.

Regardez!!

 

 

 

 


 


Evel ar C'hap, n'eus bro ebet

Il n'y a pas de pays comme le Cap

Pont-Croix

Cap-Sizun côté pile et face

Beuzec

Cleden

Confort

Mahalon

Goulien

Plogoff 

Plouhinec

Pont-Croix 

Primelin

 

Toutes ces miniatures sont extraites de l'album photo du blog. Elles correspondent chacune à un article qu'il suffit de demander dans la liste des articles 

 

 

 

 

 

16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 22:18

    Audierne. Décorations et politique

COUV_PM_PARA_3D.jpg

 

Références:

Quotidien Le Monde en date du 16-12-2013

Titre de l'article: Centrafrique.Hommage de Hollande

Lien:

Audierne. Le temps des récompenses.Editorial 13/2013

 

******

Le quotidien "Le Monde" comme la plupart des journaux de ce jour, fait part de la cérémonie qui s'est déroulée aux Invalides pour rendre hommage aux 2 soldats français morts pour la France en Centrafrique le 9 décembre 2013. Il s'agit de 2 soldats du 8ème RPIMa (régiment de parachutistes d'infanterie de marine) dont la garnison se situe à Castres , département du Tarn, dans le sud de la France.

Nicolas Vokaer, 23 ans et Antoine Le Quinio, 22 ans, participant à l'intervention française qui porte le nom de "Sangaris", ont été grièvement blessés au combat et sont décédés des suites de leurs blessures. On ne peut que s'incliner pour saluer leur mémoire et partager la douleur des familles.

Ceux qui ont vu les images de l'engagement des forces françaises à la télévision savent que le métier de soldat de l'infanterie n'est pas sans risques. Ceux qui ont vécu des situations identiques et plus encore ceux qui ont commandé au feu, parfois avec un rang modeste (chefs de patrouilles) savent mieux que personne que dans toute intervention il y a fatalement des hommes devant, en tête, que l'on appelle "éclaireurs". Ce sont eux qui prennent contact et reçoivent les premiers coups, parfois mortels. Les deux "paras" sont morts pour la France, après avoir accompli leur devoir jusqu'au bout.

Il n'y a pas lieu de se demander pourquoi. Les forces armées sont apolitiques. Le chef des armées est le Président de la République et les militaires lui obéissent, quelle que soit sa couleur politique. C'est le chef des armées qui fixe les missions et les militaires les exécutent, parfois en payant le prix fort. 

Les deux soldats morts pour la France ont été nommés caporaux et faits chevalier de légion d'honneur. Cette décoration est attribuée à titre posthume. Il s'agit de la plus haute décoration française, généralement décernée en remerciement et récompense à ceux qui présentent des références exceptionnelles pouvant aller jusqu'au sacrifice suprême. C'est le cas aujourd'hui pour nos deux soldats français

"Morts pour la France"

 

     

 

******

Déposée sur les cercueils, parfois décernée à ceux qui ont survécu , cette décoration doit être considérée avec tout le respect qui lui est dû, tout en remarquant qu'elle n'a  tout de même pas grand chose à voir avec ce que l'on distribue parfois dans les mairies en certaines occasions.

Ceux qui ont eu  l'honneur de "commander au feu" reçoivent aussi parfois cette distinction, en souvenir de ceux qui sont morts sous leurs ordres et auxquels ils ont parfois fermé les yeux.

Plus tard, lors des cérémonies officielles, ils continueront leur mission en prononçant les oraisons funèbres et en embrassant les mamans comme leur propre mère. 

C'est tout l'honneur du commandement et du sens du devoir qui s'exercent en dehors de toute politique, au service de la République

 

 

******

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by spartacus - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Amazone 18/12/2013 00:22

Une pensée attristée pour ces deux jeunes gens et leurs familles cruellement éprouvées à quelques jours de Noël.

Un sentiment de colère aussi quand on pense qu'on attribue la même récompense à certains de nos élus locaux malgré leur médiocrité et leurs résultats contestables. En ce sens, Audierne jouit visiblement d'un microclimat privilégié. Quand on pense que Pierre Curie la refusa d'un simple "Je n'en voit pas la nécessité". Même Brigitte Bardot et Madame de Fontenay l'ont refusée, s'en estimant indignes.
A méditer.
Amicalement.

Spartacus 18/12/2013 09:40

Merci Amazone pour ce commentaire. Votre point de vue est partagé par de nombreux administrés, ce qui pourrait bien avoir des conséquences en termes de résultats aux prochains scrutins. Nous verrons bien. Amitiés de Spartacus